Traduit du russe
par nos soins

Bulletins précédents

25 mai 2024: Enseignes artisanales, blog de Dubna, déportation des Tatars de Crimée

18 mai 2024: Le droit au service civil alternatif, les réfractaires à la guerre en Algérie, Menachem Begin à Komi

11 mai 2024: Archives des « Ostarbeiter », 9 thèses pour le 9 mai, camps de Juchnovo et Kozelsky

8 mai 2024: Événements des 8 et 9 mai: excursions, conférences et expositions 

1er mai 2024: Cours Arche Sans Frontières avec nos collègues, de nombreux événements en ligne

27 avril 2024: Lutte pour la mémoire, derniers mots des citoyens ukrainiens devant les tribunaux russes, Oleg Orlov dans Syzran

20 avril 2024: Journée de commémoration des victimes de Katyn, nouvel audioguide, conférence Iofe

9 avril 2024: Examen de la plainte d’Oleg Orlov, Voix des dissidents: une discussion avec Linor Goralik et Daria Serenko

6 avril 2024: Alexandre Tcherny-chov en liberté, le renversement des monuments soviétiques et un test sur Andropov !

30 mars 2024: Dzen Voli, « Le long des rivières de la mémoire », plus d’activisme commémoratif!

26 mars 2024: Conférences Roginsky, journée de théâtre et visite d’un parc qui est en fait un cimetière

23 mars 2024: Le livre de Boris Belenkin, amende à Tatiana Kotlyar, Conférences Rogin

6 mars 2024: Mémoire des femmes du goulag, restauration des plaques, Mémorial de Komi

13 mars 2024: « 20 jours à Marioupol », une soirée de lettres de prisonniers politiques, des promenades à Moscou et à Pushkino

9 mars 2024: Asharshylyk, déportation des Balkars et des Vainakhs, condamnations de citoyens ukrainiens en Russie

2 mars 2024: Oleg Orlov au centre de détention provisoire; adieu à Alexei Navalny; rassemblement lors des funérailles

24 février 2024: La « sobornost » [communauté, unité] ukrainienne, preuve de la guerre, Stepan Khmara

20 février 2024: Pièce de théâtre documentaire « Memoria », exposition de dessins anti-guerre, Yakimanka et autres parcours

18 février 2024: Alexei Navalny (04.06.1976-16(?).02.2024). Nous n’abandonnerons pas

14 février 2024 Réexamen du cas d’Oleg Orlov, Voix de la guerre à Varsovie, nouvelles excursions

9 février 2024: Nouvelle audience dans l’affaire Oleg Orlov, interview de Mikhail Chimarov, histoire du dissident de Perm

31 janvier 2024: « L’homme dans l’histoire: l’expérience (post)soviétique », soirées de lettres aux prisonniers politiques, excursion pour commémorer le jour de l’exécution par fusillade en Lettonie

20 janvier 2024: Perquisition chez un collègue, l’automne pragois, les dissidents et la France

17 janvier 2024: Rassemblement, conférences sur les répressions contre les Arméniens et les Grecs, excursions à Moscou

6 janvier 2024: Concours scolaire, résultats de fin d’année, « Appel à la conscience »

Voir les bulletins de 2023

Bulletin d’information Memorial-Russie, 1er juin 2024

Avocats contre le système: audioguide et cartes sur le travail des avocats soviétiques
Comment s’est déroulé le destin des avocats politiques en URSS, comment les affaires ont-elles été montées de toutes pièces et pourquoi la pression des autorités n’a-t-elle pas réussi à briser le mouvement dissident? À l’occasion de la Journée du barreau russe, Memorial et OVD-Info (https://www.instagram.com/p/C7pC8RkC9uh/?igsh=MWlsYncxYjIyNGZudA%3D%3D&img_index=1) ont rappelé les avocats de l’époque soviétique qui étaient prêts à prouver l’innocence de leurs clients jusqu’au bout.
Pour de nombreux avocats de la défense, le désir de montrer aux accusés qu’ils n’étaient pas seuls face à l’État répressif était une question de principe. Le travail des avocats dissidents et les procès politiques les plus médiatisés des années 1960 et 1970 sont dans nos fichiers.
Vous voulez en savoir plus sur ces héros? Écoutez l’audioguide «Défenseurs», consacré au destin de trois avocats soviétiques: Dina Kaminskaya, Sofya Kallistratova et Boris Zolotukhin (https://izi.travel/ru/browse/d38eba42-efe0-4e35-8f54-716d30974996)
Nous y parcourons les lieux où ils ont vécu et travaillé, en passant par la salle des colonnes de la Maison des syndicats, le commissariat de police «Poltinik». Cette excursion, nos collègues l’effectuent de temps en temps à Moscou, à suivre dans la chaîne C’était juste ici: https://t.me/righthererightthen

Le 31 mai est également la journée de commémoration des victimes de la terreur politique soviétique au Kazakhstan.
Depuis 1997, le 31 mai est la journée annuelle de commémoration des victimes de la terreur politique soviétique au Kazakhstan. Selon les données officielles, entre 1921 et 1954, plus de 100 000 personnes (plus de 120 000 selon certaines estimations) ont été condamnées au Kazakhstan, dont 25 000 ont été fusillées. En outre, le Kazakhstan a été un lieu d’exil et de déportation de personnes et de nations de toute l’Union soviétique.
Pour en savoir plus sur l’impact de la terreur soviétique sur le Kazakhstan, consultez les fiches que nous avons préparées avec l’équipe de Factcheck.kz. Nous avons déjà publié un article sur Asharshalyk (la famine au Kazakhstan au XXe siècle): https://t.me/toposmemoru/6061
Dans les prochains jours, nous publierons une autre série de documents sur différents aspects de la terreur soviétique au Kazakhstan!

Listes des convois des Allemands de la Volga déportés dans le kraï de Krasnoïarsk en 1941
Le Mémorial de Krasnoïarsk recueille des informations sur les victimes de la terreur soviétique dans le kraï de Krasnoïarsk depuis 1988. Il a participé à la publication du Livre de la mémoire des victimes des répressions politiques en plusieurs volumes et a achevé l’année dernière la publication des listes des personnes déportées de Lituanie vers le kraï de Krasnoïarsk: https://memorial.krsk.ru/DOKUMENT/People/_Lists/Litva/0.htm
Aujourd’hui, nous aimerions vous parler du travail de nos collègues sur les listes de convois des Allemands déportés de la république autonome des Allemands de la Volga.
Sur le site web, vous pouvez voir les listes classées par district: originales, traitées (avec les noms corrigés et les noms de lieux) et traduites en allemand: https://memorial.krsk.ru/DOKUMENT/People/_Lists/ASSRNP/0.htm
Toutes les listes n’ont pas encore été traitées, mais il y a déjà beaucoup de recoupements avec des documents déjà collectés sur le site – interviews, articles de journaux, etc. Cela facilite le travail sur les listes et permet de trouver plus facilement des informations sur une personne à la demande.
Alexei Babii, du Mémorial de Krasnoïarsk, nous en dit plus sur la manière dont le travail sur les listes est effectué, sur les difficultés rencontrées, sur les personnes qui aident à la traduction et sur les projets futurs: https://memo.site/ru/krsk_deported_germans

Nous commençons une série de publications sur la réhabilitation des prisonniers politiques dans différents pays.
À la fin de la Seconde Guerre mondiale, selon diverses estimations, il y avait entre 2’500 et 3’000 prisonniers politiques dans les prisons japonaises. La plupart d’entre eux avaient été condamnés en vertu de la «loi pour le maintien de la sécurité publique».
Après la fin de la guerre, le Japon, conformément aux termes de la capitulation, a été placé sous l’administration d’occupation américaine. Au début du mois d’octobre 1945, l’administration a publié une série de directives en vertu desquelles les prisonniers politiques ont été immédiatement libérés et réintégrés. Parmi les prisonniers libérés se trouvaient de nombreux communistes.
Bien que les autorités d’occupation américaines n’aient pas encouragé leur intégration active dans la vie politique, la gauche japonaise a joui d’un prestige sans précédent dans les années d’après-guerre. Après tout, ils étaient parmi les rares à avoir reconnu la nature du régime militariste et à avoir payé le prix de leur liberté.
Pour en savoir plus sur la façon dont les prisonniers politiques ont été libérés et réhabilités au Japon, consultez les fiches préparées conjointement avec First Flight: https://www.instagram.com/p/C7jvBzNCaxr/?igsh=YTRmM3F2Nmd5c3o5&img_index=1
Le groupe d’experts de First Flight travaille sur un projet de réforme visant à démocratiser la Russie à l’avenir. L’un de ces projets concerne la libération et la réhabilitation des personnes persécutées pour des raisons politiques. Le chef du projet «Soutien aux prisonniers politiques. Memorial» Sergey Davidis: https://memopzk.org
Le résultat de ce travail sera un document avec un mécanisme étape par étape pour la libération et la réhabilitation de ceux qui ont été soumis à la répression par le régime de Poutine, ainsi que pour prévenir leur répétition.

Le groupe des droits humains de Kharkiv: attaque terroriste à Kharkiv; démolition d’un monument à la mémoire d’un défenseur ukrainien des droits de l’homme; femmes ukrainiennes en captivité en Russie.
Bilan de la semaine) https://khpg.org/1608813713): la Russie a bombardé l’hypermarché «Epicentre» à Kharkiv – au moins 18 personnes ont été tuées, 48 blessées, il y a des disparus. Et aussi dans la rubrique: l’activiste tatare de Crimée Rustem Seytmemetov, condamné par le tribunal russe à 13 ans de prison, a eu une crise cardiaque (la raison est en grande partie due aux conditions de détention). Comment se passe l’évacuation des résidents locaux en raison de l’offensive russe dans la région de Kharkiv et comment s’est déroulé le sauvetage de six familles avec enfants qui ont quitté les territoires occupés.
Plus de quatre cents femmes ukrainiennes sont en captivité en Russie. Elles sont détenues dans des conditions inhumaines – elles sont torturées, mal nourries, peuvent être privées de soins médicaux ou de communication avec leur famille. La Russie n’autorise pas non plus les défenseurs des droits de l’homme à rencontrer les femmes en captivité, tout en accusant l’Ukraine de ne pas vouloir les libérer. Plus d’informations dans l’article du Groupe des droits humains de Kharkiv: https://khpg.org/1608813707
Les autorités d’occupation de la Crimée ont démoli le monument à la mémoire du militant des droits de l’homme et dissident ukrainien Petro Grigorenko: https://khpg.org/1608813718
Le buste aurait été envoyé pour être restauré, mais, comme l’a déclaré le gouvernement local, on ne sait pas si le monument sera remis à sa place. L’année dernière, une plaque commémorative en l’honneur de Pyotr Grigorenko avait déjà été démantelée dans la ville occupée de Saki, en Crimée.

