Adhérez à Memorial-Suisse

L’association Memorial-Suisse se donne pour but de préserver la mémoire et de soutenir les recherches historiques relatives aux violations des droits humains dans les États de l’ex-URSS. Elle soutient les luttes en défense des droits humains et des libertés dans cette région du monde.
Par votre adhésion, vous manifestez votre soutien à l’Association et vous lui permettez de développer ses activités.
La cotisation annuelle est de:
• CHF 50.– pour les membres individuels (CHF 25.– pour les personnes en formation ou à faible revenu),
• CHF 100.– pour une cotisation de soutien,
• CHF 200.– pour les membres collectifs.


Merci de préciser votre adresse électronique à info@memorial-suisse.ch.

Vous trouverez les statuts de l’Association ici et un bulletin de versement ci-dessous.

Poutine est un voleur et un assassin
Poutine est un ennemi de la Russie

Je suis Russe et je suis contre la guerre en Ukraine!
N’allez pas dans les centres de recrutement, ne prenez pas votre ordre de mobilisation,
n’écoutez pas ce qu’on vous raconte à la télé!
Vous n’avez pas besoin de chagrin et de souffrance pour vos fils tombés à la guerre!

Paix à l’Ukraine, liberté à la Russie
La Russie bombarde les villes

Source des images: Groupe de défense
des droits de l’Homme de Kharkiv

Bulletin d’information Memorial-Russie
20 février 2024 (traduit par nos soins)

20 février, 16:00, Berlin
21 février 11h00, Moscou, tribunal de district de Golovinsky
La prochaine audience dans l’affaire d’Oleg Orlov et un rassemblement en sa faveur à Berlin
La prochaine audience dans l’affaire d’Oleg Orlov se tiendra demain au tribunal Golovinsky. Rappelons qu’il y a maintenant un réexamen de l’affaire Orlov. Le militant des droits de l’homme risque jusqu’à trois ans de prison.
Orlov a été reconnu comme agent étranger, à cet égard, lors de la dernière réunion, le 16 février, il a refusé d’appeler des témoins pour la défense, afin de ne pas les mettre en danger, et a interdit à son avocate Katerina Tertukhina de le faire. Orlov a également refusé de répondre aux questions du tribunal et de l’enquête, en se référant à l’expérience des dissidents, car il considère le procès injuste et absurde. Au lieu d’y participer, le défenseur des droits de l’homme a préféré lire « Le procès » de Kafka pendant la séance.
Lors de la prochaine audience, les témoins de l’accusation, qui ne s’étaient pas présentés à l’audience du 16 février, sont attendus.
Un jour avant le prochain procès à Moscou, MEMORIAL Deutschland invite à nouveau les gens à s’exprimer en faveur d’Oleg Orlov devant l’ambassade de Russie en Allemagne. Pour en savoir plus sur cette action, cliquez ici.
Dessin de Lily Matveeva.

23-24 février, Varsovie, Paris, Haïfa
« Voix de la guerre » à Varsovie, actions de soutien à l’Ukraine à Paris et Haïfa
Nous en avons déjà parlé dans le dernier bulletin d’information et nous aimerions vous rappeler que les 23 et 24 février, des actions et des événements se dérouleront dans différentes villes du monde, à l’occasion du deuxième anniversaire du début de la guerre à grande échelle menée par la Russie contre l’Ukraine.
Le 23 février, à partir de 18 heures, Memorial Poland présentera des témoignages issus du projet Voices of War à Varsovie. Pour en savoir plus sur cet événement, cliquez ici: https://www.facebook.com/events/917472296684487/
Le 24 février, Memorial France et Ensemble le 24 février encouragent les gens à participer à des actions dans les villes de France. À Paris, l’action débutera à 12h00 sur la place de la République: https://memorial-france.org/ensemble-pour-la-victoire-dune-ukraine-libre-et-democratique/
À Haïfa, le 24 février, Mémorial Israël, https://www.facebook.com/israelmemorial.soc, et le Point de rencontre, https://www.facebook.com/gatheringpointhaifa, organisent un rassemblement en soutien à l’Ukraine. Le rassemblement débutera à 16 heures. Pour plus d’informations, cliquez ici: https://www.facebook.com/events/1396008554637461?acontext=%7B

