Traduit du russe
par nos soins

Bulletins précédents

18 décembre 2023: Excursion à Pushkino, soirée à Varsovie, conférence à Turin et en ligne

5 décembre 2023: Appel dans l’affaire Oleg Orlov, conférences sur les officiers du KGB et les peuples réprimés, excursions

2 décembre 2023: Réhabilitation en Ukraine et en Russie, activisme commémoratif, mémoire des femmes du Goulag

25 novembre 2023:  Comment écrire des lettres aux prisonniers politiques, questionnaire sur le volontariat, voyage à Voronezh

21 novembre 2023: Expositions, soirée au Memorial suisse, excursions pour la quinzaine à venir

18 novembre 2023: Sélection d’action « Restitution des noms » qui n’ont pas été diffusées le 29 octobre


11 novembre 2023: Journal de Tchétchénie, « Ostannya Adresa », Yuri Galanskov


4 novembre 2023: Mémoire des femmes du goulag, un monument à Levashovo, la conscription d’automne

1er novembre 2023: Atelier sur les archives en ligne, excursion et « Dernière adresse » à Moscou

28 octobre 2023: Droit à la mémoire, interview d’un prisonnier ukrainien, « Écrire à un prisonnier politique »

21 octobre 2023:« Moscou 1933 », mémorial à Pyatikhatki, poètes biélorusses exécutés

14 octobre 2023: Verdicts et appels, Nuit noire, avocats – en URSS et aujourd’hui

11 octobre 2023:   Foire du livre de Francfort, piquet de grève, visites et lectures de noms

6 octobre 2023: 30 octobre, les sharashki de Moscou, « Point de non-retour ».

29 septembre 2023: Une série vidéo sur la psychiatrie punitive, un podcast sur la guerre de Tchétchénie, une vidéo sur le retour des archives

20 septembre 2023: Excursions à Berlin, Moscou et réalité virtuelle, tribunaux: hier et aujourd’hui

12 septembre 2023: Procès d’Oleg Orlov, « Le KGB contre Andrei Sakharov », discussions et excursions

8 septembre 2023: La «déclaration des tournesols», les dénonciations d’aujourd’hui, la terreur rouge et un voyage à Mednoye


Bulletin d’information Memorial-Russie
18 décembre 2023

18 décembre, 19:00, Varsovie, Krakowskie Przedmieście 87/89
Soirée de poésie biélorusse au Mémorial polonais

Aujourd’hui même aura lieu à Varsovie une soirée intitulée « Prophètes à la foi puissante et à la parole ardente. Poésie biélorussienne (non)fusillée », organisée conjointement par Memorial Polska (https://www.facebook.com/memorial.poland) et le Polski PEN Club (https://www.facebook.com/PolskiPENClub).
Des traducteurs, des écrivains et des auteurs liront des poèmes de poètes biélorusses qui ont péri lors de la « Nuit noire » du 29 au 30 octobre 1937, y compris des traductions en polonais que des collègues ont préparées dans le cadre de notre série de fiches (#nochrasstraliannye paetau)
Andriy Hadanowicz, Bogdan Zadura, Hanna Jakuta, Wladzimir Lankiewicz, Adam Pomorski, Krzysztof Czyzewski participeront à la réunion. Détails sur le lien: https://www.facebook.com/events/1452644491985245/?acontext=%7B%22ref%22%3A%2252%22%2C%22action_history%22%3A%22[%7B%5C%22surface%5C%22%3A%5C%22share_link%5C%22%2C%5C%22mechanism%5C%22%3A%5C%22share_link%5C%22%2C%5C%22extra_data%5C%22%3A%7B%5C%22invite_link_id%5C%22%3A386811323694911%7D%7D]%22%7D
Et si vous ne pouvez pas participer, des traductions polonaises de biographies et de poèmes de poètes biélorusses sont disponibles sur le site des collègues: https://memorial-polska.pl/projects/noc_rozstrzelanych_poetow

19 décembre, 9:30-19:30, Turin/en ligne
Conférence sur Memorial-Vilnius et Memorial-Italie
Demain se tiendra une conférence intitulée « Repenser le traumatisme soviétique. Socialistes et anarchistes dans la lutte pour la liberté et les droits de l’homme au XXe siècle » à l’université de Turin.
La conférence aura lieu à l’occasion du centenaire de la répression de la manifestation des prisonniers politiques socialistes et anarchistes dans la prison Savvatyev sur les îles Solovki. Les organisateurs sont nos collègues Andrea Gullotta, Giulia de Florio, Massimo Maurizio, Alla Morozova et Konstantin Morozov. La conférence sera également diffusée en ligne: https://www.youtube.com/watch?v=tjBFTiONx2U

19 décembre, 18:30, Syktyvkar, Centre Revolt
Conférence du Mémorial Komi « Généalogie de Revolt Pimenov ».
Demain à Syktyvkar, notre collègue du Mémorial Komi, l’historien Igor Sazhin, donnera une conférence à l’occasion de l’anniversaire de la mort de Revolt Pimenov, mathématicien, historien et participant au mouvement de dissidence et de défense des droits de l’homme. Igor poursuit ses recherches sur les archives de Pimenov et évoquera le sort de la famille et des ancêtres de ce militant des droits de l’homme. Inscrivez-vous et venez: https://events.nethouse.ru/all/87704/
Il existe de nombreux enregistrements des conférences passées et d’autres événements sur les chaînes Youtube des collègues et du Centre Revolt. Par exemple, voici un aperçu d’une visite des lieux de Syktyvkar liés à la vie de Revolt Pimenov: https://www.youtube.com/watch?v=NfUsLbIQpzQ&list=PL_H0NXKT_-E_rJbY1wy80S2YgGJSF4GHp&index=6

24 décembre, 12:00, Nalchik
Installation de la plaque de la dernière adresse
La semaine prochaine, à Nalchik, sera installée une plaque commémorative en l’honneur d’Abubekir Maremukov (1902-1937) – directeur de la cimenterie, ancien chef de la police. Le collège militaire de la Cour suprême l’a condamné à l’exécution en vertu du tristement célèbre article 58.
Si vous souhaitez participer à la cérémonie, écrivez-nous dans la boîte de commentaires de Telegram: https://t.me/memorialtalks_bot
Nous vous rappelons également que tout le monde peut initier l’installation d’une plaque de dernière adresse, voir plus de détails sur le site web: https://www.poslednyadres.ru
Sur la photo: le jeton et l’inscription sur la poignée du poignard de Maremukov.

6 janvier, 13:00, Pouchkino
Terreur d’État à Pouchkino – une excursion dans le quartier ouest
En cette nouvelle année, le Mémorial régional de Moscou organise une visite guidée de la ville de Pouchkino! La visite montrera des maisons préservées de la première moitié du siècle dernier et racontera le sort de leurs habitants pendant les années de la terreur d’État.
Les collègues raconteront comment la construction du canal de Moscou s’est déroulée sur le territoire et dans les environs de Pushkino, ils montreront les objets de Dmitlag, la carrière, le barrage d’Akulovskaya, le canal et l’arche de déversement. À la fin de l’excursion, il sera possible de visiter la datcha-musée de Vladimir Maïakovski et d’apprendre comment le propriétaire de la datcha, qui l’avait louée au poète dans les années 1920, est décédé.
La participation est gratuite, le nombre de places est limité, inscrivez-vous: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2718826/

Dernières excursions à Moscou cette année – cette semaine et la semaine prochaine!

 23 décembre, 13:00, Moscou
Les défenseurs
« Certains de mes collègues, lorsqu’ils ont refusé de participer à des affaires politiques, ont dit qu’ils ne refusaient pas par peur. Ils pensaient que la participation de l’avocat choisi par l’accusé créait l’illusion d’un procès démocratique et équitable et ils ne voulaient pas participer à ce mensonge. Je partageais ce raisonnement, mais j’ai moi-même pris la décision de participer à l’affaire à chaque fois. J’ai toujours su que je serais désespéré par mon impuissance, dégoûté par cette farce cynique, et que j’en aurais honte de manière inexplicable. Mais j’ai aussi toujours su que si je refusais, j’aurais encore plus honte, et cette honte serait tout à fait justifiée », écrit dans ses mémoires l’avocate Dina Kaminskaya.
Dina Kaminskaya et Sofia Kallistratova sont deux avocates célèbres qui, dans les années 1960 et 1970, ont défendu des dissidents dans des affaires politiques. Il était hors de question d’obtenir justice dans le système judiciaire soviétique, mais les avocates ont continué à défendre les dissidents, au risque de leur propre carrière, voire plus. Ce qui a poussé les avocats à défendre des personnes dans des affaires manifestement perdues, comment les processus politiques étaient falsifiés en URSS et comment, malgré tout cela, Kaminskaya et Kallistratova ont parfois réussi à gagner – vous l’apprendrez au cours de notre excursion.
Toutes les visites sont gratuites (inscription préalable obligatoire), mais vous pouvez nous soutenir sur memorial-france.org: https://memorial-france.org/donate/

23 décembre, 14:00, Moscou
Autour de la prison Butyrskaya

Au cours de ses 250 ans d’histoire, la plus ancienne prison de Moscou a accueilli de nombreux poètes, scientifiques, rebelles et ecclésiastiques, et aujourd’hui elle continue d’accueillir de nouveaux prisonniers politiques. Deux des trois participants aux lectures Maïakovski 2022 qui ont été arrêtés pour leur poésie anti-guerre, Artem Kamardin et Yegor Shtovba, se trouvent aujourd’hui à la prison de Butyrka.
Nous parlerons de l’histoire de Butyrka, des conditions de détention et de la vie des prisonniers à différentes époques au cours de l’excursion. Inscription sur le lien: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2710533/

23 décembre, 15:00, Moscou
Ce que les plaques commémoratives ne disent pas« Salomon Mikhaïlovitch est resté avec nous jusqu’à huit heures et demie du matin. Nous avons parlé, parlé, parlé. Que ce soit à cause de la fatigue ou d’un pressentiment amer d’une séparation, il a soudain dit d’une voix déprimée: « Je vais probablement mourir bientôt… »: « Je vais probablement mourir bientôt… ». J’ai commencé à lui reprocher ces paroles. Mais quelque chose en moi tremblait. Nous nous sommes dit au revoir seulement jusqu’au soir. Qui aurait pu penser que cet adieu était pour toujours! Souvenirs de l’actrice biélorusse et artiste du théâtre juif Yudifa Aronchik.
Au cours de l’excursion, nous nous rendrons à plusieurs dernières adresses de metteurs en scène, d’acteurs et de dramaturges, nous parlerons de la vie théâtrale turbulente de la capitale dans les années où deux metteurs en scène d’affilée ont été assassinés au Théâtre d’art de Moscou. Nous nous souviendrons des destins de Solomon Mikhoels et de Vsevolod Meyerhold.
Inscription sur le lien: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2710534/

24 décembre, 14:00, Moscou
Excursion dans l’Académie Timiryazev
L’un des principaux procès politiques qui ont précédé la Grande Terreur a été l’affaire du soi-disant parti paysan travailliste (qui n’avait aucune existence) en 1930. Cette affaire a conduit à l’arrestation des économistes Nikolai Kondratyev et Alexander Chayanov, qui enseignaient à l’Académie Timiryazev. Tous deux ont été fusillés en 1937-1938.
Au cours de l’excursion, nous parlerons du sort des scientifiques de l’académie et de la science biologique elle-même au XXe siècle. Inscription ici: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2713047/

24 décembre, 14:00, Moscou
Presnya, inexistante
L’usine de meubles Shmit, le « nid de frelons » de l’insurrection de décembre 1905; la prison pour femmes Novinskaya, d’où a eu lieu la plus célèbre évasion de 13 condamnées; le monument à Pavlik Morozov dans le parc du même nom, lieu de culte des pionniers locaux: tous ces lieux ne figurent pas sur la carte du Moscou moderne, mais nous vous en parlerons au cours de l’excursion.
Nous verrons également la maison où Sergei Korolev a été arrêté en 1938, les lieux des barricades de 1991 et 1993, et nous parlerons des destins étonnants liés à la Presnya au cours des différentes années. Inscription sur le lien: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2710535/

24 décembre, 15:00, Moscou
Autour d’Ivanovskaya Gorka
« Le transport des ordures s’effectuait à l’aide d’une charrette dans laquelle, faute de cheval, les prisonniers étaient attelés, tandis que la femme du chef de camp montait le cheval. La cour était jonchée de verre brisé et les prisonniers travaillaient pieds nus car ils n’avaient pas de chaussures. Ce n’est qu’après avoir refusé de travailler pieds nus qu’on leur a donné des chaussons de paille. Les prisonniers qui revendiquaient étaient battus après le travail et placés dans la cellule de punition ». Extrait du rapport de la commission d’inspection du camp de concentration d’Ivanovo, établi en 1918 dans le monastère Saint-Jean-Baptiste de Moscou, pour l’été 1923.
Au cours de l’excursion, nous parlerons des camps d’Ivanovo et de Pokrovsky, des noms et des destins inscrits sur les plaques de la Dernière Adresse, qui nous rejoindront en chemin. Inscription sur le lien: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2710536/

25-31 décembre – des annonces détaillées seront faites sur le canal Telegram « Ca s’est passé juste ici »!
27 décembre, 15:00 – Dernières adresses autour d’Arbat: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2718810/
29 décembre, 15:00 – Dénonciation de Socrate: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2718808/
30 décembre, 14:00 – Loubianka et ses environs: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2718809/
30 décembre, 14:00 – Presnya inexistante: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2718813/
30 décembre, 15:00 – Dans le réseau des ruelles de l’Arbat: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2718812/

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don par carte non russe:
https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information Memorial-Russie
5 décembre 2023

 6 décembre, 19:00 heure d’Europe centrale, Paris/en ligne
Rencontre avec l’historien Ivan Tolstoï
Demain à Paris, nous organiserons une rencontre avec l’historien de l’émigration russe Ivan Tolstoï dans le cadre de la série « Gardiens de la mémoire historique ». Cette série est animée par notre collègue Konstantin Morozov de Memorial Vilnius avec le soutien de Memorial France et de la Bibliothèque Tourgueniev de Paris, sur la chaîne de laquelle vous pouvez regarder la diffusion: https://www.youtube.com/watch?v=AKFTANsc8LQ
Ivan parlera de l’histoire de la littérature russe en exil, de la création de Radio Liberty et de son travail au sein de cette station de radio à Prague.

8 décembre, 19:00-21:00, Berlin, Bernauer Straße 49
Conférence de Nikita Petrov sur Andrei Sakharov et le KGB.
Vendredi, la librairie Babel de Berlin accueillera une rencontre avec notre collègue historien Nikita Petrov et la présentation d’un livre préparé par Memorial: «Objet de surveillance: Sakharov et le KGB». Le livre est compilé à partir de rapports du KGB sur les activités de Sakharov dans le domaine des droits de l’homme.
Est-il possible de mieux comprendre la vision du monde de ces hommes en lisant ces documents? Et pourquoi est-ce nécessaire aujourd’hui? Outre Nikita Petrov, chercheur en histoire des services de sécurité soviétiques, qui a récemment publié une biographie du secrétaire général du comité central du PCUS et président du KGB, M. Andropov, les membres du comité éditorial du livre sur Sakharov, Boris Belenkin, Nikita Sokolov et Anatoly Golubovsky, participeront à la discussion.
L’entrée est gratuite sur inscription: https://fienta.com/de/kgb-protiv-saharova-lekciya-istorika-nikity-petrova-o-vnutrennem-mire-sotrudnikov-kgb

9 décembre, 15:00, Novossibirsk, Ordzhonikidze, 43
Présentation du livre sur l’artiste réprimé Alexey Gan
Novossibirsk accueillera la présentation d’une monographie sur l’artiste, théoricien du constructivisme Alexei Gan (1887-1942).
La réunion portera non seulement sur son œuvre, mais aussi sur le destin tragique de l’artiste, victime de la terreur soviétique. Il est arrêté pour la première fois en 1935 et condamné à cinq ans d’emprisonnement. Un an et demi après sa libération, il est à nouveau arrêté. Il a été abattu dans la prison n° 1 de Novossibirsk. La réunion présentera également des informations sur Alexei Gan recueillies au Memorial de Novossibirsk: https://t.me/imena_nsk
La réunion se tiendra à la librairie « Peremen », inscription sur le lien: https://drugieknigi.timepad.ru/event/2698457/

10 décembre, 16:00, Syktyvkar, Revolt-center
« Les Polonais dans le Kraï de Komi ». – Conférence du Memorial de Komi
Les collègues du Memorial de Komi et le Revolt-Center (https://t.me/revoltcenter) lancent une série de conférences sur les peuples réprimés. La série débutera ce dimanche – Journée internationale des droits de l’homme – par une conférence de l’historien Igor Sazhin intitulée « Les Polonais dans le kraï de Komi ».
Le programme des activités des collègues pour le mois de décembre est déjà disponible sur leur canal Telegram, et la prochaine réunion du Club d’histoire et de généalogie se tiendra au début du mois de janvier. Lors de la réunion précédente, ils ont discuté des outils gratuits permettant d’améliorer et de coloriser les vieilles photos, des recherches dans les archives étrangères, des possibilités d’accès au dossier personnel d’un parent ayant travaillé au NKVD, et bien d’autres choses encore: https://t.me/komi_memorial/969

10 décembre, 18:00-20:30, Berlin, Alte Jakobstr. 79/80
Sur les traces de la mémoire – sur les victimes du stalinisme en Europe de l’Est
Ce dimanche, un film sera projeté à Berlin, dans lequel un ancien prisonnier politique raconte sa vie, depuis son arrestation jusqu’au couloir de la mort à la prison de Butyr, à Moscou. Ce prisonnier politique est l’un de ceux qui ont subi la répression des autorités d’occupation soviétiques en Allemagne. De 1945 à 1953, de nombreux Allemands de l’Est ont été internés dans des camps spéciaux soviétiques sans procès, condamnés par des tribunaux militaires soviétiques à de longues peines dans les camps du Goulag ou fusillés.
La projection sera suivie d’une discussion sur le projet Die letzte Adresse (La dernière adresse) et sur les controverses entourant le traitement de la mémoire des victimes de la terreur d’État soviétique dans l’Allemagne d’après-guerre. L’auteur du film Mario Bondi, Sergei Parkhomenko (Die letzte Adresse), Elena Zhemkova (Memorial Zukunft), Anke Giesen (Memorial Germany) et d’autres participants prendront part à la discussion.
L’entrée est gratuite, inscription ici: https://www.facebook.com/events/1404059696850251/?ref=newsfeed

11 décembre, 20:00, Bruxelles
Projection du film « Tchétchénie, une guerre sans trace »
Le 11 décembre est une journée de commémoration pour ceux qui sont morts pendant la première guerre de Tchétchénie, qui a commencé en 1994. Ce jour-là, le film de Manon Loizeau « Tchétchénie, une guerre sans trace » sera projeté à Bruxelles et une discussion aura lieu avec notre collègue de Memorial Alexander Cherkasov, un défenseur des droits de l’homme qui a été témoin de ces événements.
Détails sur le lien: https://academieroyale.be/fr/actualites-detail/messages/cycle-cinema-guerre-memoirenbsp-journee-commemorative-premiere-guerre-tchetchenie-11nbspdecembre/

12 décembre, 18:30, Paris
Conférence avec nos collègues
A Paris, la FDNU (Fédération pour la Diplomatie et les Nations unies) et Amnesty International organisent une conférence sur la lutte pour la liberté et la mémoire des crimes passés et présents dans la Russie contemporaine. La conférence sera animée par notre collègue de Memorial Nikita Petrov, Etienne Bouche (journaliste et auteur d’un livre sur Memorial), et modérée par Sasha Kulaeva, membre de Memorial France.
Inscrivez-vous pour participer en ligne: https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSeGpGbNKTu2OL08cpV3FL-IFaDOIPzzsr2q0iiRV33Cy80fGA/viewform?pli=1

13 décembre, 16:00, Paris
Séminaire « Les dissidents soviétiques et l’Occident »
La semaine prochaine, nos collègues organisent un autre événement à Paris: un séminaire sur les relations entre les dissidents soviétiques et les divers groupes qui les ont soutenus à l’Ouest et en France en particulier.
Quelle a été l’aide apportée à ceux qui sont restés en URSS et à ceux qui l’ont quittée? Comment les contacts ont-ils été établis et maintenus, et comment tout cela a-t-il finalement affecté les groupes dissidents à l’intérieur de l’URSS? Des chercheurs français et russes répondront à ces questions et à d’autres.
Détails sur la participation sur le lien: https://memorial-france.org/paralleles-les-dissidents-sovietiques-et-loccident/

14 décembre, 10:00, Moscou, Bogorodskiy Val, 8 Bâtiment central, bureau 222
Appel dans l’affaire Oleg Orlov
Comme vous vous en souvenez peut-être, le 11 octobre, Oleg Orlov, co-président de Memorial, a été condamné à une amende de 150 000 roubles en vertu de l’article sur le « discrédit répété » de l’armée. Orlov et la défense ont fait appel de la décision du tribunal. Le même jour, on a appris que le bureau du procureur avait également fait appel du verdict et demandé que le défenseur des droits de l’homme soit condamné à une peine de trois ans dans une colonie pénitentiaire.
Alors que le procureur général avait déclaré devant le tribunal qu’il n’y avait que des circonstances atténuantes dans cette affaire, le bureau du procureur a déclaré que des circonstances aggravantes avaient été découvertes: Oleg Orlov aurait « éprouvé une haine politique et idéologique à l’égard de la Fédération de Russie » et aurait continué à « saper la stabilité de la société civile » aux côtés de l’organisation Memorial.
Venez soutenir Oleg Orlov au tribunal de Moscou la semaine prochaine! Et si vous ne pouvez pas venir, vous pouvez signer une lettre de soutien: https://www.change.org/p/мнение-не-преступление-поддержите-олега-орлова-support-oleg-orlov?recruiter=126693040&recruited_by_id=9c5f60bf-a7f1-44d5-9120-3013ab508003&utm_source=share_petition&utm_campaign=share_for_starters_page&utm_medium=copylink

Et avant de vous parler des prochaines excursions à Moscou, nous voulons partager quelques chiffres: cette année, nos collègues ont pu mener plus de 140 excursions sur des sites terroristes grâce à vos dons! Nous avons également mené 200 consultations sur la recherche d’informations d’archives concernant des personnes réprimées, effectué 7 expéditions de recherche dans différentes régions de Russie et organisé la campagne « Retour des noms » dans 80 villes du monde.
Votre soutien est très important! Les dons particulièrement réguliers nous aident maintenant, vous pouvez les faire sur donate.memo.gcili memorial-france.org: https://memorial-france.org/donate/
En guise de remerciement, nous vous invitons à accrocher l’affiche 2023 «Retour des nomns» sur votre mur. Pour obtenir une affiche, envoyez-nous un courriel à donate@memo.ru et nous trouverons un moyen de vous la faire parvenir.
Une autre façon de soutenir Memorial est de donner de votre temps et de votre aide en devenant bénévole. Nous sommes toujours reconnaissants de l’aide apportée par des personnes aux compétences très variées! Merci de rester avec nous!

8 déc., 15:00, Moscou
Les défenseurs
« …le plus grand mal dans ces années post-staliniennes n’a pas du tout été fait par des méchants et des bourreaux, mais par des conciliateurs. Il est probable que ces médecins-psychiatres, qui condamnent des personnes saines à la « torture psychiatrique », ne le font pas non plus parce qu’ils ont besoin de faire souffrir les gens. Ils ne le font pas non plus parce que faire souffrir les gens est leur besoin intérieur, pas du tout. Ils sont placés dans des conditions où ils doivent se soumettre ou être jetés.
Et les juges? Ne voudraient-ils pas être justes et impartiaux? Mais ils sont eux aussi confrontés au même choix. Nous – avocats, juges, médecins – avons choisi une profession qui nous donne le droit de participer au destin humain d’autrui. Et si les membres de ces professions négligent leur devoir professionnel au détriment d’une autre personne qui dépend d’eux, il vaut mieux se faire gardiens d’immeubles. « Notes d’une avocate », Dina Kaminskaya – militante des droits de l’homme et avocate qui a défendu des prisonniers politiques lors des procès des années 1960-1970: Yuri Galanskov, Anatoly Marchenko, Larisa Bogoraz, Pavel Litvinov.
Ce vendredi, nous parlerons de Dina Kaminskaya et d’autres défenseurs du mouvement dissident. Inscrivez-vous et venez: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2699047/

9 décembre, 14:00, Moscou
Presnya, qui n’existe plus
« Voici la Liste des personnes qui se sont évadées dans la nuit du 30 juin au 1er juillet 1909 de la prison pour femmes du gouvernorat de Moscou. »
« № 6. Natalya Sergeevna Klimova, condamnée par le tribunal militaire de district de Saint-Pétersbourg le 29 janvier 1907 à la mort par pendaison, mais l’exécution a été commuée en une peine de travaux forcés à vie par le tribunal militaire de Saint-Pétersbourg.
Agée de 22 ans, de forte corpulence, cheveux foncés, yeux bleus, visage rose, de type russe. »
Cette évasion, suspendue à un fil si ténu qu’une demi-heure de retard aurait été synonyme de mort, a été brillamment réussie.
…Il est bon de rappeler que les condamnés quittaient la prison lorsque le téléphone sonna au bureau du directeur de service. Klimova décroche le combiné et répond par la voix du directeur de service. C’est l’Oberpolitsmeister qui parle: « Nous avons des informations selon lesquelles une évasion se prépare à la prison de Novinskaya. Prenez des mesures. » – « Votre ordre sera respecté, votre excellence. Des mesures seront prises. » Et Klimova a mis le récepteur sur le levier. »
Ceci est un extrait du récit de Varlam Shalamov « La médaille d’or ». Avec la fille de Natalia Klimova, Natalia Stolyarova, passée par le Goulag, il est lié par une étroite amitié. Lors de cette nouvelle excursion, nous parlerons de la prison pour femmes de Novinskaya, d’où a eu lieu l’évasion la plus célèbre de 13 condamnés, et d’autres lieux qui n’existent plus sur la carte de Moscou aujourd’hui.
Inscription sur le lien: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2691392/

9 décembre, 15:00, Moscou
La Loubianka et ses environs
Selon le récit officiel actuel (par exemple, les propos de Bortnikov, chef du FSB), les fusillades de masse pendant la Grande Terreur étaient des « excès locaux ». Toutefois, d’après les documents qui ont survécu, on sait avec certitude que la terreur politique à grande échelle des années 1930 était une campagne soigneusement planifiée et directement contrôlée depuis la Loubianka.
Par exemple, le célèbre ordre n° 00447 autorisait les régions à réduire ou à augmenter l’ampleur de la répression. Il s’ensuit une « compétition » entre les régions pour l’application à outrance du plan: les demandes d’augmentation des fusillades et des emprisonnements sont envoyées à Moscou, où elles sont personnellement signées par Staline.
Nous vous raconterons comment la machine répressive de la Grande Terreur a fonctionné lors de la marche. Inscription ici: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2693242/

9 décembre, 15:00, Moscou
Excursion le long du boulevard Gogolevsky
Isaac Spielrein (1891-1937) est l’un des fondateurs de la psychotechnique. Il y a cent ans, au début du XXe siècle, c’était le nom donné à une branche de la psychologie pratique qui s’occupait de l’orientation professionnelle et de la psychologie du travail. La psychotechnique était particulièrement active en Allemagne et en Union soviétique, où elle a prospéré dans les années 20, avant d’être pratiquement liquidée dans ces deux pays.
Au cours de notre nouvelle excursion, nous verrons la maison de la rue Volkhonka, où se trouve aujourd’hui l’un des bâtiments du musée national des beaux-arts de Pouchkine et où vivait Isaac Spielrein. Nous nous arrêterons au panneau de la dernière adresse et nous parlerons du destin du scientifique.
Inscription ici: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2693311/
Photo: La dernière adresse.

10 décembre, 13:00, Moscou
Taganka et ses environs
Le 10 décembre 1948 a été adoptée la Déclaration des droits de l’homme. Bien que ses principes doivent encore être défendus chaque jour, il s’agit d’un document primordial, déclarant que l’individu est plus important que l’État.
En ce jour, nous proposons de nous souvenir de ceux qui ont continué à se battre pour les droits de l’homme à une époque où cela semblait impossible. Au cours de la marche, nous parlerons de l’organisation de défense des droits de l’homme « Assistance aux prisonniers politiques » et de sa fondatrice Ekaterina Peshkova, qui a notamment aidé les prisonniers de la prison Taganskaya.
Inscription sur le lien: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2691394/

10 décembre, 14:00, Moscou
Du Memorial au Centre Sakharov, ou en sens contraire
« Nous vivons actuellement un moment de l’histoire où le soutien résolu aux principes de la liberté d’opinion, de l’ouverture de la société et des droits de l’homme est une nécessité absolue. L’alternative est la capitulation devant le totalitarisme, la perte de toutes les valeurs de liberté, la dégradation politique, économique et morale ».
Ces mots ont été écrits par Andreï Sakharov il y a près d’un demi-siècle, mais ils sont toujours d’actualité. Le 10 décembre, Journée internationale des droits de l’homme, nous vous invitons à faire une promenade du Memorial au Centre Sakharov. Nous parlerons de la participation d’Andrei Sakharov et d’Elena Bonner à la création des deux organisations, de la lutte pour la liberté et la démocratie.
Inscription sur le lien: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2691361/

 En résumé:
11-17 décembre: excursions même sous des températures négatives
16 décembre, 14h00 – Presnya, qui n’existe pas
16 décembre, 14h00 – Cours entre Pokrovka et Chistoprudye
17 décembre, 13:00 – Une promenade autour de l’Académie Timiryazev
17 décembre, 14:00 – Promenade le long de la rue Gogolevsky
17 décembre, 14:00 – Du Memorial au Centre Sakharov ou de l’un à l’autre.

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don par carte non russe:
https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information Memorial-Russie
2 décembre 2023

25 novembre – Journée de commémoration des victimes de l’Holodomor en Ukraine
Le 25 novembre, en Ukraine et partout où les Ukrainiens se solidarisent aujourd’hui, on a évoqué les victimes de l’Holodomor. À 16 heures, heure de Kiev, une minute de silence a été observée à la mémoire des millions de victimes. À Moscou, ce jour-là, des militants et des bénévoles, y compris ceux de Memorial, ont apporté des fleurs et des bougies à la pierre de Solovetsky (photo).
Le chercheur américain James Mays, spécialiste de l’Holodomor, estime que la famine artificielle visait à « détruire le peuple ukrainien en tant que facteur politique et organisme social ». Aujourd’hui, il est clair pour le monde entier que la Russie n’a pas abandonné cet objectif et continue de commettre un génocide contre l’Ukraine. Les pays qui reconnaissent aujourd’hui l’Holodomor comme un génocide au niveau de l’État sont solidaires de l’Ukraine d’aujourd’hui dans sa guerre contre la nouvelle tentative de génocide. 
Malgré l’abondance des faits et des preuves, l’approbation juridique de la commission d’un génocide reste une question d’avenir, tant dans le cas de l’Holodomor que dans celui de la guerre russo-ukrainienne.
C’est ce qu’affirme Evgeny Zakharov, du Groupe des droits humains de Kharkiv et de Memorial International, qui a effectué des recherches sur l’Holodomor et préparé un avis pour les Nations unies sur sa qualification juridique de crime contre l’humanité et de génocide. Aujourd’hui, Zakharov, avec d’autres militants des droits de l’homme de l’initiative « Tribunal pour Poutine », travaille sur la qualification juridique des actions de la Russie actuelle.
Lire les citations de l’interview d’Evgeny Zakharov sur ce sujet dans les fiches: https://t.me/toposmemoru/5161

Nouvelles des procès d’Ukrainiens dans la Fédération de Russie
Le tribunal militaire du district sud de Rostov-sur-le-Don a condamné Pavel Zaporozhets à 12 ans de colonie à régime sévère dans l’affaire de « préparation d’un attentat terroriste » à Kherson en 2022: https://t.me/toposmemoru/5161
Cet homme de 33 ans, originaire de Skadovsk, dans la région de Kherson, a été accusé d’avoir tenté de commettre un « acte de terrorisme international ». Selon les médias, il s’agit de la première affaire ouverte en Russie en vertu de cet article.
Nous avons raconté précédemment comment Zaporozhets avait été enlevé et emmené sur le territoire de la Fédération de Russie, et comment il avait été torturé après sa détention: https://t.me/toposmemoru/4241?single
Au cours du procès, Pavel Zaporozhets a déclaré à plusieurs reprises qu’il devait être reconnu comme prisonnier de guerre et traité conformément à la troisième convention de Genève.
Le même tribunal continue d’entendre l’affaire de l’attentat à la bombe d’octobre 2016 contre « Motorola » (Arsen Pavlov) et son gardien Yevgeny Gadliya, ainsi que la tentative d’assassinat d’Alexander Zakharchenko en 2017: https://t.me/toposmemoru/5216
Les accusés – Alexander Pogorelov, Vasily Churilov, Alexander Timoshenko et Artem Yena – nient leur culpabilité et affirment que les accusations sont falsifiées. Selon Pohorelov, il existe une « expertise de la DNR » dans l’affaire, qui a confirmé la présence de ses blessures résultant de la torture, qui lui a été appliquée pendant sa détention en novembre 2017 par les forces de sécurité de la soi-disant DNR.
Nous tenons à rappeler que les militants ukrainiens des droits de l’homme ont établi une carte des lieux où les citoyens ukrainiens qui ont été emmenés de force sur le territoire de la Fédération de Russie sont le plus susceptibles d’être détenus: https://zmina.info/news/pravozakhysnyky-predstavyly-interaktyvnu-mapu-mistsʹ-utrymannya-rosiyeyu-ukrayinsʹkykh-polonenykh-yikh-tam-mozhe-buty-kilʹka-tysyach/
Dans de très nombreux cas, il est impossible de savoir où se trouvent les Ukrainiens en Russie, mais dans certains cas, ils sont jugés sur la base d’accusations criminelles, et nous essayons de suivre ces processus – des processus qui, en principe, ne devraient pas l’être.