Les procès illégaux de citoyens ukrainiens se poursuivent en Russie
Le tribunal régional de Rostov a condamné Ivan Milovanov, un citoyen ukrainien, à 10 ans de colonie à régime strict dans une affaire d’«espionnage». Le procès s’est déroulé en trois sessions et l’annonce du verdict a eu lieu à huis clos. Depuis juin 2023, le tribunal a été saisi de 14 affaires d’espionnage, toutes ont été condamnées, alors que les noms des accusés ne sont connus que dans la moitié des cas.
Serhiy Kurys est accusé d’«espionnage», ainsi que de «recevoir une formation à des fins d’activité terroriste» et de «participation à une communauté terroriste». Il se trouve dans le centre de détention provisoire de Donetsk et participe au procès par liaison vidéo. Dans son témoignage, il évoque les tortures qui lui ont été infligées: «Le 6 septembre 2019, vers 10h30, je suis arrivé en voiture à la maison avec ma femme et mon fils d’un an, après avoir suivi des cours de natation pour les enfants en bas âge. Quatre personnes m’attendaient à l’entrée, qui, me menaçant avec des armes, ont commencé à me battre, ma femme et mon enfant ont été jetés hors de la voiture, j’ai été jeté sur le siège arrière de ma voiture et emmené à l’extérieur de notre quartier, où un minibus attendait avec plusieurs autres personnes à l’intérieur. J’ai été sévèrement battu, on m’a mis un sac sur la tête, on m’a attaché les mains et les pieds avec du ruban adhésif, on m’a jeté sous les pieds et on m’a emmené, comme il s’est avéré par la suite, dans le bâtiment du département pour la prévention de la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants…»

Discours d’Oleg Orlov au tribunal et dessins des séances
Le 29 mai, la Cour du District Zamoskvoretsky de Moscou a examiné la plainte d’Oleg Orlov contre son inclusion dans le registre des «agents étrangers». Le défenseur des droits de l’homme a participé à l’audience par liaison vidéo, ses représentants, les avocates Alexandra Baeva et Katerina Tertukhina ont posé des questions au représentant du ministère de la justice Stanislav Vorobyov. Ce dernier y a répondu visiblement nerveux et avec difficulté.
Parmi les motifs pour lesquels le ministère de la justice a inscrit Orlov sur le registre, il y a sa page Facebook, sa participation à des rassemblements et son amitié avec «l’agent étranger» Svetlana Gannushkina. Mais non, l’inclusion arbitraire dans le registre des «agents étrangers» est hors de question, a déclaré Vorobyov, «nous n’avons inclus personne depuis un mois!» La juge Maria Patyk a, comme on pouvait s’y attendre, rejeté la plainte. Lisez le texte intégral de la retransmission du tribunal, ainsi que le discours d’Oleg Orlov, sur le site web de ZHRC Memorial: https://memorialcenter.org/news/translyacziya-zasedaniya-po-delu-olega-orlova-ob-inoagentstve
Le défenseur des droits de l’homme a une nouvelle fois remercié tous ceux qui lui ont écrit: «C’est une partie très importante de ma vie – la correspondance avec tous ceux qui me soutiennent. Et je m’excuse immédiatement si je ne réponds pas tout de suite – c’est la vie ici. Et nous vous rappelons l’adresse: 20 rue Vyborgskaya, Moscou, 125130, FKU SIZO-5 («Vodnik») du Service pénitentiaire fédéral de Russie, à Oleg Petrovich Orlov, né en 1953.
L’artiste Svetlana Art a partagé des dessins de la rencontre, voyez-les sur notre chaîne! Vous pouvez également y voir d’autres dessins de procès politiques avec le hashtag #artactivism. Par exemple, cette semaine, Inga Khristich a dessiné l’audience dans l’affaire de «justification du terrorisme» contre Zhenya Berkovich et Svetlana Petriichuk, et Galya Samoshchenkova a dessiné l’audience dans l’affaire de Nadezhda Buyanova, une pédiatre moscovite accusée d’avoir diffusé des «fakes» sur l’armée (plus d’informations sur l’affaire de la prisonnière politique ci-dessous): https://t.me/toposmemoru/7078

Suivi par l’artactivisme – l’activisme commémoratif de différentes villes
À Tomsk, des activistes locaux ont érigé une plaque à l’endroit où, dans les années 1930-1950, étaient déchargées les caravanes d’exilés, de koulaks et de déportés (plusieurs centaines de milliers de personnes): https://t.me/toposmemoru/7047
Bientôt, ils prévoient d’installer d’autres plaques sur les sites de ce long et terrible voyage. De telles initiatives permettent d’ancrer la mémoire de la terreur soviétique dans l’espace urbain, ce qui est très important, car il ne faut pas oublier qu’elle affecte presque tout ce qui nous entoure, les rues mêmes où nous marchons tous les jours.
Les plaques d’adresse disparues continuent de revenir sur les murs des maisons de Saint-Pétersbourg – grâce à des activistes et des habitants infatigables. Récemment, nous avons publié un guide d’instruction sur la façon de fabriquer et d’accrocher soi-même des copies des plaques d’adresse. Vous y trouverez des conseils et des descriptions détaillées de la procédure par des activistes de différentes villes. Lisez les instructions et accrochez des copies des plaques dans vos propres villes: https://t.me/toposmemoru/7006
À Moscou, des bénévoles ont récemment organisé une action d’activisme commémoratif peu commune: ils ont peint une inscription sur la pierre de Solovetsky, sur la place Loubianka. «Cette pierre provenant du territoire du camp spécial de Solovetsky a été livrée par la Société du Mémorial et installée en mémoire des millions de victimes du régime totalitaire.» C’est ce qu’indique l’association Memorial Society, sans aucun «agent étranger» ni «liquidée par la Cour suprême de la Fédération de Russie». Cette inscription s’est estompée avec le temps et n’était parfois pas visible du tout, mais aujourd’hui elle brille d’une belle couleur dorée: https://t.me/toposmemoru/7010
C’est dire à quel point le #memoryactivism peut être différent: il ne s’agit pas seulement de raccrocher des panneaux arrachés de la Dernière Adresse, mais aussi de restaurer des monuments, d’y apporter des fleurs, et parfois même de déneiger des tombes. Sur nos réseaux sociaux, en utilisant ce hashtag, vous pouvez trouver divers exemples de la façon dont les gens préservent la mémoire de la terreur soviétique.

Quatre nouveaux prisonniers politiques et une collecte de fonds pour les honoraires d’un avocat
Cette semaine, le projet «Soutien aux prisonniers politiques. Memorial» a reconnu quatre nouveaux prisonniers politiques. Voici leurs brèves histoires (les liens fournissent également des adresses pour les lettres).
• Kevin Lik, un élève de dixième année de Maikop, a été condamné à quatre ans de prison dans une colonie pénitentiaire en vertu de l’article sur la trahison d’État pour avoir photographié une unité militaire depuis la fenêtre de son appartement. Kevin est né et a vécu en Allemagne. Il a déménagé en Russie avec sa mère Victoria en 2017. En février 2023, ils s’apprêtaient à retourner en Allemagne, mais le 10 février, Victoria a été placée en détention administrative sur la base d’accusations forgées de toutes pièces. Et le 23 février, le jour du départ, des agents du FSB ont arrêté Kevin.
• Nadezhda Buyanova, pédiatre moscovite de 68 ans, a été arrêtée après que la veuve d’un militaire russe a déclaré que Mme Buyanova aurait «fait des commentaires négatifs» sur les actions de l’armée russe lors d’un rendez-vous.
• Usman Baratov, chef de la communauté ouzbèke et citoyen de l’Ouzbékistan et de la Russie, a été envoyé dans un centre de détention provisoire en raison d’une caricature qu’il avait publiée et que des blogueurs pro-Kremlin avaient jugée insultante pour l’armée russe. Selon Baratov, il a été sévèrement battu pendant sa détention. Il risque jusqu’à six ans de prison.
• Sergei Sosov, ingénieur et blogueur de Tula, a été condamné à trois ans de travail obligatoire pour avoir publié un collage avec Hitler sur le défilé du «Régiment immortel» dans VK.
Aujourd’hui, des collègues collectent 250 000 roubles pour payer un avocat à Arseny Turbin, 15 ans. En avril dernier, il a été accusé de participer à une organisation terroriste parce qu’il aurait demandé à rejoindre la légion «Liberté de la Russie» par l’intermédiaire d’un chatbot Telegram. Arseny risque jusqu’à 10 ans de prison. Vous pouvez soutenir la collecte en roubles, avec des cartes non russes et en crypto-monnaies.