24 février, 13:00, Pouchkino
« Terreur d’Etat à Pushkino » – une promenade dans la région de Moscou
Nous continuons à vous parler de la vaste géographie du canal Moscou-Volga: dans la ville de Pushkino sont conservés plusieurs objets liés au Dmitlag du NKVD, créé pour la construction du canal.
Selon les souvenirs d’un habitant de Pushkino, A.A. Magar, qui travaillait dans les années 1930 à l’entretien de la ligne ferroviaire Moscou-Zagorsk, des dizaines de trains transportant des prisonniers arrivaient à la gare de Pushkino, d’où ils étaient envoyés dans les camps. Dans la gare, il y avait deux baraquements avec environ 150-180 prisonniers sans convoi. Il y avait également des entrepôts Dmitlag contenant des machines, de la nourriture, des vêtements de travail, des chaussures, des matériaux de construction, du fourrage et du foin.
Magar était l’un de ceux qui servaient les chemins de fer sous le règne de Staline. À Pushkino, un petit quartier du GULZhDS NKVD, des géomètres et des constructeurs de chemins de fer a été préservé. Au cours de l’excursion, des collègues du Mémorial de la région de Moscou raconteront le destin des spécialistes et des constructeurs de chemins de fer emprisonnés. Tous les détails et l’inscription ici: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2777335/

25 février, 17:00, Paris, Bibliothèque Tourgueniev
Une soirée de lettres aux prisonniers politiques en Russie et en Biélorussie.
Pour ceux qui se trouvent à Paris, une soirée de lettres aux prisonniers politiques en Russie et en Biélorussie est organisée dimanche par Memorial France.
Au moins 676 personnes sont actuellement emprisonnées en Russie pour des raisons politiques. La pratique de la correspondance reste le principal moyen de soutenir le moral des personnes qui luttent pour leurs convictions, ainsi qu’une expression légale de protestation contre les violations des droits de l’homme et la répression politique dont elles font l’objet.
Les prisonniers politiques ont besoin de soutien aujourd’hui plus que jamais. Lors de la soirée, des collègues parleront des nuances de la correspondance avec les prisonniers politiques et partageront tout le matériel nécessaire à l’envoi de lettres. Plus d’informations sur l’événement en français et en russe: https://www.facebook.com/MemorialFr/posts/pfbid036W6Gc1UsU4CtCjpjsNuG2hTs6kMMk5nnrRGFqvaJu28WBaXr9s9k3DcTU3S9oKXgl

27 février, 18:30, Augsbourg, Brechtbühne.
La pièce de théâtre documentaire « Memoria » sur la mémoire et le souvenir
Le 27 février, au Brechtfestival d’Augsbourg, la ville natale de Brecht, sera projetée la pièce de théâtre actualisée « Memoria ». La pièce a déjà été jouée au Centre Vsevolod Meyerhold à Moscou.
La défaite de Memorial international est devenue le point de départ de la nouvelle pièce.
Dans la pièce documentaire de Nana Grinstein, des interviews, des documents judiciaires et des textes datant de l’époque de l’exil de Bertolt Brecht se mêlent au cas de la célèbre actrice et interprète brechtienne Karola Neher, dont le destin tragique a été reconstitué par Memorial international.
La projection aura lieu en allemand et en russe, avec des sous-titres en allemand et en anglais. La projection sera suivie d’une discussion avec notre collègue Irina Scherbakova. Vous pouvez acheter des billets ici: https://brechtfestival.de/produktion/memoria-memoriya-2024/

28 février, 13:00, Brno, Université Masaryk
Vernissage de l’exposition de Lili Matveeva à Brno
Le 28 février, l’exposition de l’artiste Lili Matveeva sera inaugurée à Brno, en République tchèque. L’exposition porte sur la poursuite de Mémorial en 2021. L’événement est organisé par Memorial République tchèque, le département de langue et de littérature russes de l’Institut pédagogique de Brno et Gulag.cz: https://gulag.cz/ru

—240220Yakimanka.png

« C’est juste ici »: excursions à Moscou
22 février, 17:00, Moscou, Yakimanka. Topographie de la terreur