Histoires personnelles d’Ukrainiens: « Voix de la guerre » et « Maison en ruine »
Voix de la guerre, un projet conjoint du Groupe des droits humains de Kharkiv: https://khpg.org/ru/ et de Memorial-Europe, présente l’histoire de Valentina Torgonskaya, une habitante de Borodyanka. Elle raconte comment elle a dû se cacher dans les sous-sols pendant les bombardements, comment les missiles russes ont détruit sa maison et l’ont dépouillée de tout – et comment elle ne sait plus où aller ni comment vivre sa vie.
Vous pouvez regarder un petit extrait de l’interview sous-titrée en russe sur notre Instagram: https://khpg.org/ru/
Sur le site web de Memorial-Pologne, vous pouvez commander le livre de Vladimir Gromov « Maison en ruines » [en russe], http://ruined-home.memorial-polska.pl/ru, une sorte de chronique du début de la guerre, qui rassemble des témoignages de ceux qui sont partis et de ceux qui sont restés, de ceux qui étaient assiégés et de ceux qui ont franchi la ligne de front. Le livre comprend des textes en ukrainien et en russe, ainsi que des illustrations de l’artiste Matvei Vaysberg, qui a illustré le livre de nos collègues du KPG « Voix de la guerre. Mariupol ». Nous avons déjà parlé de son interview dans le cadre du projet « Voix de la guerre »: https://t.me/toposmemoru/4327

« Retour des noms. Contexte »: réhabilitation en Ukraine et en Russie
L’année dernière, l’émission « Retour des noms » a diffusé pour la première fois « Conversations en files d’attente », des dialogues d’historiens sur le sens de l’action, la mémoire et l’histoire de la terreur soviétique. En 2023, il était tout aussi important de parler du contexte dans lequel l’action s’est déroulée. C’est pourquoi nous poursuivrons la rubrique sous le titre plus précis de « Le retour des noms. Contexte »: https://www.youtube.com/playlist?list=PLij4j4U2dbqxFKkZxoAP9iqcCakbUGnCN
Nous vous invitons à regarder l’un des dialogues vidéo, ainsi qu’à réfléchir sur la terreur soviétique et ses conséquences aujourd’hui avec les chercheurs invités:https://www.youtube.com/watch?v=J_Z9eHQPbHM
Quelles sont les personnes réprimées qui ne sont pas réhabilitées en Russie, mais qui sont simultanément réintégrées en Ukraine? Qui devrait être chargé de la réhabilitation: l’État ou les historiens et les défenseurs des droits de l’homme? Et quel est le rapport avec les crimes de guerre aujourd’hui? L’historien ukrainien Roman Podkur et notre collègue Elena Zhemkova débattent de ces questions et d’autres encore.

À l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes: la mémoire des femmes au goulag
Selon les Nations unies, 736 millions de femmes, soit près d’une sur trois dans le monde, ont subi des violences physiques et/ou sexuelles au moins une fois dans leur vie.
Les fiches produites en collaboration avec Glasnaya Media dans le cadre des journées d’action contre la violence à l’égard des femmes, racontent l’histoire de femmes qui sont passées par le Goulag: https://www.instagram.com/p/C0UNqzJiZ84/?igshid=MzRlODBiNWFlZA%3D%3D&img_index=1
À la merci de la machine répressive de l’État, les femmes n’ont pas connu moins de difficultés que les hommes, mais aussi l’oppression patriarcale, la violence sexualisée et la stigmatisation, tout comme dans la vie de tous les jours.
Nous présentons des objets du musée du Memorial qui ont été exposés dans le cadre de l’exposition « Material », qui s’est concentrée sur les particularités de l’expérience des femmes dans les prisons et les camps et qui s’est tenue dans le bâtiment du Memorial en 2021-2022, juste avant que l’organisation ne soit liquidée. Comme vous vous en souvenez peut-être, le catalogue de l’exposition a été publié récemment!

Alexander Chernyshov et la dernière adresse dans la région de Perm
Alexander Chernyshov, du Memorial de Perm et du Centre de la mémoire historique, est incarcéré au SIZO n° 1 de Perm depuis mai 2023 pour une affaire montée de toutes pièces. Un autre procès sur la mesure de contrainte est attendu prochainement.
Avec le projet Perm 36.6, nous voulons soutenir Alexander Chernyshov et parler de son travail pour préserver la mémoire de la terreur soviétique. En plus de ses activités de recherche, Chernyshov a consacré beaucoup d’énergie à la promotion du projet Dernière Adresse. Grâce à lui, en moins de dix ans, 56 panneaux commémoratifs portant les noms de personnes victimes de la répression politique ont vu le jour dans la région de Perm.
Derrière chaque dernière adresse se cache une triste histoire, dont le souvenir est aujourd’hui encore plus fragile, car depuis le début de l’année 2022, les plaques disparaissent en masse des murs des maisons dans différentes régions de Russie.
Dans les fiches, nous racontons le destin des héros de certaines des Dernières Adresses de Perm, la lutte d’Alexander Chernyshov et des activistes de Perm pour leur mémoire, et la restauration des plaques arrachées par des vandales: https://www.instagram.com/p/C0O_TGxin_v/?igshid=MzRlODBiNWFlZA%3D%3D&img_index=1
Lisez la version intégrale préparée par Yulia Batalina de Perm Memorial, sur le site Notion: https://memorial.notion.site/888365dc6fb14f4f9bbface162856fae

Un peu plus sur la dernière allocution et l’activisme commémoratif
Le 29 octobre, les participants à la campagne « Retour des noms » ont restauré les plaques de la Dernière Adresse, qui avaient disparu d’une maison du boulevard Pokrovsky à Moscou cet été: https://t.me/toposmemoru/5168
Mais dès le 25 novembre, nous avons reçu une photo des plaques endommagées.
Le même jour, un militant a essayé de les nettoyer, mais il n’y est parvenu que partiellement, et un peu plus tard, un autre militant est venu les nettoyer jusqu’au bout. Nous vous rappelons que tout le monde peut aider dans cette situation! Si vous voyez des panneaux endommagés, de simples serviettes suffisent parfois à les nettoyer. Nous joignons également une instruction plus détaillée du dernier discours sur un nouveau type d’activisme commémoratif: comment nettoyer les plaques abîmées: https://t.me/poslednyadres/29
Et voici un témoignage de la façon dont l’activisme des résidents d’une maison peut contrecarrer les dénonciateurs et les vandales. Rappelez-vous lorsque les 34 plaques de la Dernière Adresse ont été retirées d’une maison de Saint-Pétersbourg. Les habitants de la maison ont commencé à porter des fleurs à leur domicile, à accrocher une liste des plaques volées et des résidents abattus, et à tenter de faire restituer les plaques. En septembre, des militants de Saint-Pétersbourg ont installé la première copie en carton de l’une des plaques et, à la fin du mois d’octobre, les 34 plaques étaient déjà accrochées au mur.
C’est alors qu’un certain Alexander S., qui avait demandé à la société de gestion de démonter les plaques, a recommencé à écrire des plaintes concernant les copies en carton des plaques, expliquant qu’elles étaient « associées à l’agent étranger Memorial » (ce qui est faux dans tous les sens du terme) et qu’elles « réalisaient ainsi ses objectifs ». Mais cette fois, la société de gestion a refusé la demande du plaignant de retirer les plaques – apparemment principalement en raison de la position des résidents de l’immeuble: https://t.me/toposmemoru/5227

Les personnes et la communauté LGBTQ+ – notre solidarité et soutien.
Dessin de Lily MatveevaLe 30 novembre, la Cour suprême russe a déclaré que le « mouvement social LGBT international » était une « organisation extrémiste ».Cette décision inconstitutionnelle est bien entendu illégale, voire absurde, puisqu’il n’existe pas de « mouvement LGBT international » (après l’apparition du procès intenté par le bureau du procureur, un mouvement portant ce nom a été créé pour pouvoir entrer en matière). Cette loi est l’une des nombreuses lois visant à détruire toute altérité dans la Russie moderne, à réprimer la société, à intimider les gens.
Les avocats de Memorial (qui, ce jour-là, comme beaucoup d’autres – par exemple, nos collègues d’ADC Memorial – ont publié une déclaration), ainsi que OVD-Info, le groupe LGBTQ+ Coming Out, Civic Assistance, Civic Control, Public Verdict, l’Alliance des hétérosexuels et des LGBT pour l’égalité, et le groupe de crise SC SOS, ont envoyé un avis à la Cour suprême sur la nature anti-juridique de l’action en justice du ministère de la Justice: https://memorialcenter.org/news/sem-pravozashhitnyh-organizaczij-obratilis-v-vs
Memorial exprime son soutien aux représentants de la communauté LGBTQ+. L’invasion de la vie privée et la violation des droits constitutionnels par l’État sont illégales!

Article de Memorial-Oural sur l' »opération lettone »
Le 30 novembre 1937, le NKVD a envoyé un télégramme codé n° 49990 « Sur la conduite d’une opération de répression des Lettons » aux organes directeurs de toute l’URSS. Le Memorial de l’Oural a publié un article sur « l’opération lettone », l’une des opérations nationales du NKVD au cours de laquelle des personnes étaient arrêtées uniquement en raison de leur appartenance à un groupe national ou ethnique: https://memoryofrepression.website/novosti/1074-ezhovy-rukavitsy.html
« Bien que la cible principale de l’opération ait été les Lettons, ses victimes étaient également des citoyens soviétiques d’autres nationalités, accusés d’espionnage en faveur de la Lettonie. Ce sont les innocents dont le seul tort était d’être Lettons en Union soviétique qui ont le plus souffert. De nombreux groupes de victimes ont été fusillés sur les champs de tir de Butovo et de Kommunarka près de Moscou, de Levashovo près de Leningrad ou de Kuropaty près de Minsk. Toutefois, des tortures et des meurtres ont été commis dans le cadre de cette opération dans toute l’Union soviétique ».

Youri Dmitriev recevra le titre de Juste du monde
On a appris récemment que Yuri Dmitriev sera honoré, entre autres, du titre de Juste parmi les nations en 2024. Cette décision a été prise par l’assemblée de l’association du jardin des Justes de Milan, l’Union des communautés juives italiennes et la municipalité de Milan. La Journée des Justes parmi les Nations 2024 sera intitulée « Souvenir et responsabilité. L’exemple des Justes face aux défis de notre temps ». Comme l’a déclaré le maire de Milan, les personnes honorées par ce titre sont unies par « l’amour de la vérité, de la liberté et de la justice ».
Rappelons que Yuri Dmitriev, notre collègue du Memorial de Carélie, a été l’un de ceux qui ont découvert le site du charnier de Sandarmokh des victimes de la terreur de l’État soviétique en URSS en Carélie, et a ensuite passé de nombreuses années à compiler des livres de souvenirs de ceux qui sont morts aux mains de l’État soviétique et qui ont été enterrés en Carélie. Dmitriev est emprisonné depuis 2016 sur la base de fausses accusations.
Le jardin des Justes de Milan a été inauguré en 2003. À l’instar du Memorial de Yad Vashem à Jérusalem, le jardin de Milan plante des arbres en l’honneur de personnes qui ont sauvé des vies face à la violence, aux persécutions et aux génocides ou qui, comme Dmitriev, ont œuvré à la préservation de la mémoire des victimes de persécutions. Le 6 mars 2024, un grand événement aura lieu à Milan, au cours duquel le titre sera officiellement annoncé et un arbre sera planté en l’honneur de Dmitriev dans le jardin.
Yuri Dmitriev n’est pas la première personne liée à l’histoire de la lutte pour les droits de l’homme en URSS à recevoir ce titre. Auparavant, Anna Akhmatova, Elena Bonner, Yulia Daniel, Yevgenia Ginzburg et bien d’autres ont été reconnus comme des Justes dans le monde: https://it.gariwo.net/giusti/gulag/

Trois nouveaux prisonniers politiques et deux collectes de fonds pour l’aide juridique
Cette semaine, nos collègues du projet « Soutien aux prisonniers politiques. Memorial » , https://t.me/pzk_memorial, ont reconnu trois personnes comme prisonniers politiques.
Le Tatar de Crimée Amethan Abdulvapov a été condamné à 10,5 ans de régime strict pour son implication dans le Hizb ut-Tahrir, qui a été déclaré organisation terroriste en Russie sans aucune preuve: il n’y a aucune preuve que les membres de l’organisation aient commis ou préparé des actes terroristes où que ce soit dans le monde. https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-amethana-abdulvapova/
Alsu Kurmasheva, rédactrice en chef du service tataro-bachkir de Radio Liberty (Idel.Realii), a été envoyée dans un centre de détention provisoire pour s’être soustraite à l’obligation de s’inscrire en tant qu' »agent étranger ». Il s’agit de la première affaire pénale en vertu de cet article, qui demande à toute personne engagée dans la « collecte intentionnelle » d’informations – y compris publiques – sur les activités militaires de la Russie de demander au préalable au ministère de la Justice de l’inscrire dans le registre🤯. https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnoj-zhurnalistku-radio-svoboda-alsu-kurmashevu/
Prokhor Neizhmakov, un réfugié de la région de Lougansk, a été condamné à 3 ans dans une colonie pénitentiaire pour des messages de guerre dans un chat Telegram. Après le début de l’invasion, il a été contraint de fuir l’Ukraine et s’est rendu dans la région de Vladimir, en Russie, où vivent sa mère et sa sœur. https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-ukraincza-prohora-nejzhmakova/
Des collègues ont également lancé deux collectes, https://memopzk.org/news/sbory-na-oplatu-advokatov/, pour payer les avocats d’Andrei Yedigarev et d’Andrei Boyarshinov, accusés d’avoir justifié le terrorisme. Ces deux prisonniers politiques se sont exprimés contre la guerre en Ukraine.

Recueil de documents de nos collègues de Memorial
Enfin, nous aimerions partager avec vous des publications commémoratives et quasi commémoratives!
Commençons par les bonnes nouvelles: ce mois de décembre, comme par le passé, Memorial lance un calendrier de l’Avent de bonnes nouvelles de la communauté russe des droits de l’homme: https://t.me/polniypc/5853
Le premier événement de l’année – un tribunal de Penza a rejeté sept affaires de distribution de tracts anti-guerre à l’encontre d’un résident local🕊.
Par ailleurs, Memorial a publié le cinquième épisode du podcast « La guerre qui n’était pas la guerre » sur l’attaque terroriste à Budennovsk: https://pc.st/e/3-detZEeJST. On peut y lire des citations de membres du « groupe de Sergey Kovalev » – le co-président du Centre pour les droits de l’homme Oleg Orlov et l’ancienne députée de la Douma d’État Yulia Rybakov – sur la façon dont les forces de sécurité ont lancé un assaut, trompant les défenseurs des droits de l’homme.
Le 25 novembre, Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, Memorial a partagé les données du projet « Algorithme de lumière » du Consortium des ONG de femmes, la seule organisation en Russie qui fournit un soutien juridique aux victimes de violence domestique dans tout le pays: https://t.me/polniypc/5817
Le même jour, Memorial, dans le cadre de son projet spécial « Soutien aux prisonniers politiques. Memorial », https://t.me/pzk_memorial/3113, a réalisé des fiches relatant les histoires de violence auxquelles les femmes sont confrontées lors des perquisitions et des arrestations, dans les tribunaux et les interrogatoires, dans les prisons, les hôpitaux et les colonies (photo en avant-première).
Par ailleurs, le matériel central du projet « 30 ans de crimes de guerre russes » – est désormais disponible en russe, en anglais et en français: https://warcrimes.aboutrussia.org
À cet égard, nous vous rappelons que nous disposons de Twitter et Facebook en anglais, ainsi que d’une newsletter – partagez ces liens avec vos amis anglophones: https://subscribe.memo.ngo/lang/en/


Enfin, Radio Liberty a publié un article commenté par notre collègue de Memorial, l’historien Andrei Petropavlov. Andrei qualifie le conflit à Rostov-sur-le-Don à propos du monument Wrangel récemment érigé d’exemple de « guerre mémorielle inachevée, alors que la guerre civile se poursuit dans les pensées, les appels, les piquets »:https://www.kavkazr.com/a/neokonchennaya-voyna-pamyati-kak-pamyatnik-vrangelyu-raskolol-rostov/32700233.html

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don par carte non russe:
https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information Memorial-Russie
25 novembre 202
3

 Le démantèlement de la mémoire – et la lutte pour la préserver
Dessin de Lily Matveeve
À Novaya Kakhovka et dans d’autres villes de la région occupée de Kherson, des monuments à la mémoire des victimes de l’Holodomor ont été démolis à la veille de la Journée commémorative de l’Holodomor, qui tombe cette année le 25 novembre en Ukraine. Plusieurs millions de personnes sont mortes de l’Holodomor en Ukraine au début des années 1930, et des monuments ont été érigés en leur honneur dans l’Ukraine indépendante dans les années 1990-2000. Les attaques directes contre la culture et la mémoire ukrainiennes soulignent une fois de plus la nature génocidaire de la guerre menée par la Russie contre l’Ukraine.
Nous aimerions vous rappeler notre documentation sur le monument aux victimes de l’Holodomor et de la répression à Mariupol, que les autorités d’occupation ont démoli le 19 octobre 2022: https://memorial.notion.site/8134716ecd9841e18d0b166304795754
Nous vous rappelons également toute notre série d’articles sur la mémoire ukrainienne de la terreur soviétique: https://memorial.notion.site/28d436c1159647889c25a8db4ab988b5
Et de Saint-Pétersbourg, nous avons reçu hier des nouvelles en partie réjouissantes. Le 23 novembre, la plaque de la Dernière Adresse, dédiée à Oskars Dobelnek, fusillé dans le cadre de l' »opération nationale lettone », a disparu. Le lendemain, des militants de Saint-Pétersbourg ont restauré la plaque portant le nom du défunt: https://t.me/toposmemoru/5137
L’enlèvement massif de plaques commémoratives par des vandales et leur restauration par des militants sont également décrits dans l’article de Vera Vasilieva sur Radio Liberty: https://www.svoboda.org/a/povtorenie-proydennogo-vera-vasiljeva-o-pereklichke-vremen/32679588.html
Le comité éditorial de Verstka a publié un excellent article sur la façon dont la Russie démolit les monuments commémoratifs des étrangers réprimés pendant les opérations nationales, restitue les bustes de Staline et érige des monuments à la mémoire des participants à la guerre en Ukraine: https://angleworms-resultants-254121.appspot.com/kak-v-rossii-snosyat-memotiali-repressirovannim-i-vozvraschayut-byusty-stalina
Selon notre collègue Alexandra Polivanova, qui a commenté la publication, la destruction et le démantèlement des monuments « sont effectués, même si ce n’est pas de la main, du moins sur ordre des autorités ».

Des tribunaux qui ne devraient pas exister
Le tribunal militaire du district sud de Rostov-sur-le-Don poursuit les procès d’Ukrainiens – prisonniers de guerre et civils kidnappés. Des informations sur les procès sont disponibles en cliquant sur les liens ci-dessous.
Dmitry Golubev: https://t.me/toposmemoru/5121, accusé de l’explosion du MREO de Melitopol, a été condamné à 18 ans de colonie à régime strict. « Je crois que je défendais mon pays, je ne considère pas mon gouvernement comme terroriste et fasciste », a déclaré M. Golubev aux journalistes avant l’audience.
Accusé de « terrorisme », Yaroslav Zhuk: https://t.me/toposmemoru/5086, un habitant de Melitopol, a demandé à la Cour d’ouvrir une enquête sur son enlèvement et ses tortures, affirmant que lors de la dernière session, il avait reconnu un témoin « qui était directement impliqué dans ces tortures et tourments ». Le tribunal a refusé de donner suite à la requête.
Le 22 novembre, Oleksandr Mirochenets et Iryna Mahitych: https://t.me/toposmemoru/5111, accusés dans la plus vaste affaire « ukrainienne », qui implique 24 personnes, dont 9 femmes, ont été interrogés. Oleksandr a affirmé avoir été torturé, Iryna a déclaré: « J’ai eu de la chance, je n’ai pas été torturée: « J’ai eu de la chance, je n’ai pas été battue, mais ils m’ont emmenée dans une pièce où les gens étaient battus. Un sac, du scotch… Il n’y avait pas d’avocat, il y avait un homme armé d’une énorme massue avec une pointe en fer, qui demandait « voulez-vous rester avec votre cerveau et vos reins? » ».Le procès d’Irina Navalnaya: https://t.me/toposmemoru/5128, accusée d’avoir préparé un attentat terroriste à Mariupol, a commencé. Elle ne reconnaît pas sa culpabilité. L’examen de l’affaire se poursuivra le 21 décembre.
L’interrogatoire des témoins de l’accusation se poursuit dans l’affaire de l’attentat à la bombe contre « Motorola » (Arsen Pavlov) et son gardien Yevgeny Gadliya le 16 octobre 2016 et de la tentative d’assassinat d’Alexander Zakharchenko en 2017. Les accusés sont Alexander Pogorelov, Vasily Churilov, Alexander Timoshenko et Artem En: https://t.me/toposmemoru/5099?single

Le Groupe des droits humains de Kharkiv: « Voix de la guerre » et le texte sur Henrikh Altunyan
Voix de la guerre, un projet conjoint du Groupe des droits humains de Kharkiv: https://khpg.org/ru/ et des Mémoriaux européens, présente l’histoire du volontaire Maxim Vainer. Il travaillait dans une brigade internationale chargée de l’aide médicale et de l’évacuation dans la région de Bakhmut. Maxim raconte comment ils ont aidé les blessés, comment ils ont évacué les personnes qui avaient quitté leur maison par désespoir, et comment un jour, alors qu’ils essayaient d’évacuer une femme blessée par un bombardement, un missile russe a touché leur voiture. Maxim a subi de multiples blessures et son partenaire, l’infirmier volontaire américain Pete Reed, a été tué.
Vous pouvez regarder un petit extrait de l’interview sous-titrée en russe sur notre Instagram. L’intégralité de l’interview vidéo est disponible avec des sous-titres en ukrainien, italien, allemand, russe et tchèque. Lisez le texte de l’interview en anglais: https://khpg.org/en/1608812692
Nous aimerions partager avec vous un texte d’Evgueni Zakharov, président du Groupe des droits humains de Kharkiv  et co-président de l’ Association Memorial International, sur le dissident ukrainien et ancien prisonnier politique Henrik Altunyan. Il aurait eu 90 ans le 24 novembre. « C’est en raison de son mépris absolu pour le pouvoir des autorités communistes criminelles, de son irrépressibilité tapageuse, qu’il était sous le contrôle constant du KGB, dont les officiers le détestaient tout simplement », a rappelé M. Zakharov à propos de M. Altunyan: https://memorial.notion.site/169d9e4ed50649f9a4c803df2d4ab576

Mémorial ADC – sur la militarisation de l’enfance
Le 20 novembre est la Journée mondiale des droits de l’enfant: c’est en effet ce jour-là qu’ont été adoptées la Déclaration des droits de l’enfant en 1959 et la Convention relative aux droits de l’enfant en 1989. Pour cette journée, notre collègue d’ADC Memorial Olga Abramenko a préparé un article intitulé « La militarisation de l’enfance – un crime d’État ».
Voici un extrait de l’article: « Il semblait auparavant que le protocole concernait davantage les enfants soldats éloignés en Afrique ou les enfants chahids en Afghanistan, mais sous nos yeux, ce sujet est devenu partie intégrante de la réalité russe contemporaine ». Pour en savoir plus sur la militarisation de l’éducation dans les écoles, sur les enfants ukrainiens dans les territoires occupés et déplacés de force en Russie, et sur d’autres problèmes de l’enfance moderne en Russie, cliquez sur le lien. L’intégralité du texte est disponible en anglais, en ukrainien et en russe: https://adcmemorial.org/statyi/kolonki/militarizacziya-detstva-gosudarstvennoe-prestuplenie/
En avant-première: court métrage d’animation « Comment je suis allé retrouver ma sœur (du Donbass à l’UE) » de la série de documentaires de Memorial sur les enfants ukrainiens et la guerre: https://www.youtube.com/watch?v=EZrJFIXa3FE

« Nuit noire »: Volodymyr Zhylka
Avec la biographie et le poème de Volodymyr Zhylka: https://t.me/toposmemoru/5068; nous concluons la série de publications commencée avec le Centre des droits de l’homme « Viasna » et le Free Belarus Center et consacrée aux poètes fusillés par les autorités soviétiques au cours de la tristement célèbre « Nuit noire » – du 29 au 30 octobre 1937.
Uladzimir Adamavich Zhylka était un poète, philologue, traducteur et critique biélorusse. Dans les années 1920, Zhylka a participé à la lutte anti-polonaise clandestine et a communiqué avec les dirigeants de l’Organisation révolutionnaire biélorusse, la diaspora biélorusse en Lettonie et le mouvement de libération en Lituanie, et a contribué à la rédaction des journaux Nasha Buduchynya et Novaye Zhytsia.
Contrairement aux autres poètes de la série, Zhilka n’a pas vécu jusqu’en 1937: après son arrestation en 1930 dans l’affaire « Soyuz vozvolavalennia Belarusi », il a été envoyé en exil dans la région de Kirov, où il est mort en 1933 d’une tuberculose aggravée.
Le dessin de la série a été réalisé par Lili Matveeva, le matériel a été préparé par Ganna Yalenskaya. De plus amples informations sur les œuvres des poètes biélorusses exécutés sont disponibles dans le projet FBC « Poésie assassinée »: https://executedpoetry.freebelarus.center ou dans le projet « (NOT)FUSILLE » de Sergei Budkin: https://tuzinfm.by/nierasstralianyja/

Topographie de la terreur. Voronej
Un groupe de bénévoles du Mémorial s’est récemment rendu à Voronezh pour explorer la topographie de la terreur dans et autour de la ville avec nos collègues du Mémorial de Voronezh. Ils ont parcouru les sites commémoratifs de Dubovka, où sont enterrées entre 8 000 et 10 000 personnes fusillées. Dans le passé, une cérémonie de réinhumation des dépouilles était organisée tous les 30 octobre sur l’Allée de la douleur.
À Voronezh, nos collègues ont visité les lieux de la terreur: ils sont passés devant le bâtiment du FSB, hérité du NKVD, où des fusillades ont été perpétrées pendant la Grande Terreur, et ont traversé le « quartier tchékiste ». Voir le rapport et les photos de ce voyage: https://memorial.notion.site/1927fbbc0bef4882b75fcc94c6ddb162

Comment s’associer à notre travail?
Lors de la restitution des noms, près de 100 volontaires et bénévoles nous ont aidés. Les bénévoles sont également impliqués dans de nombreux autres projets de Memorial tout au long de l’année. Ils traduisent des textes dans une grande variété de langues, transcrivent des vidéos, aident à la conception ou à l’organisation d’événements, font du sous-titrage, transcrivent des dossiers d’enquête et bien plus encore (et pas seulement en ligne, mais aussi hors ligne dans de nombreuses villes du monde).
Si vous souhaitez devenir volontaire ou bénévole au Mémorial, remplissez le formulaire de candidature en cliquant sur le lien: https://airtable.com/appuGJfac5IckFRna/shrzZcfcSi3KR5mYC
Même si vous ne pensez pas savoir faire quoi que ce soit de spécial, mais que vous voulez essayer – remplissez le formulaire, nous essayons de trouver une place pour chacun d’entre eux.
Merci à Lila Matveeva pour la photo!