Podcast avec Svetlana Gannushkina, récapitulatif des conscrits à Moscou, des prisonniers politiques dans la région de Novgorod, et d’autres nouvelles et documents de nos collègues.
• Memorial a publié son bulletin annuel des droits de l’homme sur le problème de la discrimination (https://adcmemorial.org/novosti/glavnoe/ezhegodnyj-byulleten-adcz-memorial-o-probleme-diskriminaczii/)
Ce numéro comprend des points de discussion du débat du Parlement européen intitulé «Résister à la pression coloniale russe: les voix de différents peuples», l’usurpation par l’État russe de l’«agenda ethnique» et la persécution au Bashkortostan, la vie des Roms en Ukraine pendant la guerre, et d’autres sujets importants.
• L’UE a placé le procureur, l’enquêteur et le juge dans l’affaire Oleg Orlov sur la liste des sanctions: https://t.me/polniypc/7464.
Le 27 mai, le Conseil de l’Union européenne a introduit un nouveau régime de sanctions pour les violations graves des droits de l’homme en Russie. La liste inclut le Service pénitentiaire fédéral russe et 19 autres personnes: parmi elles figurent également des juges, des enquêteurs et des procureurs dans les procès d’Alexei Navalny et de Sasha Skochilenko.
• Moscou procède à des rafles de conscrits depuis le 24 mai. Des organisations de défense des droits de l’homme (dont le Mémorial de la CCDH) ont approché les détenus et leurs proches pour leur proposer une assistance pro bono dans la défense (y compris judiciaire) de leurs droits: https://t.me/toposmemoru/7026
• «Gorby» a publié une interview de notre collègue Alexander Daniel sur la façon dont le processus de retour des prisonniers politiques des prisons, des camps et de l’exil a été préparé pendant les années de la perestroïka: https://gorby.media/articles/2024/05/21/gorbachevu-khotelos-dokazat-chto-vse-razgovory-o-novom-myshlenii-ne-fuflo
• Les chercheurs du Mémorial des Komis, créateurs du projet médiatique Kilomètre 260, ont lancé une carte en ligne qui montre les sites associés à la voie ferrée abandonnée de Pinyug-Syktyvkar: https://gis.flexatel.xyz/viewer/c47d85f6-c508-442b-af6f-2b1cca6202b3.
Cet objet a été construit dans les années 1929-1930 sur le territoire de la République de Komi et de la région de Kirov. La construction de cette ligne de chemin de fer a également fait appel à la main-d’œuvre carcérale.
• Les collègues du Mémorial de Novgorod ont lancé une série d’histoires sur les prisonniers politiques de leur région: https://t.me/novmemorial/421.
La première publication concerne Alexei Khabarov, accusé d’appartenir aux Témoins de Jéhovah.
• Dans le podcast «La liberté n’est pas loin», Svetlana Gannushkina, responsable du programme «Migration et droit» à Memorial, décrit ce à quoi sont confrontées les mères qui veulent retirer leurs enfants de la famille de leur mari dans le Caucase du Nord: https://telegram.org
• Le Centre de la Révolte, nos amis et partenaires, fête ses 5 ans en juin! Cet espace culturel indépendant situé à Syktyvkar a été baptisé en l’honneur du mathématicien, dissident et l’un des fondateurs de la Révolte, Pimenov Memorial. Pour en savoir plus sur les projets du centre, les réseaux sociaux et la manière de les féliciter, consultez le site web: https://revoltcenter.com

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don
par carte non russe:
https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information Memorial-Russie, 25 mai 2024

Sur la « soviétisation » de l’Ukraine et la résistance ukrainienne
Le troisième dimanche de mai en Ukraine est la journée de commémoration des victimes de la terreur soviétique. À l’occasion de cette journée, nous avons publié un document avec une traduction en russe d’une présentation de l’historien ukrainien Roman Podkur, qu’il a lue lors de la conférence « Violence impériale » organisée par Memorial France en décembre 2023.
Roman Podkur a parlé des « opérations nationales » des autorités soviétiques en Ukraine pendant la Grande Terreur et à d’autres époques, de la russification forcée de l’Ukraine, de l’oppression de la langue ukrainienne et de l’oppression des minorités nationales de l’Ukraine – Juifs, Polonais, Grecs, Allemands et autres.
Lisez un résumé de son message dans nos fiches: https://t.me/toposmemoru/6943

Histoire de la résistance des Tatars de Crimée
Le 18 mai 1944, les autorités soviétiques ont commencé la déportation des Tatars de Crimée. Ils sont contraints de vivre sous le régime des colonies spéciales – ils ne peuvent quitter le territoire de leur district sans l’autorisation du NKVD, et sont obligés de déclarer les nouveaux membres de leur famille. Lors de la grande déportation, les membres de la famille étaient souvent séparés et des peines de prison étaient prononcées en cas de violation du régime. Bien que le décret annulant le régime des colonies spéciales ait été publié en 1956, les Tatars de Crimée n’ont pas pu retourner en Crimée avant la fin du régime soviétique, contrairement à d’autres peuples déportés. Les Tatars de Crimée se sont battus pour rentrer chez eux, où qu’ils soient.
En 1961, Enver Seferov et Shevket Abdurakhmanov ont été jugés pour avoir publié des samizdats, et les membres de l’organisation « Union de la jeunesse tatare de Crimée  » ont été arrêtés, licenciés ou expulsés des universités peu après leur création. Même sous la pression des autorités, les Tatars de Crimée n’ont pas renoncé à défendre leurs droits: ils ont organisé des rassemblements à Tchirchik (région de Tachkent) et à Moscou, et ont créé l’Organisation du mouvement national tatar de Crimée.
Après l’occupation de la Crimée par la Russie en 2014, les autorités russes ont commencé à déclarer les mouvements de défense des droits de l’homme « extrémistes » et « terroristes » et à arrêter les militants. Les activistes et les défenseurs des droits de l’homme qualifient les actions actuelles des autorités russes en Crimée de « déportation hybride ».
Pour en savoir plus sur la déportation et la longue histoire de résistance obstinée, lire l’article du chercheur tatare de Crimée Aleksandr Murtazaev, basé sur les documents de Memorial: https://memo.site/ru/crimean_tatar_resistance

Groupe de défense des droits de l’homme de Kharkiv: attentats à la bombe à Kharkiv; l’ONU reconnaît l’illégalité de la délivrance forcée de passeports aux résidents de Crimée; près de 300 cas de violence sexuelle
Un article d’Andrei Grigorenko a été publié sur le site web du Groupe de défense des droits de l’homme de Kharkiv concernant la déportation des Tatars de Crimée et le rôle du défenseur des droits de l’homme, dissident et politicien Mustafa Dzhemilev dans le mouvement national des Tatars de Crimée et des droits de l’homme: https://khpg.org/ru/1608813686
Le GDHK continue de tenir une chronique quotidienne de la guerre en Ukraine: https://khpg.org/1608813692
Les résultats de la semaine comprennent: le deuil des personnes tuées à la suite des frappes russes sur la région de Kharkiv; les crimes commis par les occupants des points capturés contre les civils; la destruction d’un monument architectural centenaire à Izyum. Un quart des enfants ukrainiens ne peuvent pas étudier pleinement en raison des actions militaires et des attaques de missiles russes.
La violence sexuelle comme méthode de guerre: le médiateur ukrainien pour les droits de l’homme, Dmytro Lubinets, a déclaré que 292 cas de violence sexuelle à l’encontre de civils et de prisonniers de guerre ont été ouverts en Ukraine. Les soldats russes ne sont arrêtés ni par l’âge ni par la condition. Plus d’informations ici : https://khpg.org/1608813679
Conseils: L’avocat du KPH explique comment restaurer les documents perdus et confirmer votre durée de service afin d’obtenir une pension: https://khpg.org/1608813678

Le procès des citoyens ukrainiens Denis Storozhuk et Valentina Zayarnaya et la sortie de Sergei Ofitserov du centre de détention provisoire
Le 15 mai, le tribunal militaire du district sud a ouvert le procès de Denis Storozhuk, chef du département des opérations et des recherches du détachement frontalier de Donetsk, et de Valentina Zayarnaya, professeur d’anglais. Les citoyens ukrainiens sont accusés d’un certain nombre d’articles, notamment de possession illégale d’explosifs, de « participation à une communauté terroriste » et de « préparation d’un acte terroriste ». Storozhuk a déclaré qu’il ne reconnaissait sa culpabilité que pour le stockage d’engins explosifs. Zayaraya n’a pas plaidé coupable et a déclaré qu’elle pensait que l’affaire avait été montée de toutes pièces.
Nous avons récemment été contactés par le père de Sergei Ofitserov, qui se trouve dans le centre de détention provisoire de Rostov. Sergei et huit autres citoyens ukrainiens sont accusés en vertu de l’article sur le « terrorisme international » et l' »organisation d’une communauté terroriste » – en dépit du fait que, comme les accusés l’ont souligné pendant le procès, ils auraient dû bénéficier du statut de prisonnier de guerre.
Le père de Sergueï nous a envoyé un dessin que son fils a réalisé au centre de détention provisoire de Lefortovo, à Moscou, et a écrit: « Grâce à votre reportage dans la salle d’audience, de nombreuses personnes en Ukraine ont appris la situation de 9 résidents de Kherson, y compris celle de mon fils. Je ne les laisserai pas l’oublier! Merci beaucoup!!! »

Comment restaurer les panneaux de la dernière adresse qui ont été arrachés?
Tous nos lecteurs connaissent probablement le projet de la Dernière Adresse: depuis 10 ans, des plaques métalliques sont accrochées aux maisons où des personnes ont été emmenées en prison dans les années 1930 et 1950 et n’y sont jamais retournées. Beaucoup de gens ont entendu dire que ces plaques ont été enlevées assez souvent au cours des deux dernières années – parfois nous savons qui le fait, parfois nous ne le savons pas, mais ce n’est pas très important.
Ce qui est plus important, c’est que là où elles sont enlevées, les plaques réapparaissent! Pas en métal, mais en carton ou dans un autre matériau. Parfois, ces répliques de plaques sont également démolies, mais elles réapparaissent. Nous avons parlé à certains d’entre eux et leur avons demandé des conseils sur la manière dont chacun peut fabriquer et installer une telle plaque: https://memo.site/ru/last_address_action
C’est important – tout le monde peut le faire n’importe quel jour! Par exemple, le week-end de cette semaine – vous pouvez prendre part à nos excursions en même temps. N’hésitez pas à nous envoyer des photos de votre action: nous partageons ces histoires dans la section #memoryactivism. Ou envoyez-nous des adresses où vous aimeriez récupérer une plaque manquante si l’installer vous-même ne vous convient pas:)

Blog de voyage de Dubna – sur les traces de la construction du canal Moscou-Volga
Chaque printemps, les activistes du projet C’était juste ici et le Mémorial de la région de Moscou organisent de petites expéditions à Dubna, et celle-ci ne fait pas exception à la règle! Dans notre nouveau blog de voyage, nous marchons à nouveau dans la ville, qui est inextricablement liée à la construction du canal Moscou-Volga et du Dmitlag, et nous verrons comment la mémoire de cet événement a changé dans la ville au fil des décennies et comment les choses se présentent aujourd’hui.
Lisez notre nouveau blog (et admirez les magnifiques photos de Dubna): https://memorial.notion.site/5795d35aa0634f568e4a0b7c024688ca
Et vous pouvez lire celui de l’année dernière ici: https://memorial.notion.site/8d106e09ff9f495cb33e8d1599754f5c