« Nous nous sommes rencontrés chez Lyudmila Ginzburg, la mère d’Alik Ginzburg, qui était dans le camp – dans la maison où nous sommes tous venus comme chez nous, où, d’ailleurs, j’avais rencontré Larisa, Tolya Marchenko et Pavel Litvinov un an et demi auparavant », se souvient Natalia Gorbanevskaya, participante à la manifestation du 25 août 1968 sur la Place Rouge. Dans l’appartement de Ginzburg sur Bolshaya Polyanka, elle a rencontré Larisa Bogoraz et Pavel Litvinov. C’est là qu’ils planifient l’action, alors que Ginzburg lui-même purge une peine à Dubravlag, en Mordovie.
Sur la nouvelle route de Yakimanka, nous parlerons de la répression des scientifiques soviétiques sur la base d’accusations absurdes, de la façon dont les écrivains qui tentaient de servir leurs supérieurs obtenaient tout et les autres rien, et de bien d’autres choses encore.
Participez à l’excursion jeudi! Toutes les visites sont gratuites (une inscription préalable est nécessaire) (https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2777357/) mais vous pouvez nous soutenir à l’adresse suivante: donate.memo.ru . Nous visiterons les maisons où ont vécu les dissidents Alexander Ginzburg et Vadim Delaunay, la Maison des écrivains et l’adresse principale d’Anna Akhmatova à Moscou.

24 février, 13:00, Moscou: Excursion vers le canal de Moscou
Le 14 juillet 1937, le canal Moscou-Volga, aujourd’hui appelé canal de Moscou, a été inauguré. Le canal reliait les rivières Volga et Moscou et était censé résoudre le problème de la pénurie d’eau dans la capitale. Le camp de Dmitrov du NKVD a été spécialement organisé pour la construction du canal. Le canal est connu pour ses structures techniques et architecturales – écluses, barrages, centrales hydroélectriques et, bien sûr, la gare fluviale du Nord, l’une des cartes de visite de Moscou à la fin des années 1930. Après la rénovation de la station fluviale, aucune mention n’a été faite de la participation de prisonniers à la construction. On a souvent l’impression que le goulag se trouve quelque part au loin, en Sibérie, et non dans la capitale. Pourtant, c’est ici même qu’il se trouve.
Au cours de cette excursion, nous vous proposons de découvrir les coulisses de cette construction à grande échelle et de retracer l’histoire de la construction du canal, depuis l’ouverture du camp de travail pénal de Dmitrov jusqu’aux arrestations et aux fusillades des responsables de la construction et des prisonniers qui ont travaillé sur ce chantier. Inscrivez-vous et venez: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2777333/

24 février, 14:00, Moscou
Expulsez-le sous 24 heures!
En décembre 1973, le premier volume de « L’Archipel du Goulag » d’Alexandre Soljenitsyne est publié en russe par une maison d’édition parisienne. Cette publication a été suivie d’un harcèlement de l’écrivain par les journaux: le journal Pravda a publié un article intitulé « La voie de la trahison » sur les « activités antisoviétiques » de Soljenitsyne, qui a été réimprimé le lendemain par d’autres grands journaux et journaux locaux du pays. Au harcèlement des journaux s’ajoute une attaque téléphonique anonyme de trois semaines contre son appartement moscovite. Soljenitsyne se souvient de cette époque: « Cette fois-ci, Alya était particulièrement convaincue: à part les critiques des journaux, il n’y aurait rien, rien à avaler. Je ne l’ai pas pensé, mais je me suis comporté de la sorte: je ne me suis pas enfermé dans notre appartement moscovite sans lumière du jour (nos rideaux étaient fermés 24 heures sur 24 pour éviter les regards et les photos), sans air ni espace, mais je me suis rendu paisiblement à Peredelkino, j’ai respiré tranquillement sous les pins et, à un rythme inhabituellement lent pour moi, j’ai terminé les articles pour le recueil « De sous les touffes » ».
Le 12 février 1974, Soljenitsyne est arrêté, le lendemain il est déchu de sa nationalité et expulsé d’URSS.Au cours de l’excursion, nous verrons quelques lieux liés à la vie d’Alexandre Soljenitsyne, nous parlerons des pages de sa biographie, du destin de ses livres et des personnes qui ont aidé ces livres à voir le jour. Rejoignez-nous:https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2777341/

24 février, 14:00, Moscou
Discours d’Anna Barkova à Moscou
« Croit-on sérieusement ici qu’une femme qui n’a aucune idée des organisations, de la clandestinité, qui ne sait pas manier un fusil, puisse avoir l’intention de « tuer Staline »? »
En 1934, la poétesse Anna Barkova est arrêtée au titre de l’article 58, et jusqu’aux années 1970, son nom disparaît de la presse. En décembre 1934, j’ai été prise dans un cyclone », écrit Anna Barkova à N.S. Khrouchtchev au cours de l’été 1956, « et parmi des milliers de personnes, j’ai été arrêtée après l’assassinat de S.M. Kirov ». Quelques années auparavant, Anna Barkova avait travaillé comme secrétaire personnelle du commissaire du peuple à l’éducation, Lounatcharski, qui l’avait invitée à venir à Moscou depuis le quartier d’Ivanovo-Voznesensk.
Au cours d’une excursion à travers les adresses moscovites de la poétesse, nous retracerons l’histoire du retour d’Anna Barkova à la littérature, nous parlerons de ses poèmes et de son étonnante biographie. N’oubliez pas de vous inscrire: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2777466/