Dix nouveaux prisonniers politiques, une collecte pour payer l’amende et des instructions pour écrire des lettres
Cette semaine, nos collègues du projet « Soutien aux prisonniers politiques Memorial », https://t.me/pzk_memorial , ont reconnu dix nouvelles personnes comme prisonniers politiques.
Lev Lerman, https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-lva-lermana/, retraité et militant de l’opposition de Nizhny Novgorod, a été condamné à quatre ans de colonie pénitentiaire pour possession de 10 cartouches. Il a été arrêté au début du mois de mars 2022, alors que des articles spéciaux visant à poursuivre les opposants à la guerre n’avaient pas encore été ajoutés au code pénal.
Kirill Akimov, https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-kirilla-akimova/, un agriculteur de Mordovie, a été condamné à six ans de prison dans une colonie pénitentiaire pour « appel public au terrorisme » en raison de ses déclarations contre la guerre avec l’Ukraine sur une radio amateur.
Alina Olekhnovich, Ivan Trofimov, Alexei Malyarevsky, Artemy Perevozchikov et Sergey Streknev, https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnymi-pyateryh-obvinyaemyh-v-prichastnosti-k-ekstremistskim-organizacziyam-alekseya-navalnogo/, ont été arrêtés dans l’affaire de leur implication dans le QG de Navalny. Ils risquent jusqu’à 6 ans de prison en vertu de l’article sur « l’extrémisme ».
Matvey Yuferov, https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-matveya-yuferova/, a été condamné à 4 ans de prison en vertu de l’article sur la réhabilitation du nazisme – renforcé depuis 2021 et manifestement politisé – pour avoir uriné sur un stand portant le portrait d’un ancien combattant.
Alexei Vasilyev et Alexei Efremov, https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnymi-dvoih-svidetelej-iegovy-iz-saratova/, deux Témoins de Jéhovah de Saratov, ont été assignés à résidence dans une affaire de participation aux activités d’une organisation extrémiste.
Nos collègues ont également lancé une collecte pour payer l’amende d’Elena Shchelupanova https://memopzk.org/news/sbor-na-oplatu-shtrafa/, une militante des droits des animaux de Carélie, et ont partagé des instructions sur la façon d’écrire des lettres aux prisonniers politiques: https://t.me/pzk_memorial/3088
Sur quoi vous pouvez écrire, quels sujets peuvent porter tort, où trouver des adresses: lisez et écrivez

Déclaration de Memorial sur le procès intenté par le ministère de la Justice pour reconnaître le mouvement LGBT comme une organisation extrémiste.
Photo: Memorial: https://adcmemorial.org/statyi/presledovanie-lgbti-v-rossii-za-god-vojny/
« Le 17 novembre 2023, on a appris que le ministère de la Justice avait intenté une action en justice auprès de la Cour suprême de la Fédération de Russie afin de reconnaître le « Mouvement public international LGBT » comme une organisation extrémiste. L’audience est prévue pour le 30 novembre. […]
L’interdiction des activités du « mouvement LGBT », qui n’existe pas, mettra en danger toutes les organisations qui s’occupent de cette question: toute activité visant à protéger ou à représenter les intérêts des personnes LGBT sera criminalisée. La Russie deviendra encore plus dangereuse non seulement pour les militants LGBT, mais aussi pour les personnes homosexuelles, bisexuelles ou transgenres. […]
Nous n’avons aucune raison de douter de l’issue de cette affaire. Nous ne pouvons qu’exprimer notre solidarité avec ceux qui défendent les droits des personnes LGBT en Russie et leur souhaiter beaucoup de force. Pour notre part, nous sommes prêts à les aider par tous les moyens juridiques possibles. » Le texte de la déclaration est disponible sur le site web: https://memorialcenter.org/news/zayavlenie-ob-iske-minyusta

Les sites web du projet « IL Y A 30 ANS » et du Mémorial de l’Oural sont bloqués en Russie
On a appris récemment que les sites web du Mémorial de l’Oural, https://ekmemorial.org, et du projet « Il y a 30 ans » de Memorial, https://aboutrussia.org, ont été bloqués en Russie. Vous pouvez toujours accéder aux sites depuis la Russie avec un VPN, mais en dehors de la Russie, ils sont toujours disponibles sans aucune restriction.Nous soutenons nos collègues et souhaitons vous rappeler leurs matériaux! Sur le site web du Mémorial de l’Oural, nos collègues publient des articles sur l’histoire et les droits de l’homme concernant divers endroits de l’Oural. Par exemple, nous vous suggérons de lire le récit de notre volontaire sur l’histoire de son arrière-grand-père réprimé: https://ekmemorial.org/12-kilometr/vospominaniya/1064-terpeli-golod-i-nikto-ne-pytalsya-oprovergnut-etot-stroj-zhizni-za-chto-repressirovali-moego-pradeda-v-verkhoture.html
Dans le cadre du projet « 30 ANS AVANT », nos collègues du Centre pour les droits de l’homme, des journalistes et des militants des droits de l’homme tentent de comprendre pourquoi le régime actuel est devenu possible, de montrer comment la liberté des Russes a été détruite, comment les Russes eux-mêmes ont renoncé à leur liberté et comment ceux qui ont essayé de la sauver ont été persécutés.
Dans le même temps, nous souhaitons vous faire part d’une nouvelle du Centre pour les droits de l’homme: il a publié le quatrième épisode de son podcast « La guerre qui n’en était pas une » : https://podcast.ru/e/qek3iKT-5n, consacré à la « purge » de Samashki, une opération punitive brutale menée par les forces de sécurité russes au cours de la première guerre de Tchétchénie. Les citations d’Oleg Orlov tirées de cet épisode sont dans les fichiers: https://t.me/polniypc/5776?single
Toujours en rapport avec les rafles massives de conscrits qui se multiplient, nos collègues ont à nouveau rassemblé des liens utiles, que nous vous invitons à partager avec ceux qui risquent d’être appelés dans l’armée: https://t.me/polniypc/5806

En mémoire de Nina Katerli (1934-2023).
Nina Katerli, écrivaine, militante des droits de l’homme et antifasciste, est décédée. Elle est connue non seulement comme auteur de livres de fiction traduits dans de nombreuses langues, mais aussi comme une publiciste qui s’est tenue aux origines de Memorial, défenseure active d’Alexander Nikitin et d’autres personnes persécutées pour des raisons politiques.
Le 14 juin 1988, Nina Katerli a pris la parole lors d’un rassemblement dans le jardin Yusupovsky à Leningrad; la date de ce premier rassemblement à l’échelle de la ville en mémoire des victimes de la terreur d’État en URSS est considérée comme la date officieuse de la fondation de l’Association Memorial de Leningrad (l’enregistrement n’a eu lieu que l’année suivante, en 1989). Elle a été membre du Conseil des droits de l’homme de Saint-Pétersbourg pendant de nombreuses années, n’hésitant jamais à s’exprimer publiquement contre le mal, la violence et le totalitarisme.
Au cours de la dernière année de la vie de Nina Katerli, une procédure pénale a été engagée contre sa petite-fille, la réalisatrice Zhenya Berkovich. En mai 2023, l’appartement de Nina Katerli, âgée de 89 ans, a été perquisitionné dans le cadre de l’affaire Berkovich.
Il y a quelques années, Nina Katerli a accordé une interview au Memorial Project à propos de 1968. Vous pouvez la lire ici: https://1968.memo.ru/interview/katerly/

Kogu Me Lugu – « Collectons notre histoire »
La nouvelle vidéo du projet Kogu Me Lugu de l’Institut estonien de la mémoire historique, qui coopère avec le projet le Goulag c’est juste ici de Mémorial: https://www.youtube.com/playlist?list=PLij4j4U2dbqz2U8r-75i-s6r65U6JSpoy présente l’histoire d’Ene Ruder. Elle raconte comment sa famille tente depuis des années de ramener en Estonie les restes de sa grand-mère, décédée après avoir été déportée en Sibérie. Ene se souvient du jour où les soldats soviétiques sont entrés dans leur maison et l’ont emmenée avec ses trois frères et sœurs et sa grand-mère âgée de 73 ans.
Cette idée a hanté la famille pendant des années et ils ont réussi à ramener la dépouille dans leur pays d’origine – voir l’interview d’Ene. En avant-première, un extrait sous-titré en anglais, russe et estonien. La vidéo complète est disponible sur le site web en estonien et sous-titrée en anglais: https://kogumelugu.ee/et/videoteek/ene-ruder-liias-0

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don par carte non russe:
https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information Memorial-Russie
21 novembre 2023

Berlin, 21 novembre, 13:00
Porte nord du Memorial (52.48998384883284, 13.468454301334225)
Cet après-midi est consacré à une visite guidée de Berlin!
Aujourd’hui déjà, dans quelques heures, vous aurez la chance de participer à une visite guidée exclusive (elle aura lieu spécialement pour le photographe, mais pour tout le monde aussi!) du Memorial aux soldats soviétiques enterrés dans le parc de Treptow. La visite se fera en russe et mettra l’accent sur l’architecture soviétique des monuments à la mémoire des morts de la Seconde Guerre mondiale et sur les particularités de la culture totalitaire du souvenir.
Qu’est-ce qui unit la bataille de Moscou, le bureau d’Hitler, les pyramides de l’architecte nazi et l’exécution des commissaires de Bakou? Découvrez les réponses à ces questions et à bien d’autres lors de l’excursion, inscrivez-vous et venez!
https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSchh42kN900DF3JddhWJn1WXFZpUBRvhSBti0I-_jILkIVj7w/viewform

 Soirée Memorial Suisse
Site MIS 08 / Salle 0101, rue de Rome 6, Fribourg
23 novembre, 18:15-20:30
En été, nous avons écrit que la Suisse avait créé un Memorial-Suisse: https://t.me/toposmemoru/3246 – et maintenant les collègues ont leur premier événement public!
En collaboration avec le Département d’histoire moderne et l’Institut pour l’Europe centrale et orientale de l’Université de Fribourg, le Memorial Suisse vous invite à une rencontre avec deux présentations – « Memorial liquidé mais pas interdit: Travail en Russie, perspectives suisses » par Patrick Sériot et « Nouvelles du Memorial en Russie » par Emilie Kustova (Memorial France) – et une table ronde sur « Archives et recherche en danger » avec Magali Delalois, Emilie Kustova, Eva Maurer, Hanna Perekhoda et Jean-François Fayet sur les archives dans les pays de l’ex-Union soviétique.
Si vous pouvez être à Fribourg cette semaine, ne manquez pas d’y faire un tour! Les détails de la réunion sont disponibles ici: https://agenda.unifr.ch/e/fr/14713/
A propos, les collègues de Memorial Suisse ont un site web! https://memorial-suisse.ch Pendant cette période, le site a été mis à jour avec de nombreux documents en français – sur la guerre en Ukraine, les prisonniers politiques russes, les procès de citoyens ukrainiens en Russie, l’histoire de la terreur soviétique, et les événements et projets de Memorial.

Entretien avec Konstantin Morozov
24 novembre, 19:00 HEURE DE MOSCOU, en ligne
Notre collègue, l’historien Konstantin Morozov, responsable du programme « Histoire de la lutte des forces antiautoritaires pour la liberté dans l’Empire russe et l’URSS », sera l’invité de la prochaine réunion de la série « Gardiens de la mémoire historique » organisée par le Memorial à Vilnius.
La réunion portera sur les problèmes de la mémoire historique, la corrélation entre la science historique et la politique, et le rôle des historiens dans la résistance aux efforts des autorités pour imposer leur version et leur interprétation de l’histoire russe à la société.
Envoyez vos questions sur le tchat et participez à la diffusion vidéo: https://www.youtube.com/watch?v=Xw_przt_I2A

Expositions en Italie et en République tchèque
jusqu’au 24 novembre, Cassano della Murgia
jusqu’au 11 janvier, Olomouc
L’exposition « Les gens malgré tout » continue de voyager en Italie, sur la base de deux expositions mémorielles: « Material. Mémoire de femmes du goulag » et « Lettres de papa ». Elle a été inaugurée à Cassano della Murgia le 16 novembre et y restera jusqu’au 24 novembre! Pour plus de détails, voir le lien: https://cassano.lavocedelpaese.info/uomini-nonostante-tutto-testimonianze-da-memorial/
Et nous vous rappelons qu’en République tchèque, à Olomouc, jusqu’au 11 janvier, il y a une exposition d’œuvres anti-guerre de l’artiste Lili Matveeva, peintes pour Memorial! Plus d’informations ici: https://www.facebook.com/events/798968088583979/?paipv=0&eav=AfYDU20OC58X7-ZFvneiZZ-x06LypRwHEgES5IFONh5oqajV1XvlNu3jFK0EajDwG8s&_rdr

« L’affaire Dmitriev » aux festivals de Budapest et de Varsovie
Budapest, 25 novembre, 18:00; 27 novembre, 20:15
Varsovie, 3, 5 décembre, 20:00
Le documentaire de Jessica Gorter sur notre collègue de Memorial, l’historien et prisonnier politique Yuri Dmitriev, continue d’être projeté en Europe (il a récemment été projeté en avant-première aux États-Unis)! Les festivals de films documentaires sur les droits de l’homme projetteront le film les 25 et 27 novembre à Budapest, et les 3 et 5 décembre à Varsovie.
Le film sera projeté avec des sous-titres en anglais et sera suivi d’une séance de questions-réponses.

« La société russe et la guerre – un regard de l’extérieur »
Oranienburg, 27 novembre, 18:30-20:30
La Fondation des mémoriaux du Brandebourg et la branche brandebourgeoise de la Fondation Friedrich Ebert organisent une réunion à Oranienburg. Notre collègue au Memorial, l’historienne Irina Scherbakova, interviendra lors de cette réunion.
La réunion portera sur la manière dont la société russe perçoit la guerre en Ukraine et sur les perspectives qui s’offrent aux forces d’opposition russes. Pour participer, veuillez vous inscrire avant le 24 novembre en cliquant sur le lien: https://www.sachsenhausen-sbg.de/veranstaltungen/2023-11-27t000000z-die-russische-gesellschaft-udn-der-krieg-ein-blick-von-aussen/?fbclid=PAAabkTOZtU8oJjt8ycPS8FuxuLx8v7kjShiXmic-Ny6H-i5sInZxAxcsH4A0

Nous continuons à nous promener dans Moscou par tous les temps – maintenant avec un plan de deux semaines (!).
Excursion autour de l’Académie Timiryazevskaya
Moscou, 24 novembre, 14:00
Après la tristement célèbre session de l’Académie des sciences agricoles de l’Union Lénine (VASKHNIL), au cours de laquelle Lysenko a vaincu la génétique moderne en août 1948, une grande « purge du personnel » a commencé. La cytologie, la physiologie, la virologie et d’autres sciences naturelles ont également été attaquées.
En nous promenant dans l’Académie Timiryazev, nous évoquerons le sort de ses étudiants et de ses professeurs au XXe siècle. D’ailleurs, sur la chaîne Telegram « C’était juste ici » https://t.me/righthererightthen/179, vous pourrez voir comment s’est déroulée en octobre la lecture des noms sur la plaque commémorative de Nikolaï Vavilov, qui a lutté contre la « Lysenkovshchina » et a été victime de la terreur soviétique.
Toutes les visites sont gratuites (inscription préalable obligatoire), mais vous pouvez nous soutenir sur donate.memo.ru ou memorial-france.org: https://memorial-france.org/donate/

Moscou: Défenseurs
24 novembre, 15:00

« …le plus grand mal de ces années post-staliniennes n’a pas été fait par les méchants et les bourreaux, mais par les conciliateurs. Il est probable que ces médecins-psychiatres, qui condamnent des personnes saines à la « torture par la psychiatrie », ne le font pas non plus parce qu’ils ont besoin de faire souffrir les gens. Ils ne le font pas non plus parce que faire souffrir les gens est leur besoin intérieur, pas du tout. Ils sont placés dans des conditions où ils doivent se soumettre ou être éliminés.
Et les juges? Ne voudraient-ils pas être justes et impartiaux? Mais ils sont eux aussi confrontés au même choix. Nous – avocats, juges, médecins – avons choisi une profession qui nous donne le droit de participer à la résolution du destin humain d’autrui. Et si les membres de ces professions négligent leur devoir professionnel au détriment d’une autre personne, qui dépend d’eux – il vaut mieux vraiment se faire concierges d’immeubles ». « Notes d’une avocate », Dina Kaminskaya – militante des droits de l’homme et avocate qui a défendu des prisonniers politiques lors des procès des années 1960-1970: Yuri Galanskova, Anatoly Marchenko, Larisa Bogoraz, Pavel Litvinov.
Au cours de la visite, nous parlerons de Dina Kaminskaya et d’autres défenseurs du mouvement dissident. Inscription sur le lien: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2678596/

La Loubianka et son quartier
Moscou, 25 novembre, 14:00
Où le diplomate suédois Raoul Wallenberg, qui a sauvé des dizaines de milliers de Juifs pendant l’Holocauste, est probablement mort? Qui a dirigé pendant 30 ans le peloton d’exécution du NKVD et a personnellement abattu entre 10 et 15’000 personnes? Pourquoi l’URSS a-t-elle rompu ses relations diplomatiques avec la Suisse en 1923?
Samedi, lors d’une promenade à la Loubianka et dans le quartier, nous répondrons à toutes ces questions! Inscription ici: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2678594/

Cours intérieures entre Pokrovka et Chistoprud’ye
Moscou, 25 novembre, 15:00
En 1928-1929, à l’angle de la ruelle Potapovsky et de la rue Pokrovka, un ensemble d’immeubles résidentiels de style constructiviste a été construit pour la coopérative « Le constructeur militaire ». Pendant les années de la Grande Terreur, des dizaines de leurs résidents furent fusillés ou condamnés à de longues peines de camp, et l’un de ces bâtiments devint le recordman du nombre de panneaux « Dernière adresse » à Moscou.
Nous nous promènerons dans les cours entre Pokrovka et Chistoprudye – et espérons voir les plaques commémoratives à leur place. Inscription sur le lien: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2672692/

Autour de la prison de Butyrki
Moscou, 26 novembre, 14:00
« A Butyrki, une aile entière d’un étage était réservée aux interrogatoires de nuit, probablement équipée du matériel de torture le plus moderne. En tout cas, Klara, qui avait été à la Gestapo, assurait que les instruments de torture provenaient bien de l’Allemagne hitlérienne » – Evgenia Ginzburg, « Le vertige ». Varlam Shalamov et Alexandre Soljenitsyne ont laissé leurs souvenirs d’emprisonnement dans la prison de Butyrki, qui ne cesse aujourd’hui de se remplir de nouveaux prisonniers politiques.
Au cours de l’excursion, nous parlerons de l’histoire de la prison, des conditions de détention et de la vie des prisonniers à différentes époques. Dans l’histoire de la plus célèbre prison de Moscou, comme dans un miroir, on peut voir l’histoire difficile de notre pays.Inscription sur le lien:https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2672797/

Entre Prechistenka et Ostozhenka
Moscou, 26 novembre, 15:00
Au milieu des années 1950, Anatoly Mariengof écrivait à propos d’Isadora Duncan: « Elle n’est venue en Russie soviétique que parce qu’on lui avait promis… la cathédrale du Christ-Sauveur ». Les salles de théâtre ordinaires n’inspirent plus Duncan. L’esprit de la grande va-nu-pieds s’élevait très haut. Elle voulait respirer non pas la poussière des coulisses, mais l’encens le plus doux. Et regarder non pas le plafond du théâtre, mais le dôme, qui rappelle le paradis.
Mais Duncan n’a pas eu à se produire dans la cathédrale du Christ-Sauveur 90 ans avant le spectacle des Pussy Riot: elle s’est vu attribuer un hôtel particulier dans la rue Prechistenka pour son école de danse, où la grande danseuse s’est installée avec son mari Sergei Yesenin.
Nous en dirons plus sur ce sujet et sur d’autres histoires des habitants d’Ostozhenka et de Prechistenka lors de l’excursion, inscrivez-vous et venez! https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2672701/

2 nouveaux itinéraires!
27 novembre – 3 décembre
Et si soudainement votre horizon de planification dépasse une semaine – voici notre bref plan de promenades pour la semaine prochaine!2 décembre, 14:00 – Lubyanka et ses environs: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2680642/
3 décembre, 14:00 – Promenade autour de l’Académie Timiryazevskaya: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2682641/
3 décembre, 15h00 – Pour votre et notre liberté: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2680640/
Le 2 décembre, dans l’après-midi, il y aura deux premières, nous vous en dirons plus la semaine prochaine!

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don par carte non russe:
https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information Mémorial-Russie
18 novembre 2023

Sélection d’actions « Restitution des noms » qui n’ont pas été diffusées le 29 octobre
Le 29 octobre, l’action « Retour des noms » s’est déroulée dans des dizaines de villes. Pendant 12 heures, les participants ont lu au moins 1850 noms de personnes exécutées et de victimes, et bien que les noms lus dans 70 villes aient été diffusés, tous n’ont pas pu l’être pour diverses raisons: il y a eu un décalage horaire, il n’a pas été possible d’obtenir immédiatement un enregistrement de la qualité requise, quelques minutes ont été diffusées, alors que l’action a duré beaucoup plus longtemps.
Le plus important pour nous est que l’action ait eu lieu et qu’elle ait été publique – chaque nom a été entendu par les personnes qui se trouvaient à proximité ou qui passaient par là. Nous avons rassemblé une première sélection d’actions dans les villes qui n’ont pas été incluses dans l’émission.
Amsterdam
https://www.instagram.com/p/CzCPyt9LT-q/?igshid=MzRlODBiNWFlZA%3D%3D&img_index=1
Une sélection de photos de l’action au monument de Walraven van Hull, le héros de la résistance antifasciste aux Pays-Bas, mort aux mains des nazis.
Vilnius
Lors de l’action, les noms des victimes de la Grande Terreur ont été lus en même temps que les noms des prisonniers politiques actuels, voir les photos ici: https://t.me/volna_lt/2309
Genève
Vidéo de la lecture des noms en Suisse: https://www.youtube.com/watch?v=U6hLoDtkS9A, et un rapport détaillé et des photos dans un post facebook: https://www.facebook.com/story.php?story_fbid=pfbid078QD7243wQXsdk3iaMd4XeVnDRT2HF9XtnjdV9ZvQEUTVCRQRoU3hQRXXsJA9CDml&id=100064767460361&mibextid=WC7FNe&paipv=0&eav=AfYL4woXuG2EjANBJfwtVLXo61cHAySGb8o1D6mvRMQA10dZgU0s9s8qBAFhwglGEhQ&_rdr
Katyn
L’action au mémorial de Katyn a eu lieu le 31 octobre, et n’a donc pas été incluse dans la diffusion principale. Mais vous pouvez visionner une vidéo de la lecture des noms des officiers polonais fusillés au printemps 1940: https://www.youtube.com/watch?v=V93J47bhp_o
Miami
Vidéo de la lecture des noms à Miami: https://www.facebook.com/watch/?v=1779862009127497
Perm
Cette année, le Mémorial de Perm a organisé la « restitution des noms » en ligne plutôt que hors ligne, et une grande vidéo éditée de résidents de Perm et de la région de Perm lisant les noms peut être visionnée sur YouTube: https://www.youtube.com/watch?v=WDhnrNk4Elc
Cependant, une petite action s’est déroulée hors ligne, avec en toile de fond la Tour de la mort, symbole persistant de la violence d’État pour les habitants de Perm. Cette action a été publiée en soutien à Alexander Chernyshov, qui croupit dans le centre de détention provisoire n° 1 de Perm depuis six mois: https://t.me/toposmemoru/4969
Riga
Une sélection de photos de l’action dans la capitale lettone: https://www.facebook.com/KrievuBalss/posts/pfbid037XDxcAdiwie2f2ewhEtjLamPNnJkysN9P6L4nU6XxbywYRYiDevBowtERSWPsTcml et une vidéo: https://www.facebook.com/reel/302891505888283
Yaroslavl
La lecture des noms a eu lieu au monument commémoratif des victimes de la terreur dans le village de Selifontova, près de Yaroslavl. Des habitants de Yaroslavl, Kostroma, Dmitrov et Moscou ont assisté à la lecture, voir la vidéo ici: https://www.youtube.com/watch?v=Ksrb5x3zhD4

Procès de citoyens ukrainiens en Russie: les cas d’Anton Cherednik et d’Alexander Ishchenko
Nous continuons à vous parler des procès d’Ukrainiens devant le tribunal militaire du district sud de Rostov-sur-le-Don – des procès qui ne devraient pas exister en Russie. Pour plus de détails, voir les liens ci-dessous.
Le procès contre cinq citoyens ukrainiens: Igor Gorlov, Andrei Golubev, Alexander Zhukov, Vladimir Zuev et Yuri Petrov se poursuit. Les enquêteurs russes les accusent d’avoir « créé une communauté terroriste » et d’avoir « préparé un acte de terrorisme international » dans la ville annexée de Melitopol: https://t.me/toposmemoru/5025.
La défense a commencé à présenter des preuves dans le cas de Grigory Sinchenko, qui est accusé d' »espionnage », de « sabotage » et de plus de 40 autres crimes commis sur le territoire de la soi-disant DNR. Sinchenko lui-même a signé un refus de prendre connaissance du dossier, commentant: « L’enquêteur a ajouté le témoignage sous la torture au dossier, mais a refusé d’accepter ce que j’ai montré en présence de mon avocat, déclarant que l’enquête était déjà terminée ». Nous avons publié précédemment une interview de Grigory: https://t.me/toposmemoru/5039.
L’examen de l’affaire de l’attentat à la bombe contre « Motorola » (Arsen Pavlov) et son gardien Yevgeniy Gadliya le 16 octobre 2016 et de la tentative d’assassinat d’Alexander Zakharchenko en 2017 se poursuit, les accusés étant les citoyens ukrainiens Alexander Pogorelov, Vasyl Churilov, Alexander Timoshenko et Artem Yena. Trois d’entre eux nient totalement leur culpabilité, Pogorelov n’a pas commenté l’accusation lors de la première audience: https://t.me/toposmemoru/5046.
Le 15 novembre, Oleksandr Mukhin et Nina Bondarenko ont été interrogés, accusés dans la plus vaste affaire « ukrainienne », qui implique 24 personnes (deux ont été échangées), dont 9 femmes. L’examen de l’affaire se poursuivra le 22 novembre: deux autres accusés devraient être interrogés: https://t.me/toposmemoru/5052

Le Groupe des droits humains de Kharkiv: « Voix de la guerre » et le texte sur Mustafa Dzhemilev
Voix de la guerre, un projet conjoint du Groupe des droits humains de Kharkivet de European Memorials, présente l’histoire de Kirill Kutsenko, un habitant de la ville de Rubizhne. Il parle du bombardement de sa ville natale par les troupes russes en 2014 et 2022, des destructions catastrophiques, de la propagande et de la vie de la population russophone en Ukraine: https://www.youtube.com/watch?v=Z7gRg4JbAN8
Lire le texte de l’interview en anglais: https://khpg.org/en/1608810939
Le directeur du Groupe des droits humains de Kharkiv, notre collègue Eugène Zakharov, a écrit un texte pour l’anniversaire du militant des droits de l’homme, dissident et homme politique Mustafa Dzhemilev, qui a eu 80 ans le 13 novembre. Pour en savoir plus sur la participation de Dzhemilev au mouvement de défense des droits des Tatars de Crimée, ses arrestations et sa contribution au mouvement de défense des droits de l’homme, cliquez sur le lien: https://ru.krymr.com/a/mustafadzhemilev-krym-ukraina-krymskiye-tatary/32684024.html

La journée des chaises vides et de la nuit noire
Depuis les années 1980, le 15 novembre est célébré dans le monde entier comme la Journée des chaises vides, en commémoration des auteurs emprisonnés, persécutés et assassinés. En souvenir des poètes et écrivains assassinés par les autorités soviétiques, nous vous rappelons nos deux séries de billets.
Sur les auteurs du « Shot Revival » ukrainien, dont la plupart ont été fusillés à Sandarmoh. Vous pouvez trouver leurs biographies et leurs poèmes grâce au hashtag #sandarmokh.
Sur les auteurs biélorusses tués lors de la « Nuit noire » du 29 au 30 octobre 1937. Vous pouvez trouver leurs biographies et poèmes avec le hashtag #nochrasstraliannye paetau.
Nous souhaitons partager avec vous un nouveau billet de la deuxième série, consacré à Moses (Moishe) Kulbak, poète et écrivain juif et biélorusse. Kulbak écrivait en yiddish, explorait la vie des juifs locaux, combinant les images du folklore biélorusse avec le mysticisme biblique, les croyances indiennes et le kabbalisme, et peignait l’image d’un monde où les Biélorusses et les juifs vivaient ensemble en dehors de la civilisation urbaine. Il a été fusillé lors de la tristement célèbre « Nuit noire », du 29 au 30 octobre 1937: https://t.me/toposmemoru/5005.
Pour rappel, une série sur les poètes bélarussiens réprimés est également publiée par nos collègues polonais et italiens, ainsi que sur notre Facebook, notre Twitter et notre liste de diffusion en anglais: https://www.facebook.com/memorialinenglish

« Le Goulag c’est juste ici » est la suite de l’histoire d’Andrei Grigorenko sur lui-même et son père.
Dans la deuxième partie du film, Andrei Grigorenko continue de raconter le destin de son père – un général soviétique devenu dissident et militant des droits de l’homme – après la « destitution » de Khrouchtchev, son travail de dissident, la lutte pour les droits des Tatars de Crimée, sa deuxième arrestation, la torture et l’emprisonnement, l’émigration, ainsi que sa propre attitude à l’égard de l’Ukraine et de la guerre: https://www.youtube.com/watch?v=MRuwXtBO3z8.
Regardez la première partie sur notre chaîne YouTube. Le film a été produit dans le cadre des projets de Memorial « Gulag Right Here » et « Dissidents » avec le soutien de Memorial-France et du Centre Karta. Le matériel a été tourné à Paris:https://www.youtube.com/watch?v=iw99cT4RdzM

Le reportage d’adieu d’Ivan Juha avec la Kolyma
En août et septembre, notre collègue de Memorial, l’historien et expert de « l’opération grecque » du NKVD Ivan Juha de Gelendzhik, s’est rendu dans la région de la Kolyma pour installer des plaques commémoratives pour les Grecs qui y sont enterrés. Nous avions déjà publié ses rapports sur les sites des anciens camps dans le village de Yagodnoye et dans la région de Kabakcha: https://t.me/toposmemoru/4406, sur la prison de tir près de la rivière Sniper et sur plusieurs autres lieux liés à l’histoire du goulag en Kolyma: https://t.me/toposmemoru/4268
Dans son reportage d’adieu, Ivan Juha montre les endroits préférés des Magadans. Il se promène le long de la baie de Nagayev et du parc de Mayak, d’où l’on a une vue magnifique sur les grandes eaux. Il prête attention aux mouettes qui volent autour de lui, aux soucis orange vif qui poussent tout autour, montrant ainsi que la vie à Magadan se poursuit malgré sa terrible histoire. Dans le générique, nous expliquons comment des Grecs se sont retrouvés à Kolyma et en quoi consistait l' »opération grecque du NKVD »: https://www.instagram.com/reel/Czg1hAIraRA/?igshid=MzRlODBiNWFlZA%3D%3D
Ces reportages ont été appréciés par nombre de nos abonnés et nous sommes impatients de les poursuivre l’été prochain !