Merci de rester avec nous!
« J’étudiais récemment le dossier d’un de nos personnages, Otto Seifergeld, dans les archives. Allemand, issu d’un milieu ouvrier, il a rejoint le parti communiste allemand en 1923 et a travaillé à la mission commerciale soviétique à Berlin.
En 1930, il s’installe avec sa famille à Moscou pour un voyage d’affaires, travaille au département des importations médicales du commissariat populaire à la santé, habite dans la rue Kolobovsky et est arrêté en 1941. À Saratov, où l’enquête a été transférée en octobre de la même année, Zeyfergeld a été condamné à 10 ans de camp pour « trahison contre la patrie » (!). Si l’on en croit le certificat, c’est là qu’il est mort, deux mois plus tard, dans une prison de Saratov. À la demande de l’enquêteur, Seyfergeld a parlé de ses connaissances de la mission commerciale soviétique à Berlin, qui, comme lui, sont venues en URSS, et a mentionné à deux reprises un homme portant un nom de famille rare et qui m’est familier, Zeigarnik.
Le fait est que Bluma Vulfovna Zeigarnik, une femme merveilleusement talentueuse, scientifique et pathopsychologue, était une amie de ma grand-mère, psychiatre, et la collègue la plus proche du frère de ma grand-mère, le neuropsychologue Alexander Luria. Pendant la guerre, Bluma Vulfovna a travaillé dans un hôpital d’évacuation dans l’Oural avec mon grand-oncle sur la restauration des fonctions cérébrales chez les blessés souffrant de graves contusions.
Il n’a pas été difficile de découvrir que l’ingénieur mentionné dans l’affaire Seifergeld – sa connaissance à la mission commerciale soviétique à Berlin – était le mari de cette même Bluma Wulfovna.
Les destins du Juif Albert Yankelevich Zeigarnik et de l’Allemand Otto Albertovich Zeifergeld sont similaires. Zeigarnik a été arrêté en 1939, accusé d’espionnage; selon le certificat, il est mort en 1942 d’une pneumonie, mais il a très probablement été fusillé, à en juger par les « dix ans sans droit de correspondance » déclarés à ses proches à la fenêtre de la Loubianka. »

Les conseils pour retrouver les données des personnes ayant souffert de la terreur soviétique sont possibles grâce à votre soutien. Merci de nous aider à retrouver le destin de personnes qui ont disparu dans les trapes de l’histoire.
Vous pouvez nous soutenir en faisant un don à Memorial France (https://memorial-france.org/donate/) avec des crypto-monnaies ou via PayPal. Et nous racontons d’autres histoires de nos collègues dans la lettre d’information destinée à nos donateurs.

Complément de l’histoire de Regina Lavrovich à partir des archives d’Ostarbeiter
En collaboration avec Memorial Zukunft (https://zukunft-memorial.org) nous continuons à raconter l’histoire de Regina Lavrovich. À l’âge de 11 ans, Regina a été séparée de sa famille et envoyée au travail forcé dans l’Europe occupée par les national-socialistes.
Regina est passée par des camps de travail dans la France occupée par les national-socialistes et en Allemagne même. Lors d’une « évacuation » du dernier endroit où elle s’est retrouvée, un village allemand, un convoi de prisonniers a rencontré des troupes américaines. Regina a été libérée et envoyée dans la zone d’occupation soviétique pour y être filtrée, puis en Union soviétique elle-même. Découvrez comment la vie de Regina s’est déroulée après sa sortie du camp – lisez les fichiers https://t.me/toposmemoru/6979

Les citations d’Andreï Sakharov – sur la menace nucléaire, la peine de mort et la sécurité internationale
Et un peu plus sur les dates mémorables de la semaine dernière! Le 21 mai est l’anniversaire d’Andreï Sakharov, militant des droits de l’homme, scientifique, penseur et lauréat du prix Nobel de la paix. Le nom de Sakharov est inextricablement lié à Mémorial – il en est devenu le premier président lors de la conférence de fondation en janvier 1989.
Après la mort de Sakharov, ses associés, amis et parents ont fondé une autre organisation publique importante pour la Russie: le Centre Sakharov: https://t.me/stranaimir
Son entité juridique a été liquidée en Russie, tout comme l’entité juridique du Mémorial international.
Cependant, il est impossible de liquider à la fois le Mémorial et le Centre Sakharov, et encore plus impossible de liquider les idées et l’héritage de Sakharov. En collaboration avec l’initiative du Journal Sakharov, https://www.facebook.com/ADSJournal, nous avons sélectionné quelques citations de Sakharov à travers lesquelles les lecteurs pourraient vouloir aborder son héritage: https://t.me/toposmemoru/6962

21 mai – Journée de solidarité avec les prisonniers politiques du Belarus
Le Centre des droits de l’homme Viasna a choisi cette date non par hasard: ce jour-là, il y a trois ans, l’activiste Vitold Ashurok est mort dans la colonie de Shklou № 17. Sa mort a été soudaine, puis les preuves du traitement cruel des prisonniers dans cette colonie ont fait surface. Depuis lors, cinq autres prisonniers politiques sont morts en captivité au Belarus: Mikalai Klimovich, Ales Pushkin, Vadzim Hrasko, Ihar Lednik et Aliaksandr Kulinich. Tous avaient besoin de soins médicaux, qui ne leur ont pas été fournis dans les colonies. Aujourd’hui, les défenseurs des droits de l’homme connaissent pas moins de 254 prisonniers politiques particulièrement vulnérables derrière les barreaux. 
Cette année, le thème de la Journée des prisonniers politiques de Biélorussie est donc le droit à la santé et aux soins médicaux en détention. Viasna appelle le 21 mai à exprimer sa solidarité avec tous les prisonniers politiques, à attirer l’attention de la société biélorusse et internationale sur les problèmes de soins médicaux inadéquats dans les lieux de captivité et à exiger une fois de plus du régime qu’il libère tous les prisonniers politiques.
Pour rappel, les militants des droits de l’homme ont choisi une étiquette jaune comme symbole de la première Journée des prisonniers politiques, qui est attribuée à tous les prisonniers condamnés pour des motifs politiques et implique un traitement spécial à leur égard. L’année dernière, le thème de la Journée était le droit à la correspondance, dont les prisonniers politiques du Belarus sont aujourd’hui privés. Récemment, nous avons expliqué comment leur écrire des lettres: https://t.me/toposmemoru/6256
Écrivez des lettres aux prisonniers politiques! Vous pouvez également aider les prisonniers politiques biélorusses en participant à différentes collectes ou en effectuant un virement sur le compte d’un prisonnier politique. Pour en savoir plus sur les autres possibilités d’aide, consultez la version complète du document « Viasna »: https://spring96.org/ru/news/115159

Prisonniers politiques de Russie. Daghestan
Nous avons décidé de diviser l’article sur le Daghestan en deux parties en raison du nombre de prisonniers politiques dans cette république. Aujourd’hui, nous allons vous parler de cinq prisonniers politiques de cette région – et vous pouvez leur écrire des lettres! Vous trouverez les adresses en suivant les liens de leurs noms.
Shakhban Abakargadzhiev, https://memopzk.org/figurant/abakargadzhiev-shahban-gadzhimagomedovich/, a été arrêté en novembre 2023, il a été jugé pour « diffusion d’informations sciemment fausses » après un post sur son profil Instagram dans lequel Shakhban écrivait sur les crimes des militaires russes à Bucha et les qualifiait de génocide. Il a été condamné à 5 ans de prison, peine commuée en 3 ans de travaux forcés.
• Les Témoins de Jéhovah sont persécutés au Daghestan, comme dans toute la Russie. Arsen Abdullaev, https://memopzk.org/figurant/abdullaev-arsen-nazimovich/, un résident de Kaspiysk qui travaillait dans l’entretien des systèmes de chauffage et de plomberie, a été condamné à 6,5 ans de prison avec sursis en raison de son appartenance à la communauté.
Les frères Vagid, https://memopzk.org/figurant/gusejhanov-vagid-mahmudovich/, et Yusuf Huseykhanov, https://memopzk.org/figurant/gusejhanov-yusuf-mahmudovich/, et Asret Rizakhanov, https://memopzk.org/figurant/rizahanov-asret-magomedovich/, sont dans le même cas. En mars 2016, le tribunal militaire du district de Moscou a reconnu six personnes originaires du Daghestan coupables d’avoir préparé un attentat terroriste à Odintsovo lors des célébrations du jour de la Victoire. Vagid et Yusuf ont été condamnés respectivement à 11 et 12 ans de colonie à régime strict. Asret Rizakhanov a été condamné à 12 ans de régime strict. Il y a des signes de falsification de preuves dans cette affaire, et l’accusation s’est basée sur le témoignage de témoins secrets. Les défenseurs des droits de l’homme estiment qu’ils ont été condamnés dans le cadre d’une campagne de persécution des musulmans sous le prétexte de la lutte contre le terrorisme.
Les portraits de Shahban Abakargadzhiyev et d’Arsen Abdullayev ont été réalisés par l’artiste Victoria Popova. Yusuf Huseykhanov a été peint par Maria Pavlikova. Vagid Huseykhanov a été peint par Galina Samoshchenkova. Asreta Rizakhanov – Maria Litvina. Si vous connaissez les artistes, si vous êtes vous-même artiste ou si vous souhaitez dessiner des prisonniers politiques russes pour les prochains articles de cette série, écrivez-nous dans le bot!