25 février, 15:00, Moscou
Général fou ou chevalier des roux
Au centre de Moscou, il existe un endroit qui, pour beaucoup de ceux qui l’ont visité, était plus effrayant que les prisons et les camps. Il s’agit de l’Institut de psychiatrie V.P. Serbsky. C’est là que de nombreux prisonniers politiques ont été diagnostiqués comme souffrant de « schizophrénie molle, de délire de réformisme et de recherche de la vérité, et d’intoxication philosophique ». Ils ont ensuite été envoyés dans de terribles hôpitaux psychiatriques spéciaux.
Pyotr Grigorenko, Vladimir Bukovsky, Natalia Gorbanevskaya, Valeria Novodvorskaya, Leonid Plyushch – voici quelques noms de ceux qui sont passés par les « hôpitaux psychiatriques » de torture.
Nous parlerons de l’histoire de la psychiatrie punitive en URSS. Et de la vie et du destin de l’un des dissidents les plus singuliers – un général de combat, défenseur des droits de l’homme, l’un des fondateurs du groupe ukrainien d’Helsinki, Pyotr Grigorenko. Nous visiterons la maison où vivait le général rebelle, dont l’appartement était ouvert à tous ceux qui avaient besoin d’aide. Inscription sur le lien: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2777344/

25 février, 15:00, Moscou
Promenade autour de l’Académie Timiryazevskaya
Académie Timiryazev ou Académie Lénine des sciences agricoles de toute l’Union, à l’activité de laquelle le nom du généticien Nikolaï Vavilov est étroitement lié. Jusqu’à son arrestation, Vavilov a dirigé l’académie.
Mais la génétique n’est pas destinée à se développer dans la réalité soviétique: la sphère scientifique devient une nouvelle plateforme de répression politique cruelle, dont Vavilov est victime. L’arrestation de Vavilov a marqué la victoire complète de la « Lysenkovshchina », la campagne visant à anihiler la génétique classique en URSS: après l’arrestation de Vavilov, Trofim Lysenko est devenu le directeur de l’Institut de génétique.
Au cours de l’excursion, nous évoquerons le destin des étudiants et des professeurs de l’académie. Nous verrons également comment le gouvernement soviétique a ralenti le développement de la science biologique, ce qu’est « Lysenkovskaya » et pourquoi le célèbre scientifique Nikolaï Vavilov est mort en prison. Inscrivez-vous sur le lien: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2777349/

2 mars et 3 mars: excursions à Moscou
2 mars, 15:00 – Promenade le long de du boulevard Gogol https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2784422/
2 mars, 15:30 – Expulsez-le sous les 24 heures! https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2784424/
3 mars, 13:00 – Sokol: d’un cimetière-parc à un jardin urbain https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2784568/
3 mars, 15:00 – Commémoration du jour de la fusillade en Lettonie. Autour des étangs clairs (Chistye prudy) https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2784423/
3 mars, 15:00 – Presnya, qui n’existe pas https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2784427/

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don
par carte non russe:
https://memorial-france.org/donate/

Précédents bulletins d’information de Memorial Russie

—–

Actualité des pays post-soviétiques: droits de l’homme en Ukraine, Portail d’information du groupe de protection des droits de l’homme de Kharkiv, https://khpg.org/1608812674 (traduit de l’ukrainien)

« Un formalisme impitoyable, sans rapport avec la vie ». Liquidation du Centre Sakharov*, Katsu* condamné par contumace et Moskalev en cellule d’isolement, Novaja Gazeta, «chronique des répressions en cours», Andrey Karev, correspondant du service juridique (traduit du russe)

L’idéologie au bon sens du terme, deux manuels et une brochure ont été préparés pour le cours « Principes fondamentaux de l’État russe ».

Dépénalisation des crimes commis dans les territoires occupés, extrait de Les carnets d’Anna Colin Lebedev

« Voix de la guerre. Marioupol » – le premier recueil publié d’entretiens avec des témoins oculaires de la guerre

Troisième audience dans l’affaire Orlov: poursuite de l’analyse de l’expertise « linguistique