Cinq nouveaux prisonniers politiques
Cette semaine, nos collègues du projet « Soutien aux prisonniers politiques. Memorial » ont reconnu cinq nouvelles personnes comme prisonniers politiques.
Daniil Seregin, de Simferopol, a été condamné à un an et demi de détention dans une colonie pénitentiaire en raison des messages anti-guerre qu’il a publiés sur Facebook: https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-daniila-seryogina-iz-simferopolya/
Nikita Zhuravel, 19 ans, est accusé de hooliganisme et d’offense aux sentiments des croyants pour avoir brûlé le Coran. En août, Nikita a été battu par le fils de Kadyrov dans le centre de détention provisoire, qui a ensuite reçu de nombreuses récompenses. https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-nikitu-zhuravelya/
Ksenia Fadeeva, ancienne coordinatrice du quartier général d’Alexei Navalny à Tomsk, a été placée en détention provisoire en vertu de l’article relatif à l' »extrémisme ». https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnoj-kseniyu-fadeevu/
Takhir Arslanov, un retraité de Novossibirsk, a été condamné à trois ans de prison pour des commentaires anti-guerre sur les réseaux sociaux. Lors des perquisitions, les forces de l’ordre ont tué son chat. https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-tahira-arslanova/
Oleg Valeev, de Feodosiya, a été condamné à un an et demi de colonie pénitentiaire pour avoir « discrédité » l’armée à plusieurs reprises. https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-olega-valeeva/

Oleg Orlov: citations tirées du film documentaire
Dans le documentaire « Le retour de la répression » du projet « Signes de vie » de Radio Liberty, Oleg Orlov réfléchit à la façon dont la Russie en est arrivée une fois de plus à l’absence de liberté et à une guerre majeure. https://www.youtube.com/watch?v=ORY4NmP5rGk
« Nous devons prendre conscience et décider: nous construisons quelque chose d’autre, et nous prenons au sérieux non seulement l’opinion des Russes et de ceux qui se souviennent de ce mythe russe, la construction d’un grand espace unificateur – mais nous devons également respecter le point de vue de ceux qui ont été unis, qui peuvent l’aimer ou non, et qui se souviennent différemment », déclare le militant des droits de l’homme. Lisez ses citations du film dans nos fiches:_ https://t.me/toposmemoru/5017
En octobre, le coprésident de la CCDH Memorial a été condamné à une amende de 150 000 roubles par le tribunal du district Golovinsky de Moscou pour avoir « discrédité l’armée russe ». Le bureau du procureur a fait appel de la sentence et demande maintenant une peine réelle, arguant qu’Orlov poursuit ses activités – c’est-à-dire, apparemment, son travail en faveur des droits de l’homme au sein de Memorial. Oleg Orlov et sa défense ont également fait appel, insistant sur un acquittement total.
Vous pouvez également lire une nouvelle interview d’Orlov: https://republic.ru/posts/110371

En mémoire d’Irina Osipova
Irina Osipova, collègue de Memorial, est décédée le 16 novembre. Grâce à elle, nous savons beaucoup de choses sur les opposants au régime soviétique.
Irina Osipova a étudié l’histoire de la Croix-Rouge politique, et les résultats de son travail sont rassemblés sur le site web: http://pkk.memo.ru.
Elle a participé à l’organisation de la première exposition de peintures d’artistes réprimés, a été l’une des premières à enquêter sur le sort des prisonniers du camp de Solovetsky et, dans les dernières années de sa vie, a consacré son temps à l’étude de la persécution des croyants et des ecclésiastiques de diverses confessions.
Pour en savoir plus sur le travail et la vie de notre collègue, lisez la nécrologie: https://memorial.notion.site/1f6e5127b51e414093155973a3d3bff9

Centre Memorial antidiscrimination: 10 ans de travail, une discussion sur le colonialisme russe et un condensé.
Cette année, le Mémorial du Centre antidiscrimination (Bruxelles)https://www.facebook.com/adcmemorial célèbre son 10e anniversaire. Cette publication (https://adcmemorial.org/publications/adcz-memorial-bryussel-10-let-raboty-2013-2023/?fbclid=IwAR0ZfOsCoqiEot5nM8iRN-7d6pr_dTRS-rsReVEugoC8rVIFpiN9D-4ExS8) reflète brièvement la diversité de leurs activités au cours de ces années: défense des droits des minorités (Roms, Tatars de Crimée, minorités d’Asie centrale – Pamiris, Dungan, Karakalpak, Ouïghours); droits des groupes d’enfants vulnérables (migrants, enfants réfugiés d’Ukraine); droits des femmes au travail et lutte contre les listes de professions interdites; défense des droits des personnes LGBTI+ dans la région; et défense des droits des migrants et des apatrides.
Tous les deux mois, nos collègues publient un résumé de leur travail. Vous trouverez ici des informations sur leurs documents, événements et publications dans les médias pour septembre-octobre: https://mailchi.mp/68855435b460/adc-2023-15847880?fbclid=IwAR3Ld4MYr43qt-f2WzvJPDLYihCli7srT0FjyqhvXRwNL6i68z5teouDdOE
Et séparément, nous aimerions partager les discours des participants à la discussion organisée au Parlement européen par ADC Memorial avec Rasa Juknevičienė, député européen, sur le thème « Résister à la pression coloniale russe: les voix de différents peuples »: https://adcmemorial.org/statyi/tezisy-diskussii-protivostoyanie-rossijskomu-kolonialnomu-davleniyu-golosa-raznyh-narodov/?fbclid=IwAR2d4KM0GIYDmxCrfaA7aFL3CiBWFg84GDpG-hm_UypR7fDU_GnslTN2gwY

Et enfin, voici notre réponse à une autre proposition du ministère de la Justice demandant de déclarer les organisations LGBT+ comme extrémistes
https://ovd.info/express-news/2023/11/17/minyust-potreboval-priznat-dvizhenie-lgbt-ekstremistskoy-organizaciey

Bulletin d’information Mémorial-Russie
11 novembre 2023


Timecodes pour le « Retour des noms » 2023 + vidéo de Perm!
Nous avons ajouté des timecodes à la diffusion du « Retour des noms » de cette année sur YouTube: https://www.youtube.com/watch?v=DJD7zlImW_Y
Vous pouvez désormais consulter les actions qui vous intéressent, vous retrouver et retrouver vos amis, ainsi que revoir les vidéos de la nouvelle section de cette année.
Si vous ne trouvez pas votre action, ne vous énervez pas – au moins 20 (!) villes n’ont pas été incluses dans la diffusion pour diverses raisons (et de nombreuses actions n’ont pas été diffusées dans leur intégralité). Nous avons déjà commencé à les publier séparément et nous essaierons de vous les montrer toutes! Par exemple, vous pouvez voir ici  » Retour des noms  » sur fond de la Tour de la mort – probablement le bâtiment le plus légendaire de Perm, qui est devenu un symbole de la violence d’État: https://www.instagram.com/reel/CzVm7BAt1xF/?igshid=MzRlODBiNWFlZA%3D%3D
La tour de la place Komsomolskaya a été construite pour le ministère de la sécurité d’État en 1952, puis transférée au ministère de l’intérieur. Dans ce bâtiment, les archives contiennent encore plus de 120’000 dossiers de «dékoulakisés» et ont été déportées à Perm, y compris des personnes originaires de Pologne, de Biélorussie, des États baltes, etc. Les dossiers administratifs n’ont jamais été transférés aux archives publiques.
Au cours des dernières décennies, la Tour de la mort a de plus en plus justifié son nom populaire. Elle abrite le département du ministère de l’intérieur du kraï de Perm, dont le tristement célèbre « Centre E », à l’origine de nombreuses persécutions politiques. C’est ce centre qui a ouvert une procédure pénale contre Perm Memorial, qui a maintenu notre collègue Alexander Chernyshov en prison pendant près de six mois.
Nos collègues publient des enregistrements de lectures à Moscou dans le cadre du programme « Retour des noms » sur la chaîne Telegram « C’est juste ici »: https://t.me/righthererightthen
Il existe déjà une vidéo d’une visite du parc de l’Académie Timiryazev: https://t.me/righthererightthen/179 où des noms ont été lus sur la plaque commémorative de Nikolai Vavilov – dans l’habituelle tradition sélective: il n’y a pas un mot sur la campagne de répression organisée par les autorités soviétiques contre le scientifique (et contre la génétique classique dans son ensemble), sur son arrestation et sa mort dans la prison de Saratov. 

Procès de citoyens ukrainiens en Russie: les cas d’Anton Cherednik et d’Alexander Ishchenko
Photo: Dmytro Kozatsky
Les centres de détention russes abritent de nombreux citoyens ukrainiens qui ont été emmenés de force sur le territoire de la Fédération de Russie. Dans de très nombreux cas, il est impossible de savoir où ils se trouvent, mais certains d’entre eux sont actuellement jugés sur la base d’accusations criminelles. Les militants ukrainiens des droits de l’homme ont dressé une carte des lieux où les citoyens ukrainiens sont le plus susceptibles d’être détenus.
Peu de journalistes assistent à ces séances. Nous essayons de suivre ces procès autant que possible, même si les procès d’Ukrainiens ne devraient en principe pas avoir lieu dans la Fédération de Russie.
La semaine dernière, le tribunal militaire du district sud de Rostov-sur-le-Don a condamné Anton Cherednik, un militaire ukrainien de 43 ans né à Krivoy Rog, à 19 ans de colonie à régime strict, les trois premières années devant être purgées en prison: https://t.me/toposmemoru/4982
Le prisonnier de guerre était accusé de « prise de pouvoir par la violence » (article 278 du code pénal russe), de meurtre motivé par la haine (paragraphe « l » de la partie 2 de l’article 105 du code pénal russe) et de traitement cruel de civils (partie 1 de l’article 356 du code pénal russe).
Le même tribunal poursuit l’examen de l’affaire « ukrainienne » la plus importante, dont les accusés sont 24 personnes, dont 9 femmes. Ils sont accusés de « prise de pouvoir par la force », de « participation à une organisation terroriste » et de « formation à des activités terroristes ». Les enquêteurs pensent qu’il s’agit de membres du bataillon Azov. Lisez dans nos fiches comment s’est déroulée la réunion sur l’affaire Alexander Ishchenko: https://t.me/toposmemoru/4992

« Les voix de la guerre » et les 31 ans du groupe de défense des droits de l’homme de Kharkiv
https://www.youtube.com/watch?v=DB_q9EReXrw
Dans « Voix de la guerre », un projet commun du groupe des droits de l’homme de Kharkiv et des mémoriaux européens: https://khpg.org/ru/, Ninel Chernyshenko, résidente de Borodyanka, raconte comment les militaires russes ont pris pour cible des maisons habitées, tiré sur des civils et pillé – et comment, contre toute attente, elle croit en la victoire imminente de l’Ukraine.
Voir l’interview vidéo sous-titrée en anglais: https://khpg.org/en/1608811638
Le Groupe des droits de l’homme de Kharkiv a fêté ses 31 ans hier. Notre collègue Eugène Zakharov, co-président de l’Association Memorial International, nous a parlé de l’émergence de l’organisation, de l’informatisation des archives en Ukraine, et de la façon dont le travail sur le projet Ostarbeiters Memorial s’est déroulé en 1990-1991 dans la région de Kharkiv. Lisez l’histoire d’Evgueni Zakharov en ukrainien sur le site web du groupe: https://memorial.notion.site/c855aef11d2544e0948e8ffe1ecf1777

7 nouveaux panneaux « Dernière adresse » à Sumy
Le 7 novembre, 7 nouveaux panneaux « Ostannya Adresa » [‘dernière adresse’] sont apparus dans la ville de Sumy en Ukraine: https://www.facebook.com/ostannya.adresa.ukraine
Ils ont été installés à 5 adresses à la fois: le médecin Semyon Haron, le technicien Leonty Indyk, le chef d’équipe Yakov Pint, le tisserand Abram Gorn, le tisserand Heinrich Warshavyak, le tisserand Shmul Vaystukh et le tisserand Senai Sendovsky. Presque tous ont été fusillés (Varshavyak est mort au camp), puis tous ont été réhabilités.
Les initiateurs de l’installation des panneaux commémoratifs sont l’organisation caritative juive « Chesed Haim Sumy » et l’historienne et journaliste ukrainienne Olena Priymach, qui a fait des recherches sur la terreur stalinienne à Sumy, étudié une grande quantité de documents d’archives et publié plusieurs articles sur le sujet.

Le journal de Madina Elmurzaeva sur la guerre en Tchétchénie
Le 7 novembre 1991, peu après la déclaration de souveraineté de la République tchétchène par son président Dzhokhar Dudaev, le président de la RSFSR Boris Eltsine a publié un décret déclarant l’état d’urgence en Tchétchénie. Il s’agissait de la première tentative des autorités russes de résoudre le conflit par la force, avec l’aide des forces spéciales. En partie à cause de la confusion et de l’incompétence, en partie à cause de la séparation des pouvoirs qui existait encore en Russie, en partie à cause de la réaction rapide des partisans de l’indépendance, les autorités russes n’ont pas réussi à établir un contrôle dans la république et la situation n’a fait qu’empirer. La position de la Tchétchénie en tant qu’enclave indépendante de facto s’est maintenue pendant trois années supplémentaires, jusqu’au déclenchement d’une guerre à grande échelle à la fin de l’année 1994. Nous vous proposons le témoignage d’une femme qui a été victime des décisions des hommes politiques qui, étape par étape, ont conduit à cette tragédie: https://t.me/toposmemoru/4972
Les dernières années de la vie de Madina Elmurzaeva, une infirmière de Grozny, sont résumées en 28 courtes notes. Les lignes paisibles sur la poésie, la nature et la santé des enfants sont remplacées par des réflexions anxieuses sur la situation politique de la république, puis par des témoignages terrifiants sur la première guerre de Tchétchénie.
Quittant la ville, l’infirmière se rend à l’hôpital pour une durée indéterminée. Les salles et les lits sont bientôt remplacés par le sous-sol d’un abri antiaérien rempli de blessés, puis par des images de l’occupation brutale et des tentatives de quitter la ville par les faubourgs minés. Madina, fidèle à son devoir de médecin, a organisé un groupe de volontaires. Au péril de leur vie, ils ont essayé de sauver tous ceux qu’ils pouvaient atteindre. Cependant, au cours du troisième mois de combat, la guerre lui a ôté la vie. Madina Elmurzaeva a été victime d’un piège placé sous ses collègues mortellement blessés qu’elle tentait d’aider.
En mémoire de cette personne bienveillante et désintéressée, nous publions le journal de Madina Elmurzaeva dans son intégralité: https://memorial.notion.site/306fd14d92dd45c68170c36f0ab5c3ee, accompagné d’illustrations de l’artiste Lily Matveeva. Il s’agit du deuxième journal de Tchétchénie de notre série: https://memorial.notion.site/401258faf5cc493884ca4e1f4100e92d

Nos collègues continuent d’être condamnés à des amendes en vertu des articles sur les « agents de l’étranger »
Le tribunal du district de Kirovsky à Ekaterinburg a condamné Memorial- Ekaterinburg à une amende de 300 000 roubles pour avoir appliqué de manière « incorrecte » la législation sur les agents de l’étranger.
Le tribunal n’a pas pris en compte la demande de la défense d’accepter le pourvoi en cassation dans cette affaire. Dans ce contexte, Memorial-Ekaterinburg a demandé que l’affaire soit suspendue au tribunal du district de Kirovsky, où elle a été rejugée après l’annulation du jugement en appel (l’amende y a également été imposée).
Nous attendons maintenant la décision sur l’appel. Elle sera examinée par la septième Cour de cassation de juridiction générale à Chelyabinsk. La date n’est pas encore connue.
Fin octobre, le tribunal du district de Kuibyshev à Saint-Pétersbourg a condamné le Centre d’information scientifique Memorial (Saint-Pétersbourg) à une amende de 300 000 roubles en vertu de l’article relatif à la non-présentation au ministère de la justice d’un rapport sur les activités d’un « agent de l’étranger » ou à la présentation d’un tel rapport sous une « forme inadéquate ».

Trois nouveaux prisonniers politiques et des groupes de soutien
Cette semaine, nos collègues du projet « Soutien aux prisonniers politiques Memorial », https://t.me/pzk_memorial, ont reconnu trois nouvelles personnes comme prisonniers politiques.
Evgeny Bushev, un témoin de Jéhovah de Chelyabinsk, a été condamné à 7 ans dans une colonie de régime général en vertu de l’article sur l’organisation des activités d’une organisation extrémiste.
Le musicien ukrainien Igor Levchenko a été condamné à trois ans de prison pour une vidéo anti-guerre sur Instagram. Le 28 février 2022, Igor s’est produit lors du marathon anti-guerre du Mémorial contre la guerre au bureau du Mémorial sur Karetny Ryad: https://www.youtube.com/watch?v=96Nu0LdzZbs&t=31060s
Vladimir Timofeev, un militant de gauche d’Irkoutsk, a été condamné à 2 ans et 8 mois de colonie pour un commentaire approuvant les actions de l’AFU.
Nos collègues ont également compilé un dossier spécial de canaux Telegram avec des groupes d’entraide, à travers lesquels vous pouvez soutenir les prisonniers politiques non seulement en masse, mais aussi de manière personnelle: https://t.me/addlist/yIgiuHh55tw2MDYy

Le poète et prisonnier politique Youri Galanskov
https://www.youtube.com/watch?v=sKwsYav0hi8
Le 4 novembre 1972, le poète, publiciste et dissident Youri Galanskov est décédé dans un hôpital du camp. À la fin des années 1950, Galanskov a participé activement à des lectures de poèmes non officielles sur la place Maïakovski. Son poème « Manifeste humain » est devenu le symbole de ces lectures.
En janvier 1967, Galanskov est arrêté et condamné à sept ans de détention dans des camps à régime strict lors du célèbre « procès des quatre » (l’affaire Ginzburg-Galanskov-Lashkova-Dobrovolsky). Dans le camp de Mordovie, malgré son ulcère, il a participé à des manifestations et à des grèves de la faim.
Le 4 novembre de cette année, comme par le passé, notre collègue Alexei Makarov, chercheur sur le mouvement dissident, a organisé une promenade sur Youri Galanskov, au cours de laquelle il nous a expliqué ce que le poète a fait pour le mouvement dissident, comment il a enduré une dure période de camp, comment il est mort et où il a été enterré. Vous pouvez visionner un enregistrement de la marche de l’année dernière sur notre chaîne YouTube: https://www.youtube.com/watch?v=sKwsYav0hi8
Lors de cette marche, nous nous sommes également souvenus des poèmes du poète Artem Kamardin, qui a été arrêté en raison des lectures de Maïakovski en 2022. Pour en savoir plus sur le « cas Maïakovski » contre Artem Kamardin, Nikolai Daineko et Yegor Shtovba, reconnus comme prisonniers politiques, cliquez ici: https://memopzk.org/dossier/mayakovskoe-delo/

Kogu Me Lugu – « Recueillez notre histoire »
https://www.youtube.com/watch?v=pH-1zmi10Jk
Nous publions une autre histoire tirée du projet vidéo Kogu Me Lugu de l’Institut estonien de la mémoire historique, en coopération avec le projet Gulag c’est juste ici. Ce projet se concentre sur les souvenirs des personnes et de leurs descendants qui ont souffert sous les régimes soviétique et nazi.
Hans Varnik raconte l’histoire de sa famille dans la paroisse d’Antsla, dans le comté de Võru. Pendant l’occupation, le père de Hans était membre de la défense intérieure et a ensuite combattu dans les forces allemandes. Le père de Hans est mort dans une prison soviétique, et Hans a été étiqueté pour toujours comme « le fils d’un traître à sa patrie ».
À l’âge de 16 ans, Hans a rejoint l’organisation de résistance de la jeunesse scolaire clandestine Sini-Must-Valge. Au cours de ses interrogatoires à Võru et à Tartu, Hans a été torturé par les services de sécurité soviétiques, mais il a refusé d’admettre les accusations portées contre lui et a finalement été libéré.
L’aperçu montre un extrait de l’interview avec des sous-titres en anglais, en russe et en estonien.

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don par carte non russe:
https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information de Memorial Russie,
4 novembre 2023

Mémoire des femmes du goulag, un monument à Levashovo, la conscription d’automne

Comment et pourquoi aider les prisonniers politiques – dans les fichiers
A l’occasion de la Journée des prisonniers politiques du 30 octobre, nous avons, avec nos collègues du projet « Soutien aux prisonniers politiques. Memorial (https://t.me/pzk_memorial)mis à jour les informations sur les prisonniers politiques contemporains en Russie, et Lilya Matveeva nous a aidés avec de belles illustrations.
Les prisonniers politiques ont désespérément besoin de notre soutien – il est donc important de leur faire des dons pour l’assistance aux droits de l’homme, de leur écrire des lettres, d’assister à leurs procès, de partager des informations sur leurs cas, et de faire bien d’autres choses encore. Tout geste de solidarité à leur égard montre qu’ils ne sont pas laissés seuls face à la machine répressive de l’État. Les fichiers https://t.me/toposmemoru/4898 contiennent des statistiques et des instructions sur la manière d’aider les prisonniers politiques.
Par ailleurs, nos collègues ont ouvert une collecte de fonds: https://memopzk.org/news/zapuskaem-bolshoj-sbor-dlya-politzaklyuchyonnyh/ pour soutenir les prisonniers politiques et leurs familles et ont créé un dossier qui raconte l’histoire des prisonniers politiques et des détails sur leur cas: https://t.me/addlist/oEfaqo_rlwBjOWMy

« Le retour des noms » le 29 octobre: résumé des matériaux, consultation d’archives, diffusion finale
Nous avons rassemblé pour vous une sélection d’interviews de nos collègues et d’autres documents relatifs à la campagne « Retour des noms »:
• Tout d’abord, nous aimerions partager le final de la campagne, qui n’a pas été conservé dans l’enregistrement de l’émission – nous n’avons presque pas pu tenir en 12 heures! https://www.youtube.com/watch?v=DJD7zlImW_Y
Dans cette vidéo de 8 minutes: https://www.youtube.com/watch?v=WmIPYP1upFQ vous pouvez voir et revoir les dernières images de la pierre de Solovetsky et les dessins de nos incroyables artistes et peintres.
• Le 29 octobre, nous avons reçu plus d’une centaine de demandes dans sur Telegram « Access 29 », https://t.me/dostup_memo_bot, où nos consultants en archivage nous ont aidé à trouver des informations sur les victimes de la terreur dans les archives de l’État russe. Sur la base des demandes, nous nous efforcerons de rendre le dossier plus automatisé, mais en attendant, veuillez contacter dostup@memo.ru pour obtenir des conseils.
• Le 29 octobre, le haut représentant de l’UE, Josep Borrell, a publié une déclaration à l’occasion de la Journée de commémoration des victimes de la terreur d’État en URSS: https://www.eeas.europa.eu/eeas/russia-statement-high-representative-josep-borrell-day-remembrance-victims-political-repression_en?page_lang=en
• « Les dictateurs ne comptent pas les victimes. Comment la restitution des noms préserve la mémoire de la répression » – Radio Liberty propose un podcast (https://www.svoboda.org/a/diktatory-zhertv-ne-schitayut-kak-vozvraschenie-imyon-sohranyaet-pamyatj-o-repressiyah/32662473.html) avec notre collègue Lina Rudenko sur les raisons pour lesquelles il est important de préserver la mémoire de la répression et pourquoi les régimes dictatoriaux s’y opposent et tentent d’effacer la mémoire.
• Notre collègue Elena Zhemkova de Zukunft Memorial a été interviewée sur le thème « Rendre les noms » dans l’émission « Book Casino.Stories ». Vous pouvez regarder https://www.youtube.com/watch?v=y4X-jRes_CQ ou lire l’interview: https://diletant.media/articles/45366562/
• Alexander Etkind et notre collègue Sasha Polivanova ont parlé à Radio Liberty des raisons pour lesquelles les monuments aux victimes de la répression sont démolis en Russie: https://diletant.media/articles/45366562/
• Les participants au rassemblement de Paris ont raconté leur histoire en russe pour le média français RFI: https://www.rfi.fr/ru/россия/20231029-надо-стараться-запомнить-все-что-сейчас-происходит-на-акции-возвращение-имен-в-париже-вспоминали-жертв-прошлых-и-нынешних-репрессий
• Nous aimerions également partager une vidéo que les rédacteurs ont appréciée. Il s’agit d’une vidéo de l’action à Narva, à laquelle a participé l’artiste Vovan Kashtan. Il y parle de son arrière-grand-père et de sa grand-mère victimes de la répression et lit le texte au nom de ses proches qui ont souffert du régime soviétique: https://rus.delfi.ee/statja/120243474/ya-zdes-potomu-chto-ya-pomnyu-ob-etom-narva-prinimaet-uchastie-v-mezhdunarodnoy-akcii-vozvrashchenie-imen

Le monument au monument de Levashovo – et sa disparition
Le 30 octobre, au cimetière commémoratif de Levashovo, des militants de Memorial-Saint Petersburg, en coopération avec le Théâtre de l’Intérieur, ont installé une construction: la silhouette de l’énorme monument aux victimes de l' »opération polonaise » du NKVD, qui a disparu en juillet 2023. Lors de la cérémonie d’installation, un trompettiste a joué « Ave Maria », des poèmes ont été lus et un prêtre catholique a fait un service de prière.
Mais déjà le 1er novembre, on a appris que le nouveau monument avait disparu. Nous citons nos collègues: « Notre monument est resté debout pendant exactement 24 heures. Apparemment, il a été détruit par les gardes rouges de la « Compagnie des volontaires » qui sont venus à Levashovo aujourd’hui avec la communauté catholique de Saint-Pétersbourg – à l’occasion de la Toussaint et du souvenir des morts ».
Nos collègues se sont heurtés à la « Compagnie des volontaires » à Levashovo en août, lorsque, à l’occasion de l’anniversaire du début de l' »opération polonaise », ils sont venus déposer des fleurs à l’emplacement d’un monument qui avait disparu. A ce moment-là, il s’est avéré que le cimetière était fermé pour des raisons sanitaires et des personnes masquées se tenaient librement à l’entrée avec des affiches aux slogans agressifs. Quelques jours plus tard, une plaque de granit a été érigée au cimetière – « lieu de commémoration des victimes de l’opération polonaise du NKVD », mais elle a elle aussi rapidement disparu.
Photo: «tout sur Saint-Petersburg»

Une bénévole du Memorial raconte l’histoire de sa famille et de son arrière-grand-père réprimé
« La famille parlait peu de ce qui s’était passé en 1937, en partie par peur, mais aussi parce qu’il était impossible de connaître les circonstances de l’affaire jusqu’aux années 1990, lorsque, parmi les témoins de l’arrestation de Nikolaï Petrovitch, seule la fille Klavdia a survécu. Dans la famille, il y avait une version qui expliquait l’arrestation de l’arrière-grand-père, et pendant longtemps nous avons pensé que c’était le cas. Mais en 2022, nous avons reçu une copie de son dossier des archives et nous avons découvert que tout n’était pas comme on nous l’avait dit ».
Lyudmila Sagaidachnaya (Golubeva), bénévole du Memorial, a écrit un long texte dans lequel elle raconte l’histoire de son arrière-grand-père réprimé. Elle y parle de la colonie de mineurs installée sur le site du monastère, des « rumeurs » de famine et de la recherche de la vérité dans les fichiers: https://t.me/toposmemoru/4921
La version intégrale du texte se trouve sur le site web du Memorial de l’Oural: https://ekmemorial.org/12-kilometr/vospominaniya/1064-terpeli-golod-i-nikto-ne-pytalsya-oprovergnut-etot-stroj-zhizni-za-chto-repressirovali-moego-pradeda-v-verkhoture.html

La mémoire des femmes au goulag
Les premiers exemplaires du catalogue de l’exposition « Mémoire des femmes du goulag », qui s’est tenue dans le bâtiment de Karetny Ryad dans les derniers mois précédant le déclenchement de la guerre en Ukraine.
Le livre contient des documents de l’exposition – des photographies et des explications avec des descriptions des objets exposés. Il contient également des articles et des textes qui critiquent et réfléchissent sur ce qui a été vu. En fait, ils établissent le lien indiqué dans le titre: la transition entre le musée « Matériaux » et les problèmes généraux de la « Mémoire des femmes du Goulag ». Parmi ces textes figurent des œuvres de Franziska Tun-Hohenstein, Luba Jurgenson, Irina Sandomirskaya et d’autres auteurs et autrices qui écrivent sur l’histoire, la mémoire, la littérature féminine sur le Goulag et leur place dans le monde moderne.
L’exposition elle-même, qui se trouve au Memorial depuis moins d’un an et qui a été interrompue par la liquidation et la guerre à grande échelle qui a commencé, est en quelque sorte déjà devenue une partie de l’histoire elle-même, une mémoire de l’événement. Il est difficile de dire ce qu’il adviendra de cette mémoire à l’avenir. Mais nous avons maintenant un livre sur le sujet, et nous espérons pouvoir vous dire comment l’obtenir bientôt !

Le Goulag est juste ici. Andrei Petrovich Grigorenko. «Tes parents sont les seuls à ne pas nous avoir trahis».
Dans ce nouveau film: https://www.youtube.com/watch?v=iw99cT4RdzM, Andrei Grigorenko raconte le destin de son père, Pyotr Grigorenko, général et militant des droits de l’homme, fondateur du groupe ukrainien d’Helsinki: il parle de l’organisation clandestine « Union de lutte pour la renaissance du léninisme », de la lutte pour les droits des Tatars de Crimée à retourner dans leur patrie, de son arrestation et de l’arrestation et de l’incarcération de son père.
Le film a été produit dans le cadre des projets « Le goulag est juste ici » et « Dissidents » de Memorial, avec le soutien de Memorial-France et du Centre Karta. Le matériel a été tourné à Paris. Vous pouvez soutenir ce projet et nos autres projets sur ou memorial-france.org: https://memorial-france.org/donate/

« Nuit noire »: Vladimir Dubovka (ainsi que des publications en italien et en polonais)
Récemment, en collaboration avec le Centre des droits de l’homme « Viasna » (https://t.me/viasna96) et le Free Belarus Center (https://t.me/freebelaruscenter), nous avons lancé une série de publications sur les poètes fusillés par les autorités soviétiques au cours de la tristement célèbre « Nuit noire » – du 29 au 30 octobre 1937. Lisez les biographies et les poèmes des poètes biélorusses en utilisant le hashtag #nochrasstraliannyxpaetau, et grâce à nos collègues de Memorial Italia et Memorial Polska, vous pouvez les lire en italien (https://t.me/memorialitalia) et en polonais (https://memorial-polska.pl/projects/noc_rozstrzelanych_poetow)
Nous souhaitons également partager avec vous la biographie de Vladimir Dubovka (https://t.me/toposmemoru/4946), poète, traducteur et enseignant de la langue biélorusse. Contrairement aux autres héros de notre série, Dubovka n’a pas été fusillé en 1937, mais a survécu à trois arrestations, à 27 ans d’exil et à l’installation à Krasnoïarsk. Mais l’essentiel est qu’il est impossible de parler de la génération de poètes biélorusses de l’époque sans lui.
Dubovka était un réformateur de la langue biélorusse – il a introduit un certain nombre de mots dans la langue, dans ses articles il a proposé d’introduire des lettres spéciales de l’alphabet, transmettant des sons biélorusses, il a participé à des conférences sur le changement de l’orthographe biélorusse.
Le matériau a été préparé par Yana Shcharbina, la conception de la série par Lili Matveeva. Pour en savoir plus sur les œuvres des poètes biélorusses tués, consultez le projet FBC « Poésie fusillée » (https://executedpoetry.freebelarus.center) ou le projet « (NON)FUSILLE » de Siarhei Budkin: https://tuzinfm.by/nierasstralianyja/)

Six nouveaux prisonniers politiques
Cette semaine, nos collègues du projet « Soutien aux prisonniers politiques. Memorial » ont reconnu six nouvelles personnes comme prisonniers politiques.
– Olga Trifonova, 60 ans, originaire d’Odintsovo (https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnoj-olgu-trifonovu/) a été envoyée en traitement obligatoire dans un hôpital psychiatrique au titre de l’article sur les « faux » pour avoir publié sur les crimes de l’armée russe à Bucha.
– Viktor Lapitsky, un témoin de Jéhovah de 66 ans de Saint-Pétersbourg (https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-svidetelya-iegovy-iz-peterburga/), a été assigné à résidence en vertu d’un article sur l’organisation des activités d’une organisation extrémiste.
– Les avocats d’Alexei Navalny, Vadim Kobzev (https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnymi-advokatov-alekseya-navalnogo/), Alexei Liptser(https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnymi-advokatov-alekseya-navalnogo/) et Igor Sergunin (https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnymi-advokatov-alekseya-navalnogo/), sont accusés de participation à une communauté extrémiste. Ils risquent jusqu’à six ans de prison.
– L’antifasciste de Lipetsk Felix Yeliseyev (https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-feliksa-eliseeva/) est inculpé en vertu des articles sur l’apologie du terrorisme et la trahison d’État. Il risque la prison à vie.
D’autres informations sur les prisonniers politiques, sur la manière de les aider et sur l’endroit où écrire des lettres sont disponibles sur le site web du projet: https://memopzk.org
Par ailleurs, nos collègues ont récemment lancé un bot « Ecrivez à un prisonnier politique » (https://t.me/politzekam_bot), qui vous aidera à soutenir les prisonniers politiques en leur écrivant des lettres et bien d’autres choses encore !

Conscription militaire d’automne: comment vous aider et aider vos proches
Illustration de Lily Matveeva
Du 1er octobre au 31 décembre 2023 a lieu l’appel d’automne pour le service militaire. Nos collègues de Memorial ont écrit sur les changements dans le projet de cette année ici, et ils ont également préparé une liste de liens utiles avec des instructions:
– comment postuler pour le service civil alternatif: https://docs.google.com/document/d/16Xn1tRC_niymj8ajurDDpyHA54xhWg1vrUPQX3l1g7A/edit?pli=1#heading=h.skrma9vnxlpm
– comment se comporter lors de l’appel improvisé: https://instructions.peaceplea.org/oblavy/prizyvayut-odnim-dnyom/#_3
– comment préparer une procuration à l’avance: https://soldiersmothers.ru/sm_docs/doverennost
– comment se désinscrire à distance: https://instructions.peaceplea.org/prizyvnikam/snyatsya-s-ucheta/
Encore plus d’instructions – sur le site de l' »Appel à la conscience »: https://instructions.peaceplea.org
Nous aimerions également vous rappeler l’existence du bot « Je n’irai pas », qui vous aidera à intenter une action en justice et une plainte auprès de la commission à l’avance si vous êtes menacé de conscription, et de @agsnowarbot, dans lequel des avocats du Centre pour les droits de l’homme et de l’Appel à la conscience donnent des conseils sur la conscription, la mobilisation et le refus d’un contrat.