Trois nouveaux prisonniers politiques et un guide pour envoyer des colis à un centre de détention provisoire ou à une colonie
Cette semaine, le projet « Soutien aux prisonniers politiques. Memorial » a reconnu trois nouvelles personnes comme prisonniers politiques. Voici leurs brèves histoires (les liens fournissent également des adresses pour les lettres).
Fail Alsynov, https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-failya-alsynova/, l’un des dirigeants du mouvement national bachkir, a été condamné à quatre ans de prison pour avoir pris la parole lors d’une manifestation en faveur de l’environnement. La condamnation d’Alsynov a déclenché des manifestations à grande échelle au Bashkortostan, accompagnées de violences policières et de détentions massives.
Svetlana Marina, https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnoj-svetlanu-marinu/, une militante civile de Kirov, a été condamnée à un an et demi de travaux forcés pour avoir commenté l’assassinat du propagandiste Vladlen Tatarsky. Svetlana avait déjà été traduite en justice pour des déclarations anti-guerre, mais elle a été inculpée en vertu de l’article sur le discrédit répété de l’armée.
Sergey Drugov, https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-sergeya-drugova/, blogueur et activiste de Petrozavodsk, a été condamné à deux ans de travaux forcés. Il est poursuivi au titre de l’article sur la réhabilitation du nazisme pour avoir reposté un texte critiquant le culte de la victoire de l’URSS lors de la Seconde Guerre mondiale.
Des collègues ont également partagé un guide sur l’envoi de colis à un centre de détention provisoire ou à une colonie pénitentiaire! Il est important de savoir qu’il existe plusieurs restrictions sur le poids et la quantité des colis. Il convient donc de coordonner l’envoi avec les proches et les groupes de soutien, car un colis mal assemblé peut priver un prisonnier politique de la possibilité de recevoir ce dont il ou elle a réellement besoin. Ce qui peut et ne peut pas être envoyé et quels projets de colis peuvent être aidés – sur le site web: https://memopzk.org/news/podderzhivaem-politzaklyuchyonnyh-chto-nuzhno-znat-pered-tem-kak-otpravit-posylku-v-sizo-ili-koloniyu/

Un nouveau numéro du podcast, des biographies de prisonniers du camp d’Ivanovo, des entretiens avec Tatiana Kasatkina et Nikita Petrov – voilà les différents documents que nos collègues ont récemment publiés.
Un supplément biographique avec des essais sur le destin des détenus du camp a été ajouté à l’histoire du camp et de la maison de correction du monastère d’Ivanovo sur le site web du projet C’était juste ici : https://topos.memo.ru/article/166+1
Des collègues Memorial ont signalé qu’Oleg Orlov ne pouvait pas appeler sa femme, Tatyana Kasatkina : https://t.me/polniypc/7390
Le défenseur des droits de l’homme a soumis une demande d’appels ainsi que des autorisations officielles du tribunal en avril dernier. Cependant, ces documents n’ont pas été mis à la disposition du personnel du SIZO chargé d’organiser les appels.
RFI a interviewé Tatyana Kasatkina sur sa rencontre avec son futur mari et leur travail ensemble, leur passion commune pour le canoë, leurs difficiles voyages d’affaires dans le Caucase du Nord, l’enlèvement d’Orlov à Nazran, et comment ils se sentent aujourd’hui l’un sans l’autre: https://www.rfi.fr/ru/россия/20240517-татьяна-касаткина-мы-всю-жизнь-готовились-что-это-может-случиться?utm_slink=rfi.my%2FAc1E
• RFI s’est également entretenue avec notre collègue Nikita Petrov, auteur de la biographie « Le temps d’Andropov », dont nous avons parlé à plusieurs reprises. L’historien évoque l’influence de l’héritage des services de sécurité soviétiques sur la vie de la Russie d’aujourd’hui: https://www.rfi.fr/ru/россия/20240521-никита-петров-историк-должен-изучать-то-что-запрещено
• Le canal Telegram de Komi Memorial nous a parlé d’une date mémorable: il y a 35 ans, Andreï Sakharov est venu à Syktyvkar! Voici leur histoire: https://www.rfi.fr/ru/россия/20240521-никита-петров-историк-должен-изучать-то-что-запрещено, et même une vidéo de l’événement: https://t.me/komi_memorial/1378
• L’équipe de Vashi Ears, avec le soutien de Memorial, a publié le deuxième épisode du podcast qui traite du meurtre d’un artiste de Magadan dans les années soixante (https://t.me/vashiushi/594)
• Le site web du Mémorial de l’Oural présente une sélection de déclarations à la mémoire d’Alexander Kalikh, militant des droits de l’homme et fondateur du Mémorial de Perm, décédé le 11 mai (https://memoryofrepression.website/novosti/1114-9-dnej-nazad-iz-zhizni-ushel-aleksandr-kalikh.html)
• Si vous lisez en polonais: Memorial Poland a également publié des cartes sur la déportation des Tatars de Crimée: https://www.facebook.com/memorial.poland/posts/pfbid027KKbMd8DPC4VvrBnxD8Xa8AHwSuGnmnfH9VafpZYZWLSPkTtNAofKaJDt3vxZuj9l

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don
par carte non russe:
https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information Memorial-Russie, 18 mai 2024

17 Mai – Journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie
Dans la plupart des pays du monde, les droits à la sécurité, à la libre autodétermination, au soutien et à l’acceptation des personnes homosexuelles ne sont pas considérés comme fondamentaux et ne sont toujours pas respectés.
En collaboration avec EQUAL PostOst, https://www.instagram.com/p/C7FFLkQrRpS/?igsh=OHJnZTJ2bG55Zm56&img_index=1, nous expliquons comment les autorités de l’URSS ont persécuté les personnes LGBTQ, comment les hommes et les femmes ont vécu l’expérience du goulag et comment la Russie moderne en est venue à criminaliser « l’extrémisme LGBT ».
Memorial a également préparé un aperçu de la situation des droits des LGBTQ dans les pays de l’ancienne Union soviétique (https://adcmemorial.org/statyi/17-maya-mezhdunarodnyj-den-borby-s-gomofobiej-transfobiej-i-bifobiej/) en Russie, principale source de l’idéologie homophobe; dans les pays qui, à des degrés divers, ont succombé à l’influence russe et aux opinions d’une partie conservatrice de la société; et en Ukraine, qui lutte contre l’agression militaire russe et défend son engagement en faveur de l’intégration européenne. Ils concluent en résumant la situation toujours désastreuse d’un certain nombre de pays d’Asie centrale.

Souvenirs des prisonniers ukrainiens du goulag
La journée de la Vyshyvanka en Ukraine a été initiée par des étudiants en 2006 – pour les Ukrainiens, les chemises brodées sont l’un des symboles de l’identité nationale. Après le début de l’invasion massive de l’Ukraine par la Russie, les chemises brodées ont été portées par des personnes du monde entier en signe de soutien à la culture et à la souveraineté ukrainiennes.
Le lien avec les traditions nationales était très important pour de nombreux prisonniers ukrainiens du goulag. Les vyshyvanki, ainsi que d’autres attributs de leur culture, étaient un moyen non seulement de défendre leur identité nationale, mais aussi de rester humains dans un contexte de violence et de déshumanisation permanentes.
Dans les fiches, nous reprenons brièvement le rapport de la chercheuse ukrainienne Oksana Kis, La question genre au Goulag au prisme des sources orales ukrainiennes, qu’elle a réalisé il y a quelques mois à l’occasion de la sortie de la traduction italienne du livre « Sopravvivere nel Gulag », préparée par Memorial Italia: https://t.me/memorialitalia

Chaque jour, dans la Fédération de Russie, des procès de militaires et de civils ukrainiens enlevés ont lieu.
Le tribunal militaire du district sud de Rostov-sur-le-Don continue de juger cinq Ukrainiens: Yuriy Makarenko, Gleb Petruk, Dmitry Reyvakh, Vladimir Puzanov et Ivan Bezlepkin. Ils sont accusés de « participation à une organisation terroriste ».
Lors du procès contre Andrei Tyutyunnik, originaire de Donetsk, l’accusation a présenté un certain nombre de preuves. Andrei met en doute la propriété de la voix sur les enregistrements audio et pense que l’enregistrement vidéo présente des signes de montage.
Vladyslav Vodolazskyy, Vitaliy Dzyuba et Siarhei Fedosenko sont également poursuivis au titre d’articles « terroristes ». Fedosenko a déclaré que son auto-incrimination était liée à une influence psychologique et physique.
La Cour d’appel militaire de Vlasikha a approuvé le verdict d’Alexei Kravets: le citoyen ukrainien a été condamné à 18 ans de colonie à régime strict, dont les trois premières années à purger en prison, et à une amende de 550 000 roubles.

Groupe des droits de l’homme de Kharkiv: offensive sur Volchansk; attaques russes contre des écoles et des jardins d’enfants ukrainiens; deux ans de captivité
Le Groupe des droits de l’homme de Kharkiv tient une chronique quotidienne de la guerre en Ukraine. Dans la section « Résultats de la semaine », https://khpg.org/1608813674, les troupes russes continuent de frapper l’infrastructure énergétique de l’Ukraine et, le 9 mai, ont commencé à bombarder massivement la ville de Volchansk, située près de la frontière russe.
Point positif: 11 enfants ont pu être ramenés de la partie occupée de la région de Kherson vers le territoire contrôlé par l’Ukraine. Un comité des Nations unies a reconnu que l’attribution forcée de passeports aux habitants de la Crimée occupée constituait une discrimination fondée sur la nationalité et une violation des droits de l’homme.
« 365 établissements d’enseignement complètement détruits »: https://khpg.org/1608813662, comment les attaques russes quotidiennes nuisent à l’éducation des Ukrainiens et des Ukrainiennes. Le KPH cite des statistiques sur la destruction d’écoles, de jardins d’enfants, d’universités et de bibliothèques.
Oleksiy Vinnichenko, un chef de village enlevé sur le territoire de la région de Sumy, est en captivité en Russie. Les proches de Vinnichenko racontent comment la guerre a commencé pour eux, comment Alexei a été enlevé et comment ils essaient maintenant de le sauver du territoire russe: https://khpg.org/1608813646

15 mai – Journée internationale des objecteurs de conscience au service militaire
Ce jour-là, en 1997, le Bundestag allemand a adopté une résolution sur la réhabilitation complète de ceux qui ont été persécutés dans l’Allemagne nazie pour objection de conscience et désertion. L’objectif de cette journée internationale était d’inciter les gens à ne pas participer à des guerres injustes et criminelles si leur État les déclenchait, et d’attirer l’attention sur ceux qui avaient consciencieusement refusé de le faire dans le passé.
En Russie, qui n’est pas le premier pays à mener une guerre criminelle, les défenseurs des droits de l’homme ont demandé et obtenu que le droit de refuser le service militaire soit garanti par la Constitution. Selon la Constitution, toute personne – même en temps de guerre – a le droit de refuser le service militaire et la participation à la guerre pour des raisons de conscience et d’exiger que les fonctions militaires soient remplacées par des fonctions civiles.
Dans le contexte de la dégradation rapide de la situation juridique en Russie, ce droit doit être désespérément défendu. Mais le droit de ne pas participer à une guerre criminelle existe toujours en Russie – et il y a quelqu’un vers qui se tourner pour obtenir du soutien dans sa réalisation!
Coalition « Appel à la conscience », groupe de défense des droits de l’homme «Citoyen. Armée. Droit», «Ecole des conscrits» et le Mouvement des objecteurs de conscience ont préparé un rapport analytique intitulé «droit à l’objection de conscience au service militaire en Russie pendant une guerre de grande ampleur». La version complète du rapport est disponible sur le lien: https://drive.google.com/file/d/1jt0_YiXqwPTS60DyKL6VOg8XVTYNCi7Y/view
Dans les fichiers, nous avons brièvement décrit comment les conscrits et les militaires de la Fédération de Russie peuvent défendre leur droit à l’objection de conscience au service militaire et comment poursuivre cette lutte dans des conditions de mobilisation partielle. Et nous vous rappelons que CDHR Memorial a rassemblé des liens importants et des instructions sur la conscription, la mobilisation et le refus de contrat: https://t.me/polniypc/7316

La révolte des insoumis – de l’histoire de la résistance aux guerres d’agression
Pendant les huit années de guerre en Algérie, les deux camps ont fait preuve d’une extrême brutalité: les résistants algériens ont perpétré à plusieurs reprises des attentats terroristes de masse, tandis que les militaires et les services de renseignement français pratiquaient les exécutions extrajudiciaires et la torture. Au cours des huit années de guerre, au moins un demi-million d’Algériens et entre 25’000 et 35’000 soldats et civils français ont trouvé la mort. Pendant les huit années de la guerre, 1,5 million d’appelés de l’armée française y ont participé, et 15’000 d’entre eux – un sur cent – ont délibérément refusé d’obéir aux ordres de leurs commandants.
Découvrez comment l’attitude de la société française à l’égard de la guerre anticoloniale a changé et comment ceux qui, il y a un demi-siècle, étaient considérés comme des traîtres et des déserteurs ont acquis une auréole héroïque dans les fiches préparées conjointement avec « Appel à la conscience », avec la participation de l’historien français Tramore Kemener: https://www.instagram.com/p/C6_9BDAL_Z3/?igsh=aXI4eW56MjhmcDJh&img_index=1

Nous continuons à partager des histoires tirées des archives de l’Ostarbeiter
En collaboration avec Memorial Zukunft, https://zukunft-memorial.org, nous continuons à raconter l’histoire de Regina Lavrovich. À l’âge de 11 ans, Regina a été séparée de sa famille et envoyée au travail forcé dans l’Europe occupée par les nationaux-socialistes. Dans la deuxième partie, Regina décrit son voyage de retour d’Allemagne: https://t.me/toposmemoru/6904?single
Lisez la première partie de l’histoire qui raconte comment Regina est entrée dans le Troisième Reich, a été libérée par les troupes américaines et s’est retrouvée dans un camp de filtration soviétique dans notre chaine: https://t.me/toposmemoru/6768
Vous pouvez lire (et écouter!) l’interview complète de Regina Lavrovich sur tastorona.su : http://tastorona.su. Le matériau de fond21.memo.ru a été utilisé: https://fond21.memo.ru

Citations d’une lettre de 1939 contenant une histoire de torture
En collaboration avec le groupe «Âmes mortes» et le Groupe contre la torture, nous continuons à publier une série de témoignages sur la torture dans les années 1930 et 1940. La torture lors des enquêtes n’est pas restée à l’époque de Staline, elle se pratique encore aujourd’hui en Russie. Les forces de l’ordre utilisent la torture pour forcer les détenus à s’incriminer eux-mêmes et à incriminer leurs proches, pour les intimider et les réduire au silence. Ne gardez pas le silence.
Le cas de Savva Vitanov, un ouvrier de l’usine ATE, est accompagné de preuves matérielles – des morceaux de verre brisé avec lesquels il a tenté de s’ouvrir les veines pour mettre fin à la torture de l’enquêteur, le sergent du NKVD Boris Platonov. Vitanov a survécu et a décrit les tortures qu’il a subies en mars 1939, dans une lettre adressée à son compatriote, le chef de l’Internationale communiste, le Bulgare Georgi Dimitrov. Nous avons cité cette lettre dans les fiches: https://www.instagram.com/p/C68e1paCF_5/?igsh=MTFwbDU5czNlcGhlcw%3D%3D&img_index=1 (GARF, f. 10035, d. П-20115. Transcription du texte et travail avec les archives – «Âmes mortes»); illustration – oltyx.

Le Goulag c’était ici: la rencontre avec ma mère – prisonnière du Goulag – 64 ans plus tard
Memorial publie le 27e film du projet « Le Goulag c’était juste ici ». Dans la deuxième partie de ses mémoires (https://www.youtube.com/watch?v=O3r2BYQtKM4), Valentina Zhukova, née à Siblag et séparée de sa mère à l’âge de cinq ans, raconte sa vie dans un orphelinat, le refus de l’admettre au Komsomol, son adhésion au Parti et son expulsion de celui-ci, ses années de recherche de sa mère et sa rencontre avec elle 64 ans plus tard à Mariupol en 2015. Le matériel a été filmé lors de l’expédition du projet  » Le Goulag c’était juste ici  » dans la ville de Dmitrov.
Nous avons déjà publié la première partie des mémoires, https://www.youtube.com/watch?v=K5Q_2gP-Mk4, dans laquelle Valentina Zhukova raconte le destin de sa mère, Nadezhda Kozlovskaya, née en Ukraine: son arrestation, son travail dans le camp et son expérience de la violence systématique de la part d’un des officiers du NKVD.

Nous concluons notre série sur la déportation des Vainakhs avec l’histoire de la famille d’Oyub Titiev
Le 23 février, date anniversaire de la déportation des Tchétchènes et des Ingouches, nous avons entamé une série racontant l’histoire de familles qui ont survécu à la déportation. Nous terminons cette série avec l’histoire d’Oyub Titiev, un défenseur des droits de l’homme et notre collègue, ancien directeur du Centre de la mémoire à Grozny et prisonnier politique: https://t.me/toposmemoru/6809
Oyub, qui est né à l’époque de la déportation, sait beaucoup de choses sur ses années au Kirghizstan grâce aux récits de sa famille. Il nous a raconté comment, dans les premiers temps, de nombreux migrants espéraient un retour rapide et ne semaient pas de céréales sur les parcelles attribuées. Il nous a raconté comment sa mère a reçu l’autorisation de partir pour les funérailles de sa mère et comment ils sont retournés dans le village dévasté.

Le souvenir de Menachem Begin à Komi
A l’occasion de la Journée de l’Indépendance d’Israël, nous avons raconté, avec le Mémorial d’Israël, https://www.facebook.com/israelmemorial.soc, une page de la biographie de Menachem Begin, sixième Premier Ministre d’Israël, Prix Nobel de la Paix – et prisonnier soviétique en tant que sioniste – qui n’est pas connue de tout le monde.
En septembre 1940, à Vilnius, il est arrêté par le NKVD pour activité sioniste subversive antisoviétique et condamné à 8 ans de camp. En juin 1941, Begin est envoyé de la prison de Lukish à Pechorlag dans l’ASSR de Komi. En septembre, il est libéré en tant que citoyen polonais conformément à un accord entre Staline et le Premier ministre polonais Wladyslaw Sikorski et mobilisé dans l’armée polonaise Anders, dans laquelle Begin arrive en Palestine en mai 1942.
En 2013, Leonid Zilberg, du Mémorial de Komi (https://t.me/komi_memorial) et du Mémorial d’Israël, a initié l’ouverture d’un panneau commémoratif à Pechora dédié à Menachem Begin et aux autres prisonniers qui ont construit le pont ferroviaire de Pechora. La dalle portant le nom de Begin sur le site du futur monument a été érigée en présence d’une délégation officielle d’Israël. Cependant, après avoir été arrachée à deux reprises par des vandales, la plaque a été envoyée au musée d’histoire locale et le monument n’a jamais été érigé.
Grâce à Leonid Zilberg, une traduction des mémoires de Menachem Begin, Les nuits blanches, sur son emprisonnement, a également été publiée. Il s’agit de l’un des premiers livres sur le Goulag, publié du vivant de Staline, en 1952. Begin y détaille les interrogatoires de l’interrogateur (qu’il appelle d’abord « conversations »), l’étape de la torture, les histoires de ses voisins de baraquement et spécule sur la nature des régimes soviétique et nazi. Nous avons répertorié les citations du livre dans les fichiers: https://t.me/toposmemoru/6830

Le travail journalistique, les commentaires et les rediffusions sur les médias sociaux, la participation à une enquête de rue et le travail caritatif comme motifs de persécution
Cette semaine, le projet « Soutien aux prisonniers politiques. Memorial », https://t.me/pzk_memorial, a reconnu six nouvelles personnes comme prisonniers politiques. Voici leurs brèves histoires (les liens fournissent également des adresses pour les lettres).
Quatre journalistes – Olga Komleva, Antonina Favorskaya (Kravtsova), Konstantin Gabov et Sergei Karelin – ont été envoyés dans des centres de détention provisoire en vertu de l’article sur la participation à la « communauté extrémiste » d’Alexei Navalny. En fait, ils sont poursuivis pour leurs activités journalistiques.
Mikhail Feldman, un activiste civil de Kaliningrad, a été condamné à deux ans de prison pour des commentaires et des reposts critiquant l’invasion russe de l’Ukraine.
Yuri Kokhovets, de Moscou, a été condamné à cinq ans de travaux forcés au titre de l’article sur les « faux » concernant l’armée pour avoir critiqué la guerre dans un sondage de rue de Radio Liberty.
Les activités caritatives d’Abubakar Rizvanov et de Kemal Tambiyev au Daghestan ont été considérées comme un soutien au terrorisme et chacun a été condamné à près de 20 ans dans une colonie à régime strict.
Les collègues remercient tous ceux qui ont aidé à clôturer la collecte pour les transferts vers le centre de détention provisoire de l’activiste Evgeniy Mishchenko! Et pour aider le travail des collègues, afin qu’ils puissent faire plus pour aider tous les prisonniers politiques, vous pouvez aller ici: https://memopzk.org/donation/

Le mariage de Mikhail Krieger et Aisha Astamirova, l’appel dans l’affaire Tatyana Kotlyar, le projet « 30 ans avant » et d’autres documents et nouvelles de nos collègues
Hier, le prisonnier politique et notre collègue de la région de Moscou Memorial Mikhail Krieger et Aisha Astamirova se sont mariés! Les autorités de la colonie ont autorisé une visite de trois jours en l’honneur du mariage, qui débutera demain. Vous pouvez féliciter Mikhail en écrivant une lettre à l’adresse suivante: 303900, région d’Oryol: 303900, région d’Oryol, colonie de Naryshkino, rue Zavodskaya 62, FCU IK-5 du Service pénitentiaire fédéral du Service pénitentiaire fédéral de Russie pour la région d’Oryol, à l’attention de Mikhail Aleksandrovich Krieger, né en 1960, ou par l’intermédiaire du service « F-letter ».