Documents des partenaires sur les conversations avec nos collègues
Illustration de notre dessinatrice LilaMatveeva
Govorit NeMoskva [«Ce n’est pas Moscou qui parle»] s’est entretenue avec nos collègues de différentes régions. La correspondante leur a posé les mêmes questions: ce qui les relie au thème des répressions, ce qui se passe aujourd’hui avec la mémoire des personnes réprimées et pourquoi, ce à quoi il faut s’attendre à l’avenir. Vous pouvez lire l’intégralité du document en cliquant sur le lien: https://nemoskva.net/2023/10/30/kogda-tot-kto-ubil-stal-pochetnym-pensionerom-s-medalyami-takoe-ne-zabyvaetsya/, ou consulter les fichiers avec les citations: https://www.instagram.com/p/CzB5AVdsITt/?igshid=MzRlODBiNWFlZA%3D%3D&img_index=1
Et dans « Novaya vkladka » (https://t.me/thenewtab/3947) il y a un article avec nos collègues (https://thenewtab.io/pro-strashnoe-cherez-kartinki-s-lyubovyu/) qui parlent des différents projets de Memorial et comment ces projets aident à lutter pour le droit à la mémoire – à travers des expositions, des dessins, des excurtsions. Les fichiers contiennent des citations tirées de ce matériau: https://www.instagram.com/p/CzEEn0tC3-g/?igshid=MzRlODBiNWFlZA%3D%3D&img_index=1

Nouvelles publications dans le cadre du projet de mémoire du CDHR « 30 ANS AVANT ».
Comment Akhmat Kadyrov a-t-il été nommé président de la Tchétchénie? Pourquoi la Russie a-t-elle abandonné la lustration après l’effondrement de l’URSS? Comment la lustration aurait-elle dû se dérouler d’un point de vue juridique et est-elle possible aujourd’hui?
Lisez et écoutez les nouveaux documents du projet « 30 ANS AVANT » de nos collègues de Memorial : https://aboutrussia.org
Les créateurs du projet, en collaboration avec des journalistes, des militants des droits de l’homme et des historiens, tentent de comprendre comment et pourquoi la Russie post-soviétique est devenue une dictature criminelle.
Les collègues ont également publié des cartes séparées avec des citations d’experts sur la lustration, voir ici: https://t.me/polniypc/5641

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don par carte non russe:
https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information de Memorial Russie,
1er novembre 2023

Atelier sur les archives en ligne, excursion et « Dernière adresse » à Moscou

La restitution des noms a eu lieu le 29 octobre!
Dessin d’Anna Tenenbaum
Le 29 octobre, le « Retour des noms » a eu lieu dans de nombreuses villes du monde entier. Nous avons diffusé pendant 12 heures et réussi à inclure 76 des plus de 80 villes qui se sont jointes à l’action, et cette année, c’est un nombre sans précédent de participants et de villes! Nous vous remercions tous chaleureusement.
https://www.youtube.com/watch?v=DJD7zlImW_Y
Merci d’avoir soutenu et participé au « Retour des noms » – en organisant l’action dans votre ville, en diffusant l’information, en donnant de l’argent, en allant lire les noms des exécutés et des victimes.
Le 29 octobre est certainement l’un des jours les plus importants de l’année pour tout le monde au Memorial, mais nous continuons notre travail tous les jours et dans de nombreuses villes en Russie et dans le monde. Nous sommes engagés dans la collecte de données et de témoignages, la recherche et l’archivage, le plaidoyer et le militantisme.
Votre soutien nous aidera grandement – et nous essaierons de faire mieux et plus! Vous pouvez faire un don depuis la Russie en toute sécurité, et nous vous tiendrons au courant de tout changement.

Et maintenant, les événements à venir au Memorial!

2 novembre, 14:00, Moscou: Demain déjà – Marche moscovite « La Loubianka et son quartier »
«Tant de larmes ont été versées ici que si elles étaient toutes sauvées, les ruisseaux coulant jusqu’à la Neglinka, cette maison se dresserait sur la rive d’un lac salé. Oui, bien sûr, il y avait de pires maisons dans le quartier. Dans mon souvenir, cette institution – généralement appelée « ça » ou « eux » – a grandi, se métastasant dans les rues et ruelles voisines. Elle s’est emparée de toute la Bolchaïa Loubianka, de la place à la porte Sretensky et à la Loubianka Maly, elle a avalé un grand magasin de plusieurs étages et un immeuble de neuf étages; et peu à peu, les mêmes rideaux de soie sont apparus à toutes les fenêtres des maisons de ce quartier, et pendant de longues soirées, ces fenêtres ont brillé d’une lumière infernale et douillette.»
C’est ce que Lev Razgon, écrivain, militant des droits de l’homme, prisonnier du goulag et l’un des fondateurs du Memorial, a écrit sur la Loubianka dans son livre Prisonnier dans son propre pays.
Demain, nous vous invitons à une excursion au cœur même de la machine répressive de la Grande Terreur. Ce sera la seule promenade de la semaine (notre équipe a besoin de récupérer après le « Retour des noms »), alors inscrivez-vous!
https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2659159/

2 novembre, 20:00, Colmar, Pôle Média Culture, 1 Place de la Montagne Verte: conférence sur « La lutte pour la démocratie en Russie ».
Demain, à Colmar, en France, nous accueillerons une conférence publique donnée par nos collègues de Memorial, les militants des droits de l’homme Tatiana Davidis et Vyacheslav Feraposhkin. Ils parleront du travail actif de Memorial en Russie et à l’étranger et de la manière dont vous pouvez soutenir l’organisation.
L’entrée est gratuite, détails ici: https://memorial-france.org/la-lutte-pour-la-democratie-en-russie-conference-exceptionnelle-a-colmar/
Photo par Tatiana Davidis, la photo montre Vyacheslav Feraposhkin à la « Marche pour la paix » le 15 mars 2014, un rassemblement de plusieurs milliers de personnes à Moscou contre le déploiement des troupes russes en Ukraine.

5 novembre, 13:00, Moscou, 43 Starokonyushenny pereulok, 43: Installation de la plaque « Dernière adresse
Ce dimanche, nos collègues du projet « La dernière adresse » (https://www.poslednyadres.ru) installeront une plaque commémorative en l’honneur de Varvara Brusilova (1899-1937). Elle a été appelée « héroïne » par l’historien et chef du Memorial de Carélie Yuri Dmitriev dans son livre « Lieux de mémoire – Sandarmokh ».
Varvara, la belle-fille du général Brusilov, a été condamnée pour la première fois à l’exécution en 1922. Dans son dernier mot, elle a dit: « Votre sentence, je la subirai calmement: « Je répondrai calmement à votre sentence, car selon mes croyances religieuses, il n’y a pas de mort…… Je ne demande pas de pitié et je n’ai pas d’autre choix que celui de la mort. Je ne demande ni pitié ni miséricorde ». Mais la sentence a été remplacée par une peine d’emprisonnement.
En 1930, Varvara est de nouveau arrêtée et envoyée dans un camp. Pendant les interrogatoires, elle continue à parler franchement: « Je n’ai pas caché et je ne cache pas mes opinions à l’égard du pouvoir soviétique et de sa politique, je suis son ennemie politique et pour cela je suis punie en fonction de mes actes et de mes sentiments ». Une fois de plus, les autorités soviétiques lui ont infligé une condamnation à mort, remplacée plus tard par un emprisonnement dans un camp.
Comme l’écrit Dmitriev, Varvara « de 1934 à 1937 a fait plusieurs fois des grèves de la faim, est restée sans manger pendant plus de 140 jours, a été placée à plusieurs reprises dans des centres d’isolement punitif ». Le 10 septembre 1937, elle est fusillée sur décision de la troïka du NKVD de l’ASSR de Carélie.

5 novembre, 19:00 heure de Moscou, en ligne: Transcription du dossier d’enquête de Mikhail Astashin
Mikhail Vasilyevich Astashin avait 63 ans en 1937 et travaillait comme concierge à la Taganka. Au plus fort de la Yezhovshchina, il a été dénoncé à la police pour avoir discuté de Staline et des fermes collectives avec ses locataires. La police a immédiatement transmis l’affaire à l’UGB du district. Le cas d’Astashin est intéressant car son avocat, Guliev, a joué un rôle prépondérant dans son destin. Après avoir perdu le procès devant le tribunal de Moscou au début de l’année 1938, il n’a eu de cesse, après deux cassations, de renvoyer l’affaire pour complément d’enquête. En 1940, un second procès eut lieu, qui acquitta Astashin.
Lors de notre séminaire, nous tenterons de lire les dossiers des deux tribunaux et de comprendre quelles tactiques de la défense se sont avérées correctes. Le formulaire d’inscription est disponible ici: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2657848/

7 novembre, 10:30, Ekaterinbourg, Tribunal du district de Kirovsky (Shartashskaya, 19), salle 5: Nouvelle audience dans l’affaire administrative du Memorial d’Ekaterinbourg
Le Memorial d’Ekaterinbourg s’est vu attribuer une nouvelle date pour l’audience de l’affaire administrative en vertu de l’article 19.34 partie 2. 2 (sur l’application « inappropriée » de la législation sur les agences étrangères).
Le tribunal du district Kirovsky d’Ekaterinbourg réexaminera l’affaire le 7 novembre à 10h30. Nous vous rappelons qu’auparavant, le tribunal régional de Sverdlovsk a satisfait l’appel et renvoyé l’affaire pour réexamen parce que la compétence territoriale n’avait pas été respectée au départ.
Venez soutenir le Memorial d’Ekaterinbourg et son président Alexey Mosin!

—–
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don par carte non russe: https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information de Memorial Russie
28 octobre 2023

Droit à la mémoire, interview d’un prisonnier ukrainien, « Écrire à un prisonnier politique »

Lettre de Liliya Chanysheva sur son arrière-grand-père réprimé et sur la restitution des noms
La prisonnière politique Liliya Chanysheva a raconté dans une lettre comment elle a cherché des informations sur son arrière-grand-père réprimé lorsqu’elle a elle-même été arrêtée pour des motifs politiques, et sur la restitution des noms: «J’aimerais donner le nom de mon arrière-grand-père, mais il y a trois personnes dans la base de données du Memorial qui ont le même prénom et le même nom, mais des patronymes différents. Et je ne sais pas lequel d’entre eux est mon arrière-grand-père, car je ne connais pas son patronyme. Ironie du sort, peu avant mon arrestation, j’avais accepté de me rendre aux archives de la FSSB du Bashkortostan pour me familiariser avec des extraits de dossiers et, peut-être, pour trouver des détails permettant d’identifier mon arrière-grand-père. Et je n’ai pas eu le temps: j’ai moi-même été arrêtée dans le cadre d’une affaire politique.
J’espère que le nouveau cycle de répressions politiques aboutira à ce que la Russie se débarrasse définitivement des chaînes du NKVD/KGB/FSB, qu’elle reconnaisse les erreurs du passé et du présent et qu’elle devienne enfin libre!
Je n’ai aucun doute sur le fait que ces chaînes seront levées. L’essentiel est de continuer à se battre et à travailler – qui, comment et autant que nous le pouvons. Merci à tous pour votre soutien!»
Nous allons certainement essayer d’aider Lilia Chanysheva à trouver des informations sur son arrière-grand-père. Vous pouvez lui envoyer une lettre papier ou lui écrire via le site Zonatelecom: Chanysheva Liliya Ayratovna, née en 1982, adresse: 450015, République du Bashkortostan, Ufa, Dostoevsky St., 39, Federal Penitentiary Centre No. 1.

Demain déjà, l’action « Retour des noms » aura lieu dans de nombreuses villes. Participez à cette action pour vous souvenir ensemble des noms des personnes réprimées par le régime soviétique – arrière-grands-pères et arrière-grands-mères, et bien d’autres encore. Vous pouvez connaître la date, l’heure et le lieu de l’action dans d’autres villes grâce à notre bot @memorialtalks_bot. Plus d’informations sur l’action sur le site: https://october29.ru

La défense fait appel de la condamnation d’Oleg Orlov: le bureau du procureur a requis trois ans de prison
Le 26 octobre, Oleg Orlov, co-président de Memorial, et sa défense ont fait appel du verdict du tribunal de Golovinsky. Le même jour, ils ont appris que le bureau du procureur avait également fait appel du verdict, demandant qu’Orlov soit condamné à trois ans de colonie à régime général – la peine maximale prévue à l’article 280.3 du code pénal dans la version en vertu de laquelle le défenseur des droits de l’homme est jugé.
Rappelons que le 11 octobre, Orlov a été condamné à une amende de 150’000 Rb en vertu de l’article sur le « discrédit répété » de l’armée. Dans son attendu, le bureau du procureur a argumenté le changement de sa position par le fait qu’Orlov éprouve une haine politique et idéologique envers la Fédération de Russie, et qu’il continue à miner la stabilité de la société civile avec Memorial.
Pour en savoir plus sur les arguments du procureur et la réaction d’Oleg Orlov, consultez le site web du Centre Memorial:  https://memorialcenter.org/news/prokuratura-zaprosila-tri-goda-kolonii-olegu-orlovu

Procès de citoyens ukrainiens à Rostov-sur-le-Don: entretien avec Grigory Sinchenko
Grigory Sinchenko, un citoyen ukrainien prisonnier dans un centre de détention provisoire à Rostov-sur-le-Don (dont la détention a été prolongée jusqu’au 29 décembre 2023), a répondu à nos questions au tribunal. Son affaire est examinée par le tribunal militaire du district sud, qui l’accuse d' »espionnage, de sabotage » et de plus de 40 autres crimes commis sur le territoire de la soi-disant DNR. Lisez l’intégralité de l’interview sur le lien:https://memorial.notion.site/6fbda3e83f074e289f3dee8840c63fbf et des citations des réponses de Sinchenko figurent dans les fichiers:https://t.me/toposmemoru/4599
De nombreux citoyens ukrainiens se trouvent dans des centres de détention russes et ont été emmenés de force sur le territoire de la Fédération de Russie. Des militaires ukrainiens ont été capturés, des civils ont été kidnappés dans les territoires occupés par la Russie. Dans de très nombreux cas, il est impossible de savoir où se trouvent les Ukrainiens en Russie, mais dans certains cas, ils sont jugés sur la base d’accusations criminelles.La presse n’assiste pratiquement jamais à ces sessions. Nous essayons de suivre ces procès autant que possible, même s’ils ne devraient pas exister en principe.

« Nuit noire »: Zyama Pivovarov et Mikhas Charot
En collaboration avec le Centre des droits de l’homme « Viasna »: https://t.me/viasna96 et le Free Belarus Center: https://t.me/freebelaruscenter, nous poursuivons notre série de publications sur les poètes fusillés par les autorités soviétiques lors de la tristement célèbre « Nuit noire » – du 29 au 30 octobre 1937. Suivez les liens ci-dessous pour lire les biographies des poètes et leurs œuvres.
Anatol Volny, https://t.me/toposmemoru/4588, poète, prosateur, cinéaste, journaliste. L’un des premiers feuilletonistes biélorusses, le fondateur du « genre aventure en prose biélorusse ». Son vrai nom est Anatol Ustinovich Azhgirei. Depuis 1934, Volny est membre de l’Union des écrivains de la République socialiste soviétique de Biélorussie, et depuis 1935, il est honoré en tant que travailleur artistique de la République socialiste soviétique de Biélorussie.
Ales Dudar, https://t.me/toposmemoru/4645, est un brillant représentant de la « première vague » de la jeune littérature biélorusse, l’un des fondateurs de « Maladnyak », coauteur du premier roman biélorusse pour adolescents. Dudar était un artiste du théâtre ambulant de Vladislav Golubok et un traducteur en biélorusse de Pouchkine, Beaumarchais, Goethe et d’autres. Dudar et Volny, ainsi que de nombreux autres auteurs et poètes biélorusses de « Maladniak » ont été arrêtés à Minsk en novembre 1936 et fusillés dans la nuit du 30 octobre 1937.
Matériau préparé par Yana Shcharbina, conception de la série par Lili Matveeva. Toutes les publications de cette série peuvent être trouvées en utilisant le hashtag #nochraspralyanynye paetau. De plus amples informations sur les œuvres des poètes biélorusses fusillés sont disponibles dans le projet FBC « Poésie fusillée » ou dans le projet «(NON)FUSILLE» de Sergei Budkin: https://tuzinfm.by/nierasstralianyja/

« Sasha et Vasil Vasilievich ont été tués par les bombardements, et Slavik et Nikolai ont été abattus par les Russes »:  » Voix de la guerre « 
Dans « Voix de la guerre », Mykola Kostenko, un habitant du village de Moshchun, raconte le printemps 2022. Les bombardements, la maison, dont il ne reste que les murs, et les autres villageois, dont les corps ont dû être ramassés morceau par morceau.Regardez la vidéo sous-titrée en ukrainien, italien, espagnol, allemand, polonais, russe, français, tchèque. Lire le texte de l’interview en français:https://memorial-france.org/voix-de-guerre-22-mikola-kostenko-sacha-et-vassil-vassiliovitch-ont-ete-tues-lors-des-bombardements-et-slavik-et-mikola-ont-ete-abattus-a-bout-portant-par-les-russes/

Trois nouveaux prisonniers politiques et « Ecrire à un prisonnier politique
Cette semaine, nos collègues du projet « Soutien aux prisonniers politiques. Memorial »: https://t.me/pzk_memorial ont reconnu quatre nouveaux prisonniers politiques.
Vyacheslav Polkanov, https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-vyacheslava-polkanova/, de Tomsk, a été envoyé dans un centre de détention provisoire pour avoir « discrédité » à plusieurs reprises l’armée russe dans des messages publiés sur les médias sociaux.
Grigory Melkonyants, co-président du mouvement Golos, https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-grigoriya-melkonyancza/, a été arrêté en vertu de l’article anticonstitutionnel sur les organisations indésirables.
L’activiste ukrainien Serhiy Tsygipa, https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-ukrainskogo-aktivista-sergeya-czygipu, a été condamné à 13 ans de régime strict en vertu de l’article sur l’espionnage en Crimée occupée.
Et par la Journée des prisonniers politiques, FBC, Mediazona et le projet « Soutien des prisonniers politiques. Memorial », basé sur les données du projet médiatique OVD-Info, ont lancé le bot « Écrire à un prisonnier politique » sur Telegram: https://t.me/politzekam_bot
Vous pouvez l’utiliser pour écrire une lettre et/ou envoyer de l’argent sur un compte dans un centre de détention provisoire ou une colonie pénitentiaire. Vous pouvez choisir vous-même un nom dans la liste ou obtenir le nom d’un prisonnier politique au hasard et connaître son histoire. Le robot peut également vous suggérer des sujets à aborder dans la lettre.
Malheureusement, tous les prisonniers politiques n’ont pas un grand nom et un groupe de soutien. Vous pouvez devenir le mécène et le groupe de soutien de l’un d’entre eux!

Une carte de la ville répressive de Kazan et une action en mémoire des victimes de la terreur soviétique
Le projet « Espace politique. Kazan », https://t.me/prostpolitika_kzn, et notre collègue Alexey Stepanov du Memorial du Tatarstan ont préparé une carte de Kazan avec des lieux associés à la terreur stalinienne. Vous pouvez voir et lire ici : https://www.instagram.com/p/Cy6Oy6OIk5C/?igshid=MzRlODBiNWFlZA%3D%3D&img_index=1 le Memorial aux victimes de la répression, le cimetière où des Polonais ont été fusillés en 1937-1938, le centre de distribution pour les enfants des victimes de la répression, la prison décrite dans les mémoires de Yevgenia Ginzburg « La route étroite » et bien d’autres choses encore.
Le 30 octobre à 17h00 à Kazan, sur les murs de la cathédrale Saint-Nicolas (Baumana, 5), il y aura un service commémoratif civil avec lecture des noms. Vous pourrez prononcer à haute voix les noms de vos proches réprimés ou lire les noms figurant sur la liste préparée par Memorial. Pour plus d’informations sur l’événement « Retour des noms » dans d’autres villes, veuillez consulter le site: https://october29.ru

La Cour européenne des droits de l’home a accepté la plainte de Memorial international contre la violation du droit d’accès à l’information
En 2019, Memorial a demandé au FSB de Carélie des copies des documents relatifs aux décisions des troïkas du NKVD de l’ASSR de Carélie. Le FSB a refusé les copies, ainsi que la possibilité d’en faire soi-même. Les tribunaux russes ont confirmé la décision du FSB.
Au printemps 2022, Memorial a déposé une plainte auprès de la CEDH.
Pour en savoir plus sur les motifs du refus du FSB de Carélie, sur le fondement de la plainte de Memorial et sur son importance, lisez nos fiches: https://t.me/toposmemoru/4577
La lutte constante des autorités russes contre la mémoire des répressions et des fusillades de masse est l’une des stratégies de déplacement visant à justifier les crimes de guerre et les répressions modernes. Il nous semble donc important de continuer à défendre le droit à la mémoire et à travailler avec les archives.

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don par carte non russe: https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information de Memorial Russie
21 octobre 2023

« Moscou 1933 », mémorial à Pyatikhatki, poètes biélorusses exécutés

Tout sur la « restitution des noms »: comment rassembler les participants, comment trouver l’évènement, comment la soutenir et comment partager votre histoire?
Il y a deux jours, nous avons partagé avec vous la nouvelle du lancement du site web october29.ru: https://october29.ru
O
l contient des réponses à toutes les questions sur la manière dont l’évènement « Restitution des noms » se déroulera cette année et sur la manière d’y participer. La liste des lieux où se trouvent déjà des organisateurs de la campagne est constamment mise à jour dans la section « Villes »; recherchez votre ville et participez à la campagne au moment indiqué.S’il n’y a pas de « Restitution des noms » prévue là où vous vivez, vous pouvez l’organiser vous-même. Ce n’est pas difficile, des instructions sont également disponibles sur le site web dans la section « Organisateurs », et vous pouvez également y lire des conseils sur la manière d’informer les participants potentiels de la campagne et de les inviter à la campagne dans votre ville.Cette semaine, les événements « Restitution des noms » débuteront en Russie. Dans certaines villes, des lectures sont organisées à l’avance pour enregistrer des vidéos et les envoyer à la diffusion générale. Dans beaucoup d’autres, la diffusion en direct est prévue pour le 29 octobre. Vous pouvez connaître la date, l’heure et le lieu de chaque événement via notre bot Telegram ou en envoyant un courriel à october29@memo.ru. Écrivez dès maintenant pour ne pas manquer la « Restitution des noms » dans votre ville!Nos collègues de Novossibirsk vous invitent à partager les histoires de vos parents réprimés afin de raconter l’histoire de la terreur d’État soviétique à travers l’histoire familiale. Vous pouvez lire l’histoire de l’un des organisateurs de la « Restitution des noms » à Novossibirsk sur son arrière-grand-père exécuté sur le site web. Vous pouvez envoyer vos récits par l’intermédiaire de l’outil de retour d’information.
Merci de rester avec nous! L’organisation de la campagne est possible en grande partie grâce à vos dons. Bien que chaque « Retour des noms » soit le fruit du travail de dizaines de bénévoles, nous avons des dépenses inévitables pour la conception et le soutien technique de la campagne, la mise à jour du site web et les traductions. Vous pouvez soutenir la campagne sur donate.memo.ru (à partir d’une carte russe) ou sur memorial-france.org (à partir d’une carte non russe, via Paypal ou en crypto-monnaie).

La mémoire ukrainienne de la terreur soviétique: le mémorial de Pyatihatki

Dessin de Lily Matveeva

Nous poursuivons notre série de longs articles: https://t.me/toposmemoru/3836 sur la mémoire ukrainienne et les monuments dédiés aux victimes de la terreur soviétique. Cette fois-ci, nous allons vous parler du mémorial de Pyatihatki: https://memorial.notion.site/bb45593c731d48dc944392c3e9cccb35, qui a été endommagé par des obus russes en mars 2022.
Pyatihatki est un lieu situé à la périphérie de Kharkiv, où les victimes de la répression soviétique ont été enterrées dans des fosses sans nom. Certains des prisonniers de guerre polonais fusillés au printemps 1940 lors de l’opération du NKVD connue sous le nom de « fusillade de Katyn » ont été enterrés ici.
Après la découverte accidentelle des fosses par des écoliers locaux dans les années 1960, le KGB a tenté de détruire le site funéraire. Ce n’est que dans les années 1990 que la sépulture des prisonniers de guerre polonais à Pyatihatki a finalement été reconnue et qu’un mémorial y a été ouvert en 2000.

« Nuit noire »: Zyama Pivovarov et Mikhas Charot
En collaboration avec le Centre des droits de l’homme « Viasna » https://t.me/viasna96 et le Free Belarus Center https://t.me/freebelaruscenter, nous poursuivons notre série de publications sur les poètes abattus par les autorités soviétiques au cours de la tristement célèbre « Nuit noire » – du 29 au 30 octobre 1937. Suivez les liens ci-dessous pour lire les biographies des poètes et leurs œuvres.
Zyama Pivovarov https://t.me/toposmemoru/4476 – l’un des représentants du modernisme poétique juif biélorusse, poète, traducteur, critique de théâtre et de cinéma. Il a été assassiné par les autorités soviétiques en raison de son origine et de la langue de ses poèmes. Les archives du poète n’ont pas survécu, il ne nous reste que les souvenirs de son camarade de classe Stanislav Shushkevich et de sa sœur Liza. Zyama Pivovarov a été arrêté le 12 novembre 1936. On ne sait toujours pas exactement quel jour et dans quelles circonstances il est mort.

 Mikhas Charot https://t.me/toposmemoru/4499 – Poète, dramaturge, prosateur, éditeur et personnalité publique biélorusse. Il est l’auteur de la chanson « folklorique » la plus célèbre des Bélarussiens, « Kupalinka ». Il est devenu l’un des chefs de file du mouvement littéraire en Biélorussie, et l’expression « Charot est venu – et sept cents avec lui » lui est restée fidèle. Charot a été fusillé dans la nuit du 30 octobre 1937 en tant que participant à l' »organisation socialiste-démocrate contre-révolutionnaire », un jour après sa condamnation.

Todar Klyashtorny https://t.me/toposmemoru/4542 était un poète et traducteur biélorusse, né à Porechye (province de Vitebsk). Klyashtorny était membre des associations littéraires « Maladnyak », « Uzvyshsha », BelAPP, ainsi que de la communauté informelle « TAVLZ » (« tavarstvo amatarau [amateurs] de boisson et de grignotage »). Les œuvres de Klyashtorny ont été critiquées pour ne pas être conformes aux exigences idéologiques de l’époque, à la « décadence », à la « Yeseninshchina » et à la « liberté poétique ». Fusillé dans la nuit du 30 octobre 1937.

Le matériel a été préparé par Ganna Yalenskaya et Viktya Vdovina, la conception de la série a été réalisée par Lily Matveeva. Toutes les publications de cette série peuvent être trouvées en utilisant le hashtag #nochrasstraliannye paetau. De plus amples informations sur les œuvres des poètes biélorusses abattus sont disponibles dans le projet FBC « Executed Poetry » https://executedpoetry.freebelarus.center ou dans le projet « (NOT)EXTRACTED » de Sergei Budkin: https://tuzinfm.by/nierasstralianyja/

« Il était effrayant de savoir que l’on ne mourrait pas immédiatement, mais que l’on serait mutilé… »: « Voix de la guerre ».
Dans « Voix de la guerre », l’histoire de Natalia Shtepa, une habitante de la ville de Rubizhne dans la région de Lugansk, où de violents combats ont eu lieu au printemps dernier. Elle a réussi à quitter la ville le 26 mars 2022. Elle s’est cachée des bombardements avec ses voisins dans un sous-sol exigu et mal équipé pendant 17 jours.
Voir la vidéo sous-titrée en français: https://www.youtube.com/watch?v=nSF_drYk9XM
Lire le texte de l’interview en français: https://memorial-france.org/voix-de-guerre-20-natalia-shtepa-ce-qui-faisait-peur-cetait-de-ne-pas-mourir-sur-le-coup-et-detre-mutilee/

« Moscou 1933 » – une série de cartes contenant les réponses aux questionnaires des habitants de Moscou et de la région, arrêtés pour des motifs politiques en 1933.
Ce fut une nouvelle année de collectivisation, une année de passeportisation forcée (et partielle) des habitants des grandes villes, une année de terrible famine provoquée par l’État qui a touché principalement l’Ukraine, le Kazakhstan et la région de la Volga, d’où des milliers de personnes se sont enfuies à Moscou – comme il s’est avéré, directement vers leur arrestation.
Les traces de cette vie quotidienne soviétique d’il y a 90 ans sont reflétées dans de brèves notes sur le lieu et la date de naissance, le mode de vie, l’arrestation et la condamnation des citoyens soviétiques qui ont été arrêtés à cette époque.
Les fiches sont accompagnées d’un petit guide – une description de la collection d’archives et des principes de sélection des personnages, ainsi qu’un bref essai sur les principaux événements qui ont fait (ou non) la une des médias moscovites en 1933. La publication a été réalisée par les rédacteurs de Open List et des dizaines de bénévoles de Memorial.
Que devrions-nous en faire ensuite – devrions-nous la réimprimer? Souhaitez-vous en savoir plus? Écrivez-nous vos réponses dans les commentaires https://t.me/toposmemoru/4529 ou sur notre bot: https://t.me/memorialtalks_bot

Quatre nouveaux prisonniers politiques
Cette semaine, le projet « Soutien aux prisonniers politiques: https://t.me/pzk_memorial Memorial » a reconnu quatre nouveaux prisonniers politiques.
Rimma Popova https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnoj-svidetelniczu-iegovy-iz-karachaevo-cherkesii/ témoin de Jéhovah de 55 ans originaire de Karachay-Cherkessia, a été assignée à résidence en vertu de l’article sur l' »extrémisme ».
L’auteur d’une installation anti-guerre, Ivan Kudryashov https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-ivana-kudryashova-iz-tveri/, de Tver, a été accusé de préparer l’incendie d’un centre de recrutement militaire et condamné à quatre ans et dix mois de régime strict.
Ilya Gibeskul https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-ukraincza-ilyu-gibeskula/, un Ukrainien, a été arrêté après avoir tenté de quitter la Russie (où il a probablement été emmené de force depuis la Volnovakha occupée par les Russes) et accusé de justifier le terrorisme en raison de reposts qu’il n’avait pas faits.
Yaroslav Vilchevsky https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-yaroslava-vilchevskogo/, un activiste de Vladivostok, a été condamné à deux ans de prison pour avoir « justifié » l’autodestruction de l’anarchiste Zhlobitsky en 2018.

Le 20 octobre 1937, la Grande Terreur commençait dans la région de Toula
Le 20 octobre, il y a 86 ans, la première fusillade de masse a eu lieu au polygone de Tesnitsky.
À l’automne 1937, le département du NKVD de la région de Toula a reçu une parcelle de forêt sur le territoire des camps militaires de Tesnitsky pour des opérations spéciales secrètes. Le polygone a été activement utilisé du 20 octobre 1937 au 16 novembre 1938, période durant laquelle les officiers du NKVD ont mené plus de 50 opérations de fusillade massive de citoyens – en vertu des sentences prononcées par un organe extrajudiciaire, la « troïka » du NKVD.
Les victimes des répressions politiques pendant la Grande Terreur furent au nombre de 14 507 résidents de la région de Toula (selon le bureau du procureur de Toula). Un cinquième d’entre eux est enterré dans la forêt de Tesnitsky.
Photo: Mémorial de Toula: https://t.me/memorialtula

Le Comité de Memorial a publié une déclaration sur les événements en Israël et dans la bande de Gaza
« Il semble que de telles choses ne devraient pas avoir leur place au XXIe siècle, mais ces atrocités ont été commises. Ceux qui les ont planifiées et exécutées doivent être punis ».
Lire la déclaration dans son intégralité sur le site de Memorial: https://memorialcenter.org/news/o-sobytiyah-na-blizhnem-vostoke-zayavlenie-soveta-cz-zp-ch-memorial

—–
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don par carte non russe: https://memorial-france.org/donate/


Bulletin d’information de Memorial Russie

14 octobre 2023

Verdicts et appels, Nuit noire, avocats – en URSS et aujourd’hui

Dernière audience dans l’affaire Oleg Orlov
(Dessin d’Inga Khristich)
Le 11 octobre, la dernière audience dans l’affaire Oleg Orlov, co-président de Memorial, a eu lieu. La juge Kristina Kostryukova l’a reconnu coupable en vertu de l’article sur le « discrédit répété de l’armée » et lui a imposé une amende de 150 000 roubles (cent mille roubles de moins que ce que l’accusation avait demandé). Le défenseur des droits de l’homme fera appel de l’amende (et, surtout, du verdict de culpabilité).
Au début de l’audience, le procureur a tenté de déposer une motion pour demander un examen psychiatrique médico-légal pour Orlov au motif qu’il a un « sens accru de la justice, un manque d’instinct de conservation, une posture devant les citoyens ». Comme argument, le procureur de l’État a fait référence à la psychiatrie punitive, affirmant que des dissidents avaient déjà été soumis à une expertise psychiatrique par le passé. Cependant, le tribunal a rejeté la requête.
Vous pouvez lire le dernier mot du défenseur des droits de l’homme sur le site web du Centre commémoratif: https://memorialcenter.org/news/poslednee-slovo-olega-orlova et sur notre chaîne Telegram: https://t.me/toposmemoru/4448 vous pouvez regarder son discours lorsqu’il a quitté le tribunal. M. Orlov a remercié toutes les personnes venues le soutenir et a souligné l’importance du soutien lors des procès politiques. « La Russie dispose sans aucun doute d’une société civile si tant de personnes se sont rassemblées devant le tribunal », a déclaré M. Orlov.
Nous sommes heureux que notre collègue soit libre et nous vous proposons de regarder l’interview qu’il a donnée à la chaîne YouTube « NO.Media from Russia » à la veille du verdict dans son affaire: https://www.youtube.com/watch?v=MjaUS-etbyw
Nous avons parlé de la façon dont les défenseurs des droits de l’homme travaillent aujourd’hui et de la façon dont tout a commencé dans les années 1990. Et même de la différence entre le bien et le mal.

Avocats de la défense: à propos des avocats politiques soviétiques
Hier, trois avocats actuels et anciens d’Alexei Navalny – Vadim Kobzev, Alexei Liptser et Igor Sergunin – ont été arrêtés. Vadim Kobzev a été arrêté près de la colonie n° 6 à Kovrov, où Navalny est actuellement détenu. Ce matin, le bureau de l’association d’avocats Dalet, basée à Moscou, qui comprend Alexei Liptser et Igor Sergunin, ainsi qu’une autre avocate de Navalny, Olga Mikhailova, qui n’est pas actuellement en Russie, a été perquisitionné. Et hier, l’avocat Alexei Ladin, qui défend les Tatars de Crimée et les militaires ukrainiens capturés – nous écrivons souvent sur ces cas – a été détenu en Crimée annexée.
Par solidarité avec les avocats détenus, ainsi qu’avec tous les avocats qui, malgré tous les risques, continuent à travailler en Russie, nous publions des fiches basées sur notre promenade moscovite « Défenseurs » – sur les avocats politiques en URSS: https://t.me/toposmemoru/4457

« Nuit noire » – à propos les poètes biélorusses fusillés
En collaboration avec le Centre des droits de l’homme « Viasna » et le Centre Biélorussie libre, nous lançons une série de publications sur les poètes fusillés par les autorités soviétiques au cours de la tristement célèbre « Nuit noire » – du 29 au 30 octobre 1937. Pour en savoir plus, consultez nos fiches, et vous pouvez les lire en biélorusse sur les réseaux sociaux de nos collègues: https://t.me/toposmemoru/4431
Vous pouvez également participer à l’action de commémoration! Parlez-nous des poètes réprimés et des autres victimes de la terreur soviétique, écrivez des lettres aux prisonniers politiques actuels et soutenez les initiatives qui les aident, ainsi que leurs familles, au Belarus: Politzek.me, Dissidentby, « Politvyazinka », « Viasna » et d’autres.
Vous pouvez en savoir plus sur les œuvres des poètes biélorusses fusillés en consultant le projet « Shot Poetry » de la FBC ou le projet « (NOT)EXTRACTED » de Sergei Budkin: https://tuzinfm.by/nierasstralianyja/

Qu’est-ce qui ne va pas? La mairie refuse de coordonner la « restitution des noms » près de la pierre Solovetsky à Moscou?
https://www.youtube.com/watch?v=3miaqDpq9N0
En quoi les événements publics diffèrent-ils des événements de masse? Et pourquoi la mairie de Moscou craint-elle plus une « restitution des noms » que le covid? Nous vous le disons dans les fiches: https://t.me/toposmemoru/4420
Nos avocats ont déjà intenté une action en justice pour contester le refus d’approuver l’action sur la place Loubianka: nous attendons la décision du tribunal et, quoi qu’il en soit, nous planifions le « Retour des noms » à Moscou – comme les années précédentes, nous trouverons une occasion d’organiser l’action sous une forme ou une autre.
Nous vous rappelons que cette année encore, la « restitution des noms » se déroulera dans différentes villes et différents pays. Rejoignez l’événement général sur Facebook pour vous coordonner avec les participants et les autres organisateurs! Cela nous aidera beaucoup si vous cochez « J’irai » ou « Intéressé » sur la page de l’événement et si vous invitez vos amis, cela rendra l’action plus visible.
Nous vous demandons également de soutenir le « Retour des noms »! L’organisation de l’événement dépend beaucoup de votre aide. Vous pouvez faire un don sur memorial-france.org: https://memorial-france.org/donate-vi/#card
Voir la rediffusion de 2022 de « Restitution des noms « : https://www.youtube.com/watch?v=3miaqDpq9N0

« Les voix de la guerre » est un projet commun du groupe des droits de l’homme de Kharkiv et des filiales européennes de Memorial.
https://www.youtube.com/watch?v=OJlj5UWTMgg
« Les voix de la guerre  » raconte l’histoire de Galina Bulgakova, une artiste et architecte de Kharkiv. Elle raconte les premiers jours de la guerre, comment elle et son petit-fils n’ont pas pu courir de leur maison à l’abri anti-bombes, comment des gens ont été abattus dans la file d’attente de l’aide humanitaire. Galina a conçu la plupart des maisons du quartier de Saltovka. Aujourd’hui, ce quartier est complètement détruit.
L’entretien a été préparé par Taras Zozulinsky, journaliste à Lviv.
Voir la vidéo sous-titrée en italien, allemand, polonais, ukrainien, russe et tchèque. Lire le texte de l’interview en ukrainien, anglais, italien, allemand, polonais, tchèque et russe: https://khpg.org/en/1608810519

Alexander Chernyshov a été maintenu en détention provisoire jusqu’au 10 décembre.
(Photo: Kommersant Prikamye)
Le 6 octobre, le tribunal du district Leninsky de Perm a tenu une audience sur la mesure de contrainte à l’encontre de notre collègue du Memorial de Perm, Alexander Chernyshov. Le juge a partiellement accédé à la demande de l’enquête de tenir l’audience à huis clos – parce qu’elle « pourrait contenir des éléments qui constituent le secret de l’enquête ». L’enquêteur du FSB a suggéré au tribunal de prolonger la détention de Tchernychov jusqu’au 10 décembre.
Alexander Chernyshov et sa défense se sont opposés à la mesure préventive sous la forme d’une détention dans le centre de détention provisoire et ont proposé de l’assigner à résidence. Chernyshov possède un appartement à Perm, à deux pas du SIZO n° 1, où il peut rester, et son frère, qui vit dans la même ville, est prêt à l’aider. L’avocat a également déclaré que Chernyshov a commencé à avoir des problèmes de santé dans le centre de détention provisoire.
Le bureau du procureur et le tribunal ont, comme on pouvait s’y attendre, soutenu la demande d’enquête. Alexander Chernyshov restera en détention dans cette affaire montée de toutes pièces jusqu’au 10 décembre au moins. Vous pouvez le soutenir par une lettre papier ou électronique (via FSIN-Letter, Zonatelecom ou Rosuznik): 24 Klimenko St., Perm, Région de Perm, Russie, 614000, 24 Klimenko St., Federal Correctional Centre-1, GUFSIN de Russie pour la région de Perm, à Alexander Anatolievich Chernyshov, 23.07.1972.

Appel dans l’affaire Bakhrom Khamroev
(Photo: Memorial)
Le 10 octobre, la Cour d’appel militaire a examiné l’appel contre la condamnation de Bakhrom Khamroev et a réduit la peine de 3 mois. Au lieu de 14 ans de colonie – 13 ans et 9 mois.
Bakhrom Khamroev, défenseur des droits de l’homme et directeur de la fondation Yerdam pour le soutien juridique et social des migrants, était membre de Memorial jusqu’à sa liquidation. Il a été condamné en mai 2023 en vertu des articles sur les « appels publics au terrorisme » et la participation aux « activités d’une organisation terroriste ».
Khamroev est en détention provisoire depuis le 25 février 2022. Il ne plaide pas coupable. L’émission « Soutien des prisonniers politiques. Memorial » considère Bakhrom Khamroev comme un prisonnier politique. Vous pouvez lui écrire via le service en ligne FSIN ou envoyer une lettre papier à l’adresse suivante: 111020, Moscou, Lefortovsky Val str. 5, b. 2, SIZO-2 du Service pénitentiaire fédéral de Russie, Khamroev Bakhrom Mardonovich, né en 1963.

Le goulag est juste ici. Nikita Igorevich Krivoshein. Deuxième partie: « Je suis un Européen ».
https://www.youtube.com/watch?v=XWYy2ocDqgI
Nikita Krivoshein était un traducteur et écrivain russe, militant social et politique. Il est né le 6 juillet 1934 en France.
Dans la deuxième partie de l’entretien, il parle de la traduction du discours de Khrouchtchev, de son arrestation, de son séjour à la Loubianka et à la prison de Krasnopresnensky, de la vie dans les camps et de ses tentatives pour quitter le pays. Il évoque également ce qui l’a aidé pendant ces années.
Regardez la première partie de l’interview ici: https://www.youtube.com/watch?v=XWYy2ocDqgI
Et abonnez-vous à notre chaîne Youtube!

Synthèse des documents récents avec nos collègues

• Evgueni Zakharov du Groupe des droits humains de, co-président de l’association Memorial International, a été sélectionné pour le prix Václav Havel. Lisez son discours lors de la conférence internationale à Prague ici: https://t4pua.org/ru/1994

• L’Italie a accueilli l’événement Il Terrore e il Gulag in USSR (La terreur et le goulag en URSS), auquel a participé notre collègue italienne de Memorial, Elena Freda Piredda. Pour en savoir plus sur cet événement, cliquez ici: https://www.facebook.com/events/869009551474732/

• La télévision tchèque a diffusé un reportage sur les nouveaux manuels d’histoire russes et le site de Sandarmoh. Dans ce reportage, parmi d’autres experts, il y a un commentaire de notre collègue Irina Fliege: https://www.ceskatelevize.cz/porady/1097181328-udalosti/223411000101004/

• L’émission « L’époque actuelle » s’est de nouveau entretenue avec Irina Fliege au sujet de la destruction des monuments érigés à la mémoire des Polonais réprimés en Russie. « Les mémoriaux sont devenus un champ de bataille pour la mémoire », a déclaré Irina Flige: https://www.currenttime.tv/a/gde-v-rossii-razrushayut-pamyatniki-repressirovannym-polyakam/32624240.html

• Notre collègue historien Nikita Sokolov a participé à une discussion sur la liberté d’expression et le droit à la vérité en Russie, qui portait sur la situation de la liberté d’expression dans la Russie actuelle. Les participants ont parlé de l’ampleur de la suppression de la liberté d’expression et de ses conséquences pour les défenseurs des droits de l’homme et les journalistes, ainsi que des conséquences du « blanchiment » du passé soviétique et du révisionnisme des crimes soviétiques. Plus d’informations sur l’événement en anglais: https://twitter.com/rightlivelihood/status/1709557570493424017

• Stefania Kulaeva d’ADC Memorial a écrit un article intitulé « Propagande de l’équivalence », sur l’enthousiasme des législateurs russes pour les diverses interdictions de « propagande »: https://adcmemorial.org/statyi/kolonki/propagandiruya-ravnoczennost/

• Lisez l’article 7×7 sur l’importance de la « restitution des noms », la mémoire des crimes et des victimes du passé, et sur le responsable du Mémorial de Carélie, Yuri Dmitriev (aujourd’hui en prison pour une affaire montée de toutes pièces): https://semnasem.org/posts/2023/10/10/stoya-na-pleche-u-pradeda

Trois nouveaux prisonniers politiques
Cette semaine, le projet « Soutien aux prisonniers politiques:
https://t.me/pzk_memorial
Memorial a reconnu trois nouvelles personnes comme prisonniers politiques.
Konstantin Seleznev, un retraité de Moscou, risque jusqu’à 10 ans de prison en vertu de l’article sur les « faux ». Il a été envoyé dans un centre de détention provisoire pour avoir envoyé au procureur général un rapport de l’ONU sur les événements de Bucha et pour avoir rappelé à Poutine l’existence du Boeing abattu, dans le cadre de l’attribution d’un nom honorifique à la 53e brigade antiaérienne. Selon la décision du tribunal de La Haye, c’est un système de missiles Buk de cette brigade qui a abattu un Boeing civil au-dessus du Donbass en 2014.
Viktoria Goncharova a été condamnée à 6 ans et demi de prison, accusée d’avoir participé au Secteur droit et d’avoir diffusé des « faux » sur l’armée russe. Viktoriya est née en Ukraine mais a vécu en Adyguée, où elle a participé à l’organisation de refuges pour les chiens sans abri.
Igor Baryshnikov, un retraité de Kaliningrad à qui l’on a diagnostiqué un cancer, a été condamné à 7 ans et demi de prison pour avoir publié des messages anti-guerre sur Facebook. Peu après la condamnation de Baryshnikov, sa mère de 97 ans, dont il s’occupait, est décédée, mais le tribunal n’a pas autorisé sa libération pour les funérailles, même sous escorte.

Vidéo du village de Yagodnoye (Kolyma)
Dessin de l’album « Kolyma » de l’artiste Georgy Wagner (1908-1995), prisonnier des camps de Kolyma. Source: Musée de la mémoire: https://museum.memo.ru/stock/1/3262/
Cet été, notre collègue de Memorial, l’historien et expert de l' »opération grecque » du NKVD, Ivan Dzhuha, s’est rendu dans la région de la Kolyma pour installer des plaques commémoratives. Nous avons déjà publié des reportages sur l’ancien camp de Kabakcha, près de Magadan, sur l’ancien camp de Maldyak, sur la Kolyma: https://t.me/toposmemoru/3956 ainsi qu’une vidéo prise au mémorial sur le site de la prison d’exécution, près de la rivière Snajper: https://t.me/toposmemoru/4268
La nouvelle vidéo a été tournée dans le village de Yagodnoye, qui était l’un des camps de la Kolyma. Varlam Shalamov a purgé sa deuxième peine dans ce camp, ainsi que de nombreux prisonniers d’origine grecque qui ont été réprimés dans le cadre de l' »opération grecque » du NKVD: https://www.instagram.com/reel/CyF_o7Drtsf/?igshid=MzRlODBiNWFlZA%3D%3D
Ivan Dzhuha raconte comment il a retrouvé une lettre écrite au plus fort de l' »opération grecque », en février 1938, au procureur général Andrei Vyshinsky.

Claudia Pieralli (1979-2023)
Les collègues du Mémorial italien ont le regret d’annoncer le décès de notre collègue Claudia Pieralli. Claudia était professeur à l’Université de Florence et avait rejoint Memorial en 2016. Son travail scientifique s’est largement concentré sur l’héritage culturel du Goulag et les caractéristiques littéraires du samizdat. Pour en savoir plus sur la vie de Claudia et sa contribution au travail du Mémorial, lisez sa nécrologie: https://memorial.notion.site/52323ba4510a43a4be6506d275b1bc73
Sur notre chaîne, vous pouvez regarder la conférence de Claudia en russe sur la perception du Goulag en Italie et en France.

—–
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don par carte non russe: https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information de Memorial Russie,
11 octobre 2023

  Foire du livre de Francfort, piquet de grève, visites et lectures de noms

11 octobre, 11:00, Moscou, Tribunal du district de Golovinsky
11:00-13:00, Berlin, Unter den Linden 63-65
Procès d’Orlov à Moscou et un piquet de soutien à Berlin!
Dessin de Lily Matveeva
Le procès d’Oleg Orlov va s’ouvrir à 11h00 à Moscou. Il y aura des débats et le dernier mot de l’accusé, et peut-être même un verdict.
Memorial Allemagne et la Société pour la protection des peuples menacés (STP) organiseront à nouveau un rassemblement devant l’ambassade de Russie à Berlin pour protester contre ce procès politiquement motivé et exprimer leur solidarité avec Oleg Orlov.
Si vous êtes à Moscou ou à Berlin, venez soutenir le défenseur des droits de l’homme! Et de n’importe où dans le monde, vous pouvez suivre la diffusion de la réunion: sur nos stories Instagram et Twitter, et sur le Telegram de ZHRC Memorial. La retransmission en anglais est disponible sur notre Twitter anglophone. Nous vous suggérons également de lire l’interview d’Orlov avec l’édition française de RFI.
https://twitter.com/i/flow/login?redirect_after_login=%2FEnMemorial
https://www.rfi.fr/ru/россия/20231010-правозащитник-олег-орлов-перед-приговором-я-не-уехал-потому-что-мой-голос-из-россии-будет-громче-звучать

14 octobre, 17:00, Syktyvkar, Centre de la Révolte, encore une conférence dans la série sur l’histoire familiale
Nos collègues de Memorial-Komi continuent de vous expliquer comment trouver des informations sur vos ancêtres! Cette fois-ci, l’historien Igor Sazhin parlera des « Livres de la Mémoire » comme source de recherche.
Les collègues invitent également tout le monde à participer à la conférence: vous pouvez apporter un livre qui vous a aidé à trouver et à connaître l’histoire de votre famille et en parler. Inscrivez-vous et venez!

15 octobre, 12:00-13:30, Tomsk, installation de trois plaques commémoratives « Dernière adresse
Ce dimanche, trois plaques commémoratives seront installées en même temps à Tomsk! Tout d’abord, une plaque pour le charpentier Serapion Titkov (1887-1938). Il a été fusillé un mois après son arrestation pour participation à l’organisation Cadet-Monarchiste.
La deuxième plaque est dédiée à Nikolai Mokienko (1918-1943), un transporteur d’un combinat de boulangerie. Originaire de Harbin, il a été arrêté en 1937 lors de l' »opération Harbin du NKVD » (dont nous avons d’ailleurs parlé ici) et condamné à 10 ans de camp. Mokienko est mort à Pechorlag d’une paralysie cardiaque.
La troisième plaque sera installée à la dernière adresse de Mark Pilnikov (1884-1937). Au moment de son arrestation, il était le directeur technique de l’imprimerie « Krasnoye Znamya ». Le collège militaire de la Cour suprême de l’URSS l’a condamné à être fusillé, ainsi que son frère Viktor, qui travaillait dans la même imprimerie.
Si vous souhaitez participer aux cérémonies, écrivez-nous dans notre bot Telegram et nous vous enverrons les adresses et les heures exactes!

18-22 octobre, Francfort-sur-le-Main, Université Goethe Halle 4, 1. Stock, D-84, stand de Memorial à la Foire du livre de Francfort, discussion et présentation du projet « Voix de la guerre »
Memorial Zukunft et Memorial Deutschland présenteront un stand à la Foire du livre de Francfort avec des publications de Memorial de différents pays et en différentes langues sur l’histoire de la terreur d’État en URSS. En outre, vous pourrez vous informer sur le projet GULAG XR, qui produit du matériel éducatif sur le Goulag en utilisant la réalité virtuelle, et sur le projet Voix de la guerre. Il s’agit d’un projet conjoint du Groupe des droits humains de Kharkiv et de mémoriaux de plusieurs pays, qui documente la vie quotidienne des Ukrainiens après le déclenchement d’une guerre à grande échelle.
Le 18 octobre à 16 heures à Francfort, l’Institut Fritz Bauer organisera une discussion en allemand et en russe sur le thème « Comment et pourquoi documenter les crimes de guerre. Culpabilité, justice et équité », à laquelle participeront nos collègues Evgeny Zakharov, Sergey Krivenko et Irina Shcherbakova. Il y aura également une présentation du projet « Voix de la guerre », où les histoires personnelles de nombreuses personnes racontent également les crimes de guerre de l’armée russe. La discussion sera diffusée en ligne sur la chaîne de l’Institut Fritz Bauer. Pour en savoir plus sur l’événement, cliquez sur ce lien: https://www.fritz-bauer-institut.de/veranstaltungen/veranstaltung/stimmen-des-krieges

Excursions et lectures de noms à Moscou!
13 octobre, 16:00, Moscou, la dénonciation de Socrate

Comment les écrivains et les poètes communiquaient-ils avec les autorités soviétiques? Qui a participé au harcèlement de Boris Pasternak? Comment s’est terminée la conversation de Boulgakov avec Staline? Et enfin, quel est le rapport avec Léon Tolstoï?
Pour trouver les réponses à ces questions et à d’autres, inscrivez-vous et venez! Toutes les visites sont gratuites, mais vous pouvez toujours nous soutenir sur donate.memo.ru. Nous vous serions également reconnaissants de partager avec vos amis le lien permettant de s’abonner à notre lettre d’information: https://subscribe.memo.ngo – qui est d’ailleurs également publiée en anglais!

13 octobre, 17:00, Moscou, Pour votre liberté et la nôtre
Il y a 55 ans, du 9 au 11 octobre 1968, le tribunal populaire du district Proletarsky de Moscou a entendu le procès de Konstantin Babitsky, Larisa Bogoraz, Vadim Delone, Vladimir Dremlyuga et Pavel Litvinov qui, le 25 août de la même année, s’étaient rendus sur la Place Rouge pour protester contre l’invasion soviétique de Prague. Tous ont été condamnés à des peines de camp et d’exil.
Après-demain, 13 octobre, nous vous invitons à une promenade au cours de laquelle nous vous raconterons le destin de ces manifestants et d’autres contre l’occupation de la Tchécoslovaquie. Inscrivez-vous ici: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2624287/

14 octobre, 12:00, Moscou, Taganka et son quartier
Extraits du journal mural de la maison de détention de la Taganka, septembre 1932: « Quelques mots sur le dentiste ».
«
Il y a trois jours, je suis allé chez le dentiste. Le chef avait pris rendez-vous pour moi, mais je n’ai pas pu aller chez le médecin. J’ai mal aux dents et je demande à la rédaction du journal mural de m’aider.UNIVERMAGLe lecteur ne croira pas qu’un grand magasin puisse exister dans les locaux de la maison d’arrêt de Tagansky, mais c’est un fait, cher lecteur, j’ose vous l’assurer. Dans la cellule 96 du quartier des femmes, l’astucieuse Dora Marshall a ouvert un « grand magasin » pour les détenues. On y trouve de tout: des pulls tricotés, en papier et en soie, un grand choix de bas de toutes les couleurs, des chaussures de sport et des chaussures simples, des chapeaux et des chemises. Dora Marshall vend tout cela aux prisonniers. Demain, elle comparaîtra déjà devant le tribunal des camarades. Cette colporteuse doit être sévèrement punie.»Nous parlerons de la Taganka – la prison qui ne figure plus sur la carte de Moscou, mais dont le souvenir est conservé non seulement dans des chansons célèbres, mais aussi dans la ville elle-même. Nous parlerons des mécanismes de terreur et de persécution utilisés en URSS et hérités par l’État russe moderne, et nous lirons les noms des personnes dont la vie a été écourtée par cette terreur.Inscription ici: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2624288/

14 octobre, 12:30, Moscou, Loubianka et son quartier
En 1920, dans le secteur des rues du centre de Moscou – Loubianka Bolshaya et Malaya, pont Kuznetsky, Rozhdestvenka, ruelle Varsonofievsky – se trouvait un quartier du VChK-GPU-NKVD, où ces services spéciaux avaient leurs prisons et leurs lieux de torture et de fusillades secrètes. L’ensemble de l’appareil répressif soviétique, dont les victimes étaient des millions de citoyens, était contrôlé à partir d’ici.En passant devant ces bâtiments aujourd’hui, il est difficile de savoir ce qui s’y est passé: par exemple, il n’y a pas d’inscription commémorative à ce sujet près du garage de Varsonofievsky Pereulok, où environ 15 000 personnes ont été fusillées. Dans le bâtiment de l’ancien collège militaire de la Cour suprême, où le plus grand nombre de condamnations à mort ont été prononcées, il était prévu (et c’est peut-être encore le cas) d’ouvrir une boutique.Nous visiterons ces lieux, nous parlerons des auteurs de condamnations injustifiées et de l’ampleur de la terreur, et nous nous souviendrons de la Croix-Rouge politique, dont les employés, même dans les années les plus terribles, ont tenté de soulager la détresse des personnes arrêtées. Inscription sur le lien: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2624290/

14 octobre, 14:00, Moscou, autour d’Ivanovskaya Gorka
« Je crois qu’il ne s’agit pas d’une lutte de contre-révolutionnaires, mais d’une lutte avec Staline sur la base de relations personnelles. Pouvez-vous imaginer ce qui se passe en Europe et comment nous allons être traités? Je sais qu’Hitler, après avoir appris l’exécution de Kamenev, Zinoviev et d’autres, a dit: « Maintenant, je vais abattre Telman. Quelle période d’angoisse! » – a déclaré Isaac Babel à propos de l’achèvement du premier procès de Moscou en 1936.
Au cours de la promenade, nous arriverons à l’endroit où Babel a vécu à Moscou, et où le panneau de la « dernière adresse » avec son nom sur la maison moderne est installé. Nous nous souviendrons et lirons les noms d’autres personnes fusillées par les autorités soviétiques.
Inscription sur le lien: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2604144/

15 octobre, 14:00, Moscou, dans les réseaux des ruelles de l’Arbat
« Comme les fois précédentes, il est revenu pour recommencer sa vie, mais cette fois-ci comme un homme moins jeune et malade. Ses essais et ses récits, publiés dans les années trente, sont tombés dans l’oubli. Même les simples connaissances de ces années-là sont restées rares, et dans le monde littéraire, presque personne ne s’est souvenu de lui. Quant à sa poésie et à sa prose de la fin des années quarante et du début des années cinquante – il s’agit des poèmes des Carnets de la Kolyma et des Histoires de la Kolyma – seul le cercle d’amis le plus étroit les connaissait dans les conditions de l’époque. » Sergei Neklyudov sur Shalamov dans les années 1950.
Après son retour de la Kolyma en 1953 et jusqu’à sa réhabilitation en 1956, Shalamov a été contraint de vivre et de travailler « au-delà du 101e » kilomètre. Il a passé trois ans dans le district de Klin, dans la région de Kalinin (aujourd’hui Tver), en tant qu’agent d’approvisionnement pour une entreprise de tourbe. C’est à cette époque qu’il commence à écrire des histoires. En septembre 1956, Shalamov reçoit un certificat de réhabilitation (le certificat lui-même est daté du 18 août 1956) sur le boulevard Gogolevsky.
Au cours de la promenade, nous verrons où Varlam Shalamov a vécu entre les deux arrestations, et nous regarderons les panneaux de la « dernière adresse » – nous espérons qu’ils sont toujours accrochés à leur place. Là, nous nous souviendrons des noms de ceux qui ont été victimes de la répression de masse et de la dictature totalitaire.
Inscription sur le lien: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2604145/

15 octobre, 15:00, Moscou, promenade autour de l’Académie Timiryazev
Aujourd’hui, le nom du biologiste soviétique Nikolaï Vavilov est associé à trois instituts universitaires, quatre prix, vingt-et-une plantes, trente-cinq rues, un astéroïde, un cratère de la Lune et un village du Daghestan. En 1940, il est arrêté et condamné à être fusillé, peine qui sera plus tard commuée en une peine de 20 ans. En prison, Vavilov meurt de dysenterie et de dystrophie en 1942.
Nous parlerons de la manière dont les autorités soviétiques ont ralenti le développement de la science biologique, de la lutte de Vavilov contre le « lysenkisme » lors de la marche et nous lirons les noms d’autres victimes de la terreur soviétique.
Inscription sur le lien. https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2624292/

16 octobre, 17:00, Moscou, général fou ou chevalier des têtes rouges
Pyotr Grigorenko était un général soviétique devenu dissident, un militant des droits de l’homme qui a défendu les droits des Tatars de Crimée et de bien d’autres, et le fondateur du groupe ukrainien d’Helsinki. Malgré sa brillante carrière militaire, il n’était pas homme à suivre les ordres sans réfléchir, et il n’était pas dépourvu de pensée libre, ce qui lui valut d’être emprisonné en 1964 pendant près d’un an à l’Institut psychiatrique Serbsky, un endroit qui, pour beaucoup de ceux qui y sont passés, était plus effrayant que les prisons et les camps.
Nous parlerons de l’histoire de la psychiatrie punitive en URSS et du destin de l’un des dissidents les plus insolites de la marche. Inscrivez-vous et venez!
https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2624294/
Au centre de Moscou, il existe un lieu qui, pour beaucoup de ceux qui l’ont visité, était plus effrayant que les prisons et les camps. Il s’agit de l’Institut psychiatrique Serbsky. C’est là que de nombreux prisonniers politiques ont été diagnostiqués comme souffrant de « schizophrénie molle, de délire de réformisme et de recherche de la vérité, et d’intoxication philosophique ». Ils ont ensuite été envoyés dans de terribles hôpitaux psychiatriques spéciaux.
Petro Grigorenko, Vladimir Bukovsky, Natalia Gorbanevskaya, Valeria Novodvorskaya, Leonid Plyushch – ce ne sont là que quelques noms de ceux qui sont passés par les « hôpitaux psychiatriques » de torture.
Nous parlerons de l’histoire de la psychiatrie punitive en URSS. Et de la vie et du destin de l’un des dissidents les plus singuliers – un général de combat, défenseur des droits de l’homme, l’un des fondateurs du groupe ukrainien d’Helsinki, Petro Grigorenko. Nous visiterons la maison où vivait le général rebelle, dont l’appartement était ouvert à tous ceux qui avaient besoin d’aide.

—–
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don par carte non russe: https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information de Memorial Russie,
6 octobre 2023

30 octobre, les sharashki de Moscou, « Point de non-retour ».

« Nous nous battons pour la liberté, l’indépendance, les droits de l’homme, la démocratie. Nous tiendrons bon, et les troubles reculeront. Les valeurs de Václav Havel se concrétiseront alors encore davantage. »
Evgeniy Zakharov, membre du Groupe de défense des droits humains de Kharkiv et co-président de l’ Association Memorial International, a écrit un essai sur l’importance de Vaclav Havel pour l’Ukraine, à l’occasion de l’anniversaire du dissident et président tchèque, pour lequel Evgeniy Zakharov a été nommé par l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.
Le texte de l’essai est en anglais: https://khpg.org/en/1608812874

Morts à Groza
Hier, un missile russe a tué au moins 51 personnes et en a blessé beaucoup d’autres dans le village de Groza, dans la région de Kharkiv. Nous exprimons nos condoléances et notre solidarité à la population de la région de Kharkiv.