Le tribunal municipal d’Obninsk n’a pas accédé à la demande du ministère public de remplacer l’amende par une véritable peine pour la défenseuse des droits de l’homme Tatyana Kotlyar. L’amende qui lui a été imposée a été réduite de 20 mille – elle s’élève maintenant à 630 000 roubles (nous avons écrit plus sur l’amende et la confusion qui l’accompagne dans la chaîne).

Dans le cadre du projet de mémoire de Memorial « Il y a 30 ans « , «Ces affaires-là» s’est entretenu avec Alexander Cherkasov sur la situation des prisonniers de guerre pendant la première et la deuxième guerre de Tchétchénie – le travail des défenseurs des droits de l’homme et l’inaction des autorités, les saisies « ciblées » et le trafic d’êtres humains, les négociations et la recherche des disparus: https://takiedela.ru/2024/04/my-podmenyali-soboy-gosudarstvo/
Elle a également préparé un document pour le projet « Cherta » sur des cas de détention indéfinie de migrants en Russie, qui pendant des années n’ont pas pu être libérés parce qu’ils avaient perdu leurs papiers d’îdentité. Ce document comprend des commentaires d’experts d’ADC Memorial: https://cherta.media/projects/chuzhie/cvsig-zaklyuchenie-posle-osvobozhdeniya/

Les chaînes Telegram tchétchènes font état d’une vague d’enlèvements de résidents tchétchènes par les forces de sécurité; au moins 41 personnes ont disparu. ADC Memorial a rassemblé des informations sur les causes et les circonstances de ces enlèvements: https://memorialcenter.org/news/v-chechne-idet-volna-massovyh-pohishhenij-silovikami

Le service russe de BBC News a publié un article sur la question de savoir si les conventions de Genève protègent réellement les victimes des guerres modernes. Il a été commenté par nos collègues de Memorial Natalia Secretareva et Grigory Vaipan: https://www.bbc.com/russian/articles/cq5nen59rqlo

Nos collègues ont la tristesse d’annoncer le décès d’Alexander Kalikh, fondateur du Mémorial de Perm et co-président du Mémorial d’Israël. Sur le site du Mémorial de Perm, vous pouvez lire les mots de collègues et d’amis à propos d’Alexander Mikhailovich: http://www.pmem.ru/index.php?id=9491

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don
par carte non russe:
https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information Memorial-Russie
11 mai 2024

Recherche d’informations sur les victimes du national-socialisme et récit des archives des « Ostarbeiter »
Lorsque l’on parle du 9 mai, il semble important de se souvenir non seulement de la victoire, mais aussi des causes de la guerre, de la catastrophe, de ses conséquences et de ce qui permet aux survivants de la guerre de continuer à vivre pendant de nombreuses années.
Avec nos collègues de Zukunft Memorial, nous avons préparé une série de billets sur le destin de Regina Lavrovich. À l’âge de 11 ans, Regina a été séparée de sa famille et envoyée au travail forcé dans l’Europe occupée par les nationaux-socialistes. Dans le premier billet de la série, https://t.me/toposmemoru/6768?single, nous expliquons comment Regina est arrivée dans le Troisième Reich, comment elle a été libérée par les troupes américaines et est passée par les camps de filtration soviétiques. Vous pouvez lire (et écouter!) l’interview complète de Regina Lavrovich sur le site tastorona.su. Des documents provenant de fond21.memo.ru ont été utilisés pour la conception du site.
Memorial possède une collection de documents personnels de « Ostarbeiter », et nous aidons donc à trouver des informations sur le sort des travailleurs forcés soviétiques depuis de nombreuses années. Dans ce billet, nous avons compilé une petite liste d’archives et de bases de données qui peuvent vous être utiles dans votre recherche de prisonniers de guerre soviétiques, de détenus des camps de concentration et de victimes du travail forcé sous le national-socialisme.
Nous aimerions également partager une vidéo de notre bénévole et diplômée de l’école de cinéma Memorial, Matilda Mokina: https://www.youtube.com/watch?v=MDsDKeQfmkE
Elle voulait en savoir plus sur son arrière-grand-mère, qui a été emmenée en Allemagne pour y être soumise au travail forcé, et dans sa recherche d’informations, elle s’est intéressée aux questions relatives au processus de rapatriement d’après-guerre. Regardez et découvrez à quelles archives adresser vos demandes, ce que l’on peut apprendre des dossiers de filtrage et qui a accès aux dossiers du personnel. Le consultant de la vidéo est l’historien Nikita Petrov de Memorial.

Livres et points de discussion qui peuvent aider à avoir des conversations difficiles avec des personnes exposées à la propagande officielle
En plus de faire appel aux souvenirs familiaux de la guerre et au désir d’en savoir plus sur la vie et le destin d’êtres chers, le 9 mai est également un espace de manipulation des récits officiels de l’État sur la « grande victoire », de promotion du militarisme et de justification de l’agression militaire moderne.
En collaboration avec le projet MOST, https://t.me/mostchannel, nous avons préparé des scénarios de conversations qui permettront de soumettre les thèses de la propagande à une réflexion critique sans confrontation. Les volontaires de Most et de Memorial ont préparé une liste de clichés sur la Seconde Guerre mondiale qu’ils entendent souvent de la part de parents et d’amis. Et avec les volontaires et les experts, nous avons développé des arguments pour les réponses! Les experts de Memorial étaient Irina Shcherbakova, Alexandra Polivanova, Alexander Cherkasov, Nikita Sokolov, Alexander Daniel et Sergei Bondarenko.
Sur la démolition des monuments aux soldats soviétiques dans les pays européens, le rôle du « gestionnaire efficace » dans la victoire, la vérité exceptionnelle sur la guerre et bien d’autres choses encore, qui sont maintenant diffusées par les chaînes pro-gouvernementales – dans le projet 9×9 dans le bot-telegram de MOST: https://t.me/convincerBot?start=TWF5IDk
Dans le menu de démarrage, sélectionnez le mode dialogue et vous verrez 9 thèses auxquelles nous avons donné des contre-arguments, ou vous pouvez les lire sur le site:https://mostsupport.notion.site/e84223e1383244be9816999466d76d7f.
Nous avons également préparé une liste de livres et d’articles qui peuvent vous aider dans une conversation difficile sur la guerre. Parmi eux, on trouve « Mémoires de guerre » de Nikolaï Nikouline, « La guerre n’a pas de visage féminin » de Svetlana Alexievitch, « Notes d’un homme de siège » de Lydia Ginzburg, et « La guerre « sanglante » et la « grande » victoire » de Boris Doubine. Vous pouvez lire la liste complète et les citations sur notre chaîne: https://t.me/toposmemoru/6778

L’histoire de Nikolaï Fonov du Mémorial de Tomsk: du front au camp
L’espoir que la fin de la guerre soit suivie d’une libéralisation du régime soviétique ne s’est pas concrétisé. Ceux qui se sont battus pour rapprocher cette fin ont été parmi ceux qui ont souffert de la terreur.
Nous aimerions vous raconter l’histoire de Nikolai Fonov (1924-2003) du Mémorial de Tomsk, membre de l’Association des prisonniers du Goulag au Mémorial. En 1942, après avoir obtenu son diplôme de fin d’études secondaires, il a été incorporé dans l’armée et, en 1943, il a été envoyé au front. En 1944, à la suite de multiples blessures par éclats d’obus, il perd son bras droit et perd partiellement la vue et l’ouïe.
Il rentre chez lui et s’inscrit à la faculté d’histoire de Tomsk, mais n’étudie qu’un semestre. En 1946, il est arrêté sur dénonciation d’un camarade d’études. En vertu de l’article 58-10, alinéa 1, il est condamné à 5 ans de camp.
Nikolai est libéré en 1950, obtient son diplôme universitaire par contumace et travaille comme professeur d’histoire jusqu’à l’âge de 73 ans. Ce n’est qu’en 1992 qu’il a pu être réhabilité et que son journal, preuve matérielle de l’accusation, lui a été restitué par les archives de l’UKGB. Vous pouvez lire le manuscrit de ce journal et une histoire détaillée sur Nikolai Fonov dans la chaîne du Musée Mémorial « Prison d’investigation du NKVD », https://dzen.ru/a/ZcCDBkipqnvO6MQ7, et nous le citons dans nos fiches.

Et maintenant, de la guerre du passé à la guerre d’aujourd’hui: « Voix de la guerre »

Dans « Voix de la guerre », un projet commun du Groupe des droits humains de Kharkiv et de Memorial-Europe, le lieutenant-colonel de l’AFU Oleg Sidorenko parle de ce que c’est que de travailler comme aumônier dans la guerre en Ukraine. Il explique comment trouver sa force intérieure pendant la guerre, comment il maintient l’unité des familles de militaires et les aide à vivre avec le syndrome de stress post-traumatique, et comment un petit détail (les chebureki) peut tout changer.
Sidorenko ne se contente pas de raconter des anecdotes de sa vie, il parle aussi de la composante spirituelle de la guerre, de Dieu et de la façon dont les militaires peuvent faire face à tout cela.
Lire l’interview en français: https://memorial-france.org/voix-de-guerre-36-oleh-sidorenko-que-fait-un-aumonier-militaire-et-qui-en-a-besoin/
Regardez les vidéos en français: https://www.youtube.com/watch?app=desktop&v=IVvOAN-nXj4

Nous continuons à suivre les procès des Ukrainiens – des procès qui ne devraient pas se dérouler en Russie
Cette semaine, le tribunal militaire du district sud de Rostov-sur-le-Don a tenu plusieurs séances supplémentaires dans le cadre des procès de citoyens ukrainiens.
Vladislav Plakhotnik, un citoyen ukrainien de 18 ans, a été condamné à 18 ans de colonie à régime strict, les trois premières années devant être purgées en prison. Plakhotnik a été accusé de « participation aux activités d’une organisation terroriste » et de « réception d’une formation en vue d’activités terroristes ». Voici les derniers mots de Vladislav: « Je reconnais les circonstances factuelles mentionnées dans l’affaire, mais je ne me reconnais pas comme un terroriste et je ne le ferai jamais. Je me suis battu pour mon pays, l’indépendance et l’intégrité de mon État ».
Lors de l’audience dans l’affaire Andriy Martsenyuk, accusé de « préparation à commettre un acte terroriste », l’accusation a présenté un certain nombre de « preuves », parmi lesquelles, en particulier, le protocole d’inspection de l’application Telegram « Je veux vivre » sur le téléphone de Martsenyuk, contenant « un contenu pro-ukrainien condamnant la conduite de l’opération spéciale ».
Eduard Cherevan, de la région de Luhansk, est interrogé pour « participation aux activités d’une organisation terroriste ». Cherevan ne reconnaît pas sa culpabilité. La prochaine audience aura lieu le 3 juin.
Mykola Zabirko, accusé d’une tentative d’assassinat de l’ancien chef de l’administration de Mariupol occupée, Konstantin Ivashchenko, a vu son arrestation prolongée malgré les objections de son avocat et des documents médicaux, selon lesquels Zabirko est sous la surveillance d’une unité médicale en raison d’hypertension et de varices.