L’esclavage du travail ou « le terrible secret du principal chantier du plan quinquennal »: la construction de l’usine chimique de Berezniki par Alexander Chernyshov.
Aujourd’hui, à 11 heures, le tribunal Leninsky de Perm examinera à nouveau une mesure de contrainte pour notre collègue de Memorial-Perm, Alexander Chernyshov, qui est en état d’arrestation depuis le 5 mai.
Depuis de nombreuses années, Alexander recueille des informations sur les colonies spéciales du Goulag et les installations des camps dans la ville de Berezniki et le district de Berezniki dans le district de Perm. Il a réussi à découvrir que dans les années 1930-1950, il y avait environ 30 colonies spéciales où des milliers de victimes de la terreur soviétique – les représentants du « contingent spécial », comme on les appelait – vivaient et travaillaient dans des conditions de régime sévère. Une autre partie des personnes réprimées vivait dans les camps de travail correctionnels (ITL) du district.
Les colons spéciaux et les prisonniers ont participé à la construction du « grand projet » du premier plan quinquennal – le combinat chimique de Berezniki, et ont construit d’autres grandes entreprises de la ville: c’est ainsi que les chantiers grandioses ont été approvisionnés en main-d’œuvre. Pour en savoir plus, consultez nos fiches sur les matériaux d’Alexander Chernyshov: https://t.me/toposmemoru/4386

Pourquoi la « restitution des noms » a-t-elle lieu le 29 octobre et quel est son lien avec le 30 octobre?
Cette question se pose à de nombreuses personnes qui participent pour la première fois, récemment ou depuis longtemps à la « restitution des noms » ou qui suivent simplement l’action. Nous avons essayé d’y répondre (pour nous-mêmes) et pour nos abonnés. Notre mémoire est importante pour les fusillés des années 30 et d’autres années, dont les noms seront entendus lors de la « restitution des noms » le 29 octobre. Les prisonniers politiques d’aujourd’hui, dont la solidarité s’exprime dans le monde entier le 30 octobre, ont besoin de liberté. Leurs noms sont ici: https://memopzk.org/persecuted/
Nous vous rappelons que l’action « Retour des noms » se déroulera cette année dans différentes villes et différents pays. Rejoignez notre événement Facebook pour rester en contact ! Nous avons récemment publié un guide sur la manière d’organiser la « restitution des noms » dans votre ville, et nous partagerons bientôt d’autres instructions.
Aujourd’hui, la propagande en Russie, comme dans de nombreux autres pays, tente d’effacer et de prendre le contrôle de la mémoire de la terreur afin de justifier la répression moderne et les crimes de guerre. C’est pourquoi il est si important d’organiser cette action. Soutenez-nous et le « Retour des noms » ! Vous pouvez laisser un don à memorial-france.org (à partir d’une carte non-RF, via Paypal ou en crypto-monnaie): https://memorial-france.org/donate-vi/#card

« Je ne peux pas entendre une expression telle que «avant-garde russe». C’est quelque chose d’inapproprié. » https://www.youtube.com/watch?v=fOV7Gqjg0uY
Les œuvres de l’artiste ukrainien Matvei Weisberg ont servi à illustrer le livre de nos collègues du groupe de défense des droits de l’homme de Kharkiv « Voix de la guerre. Mariupol ». Lors d’un entretien avec l’artiste, les collègues ont parlé de l’art du passé et de « l’avant-garde russe », qui est en fait ukrainienne, des artistes ukrainiens contemporains et des femmes artistes qui inspirent Weisberg, ainsi que de ce qui irrite dans l’espace urbain.
Le Groupe des droits humains de Kharkiv, l’un des membres fondateurs de l’International Memorial Association, a publié  » Voix de la guerre. Mariupol ». Il comprend 24 récits d’habitants de Mariupol issus du projet de témoignages « Voix de la guerre ». Vous pouvez acheter le livre en ukrainien auprès de nos collègues, et bientôt il y aura une version en russe: https://khpg.org/1608811863

Procès d’Ukrainiens en Russie: le cas de Pavel Zaporozhets et un entretien avec l’avocat Nikita Buklov
Les centres de détention russes tiennent prisonniers de nombreux citoyens ukrainiens qui ont été emmenés de force sur le territoire de la Fédération de Russie. Des militaires ukrainiens ont été retenus en captivité et des civils ont été enlevés dans les territoires occupés par la Russie. Dans de très nombreux cas, il est impossible de retrouver la trace des Ukrainiens en Russie, mais dans certains cas, ils sont jugés sur la base d’accusations criminelles. La presse n’assiste pratiquement jamais à ces séances. Nous essayons de suivre ces procès autant que possible.
Au tribunal militaire du district sud de Rostov-sur-le-Don, le procès de Pavel Zaporozhets, accusé d’avoir préparé un attentat terroriste à Kherson, touche à sa fin. Nous avons déjà raconté comment Zaporozhets a été enlevé et emmené sur le territoire de la Fédération de Russie et comment il a été torturé pendant détention. Pour en savoir plus sur le déroulement de la réunion du 28 septembre, lire l’intégralité dans «Notion. Dans les fichiers» – nouveau témoignage de Pavel Zaporozhets au tribunal: https://t.me/toposmemoru/4312
L’avocat Nikita Buklov de Rostov-sur-le-Don défend l’un des accusés dans le procès qui se déroule actuellement devant le tribunal militaire du district sud. 14 Ukrainiens et 8 Ukrainiennes sont accusés d’avoir rempli leur devoir constitutionnel et d’avoir défendu leur pays à différents moments. Buklov défend l’accusé Yaroslav Zhdamarov. L’avocat a répondu à des questions sur l’affaire – et en général sur les particularités du travail lors de ces sessions (qui en principe ne devraient pas avoir lieu).

La renaissance des fusillés : Mikhailo Drai Khmara
Nous continuons à parler des auteurs de la « Renaissance des fusillés » ukrainiens. Mykhaylo Dry-Khmara (1889-1939), poète, critique littéraire et traducteur, a été persécuté par les autorités soviétiques pour « diffusion d’idées contre-révolutionnaires » et « activités ennemies dirigées contre la dictature du prolétariat ». Il a été accusé pour la première fois pour son poème « Les cygnes ». Nous citerons ici ce poème, et dans nos fiches, vous pourrez lire des informations sur la vie du poète.
Sur un lac tranquille, où les cygnes rêvent,
nettoyé depuis longtemps, et en été et dans l’après-midi.
ils ont sauté, ils ont nagé,
Leurs pneus se sont pliés comme des lianes.
Et quand ils ont trouvé le gel comme une pente.
et la rivière a grondé, et a éclaté dans les piscines blanches,
et les nageurs cassaient les jambes de ces nageurs infirmes,
et ils n’avaient pas peur des craintes de l’hiver.
Oh, la foule des chanteurs méconnus !
Dans la tempête et la neige, vous chantez votre chant puissant,
qui brise la glace de la joie et du chagrin.
Allez, cygnes : de la captivité, du ciel.
La vision claire de la lyre vous conduira dans le monde,
où se brasse l’océan de la vie en ébullition.

Synthèse des matériaux récents avec nos collègues
• Lors du vernissage de l’exposition de notre artiste Lilija Matveeva « Memorial contre la guerre » organisée par Zukunft Memorial à Berlin, une discussion a eu lieu avec la participation de notre collègue Alexandra Polivanova et de Lilija Matveeva elle-même, et animée par la politologue Ekaterina Shulman. Regardez la vidéo sur notre chaîne Youtube et abonnez-vous: https://www.youtube.com/watch?v=S450EKv4Zvs
• « En peignant, je verse beaucoup de larmes ». Realities s’est entretenu avec Lilija au sujet de ses œuvres et a rassemblé une belle collection de son matériau. https://www.sibreal.org/a/poka-risuyu-lyu-mnogo-slyoz-antivoennaya-vystavka-hudozhnitsy-/32602736.html
• Interview sur la radio ukrainienne « Nakipelo » avec un avocat du groupe des droits de l’homme de Kharkiv, Vladislav Dolzhko, à propos de la présentation du rapport sur la torture russe dans la région de Kharkiv à la Cour pénale internationale. Des extraits du rapport peuvent être lus sur le canal Telegram du CDHR Memorial: https://www.sibreal.org/a/poka-risuyu-lyu-mnogo-slyoz-antivoennaya-vystavka-hudozhnitsy-/32602736.html
• À propos du livre « Objet de surveillance. Le KGB contre Sakharov » : Radio Liberty s’est entretenu avec Boris Belenkin: https://www.svoboda.org/a/obekt-nablyudeniya-kniga-kgb-protiv-saharova-govorit-o-segodnyashnem-dne/32598097.html
• 7×7 Horizontal Russia propose une vidéo intitulée « Qui détruit les monuments commémoratifs des personnes réprimées en Russie », commentée par Alexandra Polivanova (et il y a un petit secret sur le retour des noms de cette année). https://www.youtube.com/watch?v=5s4y-97Kh9k
• Stefania Kulaeva de Memorial a commenté le retrait de la Russie de la Convention pour la protection des minorités nationales sur Belsat. https://www.youtube.com/watch?v=Ryc1sL6XdZM&t=1138s
• Irina Scherbakova s’est rendue en Italie – après son discours, plusieurs articles de journaux ont été publiés en italien – par exemple dans Quotidiano Nazionale, Ansa et Skytg24.
• A propos des sharashki de Moscou (laboratoires de scientifiques prisonniers politiques)
Nos collègues de la chaîne « C’était juste ici », consacrée à la topographie de la terreur soviétique à Moscou, ont réalisé des fichiers sur les sharashki de Moscou. Dans le jargon du Goulag, le mot « sharashka » désignait presque officiellement un bureau d’études où travaillaient des scientifiques et des ingénieurs emprisonnés. Les autorités soviétiques tentaient ainsi de résoudre le problème du manque de personnel qualifié dans l’industrie, apparu après les campagnes contre le « sabotage » en 1928-1930 (affaire Shakhtinsky, affaire Promparty).
De 1930 à 1953, les ingénieurs « parasites » ont travaillé dans les sharashki dans l’intérêt de l’industrie militaire pour la plupart. Le NKVD classe les sharashki dans la catégorie des « prisons spéciales » et les fusionne avec le Bureau technique spécial, ou 4e département spécial du NKVD-MVD de l’URSS. https://t.me/righthererightthen/91

Deux nouveaux prisonniers politiques
Cette semaine, le projet « Soutien aux prisonniers politiques. Memorial » a reconnu deux nouveaux prisonniers politiques.Kirill Butylin, un serrurier de la région de Moscou, a été condamné à 13 ans de régime strict pour avoir mis le feu à un centre de recrutement militaire et publié un manifeste en faveur de l’Ukraine. Vous pouvez écrire une lettre à Kirill Butylin, né en 2001, à l’adresse suivante : 18, Matrosskaya Tishina St., Moscou, 107996, FKU SIZO-1 du Service pénitentiaire fédéral du Service pénitentiaire fédéral russe à Moscou. Andrey Boyarshinov, scientifique et militant de Kazan, a été poursuivi pour appel au terrorisme parce qu’il a discuté d’actions anti-guerre dans Telegram. Pour écrire une lettre: 443022, région de Samara, ville de Samara, Sadovyi pr., 22, FKU SIZO-1 UFSIN de Russie pour la région de Samara, à Andrey Vladimirovich Boyarshinov, né en 1984.Vous pouvez soutenir Kirill et Andrey par des lettres : papier ou électroniques – via F-Mail, Zonatelecom:https://www.zonatelecom.ru/services/letter/payments-letter ou les services de Rosuznik: https://rosuznik.org
C’est un moyen sûr et très important de montrer aux prisonniers politiques qu’ils ne sont pas seuls et qu’on se souvient d’eux.

« Point de non-retour » : le chemin vers le désastre dure depuis 30 ans
Il y a 30 ans, un conflit civil armé s’est déroulé à Moscou. Au moins 158 personnes ont été tuées et au moins 423 blessées lors d’affrontements de rue entre le 21 septembre et le 4 octobre 1993. La confrontation entre le président Eltsine et le Soviet suprême est entrée dans l’histoire sous différents noms : « Octobre noir », « petite guerre civile », etc.Olga Trusevich, Dzmitry Borko et Viktar Kravets, participants et témoins de ces événements, ont réalisé un film sur ces derniers intitulé « Point de non-retour ». Les auteurs tiennent à remercier les archives du Mémorial du CPHR pour le matériel fourni: https://www.youtube.com/watch?v=DSmXCfWLavQ

Projet spécial sur le combat de Memorial pour elle-même et pour la société civile en Russie
Le 7 octobre 2022, Memorial est devenu l’un des lauréats du prix Nobel de la paix. Le même jour, un tribunal russe a ordonné que le bureau de Memorial à Karetny Ryad soit saisi au profit de l’État. Mais comme vous le savez, Memorial ne peut pas être liquidée, nous continuons donc notre travail et sommes heureux de vous compter parmi nous!
Avec nos collègues, «Advokatskaja ulica» (La rue des avocats) a préparé un rapport sur la façon dont l’État tente de détruire le Mémorial depuis plus d’une décennie – et sur la façon dont les militants des droits de l’homme résistent à cette pression. Les auteurs ont reconstitué la chronologie de cette lutte et, pour la première fois, les participants aux événements nous ont raconté comment ils ont vécu ce qui arrivait à Memorial – et ce qui se passait dans les coulisses des événements connus de tous: https://advstreet.ru/likvidaciya/

« Un homme dans l’histoire » – un projet pilote de Memorial Zukunft
Du 29 septembre au 1er octobre, l’école « D’où viennent tes rêves ? Histoire des migrations forcées en théâtre d’ombres ». Il s’agissait de la conclusion du projet éducatif pilote « Un homme dans l’histoire », que Mémorial a mené en 2023 en Europe. Ce projet a vu le jour après que le concours scolaire « L’homme dans l’histoire. Russie – Vingtième siècle » a dû être interrompu en raison de la liquidation formelle du Mémorial international devant un tribunal russe. Le nouveau projet est géré par Memorial Zukunft, l’une des organisations fondatrices de l’Association internationale Memorial, le successeur légal du Memorial international liquidé.
Pendant trois jours, 12 participants russophones âgés de 16 à 20 ans et originaires de Lettonie, de Géorgie, d’Arménie, d’Israël, d’Allemagne et de France ont travaillé sur les récits de personnes ayant vécu l’expérience de la perte de leur patrie, ont élaboré un scénario pour un théâtre d’ombres et ont réalisé deux productions. Le travail théâtral a été dirigé par le metteur en scène Vanya Kilber.
L’école a pu se dérouler grâce au soutien de la Fondation Kerber, qui a invité nos participants au grand sommet Eustory-2023. Dans le cadre de ce sommet, Memorial a eu l’occasion d’organiser son propre programme. Avant l’école, un atelier éducatif préliminaire en ligne a été organisé à Prague du 1er avril au 31 juillet 2023. 40 participants y ont pris part et 20 ont atteint la finale.

——
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don par carte non russe: https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information de Memorial Russie,
29 septembre 2023

Une série vidéo sur la psychiatrie punitive, un podcast sur la guerre de Tchétchénie, une vidéo sur le retour des archives

« Tante Svetlana, je suis désolée, mais votre maison n’existe plus. Voix de la guerre
Voix de la guerre, un projet conjoint du Groupe des droits humains de Kharkiv et de Memorial Europe, présente l’histoire de Svetlana Golovata, du village de Moshchun, dans la région de Kyivshchyna. Elle raconte qu’elle s’est cachée dans une cave, qu’elle a quitté le village, puis qu’elle est revenue – la maison familiale avait été détruite et il y avait des traces de soldats russes cachés dans les caves.
Lire le texte de l’interview en anglais, ukrainien, russe, italien, allemand, polonais, tchèque: https://khpg.org/en/1608811456

Nous continuons à vous parler des procès d’Ukrainiens devant le tribunal militaire du district sud de Rostov-sur-le-Don.
Dans les centres de détention russes se trouvent de nombreux citoyens ukrainiens qui ont été emmenés de force sur le territoire de la Fédération de Russie. Des militaires ukrainiens se sont retrouvés en captivité, des civils ont été enlevés dans les territoires occupés par la Russie. Dans de très nombreux cas, il est impossible de savoir où se trouvent les Ukrainiens en Russie, mais dans certains cas, ils sont jugés sur la base d’accusations criminelles.
La presse n’assiste pratiquement jamais à ces procès. Nous essayons de suivre ces procès autant que possible, même si, en principe, nous ne devrions pas y assister. Les procès de cette semaine sont dans les cartons.
Lors de la prochaine audience du procès pénal contre 18 citoyens ukrainiens (dont 2 femmes), les protocoles d’interrogation des témoins ont été lus, car aucun des six témoins cités ne s’est pas présenté au tribunal. La prochaine audience aura lieu le 5 octobre.
Mykola Martyniuk est accusé de participation à une communauté terroriste sur la base d’un article de Wikipedia. La prochaine audience est prévue pour le 16 octobre.
Le procès de 22 prisonniers de guerre ukrainiens se poursuit, dont 8 femmes. Les accusés initiaux de ce procès étaient au nombre de 24 – deux d’entre eux ont été échangés au cours de l’été 2023. Les accusés risquent de 15 ans dans une colonie à régime strict jusqu’à la prison à vie.
Andrei Enyukov, originaire de la Crimée annexée, est accusé d’avoir tenté d’incendier un entrepôt de carburant et de lubrifiants et d’avoir mis le feu à un centre d’aide humanitaire pour les habitants du Donbass. L’audience se poursuivra le 19 octobre.

Le goulag est juste ici. Nikita Krivoshein
Nikita Krivoshein est un traducteur et écrivain russe, personnalité publique et politique. Il est né le 6 juillet 1934 en France.
Nikita Igorevich raconte le destin de sa famille, l’émigration de ses parents en France après le coup d’État d’octobre 1917 et la guerre civile, la participation de son père au mouvement de résistance pendant la Seconde Guerre mondiale, les deux arrestations de son père par la Gestapo, son envoi à Buchenwald puis à Dachau, sa libération et son retour du camp de concentration, le rapatriement de toute la famille en URSS, l’arrestation de son père en 1949 et son emprisonnement dans un camp de concentration soviétique.
Vous pouvez soutenir « Le goulag est juste ici » – des entretiens vidéo avec des personnes ayant subi la répression soviétique: https://www.youtube.com/playlist?list=PLij4j4U2dbqz2U8r-75i-s6r65U6JSpoy – et nos autres projets sur donate.memo.ru: https://donate.memo.ru
Vos commentaires, messages et réactions sont toujours les bienvenus.

Nouvelle vidéo de la Kolyma – « Serpentine »
Fin juillet, notre collègue de Memorial, l’historien et expert de l' »opération grecque » du NKVD, Ivan Dzhukha, s’est rendu dans les profondeurs de la Kolyma pour installer des plaques commémoratives. Auparavant, il avait envoyé une vidéo d’un ancien camp dans la région de Kabakcha, près de Magadan, et de l’ancien camp de Maldyak, sur la Kolyma: https://t.me/toposmemoru/4060
« Cette vidéo a été tournée dans l’un des endroits les plus tristes de la Kolyma » – c’est par ces mots qu’Ivan Dzhukha commence sa vidéo. La vidéo a été réalisée près du ruisseau Sniper, où se trouvait la prison du peloton d’exécution.
Après s’être approché du mémorial, Ivan Dzhukha lit l’inscription sur la plaque: « À cet endroit, dans les années 1930, se trouvait la prison d’investigation de Serpantinka. Plusieurs milliers de citoyens réprimés ont été exécutés ici, et leurs cendres se trouvent dans cette vallée. » Il montre ensuite les outils de travail des prisonniers et rappelle les noms des Grecs fusillés à Kolyma.

Photo: Site web des leçons d’histoire: https://urokiistorii.ru/articles/2-kolyma-stolica-gulaga

Retour des boîtes: du mémorial à la commission d’enquête et vice-versa
Récemment, le Comité d’enquête du district de Tversky à Moscou a restitué une autre – déjà la deuxième – petite quantité d’objets saisis lors de la perquisition du bureau du Mémorial à Maly Karetny le 21 mars. Pour ceux qui ne s’en souviennent pas, les forces de sécurité sont venues aux premières heures de la matinée pour perquisitionner 12 adresses de travail et de domicile de personnes de Memorial à Moscou. Une montagne de documents a été saisie dans toutes les maisons, mais surtout dans notre bureau de Maly Karetny pereulok.
Apparemment, les documents de Memorial ont occupé tout le comité d’enquête de Tverskoï et ont paralysé son travail, car l’enquête étudie toujours le dossier. Mais elle nous renvoie ce qui nous est inutile. Cette fois-ci, ils nous ont rendu une partie des archives des Ostarbeiters et plusieurs boîtes de papiers provenant des dossiers des archives, comme des demandes thématiques adressées aux archives par des personnes de 1997!
Malheureusement, lorsqu’il est nécessaire de déplacer des boîtes hors du Mémorial, les Rosgvardeis et autres hommes forts sont toujours prêts à le faire, mais lorsqu’il est nécessaire de les déplacer du Comité d’enquête au Mémorial, pas un seul Rosgvardeis n’a aidé! Eh bien, s’il vous plaît, vous n’avez pas à le faire, nos collègues et bénévoles se sont très bien débrouillés sans eux – regardez la vidéo du transport des archives:)

Le juge a accepté l’appel du Mémorial d’Ekaterinbourg.

Le 27 septembre, nous avons reçu de bonnes nouvelles inattendues de la part de nos collègues d’Ekaterinbourg. Le juge Krasnova du tribunal régional de Sverdlovsk a accepté l’appel du Mémorial d’Ekaterinbourg et de son défenseur Vera Mangileva contre la décision du juge Nikitina du tribunal de district de Verkh-Isetsky, qui a condamné l’organisation à une amende de 350 000 roubles dans le cadre d’un procès intenté par le ministère de la justice (pour « violation de la mise en œuvre » de la législation sur les agences étrangères), malgré le fait que le procès ait été jugé dans un autre tribunal de district. L’affaire va maintenant être transférée au tribunal du district de Kirovsky, où elle aurait dû être examinée initialement, car l’adresse légale de l’organisation a changé avant la session du tribunal de première instance.
La photo montre Alexei Mosin, président du Mémorial d’Ekaterinbourg, et le photographe Andrejs Abols.

La déportation des Coréens: en chiffres, en souvenirs et en monuments officiels

Le 28 septembre 1937, le décret n° 1647-377ss « Sur la déportation des Coréens du territoire d’Extrême-Orient » a été publié. La déportation des Coréens a été la première des réinstallations forcées de masse d’un grand nombre de personnes sur la seule base de leur appartenance ethnique. Sans même une simulation de procès, les autorités soviétiques ont privé les gens non seulement de leur vie habituelle, mais aussi simplement de leurs maisons et de leurs installations minimales. Plus de 172 000 personnes ont été déportées, dont plus de 28 000 sont mortes au cours du processus de déplacement.
Les fichiers nous parlent de la déportation dans la mémoire de ceux qui l’ont vécue et des monuments commémoratifs dédiés à cette tragédie. Il n’y a pas un seul monument en Russie qui évoque ce crime du pouvoir soviétique: https://www.facebook.com/memorial.soc/posts/pfbid0RhdPLNmwQ4KLRLq3thZg4EEp6piu7EVPQu2jzpmSzJtiDP6HvPFR716NeoZVbSWzl

Dissidents et folie: une série documentaire de Temps présent sur l’histoire de la psychiatrie punitive en URSS. 
Le placement des dissidents et des contestataires dans des hôpitaux psychiatriques est devenu une pratique répressive de masse en URSS à partir des années 1960. Des militants, des représentants de mouvements nationaux, des artistes non conformistes et d’autres personnes gênantes pour les autorités ont été emprisonnés dans des hôpitaux psychiatriques.
La série documentaire Dissidents et folie raconte les pires cas d’abus psychiatriques et ceux qui ont lutté contre la médecine punitive en Union soviétique. Notre collègue, l’historien Alexei Makarov, a conseillé les auteurs pendant la création de la série.
La série se compose de six épisodes. Vous pouvez regarder tous les épisodes sur Youtube en cliquant sur le lien: https://www.youtube.com/playlist?list=PLFRQplrTcKj_jIGm4spR5jW2GmGYNBw8i
Réalisateur: Sergey Gindilis. Producteurs: Yulia Shaginurova, Evgeny Gindilis.

Quatre nouveaux prisonniers politiques
Cette semaine, le projet « Soutien aux prisonniers politiques. Memorial a reconnu quatre nouveaux prisonniers comme politiques.
Le metteur en scène Zhenya Berkovich et la dramaturge Svetlana Petriichuk ont été accusés de « justifier le terrorisme » pour avoir mis en scène une pièce sur le recrutement de femmes dans l’organisation interdite Etat islamique. Sur notre site web, vous pouvez faire un don pour aider tous les prisonniers politiques. Nous exprimons notre soutien et notre solidarité à Zhenya et Svetlana🕊.
Le témoin de Jéhovah Dmitry Dolzhikov de Chelyabinsk a été condamné à trois ans de travaux forcés dans un centre correctionnel.
Le programmeur Ai-Tana Tugudina, de Gorno-Altaisk, a été condamné à huit mois de travaux forcés pour un article sur le « discrédit » répété de l’armée russe.

Un nouveau podcast sur l’histoire des guerres de Tchétchénie

Le 11 décembre 1994, les autorités russes ont lancé une « opération de rétablissement de l’ordre constitutionnel » en Tchétchénie. Cette opération a été baptisée « Première guerre de Tchétchénie ».
Cependant, les hostilités ont commencé dans la république plusieurs mois avant le décret d’Eltsine. Le 26 novembre 1994, l’opposition armée a tenté de prendre Grozny. Des chars sont entrés dans la capitale tchétchène et les habitants ont été très surpris de voir surgir des soldats qui ne ressemblaient en rien à des Tchétchènes.
CDHR Memorial et Cholod (https://t.me/holodmedia) ont lancé un podcast intitulé « Une guerre qui n’a pas existé ». Il est basé sur les témoignages de personnes qui se trouvaient en Tchétchénie lorsque les troupes russes y sont entrées. Vous pouvez déjà écouter le premier épisode sur le début des hostilités dans la république en cliquant ici: https://pc.st/e/5IIEyK.C_Tg

Sur les crimes de guerre de la Russie dans le projet #30LETDO

Des centaines d’hôpitaux ont été endommagés ou détruits depuis le début de l’invasion massive de l’Ukraine par la Russie. Selon l’ONU, rien qu’entre le 24 février et le 15 mai 2022, au moins 182 établissements médicaux ont été touchés: 111 hôpitaux (dont 10 centres périnataux et maternités et 17 hôpitaux pour enfants), 11 dispensaires psycho-neurologiques et 60 autres établissements médicaux. Parmi celles-ci, 159 ont été endommagées, 15 ont été détruites, 3 ont été pillées et 5 auraient été utilisées à des fins militaires. Le nombre réel d’installations médicales touchées est beaucoup plus élevé.
Les attaques contre des hôpitaux et d’autres installations manifestement civiles ne sont pas une pratique nouvelle de l’armée russe. Par exemple, les forces aériennes russes bombardent les hôpitaux en Syrie depuis 2015. Nos collègues de CDHR Memorial ont préparé des fiches sur ce sujet. Pour en savoir plus, consultez leur projet #30LETDO, dans le chapitre « Frappes délibérées » sur aboutrussia.org: https://warcrimes.aboutrussia.org/chapter-2/ru

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don par carte non russe: https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information de Memorial Russie,
20 septembre 2023

Excursions à Berlin, Moscou et réalité virtuelle, tribunaux: hier et aujourd’hui

 Avant de partager avec vous les annonces de la semaine à venir, nous vous demandons d’inscrire la date du 29 octobre sur vos agendas. Il n’y a pas encore de détails, mais vous savez probablement déjà de quoi nous parlons, et vous savez que nous avons vraiment besoin de votre soutien. Et si vous ne le savez pas, nous vous le dirons très bientôt!

 20 septembre, 17h00; 27 septembre, 17h00; 4 octobre, 17h00, Berlin
Parc de Treptow: qu’est-ce qui a remplacé le cimetière?
Nos collègues vous invitent à des visites guidées du mémorial aux soldats soviétiques enterrés dans le parc de Treptow. Ils évoqueront l’architecture soviétique des monuments aux morts de la Seconde Guerre mondiale, les particularités de la culture totalitaire du souvenir, le remplacement du deuil par la célébration du triomphe et l’utilisation de ce triomphe par les Soviétiques pour justifier l’asservissement de la moitié de l’Europe.
Nous parlerons des différentes perceptions du monument de Treptow aujourd’hui, ainsi que de la façon dont la représentation de la Seconde Guerre mondiale a changé en Russie et comment elle a été utilisée par la propagande de l’État russe pour justifier une nouvelle guerre.
Les collègues animeront des promenades en plusieurs langues. Dès demain, le 20 septembre à 17h00, une visite sera proposée en ukrainien, et les 27 septembre et 4 octobre, des visites seront organisées en anglais et en russe respectivement. 

22 septembre, 13h00, Moscou,Tribunal Golovinsky, Zoya et Alexander Kosmodemyanskikh str. Zoya et Alexander Kosmodemyanskikh, 31k2. Salle 518
Sixième audience dans l’affaire Oleg Orlov

Dessin de Lily Matveeva🕊
Ce vendredi aura lieu la sixième audience dans l’affaire d’Oleg Orlov, co-président du Centre Memorial, au cours de laquelle le défenseur des droits humains sera interrogé. Il risque jusqu’à trois ans de prison en vertu de l’article sur le « discrédit répété » de l’armée pour ses positions anti-guerre.
Lors de la dernière audience, le 15 septembre, les témoins de la défense ont pris la parole: les historiens Vladislav Aksenov et Nikita Petrov, la journaliste Elena Milashina, le défenseur des droits humains Igor Kalyapin et Murtazali Hasanguseinov, le père des frères tués par les forces de l’ordre.
Venez soutenir Oleg Orlov! Nous vous rappelons également que vous pouvez signer une pétition en sa faveur, et si vous appartenez à la communauté des historiens et des slavistes, vous pouvez vous joindre à une lettre ouverte collective: https://memorialcenter.org/news/otkrytoe-pismo-istorikov-i-slavistov-v-zashhitu-olega-orlova.
Suivez la retransmission de la réunion sur nos comptes instagram et twitter, ainsi que sur le Telegram de ZHRC Memorial. Vous pouvez retrouver la retransmission en anglais sur notre Twitter anglophone.

24 septembre, 14h00 heure de Moscou, en ligne
Transcription du dossier d’enquête

Mémorial et «âmes mortes» (https://www.colta.ru/articles/society/28780-sergey-bondarenko-zapiski-sumasshedshih-skolotchik-yaschikov-petr-bogomolov-zapiski) vous invitent à lire le dossier d’instruction de Kuzma Vlasov, arrêté en mai 1936 pour avoir tenu des propos déplacés sur la lecture des journaux soviétiques.
Néanmoins, au cours de l’été de la même année, le tribunal acquitte Vlasov, un ancien serrurier, et suggère qu’un procès soit intenté contre son voisin de chambre commune. Que s’est-il passé? Où l’enquêteur du district de Molotovsky de l’UNKVD Sergei Lipsky a-t-il failli à sa tâche? Ou bien le tribunal soviétique reste-t-il le tribunal le plus humain du monde?
Chronique du procès, ainsi que des interrogatoires et des confrontations – dans le séminaire de lecture n°12 sur la lecture des dossiers d’enquête soviétiques, inscrivez-vous:  https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2593587/

4 septembre, 16h00, Prague, Vaníčkova 6, Stadion Strahov
Gulag XR au festival de l’organisation « Souvenir du peuple »
Gulag.cz et Memorial République tchèque participeront au festival annuel de l’organisation « Souvenir de la nation » à Prague. Tous les éléments du programme éducatif GULAG XR – une bande dessinée utilisant la réalité augmentée, une visite en réalité virtuelle d’un camp du Goulag et une vidéo avec des souvenirs de victimes de la terreur soviétique – seront disponibles au stand commun des collègues. Sur le stand, il sera également possible d’en savoir plus sur les activités du Mémorial, ses projets en cours et la situation difficile.
Le film documentaire « Gardiens de la mémoire », consacré au destin et à l’histoire du Mémorial, sera également projeté lors du festival. La projection sera suivie d’une discussion avec nos collègues Irina Ostrovskaya et Boris Belenkin.
L’entrée est gratuite, détails ici: https://www.facebook.com/events/s/gulag-xr-a-strazci-pameti-na-s/262827276078099/

22 septembre, 16h00, Moscou
Excursion à Moscou: Ville-jardin et cimetière-parc
Ouvert en 1915, le cimetière de Bratskoïe était destiné à l’enterrement des soldats et officiers morts sur les fronts de la Première Guerre mondiale, mais en quelques années, il est devenu un cimetière municipal ordinaire, et dans les années 1930, il a été liquidé.
Depuis 1918, le cimetière a été utilisé pour l’enterrement des victimes de la Terreur rouge: des fusillades ont eu lieu à proximité, dans le parc Petrovsky, et les corps des personnes exécutées ont été enterrés dans des fosses communes dans le cimetière de Bratskoye. Dans les années d’après-guerre, de nouveaux quartiers résidentiels se sont développés autour de la nécropole, et l’ancien cimetière s’est transformé en parc avec un cinéma, un café, un stand de tir et des manèges.
Au cours de la promenade, nous nous promènerons dans le quartier de Sokol et nous parlerons de l’histoire de ces lieux. Toutes les visites sont gratuites (une inscription préalable est nécessaire), mais vous pouvez toujours nous soutenir en faisant un don ici (à partir d’une carte non russe, via Paypal ou en crypto-monnaie): https://memorial-france.org/donate/

22 septembre, 17h30, Moscou
Excursion à Moscou: Pour votre et notre liberté

« Pourquoi
nos troupes ont-elles été en Hongrie et non les troupes hongroises chez nous?
Pourquoi
nos troupes ont-elles été en Tchécoslovaquie et pas les troupes tchécoslovaques avec nous?
« Pourquoi
nos troupes ont-elles été en Afghanistan et pas les troupes afghanes chez nous?
Pourquoi nos troupes ont-elles été en Estonie, en Lettonie et en Lituanie et pas les leurs avec nous?
Pourquoi ces pays nous nous ont-ils volontairement rejoints et non l’inverse?
Comment les fils invisibles qui liaient mon cœur à ce pays ont-ils pu survivre?
(Alexandre Volodine, « Pochemuchki » [la valse des pourquoi], années 1990)
Il y a 55 ans, des citoyens de l’URSS ont trouvé le courage d’exprimer leur désaccord avec l’occupation de la Tchécoslovaquie. Les huit participants à la manifestation sur la place Rouge à Moscou sont les plus célèbres d’entre eux. Nous évoquerons le destin de certains des manifestants lors de la marche, inscrivez-vous sur le lien: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2592219/

23 septembre, 12h00, Moscou
Excursion à Moscou: Taganka et son quartier

« Taganka, je suis ton prisonnier permanent,
Ma jeunesse et mon talent sont morts dans tes murs… ».
La prison de Taganka ne figure plus sur la carte de Moscou, mais il existe de nombreux souvenirs et données d’archives à son sujet. Au cours de l’excursion, nous parlerons du sort des prisonniers, de l’évolution des conditions de détention à l’époque tsariste, dans les premières années du pouvoir soviétique et pendant la période de la Grande Terreur.
 Inscription sur le lien: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2592224/—  

23 septembre, 14h00, Moscou
Excursion à Moscou: Dénonciation de Socrate
Pourquoi Boris Pasternak n’a-t-il pas été arrêté pendant les années staliniennes, mais traqué à une époque plus végétarienne? Pourquoi l’artiste Pyotr Vasilyev a-t-il écrit une dénonciation de Kornei Chukovsky? De quoi Boulgakov a-t-il parlé à Staline?
Ces questions et d’autres sur les relations des écrivains et poètes soviétiques avec les autorités seront discutées ensemble lors de l’excursion, inscrivez-vous: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2592220/

 23 septembre, 16h00, Moscou
Excursion à Moscou: En passant par les cours d’immeubles entre Pokrovka et Chistye prudy.

« Lorsque Grigory Lvovich a été arrêté, ma grand-mère s’est tout d’abord rendue chez Nadezhda Krupskaya, avec laquelle la famille Shklovsky avait noué des relations amicales très chaleureuses depuis l’époque où elle vivait à Berne. Les deux femmes âgées se sont assises et ont pleuré, et Nadezhda Konstantinovna a tristement dit à ma grand-mère qu’elle n’avait plus aucune possibilité d’aider qui que ce soit » – à propos de Grigory Shklovsky.
Au cours de la marche, nous longerons le boulevard Chistoprudny, Pokrovka, la ruelle Lyalin et nous verrons les panneaux de la « dernière adresse » dédiés aux militaires et ingénieurs, aux professeurs de musique et d’allemand, aux anciens prisonniers politiques et aux vieux bolcheviks.
L’inscription se fait ici: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2592227/

 24 septembre, 14h00, Moscou
Excursion à Moscou: Les défenseurs

Les personnes qui ne sont pas d’accord avec les politiques de l’État sont mises en prison dans des affaires forgées de toutes pièces, la peine est prédéterminée et le tribunal ne respecte pas les lois. Cela vous rappelle quelque chose? Il ne s’agit pas d’une description de 2023 – nous parlons de l’époque des dissidents.
Au cours de la visite, nous discuterons du travail des avocats dissidents, de la façon dont les enquêteurs ont monté des affaires de toutes pièces et de la manière dont cela n’a pas brisé le mouvement dissident – inscrivez-vous et venez: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2592229/

 24 septembre, 15h00, Moscou
Excursion à Moscou: Terrain d’expériences de Shchukino

Quel est le lien entre une ville militaire, le plus ancien jardin d’enfants de Moscou et l’Institut de médecine expérimentale de l’Union? Tous ces lieux se trouvaient ou auraient dû se trouver à Chtchoukino, à Moscou.
Au cours de l’excursion, nous parlerons des bâtiments des années 1930-1950 et de leurs constructeurs, ainsi que de nombreuses autres institutions secrètes et moins secrètes où vivaient des militaires et des scientifiques. Inscription sur le lien: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2592234/

 24 septembre, 16h00, Moscou
Excursion à Moscou: Entre Prechistenka et Ostozhenka

Nous vous invitons à voir comment le projet « Dernière adresse » change la ville, combien de couches de mémoire une simple plaque commémorative peut révéler – ce qu’elle raconte sur ceux qui vivaient ici dans les années 1930-50 et sur ceux qui vivent ici (et pas ici) aujourd’hui.
Nous passerons devant plusieurs maisons, nous parlerons des habitants qui gardent la mémoire de leurs voisins tués par le régime soviétique, de la solidarité professionnelle qui nous empêche d’oublier les noms des scientifiques exécutés, et de la façon dont la machine de terreur construite par les bourreaux les a dévorés avec leurs familles.
Inscription sur le lien: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2592234/

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don par carte non russe: https://memorial-france.org/donate/


12 septembre 2023

13 septembre, 17:00, Prague, salle de conférence de la Bibliothèque nationale de la République tchèque (Klementinum 190)
« Le KGB contre Andreï Sakharov: écoutes téléphoniques – surveillance – diffamation – isolement »

Demain à Prague, une discussion aura lieu sur le livre récemment publié « L’objet de la surveillance: le KGB contre Andrei Sakharov ». La présentation du livre et la discussion seront organisées par Memorial Česká republika et Gulag.cz.
L’un des auteurs, l’historien et collègue de Memorial Boris Belenkin, ainsi que le journaliste tchèque et ancien dissident Jan Urban, qui a personnellement rencontré Andrei Sakharov à Moscou à la fin des années 1980, participeront à la discussion. Une interprétation simultanée du tchèque vers le russe et du russe vers le tchèque sera assurée pendant la discussion.
Plus de détails sur la page de l’événement
https://www.facebook.com/events/s/kgb-proti-andreji-sacharovovi-/688515873328712/

13 septembre, 19:00, Berlin
Espace Reforum Berlin, (Wiener Straße 31)
Discussion « 1937 est de retour: où mènent les parallèles historiques ? »

Dessin de Lily Matveeva
Demain à Berlin, l’historien de Memorial Sergei Bondarenko et le journaliste Ilya Krasilshchik (média « Support Service ») tiendront une discussion, animée par notre collègue Irina Scherbakova. À propos, le « Support Service » a publié un document contenant les recommandations de Sergei Bondarenko sur ce qu’il convient de lire et de regarder sur l’histoire du XXe siècle – au lieu du fameux nouveau manuel.
Avec le début de l’invasion massive de l’Ukraine par la Russie, la répression contre la société civile russe et les opposants à la guerre a atteint un nouveau niveau. Depuis de nombreuses années, nous entendons des déclarations selon lesquelles l’année 1937 est de retour, comparant constamment l’agression d’aujourd’hui aux guerres d’Afghanistan et de Tchétchénie, et le régime de Poutine à l’Union soviétique. Dans quelle mesure ces comparaisons sont-elles correctes ? Pourquoi les sciences humaines et les médias utilisent-ils des analogies historiques, quelle est leur fonction ? Aident-elles à comprendre la réalité ou ne font-elles que lui nuire ? Comment le rôle des parallèles historiques a-t-il changé après l’introduction de la censure militaire ? 
Veuillez noter que le nombre de places pour le public est limité et que, malheureusement, nous ne pouvons pas garantir que tout le monde pourra trouver une place dans la salle. L’entrée est gratuite, sur inscription.

15 septembre, 11:00, Moscou
Tribunal du district de Golovinsky (31k2 rue Zoya et Aleksandr Kosmodemyanskikh)
Cinquième audience dans l’affaire Oleg Orlov
La juge étant partie le 31 août pour rendre un verdict dans une autre affaire (et nous pensons qu’elle est partie pour regarder le discours de notre collègue Jan Rachinsky à la conférence Nobel d’Oslo – d’ailleurs, vous pouvez le regarder ici en russe !), la prochaine audience dans l’affaire Oleg Orlov a été reportée au 15 septembre. Nous vous rappelons que le co-président de Memorial est inculpé en vertu de l’article sur le « discrédit répété de l’armée » (alinéa 1 de l’article 280.3 du code pénal) pour ses positions anti-guerre. Il risque jusqu’à trois ans de prison.
Lors de la dernière audience, les témoins de la défense – les collègues d’Orlov dans le domaine des droits de l’homme Vladimir Lukin, Yuli Rybakov, Svetlana Gannushkina, ainsi que Sultankhan Ibragimov, qu’Orlov et le Centre commémoratif ont aidé à obtenir une réfutation de la fausse accusation portée contre lui et à traduire en justice les responsables de la torture – se sont présentés à la barre. Cette fois-ci, la défense continuera à appeler ses témoins.
Venez soutenir Oleg Orlov et signez la lettre en sa faveur ! Par ailleurs, l’acteur Alexander Filippenko a enregistré une vidéo de soutien au défenseur des droits de l’homme et a lu le poème de Semyon Kirsanov « L’intrépidité ».

19 septembre, 13:00, Tula
Bibliothèque scientifique régionale de Toula
« Conférence à la mémoire de Sergej Scheglov »: la date limite de dépôt des candidatures est dans quelques jours !

Nous vous rappelons que jusqu’au 15 septembre, vous pouvez envoyer des résumés à memo_tula@mail.ru pour participer à la conférence scientifique et pratique « Lectures en mémoire de Sergei Scheglov-Norilsky », qui sera organisée par nos collègues de Memorial de Tula. La conférence elle-même se tiendra le 19 septembre, venez parler et/ou écouter !
Le thème principal des interventions est l’histoire des répressions politiques de masse dans la région de Toula et en URSS: les destinées humaines dans les conditions totalitaires, la vie quotidienne et la conscience publique lors des événements critiques du XXe siècle, les problèmes de dépassement du passé traumatique, et le thème du camp dans les œuvres des écrivains et des personnalités culturelles. Une collection de rapports sera publiée à la suite des résultats des conférences. Les documents de la conférence précédente peuvent être consultés en cliquant sur le lien: http://memorialtula.ru/Materials_of_Shcheglov_conference-2021.pdf

16 septembre, 19:30, Rotterdam, parc du quartier het Oude Westen
Projection du film L’affaire Dmitriev aux Pays-Bas

Dans la dernière lettre d’information, nous avons parlé de la projection du film « L’affaire Dmitriev » à Maastricht le 19 septembre. Il s’agit d’un documentaire de Jessica Gorter sur notre collègue de Memorial, l’historien et prisonnier politique Yuri Dmitriev, et sur le lieu qui est devenu associé à son nom – Sandarmokh.
Plus tôt encore, le 16 septembre, le film sera projeté en plein air à Rotterdam. La projection sera suivie d’une séance de questions-réponses. N’hésitez pas à venir, vous trouverez tous les détails sur le lien:
https://www.blinibioscoop.nl/archief/item/162?fbclid=IwAR0mW43XdF00schYHQg11Y-lOMoLSengqR_WfepkcrSxdxYdkp-TCUismb4

Jusqu’au 21 septembre, Berlin, Institut Pilecki (Pariser Platz 4A)
Exposition consacrée à Ales Bialiatski

Le 7 septembre, une exposition consacrée à Ales Bialiatski, militant biélorusse des droits de l’homme et co-lauréat du prix Nobel 2022, a été inaugurée à Berlin (le prix Nobel de la paix a été partagé avec lui par le Centre pour les libertés civiles d’Ukraine et Memorial).
Lors de la cérémonie d’ouverture, Hanna Radziejowska, directrice du bureau de l’institut, a souligné dans son discours la nécessité de soutenir les Bélarussiens démocrates qui luttent pour la liberté de leur pays, leur culture et la possibilité de parler leur langue. Elle a souligné qu’un tel soutien est également important pendant la guerre à grande échelle qui se déroule en Ukraine.
La poétesse et traductrice bélarussienne Taciana Niadbaj a présenté un livre sur Ales Bialiatski. Elle a commencé par raconter l’histoire de la « chaise vide », une place laissée symboliquement à Ales lors de la présentation du livre. Tatyana a expliqué que le livre est composé de textes d’Ales écrits au cours de différentes années, y compris lors de sa précédente incarcération. Pendant sa précédente période d’emprisonnement, Ales pouvait écrire des lettres et des textes. Aujourd’hui, c’est presque impossible, la correspondance ne passe pas la censure de la prison et les manuscrits sont retirés aux prisonniers politiques.
Tatyana a noté que plus de 130 personnalités culturelles sont connues pour être emprisonnées. En 2023, les militants des droits de l’homme ne connaîtront même pas la moitié des répressions commises au Belarus, car il est très difficile d’obtenir des informations à ce sujet sous le régime dictatorial. Et les manifestations pacifiques à grande échelle de 2020 sont le résultat du travail et de la lutte de nombreuses personnes, tous ceux qui n’ont pas abandonné au cours des années précédentes.
Un film sur Ales, réalisé par Yury Butsko, a ensuite été projeté. A la fin de l’ouverture, un représentant de l’association berlinoise de la diaspora biélorusse « Razam » a prononcé une allocution.

16 septembre, 14:00, Moscou
Se promener à Moscou par tous les temps ! Marche vers le canal de Moscou
Le 14 septembre 1932, le décret n°889c de l’OGPU établit le camp de travail correctionnel Dmitrovsky sur le territoire de la région de Moscou. Le même décret ordonne à l’OGPU de « doter » le camp de Dmitrov de prisonniers. Le camp a été organisé spécialement pour la construction du canal Moscou-Volga (depuis 1947 dénommé le «canal de Moscou»). Selon les données officielles, plus de 22’000 prisonniers sont morts lors de la construction du canal.
Nous reparlerons de la « construction du siècle » lors de notre excursion, et si vous n’êtes pas à Moscou, lisez le journal sur l’expédition de nos collègues sur les traces de Dmitlag. Toutes les excursions sont gratuites (inscription préalable requise), mais vous pouvez toujours nous soutenir en faisant un don (à partir d’une carte russe) ou ici (à partir d’une carte non russe, via Paypal ou en crypto-monnaie): https://memorial-france.org/donate/

16 septembre, 16:00, Moscou
Répression intense

En 1922, l’hôpital psychiatrique pour prisonniers Prechistenskaya de Moscou est rebaptisé « Institut d’expertise psychiatrique légale » et porte désormais le nom du psychiatre russe Vladimir Serbsky (1858-1917). L’Institut accueillait toutes les personnes arrêtées envoyées par les autorités judiciaires et d’enquête de Moscou et de la province de Moscou, ainsi que des provinces ne disposant pas d’hôpitaux spécialisés. En 1938, un deuxième département spécial a été créé à l’Institut pour les «patients» qui tombaient sous le coup de l’article 58 (« activité contre-révolutionnaire »). 
Au cours de la visite, nous parlerons de la psychiatrie punitive qui, depuis les années 1960, est devenue une pratique de masse de représailles contre les dissidents. Inscription sur le lien: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2581716/

17 septembre, 14:00, Moscou
Volkhonka-ZiL: d’une cité ouvrière à un quartier dortoir
La cité ouvrière de l’usine Staline et la cité Volkhonka-ZiL constituent le passé relativement récent des quartiers Zyuzino et Nagornaya de Moscou. Au cours de la promenade, nous verrons ce qui reste des bâtiments des années 1930 et 1940, nous parlerons de la politique de construction à Moscou dans ces années-là et de la manière dont le système du goulag a été impliqué dans la mise en œuvre de cette politique.
Inscription ici: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2581722/

17 septembre, 15:00, Moscou
Pour votre liberté et la nôtre
 « Le médecin résident, une jeune femme agréable qui venait de reprendre le travail après être restée à la maison avec son jeune fils pendant un an, m’a parlé très longtemps. Je pense qu’elle était même intéressée, pas sur le plan médical, mais simplement intéressée, et elle m’aimait bien, mais le fait que je pensais être arrêté et que j’étais quand même allé à la manifestation l’a terrifiée. Nous avons parlé si longtemps qu’Akimova, passant plusieurs fois dans ce bureau, a demandé avec impatience si nous allions bientôt terminer ». Natalia Gorbanevskaya, Midi.
Le 25 août 1968, Natalia Gorbanevskaïa, Viktor Feinberg et d’autres dissidents se rendent à la Place Rouge pour une manifestation. Nous évoquerons le sort des participants à cette manifestation et à d’autres manifestations contre l’invasion soviétique de la Tchécoslovaquie lors de la marche. Inscrivez-vous et venez: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2581715/

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don par carte non russe: https://memorial-france.org/donate/


8 septembre 2023

La «déclaration des tournesols», les dénonciations d’aujourd’hui, la terreur rouge et un voyage à Mednoye

« Voix de la guerre » et nouvelles du Groupe des droits de l’homme de Kharkiv
« Voix de la guerre », un projet conjoint du Kharkiv Human Rights Group et des Mémoriaux européens, présente l’histoire de Vladimir Zaik, un habitant du village de Moshchun dans la région de Kiev. Il raconte les bombardements, la présence d’une mine dans son propre potager et la destruction quasi-totale du village.Voir l’interview vidéo sous-titrée en italien, allemand, polonais, ukrainien, russe, tchèque. Lire le texte de l’interview en anglais, ukrainien, russe, italien, espagnol, allemand, polonais, tchèque: https://www.youtube.com/watch?v=kO0zPhBoMZw
https://khpg.org/en/1608811491
Le directeur du Groupe des droits humains de Kharkiv, notre collègue et coprésident de l’association Memorial International, Evgueni Zakharov, a été nominé pour le prix Vaclav Havel. Vaclav Havel était un dissident, l’un des leaders de la résistance anticommuniste tchèque, le dernier président de la Tchécoslovaquie et le premier président de la République tchèque libre. Son prix est décerné chaque année pour des réalisations exceptionnelles dans la défense des droits de l’homme. Plus d’informations dans l’article de KPH (en anglais): https://khpg.org/en/

À propos d’Andropov et du nouveau livre – un entretien avec Nikita Petrov
Notre collègue, l’historien Nikita Petrov, a récemment publié un livre sur Youri Andropov. Nombreux sont ceux qui ne se souviennent d’Andropov que pour la brièveté surprenante de son règne, mais l’ampleur de son influence sur le travail du KGB et la lutte contre le mouvement dissident ne peut être sous-estimée. La biographie d’Andropov est presque un exemple « classique » d’un fonctionnaire stalinien qui a su manœuvrer avec tant de succès au sein du système qu’il a évité la répression à de nombreuses reprises. Récemment, une interview de Petrov a été publiée – lisez quelques citations sur Andropov et le nouveau livre dans nos fiches.
Et vous pouvez acheter le livre ici: https://rosspen.su/index.php?route=product/product&product_id=1981

«FSB, assez de mensonges!»
«Nous avons été les témoins des événements-clés de l’histoire de la Russie contemporaine, nous y avons participé, nous les avons décrits et documentés.
Nous avons beaucoup à raconter, c’est pourquoi nous lançons le projet ’30 ans avant’»
Projet spécial de Memorial-Centre de défense des droits humains « 30 ANS AVANT »: Comment et pourquoi la Russie post-soviétique est devenue une dictature criminelle
Cette année, le Centre des droits humains Memorial fête son 30e anniversaire – presque aussi vieux que la Russie post-soviétique. Au cours de cette période, le pays est passé d’une démocratie naissante à une dictature pour en arriver au 24 février 2022.
Pourquoi la Russie est-elle une dictature et combien de temps durera-t-elle? Comment la liberté des Russes a-t-elle été détruite et qu’est-il advenu de ceux qui ont tenté de la sauver? Comment Poutine s’accroche-t-il au pouvoir? Pourquoi l’armée russe commet-elle des crimes inhumains en toute impunité? Depuis le début de l’invasion massive de l’Ukraine par la Russie, ces questions se font de plus en plus pressantes. Dans le cadre du projet « 30 ANS AVANT », nos collègues tenteront d’y répondre avec des journalistes, des militants des droits de l’homme et nos lecteurs.
Le premier article – sur les crimes de guerre commis par la Russie en Tchétchénie, en Syrie et en Ukraine – a déjà été publié sur aboutrussia.org. Suivez les mises à jour en taguant #30LETDO et abonnez-vous aux réseaux anglophones du projet: https://linktr.ee/project.links

Le dernier épisode de la saison 1 de « Protestation Solitaire »
Le 6 mai 1981, Boris Mirkin, technicien de laboratoire à l’Institut de médecine militaire, est arrêté sur dénonciation d’un camarade de combat. Il a été arrêté pour des poèmes contre la guerre – poèmes dans lesquels il condamnait l’invasion militaire de l’Afghanistan par l’Union soviétique – et condamné à trois ans et demi de camp. Il a purgé sa peine dans le camp dit « politique » de Perm.
Nous avons obtenu une interview d’archive de Boris, dans laquelle il lit un poème pour lequel il a été condamné, parle à son ami, qui était assis avec lui dans la zone de Perm, et apprend de ses anciens collègues quel genre de personne il était dans ses dernières années. Vous pouvez télécharger les livres de Boris Mirkin – l’autobiographie « Je tiens la réponse » et les recueils de poèmes – en cliquant sur ce lien.
Tous les épisodes de  » Protestation Solitaire  » peuvent être écoutés sur des plateformes de podcast partout dans le monde. Abonnez-vous, évaluez, parlez du podcast à vos amis et partagez les liens sur les médias sociaux. Et merci de nous avoir écoutés pendant tout ce temps! Vous pouvez soutenir les podcasts et d’autres projets de Memorial sur: https://donate.memo.ru

Mednoe. 83 ans de mémoire
Le 2 septembre 2000, à 30 km de Tver, le complexe commémoratif de Mednoe a été inauguré. Depuis, cette date est devenue un jour de commémoration pour tous ceux qui ont été fusillés et enterrés ici – des prisonniers de guerre polonais, ainsi que d’autres victimes de la terreur soviétique. Samedi dernier, nos collègues se sont rendus à Tver et à Mednoe, et l’un des volontaires a préparé pour nous un petit blog sur les traces du voyage – sur Mednoe dans le passé et le présent, sur le complexe d’État et sur le lieu de mémoire privé.
Et nous vous rappelons le blog de l’année dernière sur Mednoye – pour comparer les impressions (voir les photos): https://memorial.notion.site/f1c19dd6bf34404499bec7260f0c236c

Sur le destin et l’œuvre de Vasyl Stus et sa plaque commémorative à Donetsk
(Dessin de Lily Matveeva)
Le 4 septembre 1985, le poète ukrainien des années soixante, militant des droits de l’homme et dissident Vasyl Stus est mort dans la cellule de punition du camp de Perm-36 dans des circonstances peu claires. Stus a passé de nombreuses années de sa vie dans des camps. Lui et de nombreux autres dissidents et écrivains ukrainiens ont été persécutés en particulier parce qu’ils luttaient pour le droit d’écrire en ukrainien.
Le 19 novembre 1989, des activistes ukrainiens ont réussi à enterrer à nouveau les corps de Vasyl Stus, Oleksa Tykhoi et Yuriy Litvin, qui étaient également décédés alors qu’ils étaient emprisonnés dans la région de Perm. La réinhumation a été précédée d’une longue lutte et, lors des funérailles, le cortège a porté des drapeaux ukrainiens et des couronnes aux couleurs jaune et bleu – pour la première fois, la police soviétique n’a pas osé arrêter des personnes pour avoir utilisé des symboles nationaux.

Réinhumation des dissidents ukrainiens Vasyl Stus, Yuriy Litvin et Oleksa Tykhoy à Kiev en novembre 1989.

Nous racontons ici la vie de Vasyl Stus et citons l’un de ses poèmes. Sur le site web du groupe des droits de l’homme de Kharkiv, vous pouvez lire un texte de Vasyl Ovsienko, historien du mouvement dissident et membre du groupe ukrainien d’Helsinki, sur les conditions de vie dans le camp de Perm-36 et sur la mort de Stus.
En 2001, un bas-relief à sa mémoire a été érigé sur le bâtiment de la faculté de philosophie de l’université de Donetsk, où Stus a étudié. En mai 2015, la plaque a été démontée. Découvrez comment la mémoire du dissident ukrainien se perpétue dans notre «longread»: https://memorial.notion.site/7c8f50ac713347c49d53e76e044bd0d4

Rapport sur le travail opérationnel et d’enquête du NKVD d’Ukraine entre le 1er juin 1937 et le 10 février 1938, adressé au commissaire du peuple aux affaires intérieures de la RSS d’Ukraine Leplevsky par le chef du 8e département de l’UGB du NKVD de la RSS d’Ukraine Munvez.
4 septembre 1937 – début de la deuxième phase de l' »opération koulak » en Ukraine
Le même jour, il y a 86 ans, débutait en Ukraine et dans d’autres régions de l’URSS la deuxième phase de l' »opération koulak », c’est-à-dire les arrestations dans deux catégories – « sujettes à l’emprisonnement dans des camps ». Les personnes persécutées dans le cadre de cette opération du NKVD en Ukraine, l’augmentation constante des « limites » dans les deux catégories (la première étant le « peloton d’exécution ») sont décrites dans les fiches: https://t.me/toposmemoru/3997

Le 5 septembre 1918, la Terreur rouge est déclarée
Avec l’adoption du décret du gouvernement soviétique « sur la terreur rouge », les pouvoirs de la VČK (police politique) prennent une ampleur sans précédent. Les fusillades de masse ont commencé à être appliquées à toutes les personnes impliquées dans les conspirations des gardes blancs. Les officiers, à quelques exceptions près, les grands dignitaires tsaristes, les capitalistes (industriels et propriétaires de banques), une partie du clergé, les propriétaires terriens et les « koulaks » sont isolés dans des camps de concentration.
En fait, le pouvoir local commence à être exercé non plus par des soviets locaux, mais par des commissions d’urgence. L’élimination des classes exploiteuses, que Marx et Engels envisageaient dans un sens purement social (un changement dans le mode de vie des gens et les relations de production), a été considérée par les bolcheviks comme étant littéralement la destruction physique des classes. Tout comme dans l’histoire d’Andrei Platonov « Chevengur », ils ont exterminé tous les représentants de la bourgeoisie, pensant que cela permettrait l’avènement du communisme, la Tchéka de district a commencé à exterminer tous les opposants potentiels au pouvoir soviétique. Vous pouvez lire ici comment le chef du département spécial de la VChK, Martin Latsis, a évoqué son travail: https://t.me/toposmemoru/4009
Voici ce qu’écrit Martin Latsis, chef du département spécial de la VČK, lorsqu’il évoque son travail: « La raison d’être des commissions extraordinaires est de supprimer, prévenir et détruire la contre-révolution. D’où l’application de certaines mesures répressives.
La mesure la plus radicale est le peloton d’exécution …. La deuxième mesure est la mise à l’écart de la société par l’emprisonnement dans un camp de concentration. Cette mesure doit être appliquée assez largement à tous les partis antisoviétiques. Le bon sens veut que l’on se protège d’un coup de poignard dans le dos. Or, il est impossible d’y parvenir si l’on recherche dans tous les cas des preuves matérielles. Il suffit que la personne en question appartienne à la classe contre-révolutionnaire, qu’elle ait occupé des postes gouvernementaux dans le passé et qu’elle se soit montrée un homme actif dans le renforcement des fondations de l’ancien monde ».
Selon les historiens, en septembre-octobre 1918, environ 15’000 personnes ont été fusillées, dont la plupart étaient des membres de la noblesse, de la bourgeoisie et des officiers.
Le 5 septembre, à Moscou et à Saint-Pétersbourg, des fleurs ont été déposées sur les pierres de Solovetsky et sur le mur de la forteresse Pierre-et-Paul à la mémoire de ceux qui sont morts pendant la Terreur rouge. D’ailleurs, il n’y a toujours pas de panneau commémoratif pour les fusillés de 1917-1919 à l’endroit des fusillades près de la forteresse Pierre-et-Paul.

A propos du retrait des plaques commémoratives « Dernière adresse
Vous avez peut-être déjà vu la nouvelle selon laquelle 34 plaques « Dernière adresse » ont disparu de la « Maison des spécialistes » (61 Lesnoy Prospekt) à Saint-Pétersbourg. Il s’agit de la première disparition massive de plaques à Saint-Pétersbourg, mais depuis peu, des plaques ont commencé à disparaître de nombreuses façades d’immeubles à Moscou – et la police détourne souvent le regard.
Dans l’émission Live Nail, notre collègue Oksana Matievskaya explique qui sont les auteurs de ces actes de vandalisme et pourquoi ils se sentent désormais impunis:https://www.youtube.com/watch?v=AcOL6ifFuEM&t=1402s

« Le monde ne peut exister sans les droits de l’homme »: à propos de la « Déclaration des tournesols ».

Photo: Johannes Granseth / Centre Nobel de la Paix.

Lors de la Conférence Nobel de la Paix à Oslo, la Déclaration sur la protection des défenseurs des droits de l’homme, la « Déclaration des tournesols », a été présentée. Des juristes et des experts de Memorial ont participé à sa préparation. Pour en savoir plus, lisez l’article rédigé par des collègues du Centre (en russe): https://memorialcenter.org/news/mir-ne-mozhet-sushhestvovat-bez-prav-cheloveka

Les dénonciations à l’époque soviétique et aujourd’hui – du point de vue des historiens et des anthropologues
Le service russe de BBC News a publié un article sur les dénonciations, avec les commentaires de nos collègues historiens Sergei Bondarenko et Alexei Makarov.
« Malheureusement, il ne faut pas des années d’efforts pour faire ressortir les pires côtés des gens. Il suffit de créer une situation d’impunité et d’encouragement, et ce stade sera rapidement atteint », déclare Alexei Makarov. Pour en savoir plus sur les dénonciations à l’époque soviétique et aujourd’hui, leurs causes et la multitude de cas absurdes (des dénonciations « classiques » de voisins d’appartement communautaire aux plaintes concernant un parterre de fleurs tricolores bêché), cliquez sur le lien: https://www.bbc.com/russian/articles/cd14gy23w49o

Nouvelles du projet « Soutien aux prisonniers politiques. Mémorial »
Le projet « Soutien aux prisonniers politiques. Memorial » considère Vladimir Zolotarev, chauffeur de taxi et militant civil de Komsomolsk-sur-Amour, comme un prisonnier politique. En juillet, il a été condamné à 18 ans de colonie pénitentiaire pour avoir mis le feu au porche d’un immeuble de Rosgvardiya et pour avoir prétendument préparé d’autres incendies criminels, ainsi que pour avoir frappé deux officiers de police. Bien que l’incendie ait été rapidement éteint et qu’il n’y ait pas eu de victimes, Vladimir a été accusé d’avoir commis un acte terroriste causant d’importants dégâts matériels.
Pavel Pekpaev, un blogueur de Mari El, a également été reconnu comme prisonnier politique. Nous avons déjà écrit qu’il avait été condamné à 5,5 ans de prison pour avoir diffusé des « fakes » sur l’armée sur les réseaux sociaux. Il n’a pas été possible de trouver pratiquement quoi que ce soit sur lui et sur les publications dont il était accusé, mais on sait que ce n’est pas la première fois que Pavel est persécuté pour des raisons politiques. Il y a quelques années, il a fait l’objet d’une procédure pénale au titre de l’article relatif à la diffusion d' »informations sciemment fausses sur les activités de l’URSS pendant la Seconde Guerre mondiale ». Pour des thèses justes mais contraires à la politique historique officielle en 2021, il a été condamné à une amende de 180 000 roubles.
Vous pouvez soutenir Vladimir et Pavel en écrivant à:
680038, Khabarovsk, Znamenshchikova St., 6, FKU SIZO-1 UFSIN de Russie pour le kraï de Khabarovsk, à Vladimir Georgievich Zolotarev, né en 1972.
100 Sovetskaya St., Yoshkar-Ola, 424000, République de Mari El, FKU SIZO-1 du service pénitentiaire fédéral russe de la République de Mari El, à Pavel Vitalievich Pekpaev, né en 1976.
Vous pouvez trouver les adresses et les histoires d’autres prisonniers politiques et faire un don en leur faveur sur le site web des collègues: https://memopzk.org

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don par carte non russe: https://memorial-france.org/donate/