Optina pustyn’ et massacre de Katyn – reportage photo du voyage
Nous continuons à vous parler du récent voyage des collègues de Memorial de différentes villes russes dans la région de Kaluga. La dernière fois, nous avons marché à Borovsk avec l’artiste Vladimir Ovchinnikov: https://memorial.notion.site/c2740c6414f0463b9117ef4e5c5e007d
Dans notre nouveau blog de voyage, nous vous parlons des camps de prisonniers de guerre polonais de Yukhnovsky et Kozelsky. L’un d’entre eux était situé sur le territoire d’une propriété noble, et l’autre – le monastère d’Optina pustyn’. Le camp de Kozelsky était l’un des trois camps d’où les prisonniers de guerre polonais ont été emmenés pour être fusillés en 1940, un crime qui est devenu connu sous le nom de « massacre de Katyn » https://memorial.notion.site/995ffe661158456c8514e2abd3609cf7

Déportation des Vainakhs: une conversation avec les sœurs M., Y. et A.
Nos collègues en Tchétchénie ont réalisé cet entretien avec trois jeunes filles. Les sœurs M. (19 ans), Ya. (17 ans) et A. (15 ans) parlent de la façon dont le souvenir de la déportation est présent dans l’esprit de la jeune génération de Tchétchènes, et de la façon dont les adultes leur en parlent. Bien que le sujet ait parfois été abordé dans leur famille et à l’école, ils ont le sentiment que l’histoire de la déportation est passée sous silence.
« J’aimerais vraiment qu’on nous en parle davantage. Le 23 février, ils célèbrent la Journée de l’Armée rouge, mais les enseignants parlent de la déportation dans leurs classes de leur propre initiative. C’est le cas de notre professeur de langue maternelle. J’aimerais que nous puissions célébrer ce jour comme une date tragique », a déclaré M.

Dans une série sur les prisonniers politiques de différentes régions de Russie – Ingouchie
En mars 2019, des manifestations de masse ont commencé dans la république d’Ingouchie en raison du transfert illégal d’une partie des terres à la République de Tchétchénie. En avril déjà, l’affaire de l’opposition ingouche a commencé, dont les accusés ont été condamnés à des peines de 7 à 10 ans. Akhmed Barakhoev, le leader incontesté des manifestations, est emprisonné depuis avril 2019. Il est né en exil, au Kazakhstan. Son père y a également été emprisonné en vertu d’un article politique. Des années plus tard, Akhmed répétera son destin et, condamné à 9 ans, fêtera son 70e anniversaire en prison.
Musa Malsagova, père de quatre enfants et ancien député, a été arrêté et condamné à 9 ans de prison. En mai, Ismail Nalgiev, membre de l’organisation publique régionale Choice of Ingushetia, a été arrêté dans la même affaire et condamné à 8 ans de prison.
Le coprésident du Congrès national ingouche et ancien ministre de l’intérieur ingouche, Akhmed Pogorov, a réussi à se cacher pendant deux ans, période au cours de laquelle il est devenu une véritable légende parmi les Ingouches. Les gens l’appelaient « Abrek ». Il a été arrêté en février 2021.
Zarifa Sautieva, qui travaillait au complexe commémoratif des victimes de la répression, dédié principalement à la déportation au cours de laquelle Barakhoyev est né, a été condamnée à 7,5 ans de prison.
Malsag Uzhakhov, président du Conseil des Teips du peuple ingouche et membre du présidium du Congrès mondial du peuple ingouche, a été condamné à 9 ans de prison.
Bagaudin Khautiev, chef du Conseil des organisations de jeunesse d’Ingouchie et père de quatre enfants, a été condamné à 8 ans de prison dans une colonie pénitentiaire. Barakh Chemurziev, président du mouvement public « Soutien à l’Ingouchie », a été condamné à la même peine.
Nous avons demandé à l’artiste Maxime et aux artistes Galina Samoshchenkova, Varvara Prazhka, Maria Litvina, Victoria Popova, Maria Pavlikova de dessiner des portraits de prisonniers politiques – peut-être aimeriez-vous dessiner avec nous? Écrivez-nous!

Ecrits contre la guerre avec l’Ukraine comme appels à l’extrémisme et au terrorisme dans les articles de poursuites judiciaires
Cette semaine, le projet « Soutien aux prisonniers politiques. Memorial » a reconnu trois nouvelles personnes comme prisonniers politiques. Voici leurs brèves histoires.
Dolita Sinitsina, une retraitée de Nakhodka, a été condamnée à un an et demi de colonie pénitentiaire pour des commentaires anti-guerre dans Odnoklassniki, dans le cadre de l’article sur les appels publics à l’extrémisme.
Anastasia Ulybysheva, étudiante moscovite (nous n’avons malheureusement pas pu trouver sa photo), risque jusqu’à 7 ans de prison pour avoir publié des messages sur l’explosion du pont de Crimée dans une chaîne Telegram fermée, au titre de l’article sur les appels publics au terrorisme. Elle est actuellement assignée à résidence.
En raison de messages sur le même sujet, le célèbre dissident soviétique Alexander Skobov a été envoyé au centre de détention provisoire dans une affaire de justification du terrorisme.
Des collègues ont ouvert une collecte pour envoyer au centre de détention provisoire de l’activiste moscovite Evgeny Mishchenko, un bénévole du « pont Nemtsov ». En septembre 2023, il a été arrêté pour participation à une organisation terroriste. Au cours de sa détention, l’activiste a été sévèrement battu. Au centre de traumatologie, on lui a diagnostiqué trois côtes cassées. Vous pouvez soutenir la collecte avec des cartes russes et non russes, ainsi qu’avec des crypto-monnaies.

Diffusion des conférences Roginsky, une autre lettre d’Oleg Orlov, la politique de « mordvinisation » et d’autres documents et nouvelles de nos collègues

• Les quatrièmes conférences en mémoire d’Arseny Roginsky ont eu lieu récemment, et nous partageons avec vous des photos, en couverture et ici: https://t.me/toposmemoru/6744?single, et des vidéos des premier et deuxième jours. Pour rappel, le thème des lectures est le suivant: « L’histoire et les historiens à l’ère de la post-vérité: monopole, polyphonie, cacophonie?

• Le 6 mai, Memorial d’Ekaterinbourg a organisé une nouvelle soirée mensuelle de lettres aux prisonniers politiques. Les participants ont écrit plus de 20 lettres. Certains n’ont pas pu se rendre au lieu de réunion en raison des chutes de neige et ont écrit chez eux.

• Sur la chaîne Telegram du CDHR Memorial, ils ont partagé des extraits d’une lettre écrite par Oleg Orlov du SIZO-2 de Syzran, dans laquelle il parle des livres, de la nourriture et des conditions dans les centres de détention provisoire, du nombre excessif de détenus dans les prisons de Moscou, et de la difficulté pour les prisonniers d’être envoyés au tribunal. Le texte intégral est publié dans Novaya Gazeta: https://novayagazeta.ru/articles/2024/05/07/knig-malo-pridetsia-samomu-pisat-romany

• Dans le cadre du projet du Centre pour les droits de l’homme « 30 ans auparavant », les journalistes d’Idel.Realii ont préparé un document sur le problème de la « mordvinisation » des Erzyens et des Mokshans en Russie, sur la manière dont ils défendent leur identité et sur la façon dont les autorités persécutent les activistes régionaux: https://www.idelreal.org/a/erzyane-i-mokshane-politika-mordvinizatsii-i-borba-za-identichnost-/32879786.html

• Nous continuons à partager des documents sur le thème du service civil alternatif. La coalition « Appel à la conscience » relate l’expérience réussie d’un objecteur de conscience, un conscrit de la région de Moscou, qui a réussi à obtenir le droit à un service civil alternatif par le biais du tribunal. Dans cette vidéo, l’avocat Arseny Levinson parle en détail des nuances importantes de l’AEC et de la procédure de demande.

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don
par carte non russe:
https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information Memorial-Russie
8 mai 2024

8 mai, 19:00, Berlin, Espace Reforum
Conférence « 8 et 9 mai: deux histoires d’une même guerre »
Si vous êtes à Berlin, le 8 mai, jour de la libération de l’Allemagne, venez écouter une conférence de notre collègue et historien Andrei Petropavlov. Il parlera de l’histoire des dates du 8 et du 9 mai: Comment les dates commémoratives des 8 et 9 mai sont-elles apparues et se sont-elles imposées en Europe de l’Est et de l’Ouest? Comment les récits de la « Seconde Guerre mondiale » et de la « Grande Guerre patriotique » se sont-ils divisés? Enfin, comment la célébration du « Jour de la Victoire » en URSS et en Russie a-t-elle évolué au fil du temps, et pourquoi ce récit est-il devenu un élément clé pour justifier l’invasion massive de l’Ukraine?

8-9 mai, Berlin
Visites du parc de Treptow
Les 8 et 9 mai à Berlin, Memorial Germany et Zukunft Memorial proposeront des visites guidées en quatre langues du mémorial aux soldats soviétiques enterrés dans le parc de Treptow.
Ils discuteront des différentes perceptions du mémorial à Treptow aujourd’hui. Ils parleront de l’évolution de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale en Russie et de la manière dont la propagande d’État russe l’a instrumentalisée et a justifié le lancement d’une nouvelle guerre d’agression.
Lieu des visites: le pavillon de l’initiative « Souvenirs contre la guerre ». Le nombre de participants est limité – 15 personnes par excursion, mais si nécessaire, les organisateurs pourront proposer des excursions supplémentaires dès que possible!
Si vous n’avez pas le temps de vous inscrire aux excursions à ces dates, vous pouvez consulter une sélection d’événements anti-guerre à Berlin les 8 et 9 mai dans le cadre du projet « Souvenirs contre la guerre ». Le programme est disponible sur le lien: https://www.gedenken-gegen-krieg.de/ru/home/

8 mai, 21:00, Parme, Italie,
« 20 jours à Mariupol »: projection du film
Si vous êtes en Italie, dans la ville de Parme, vous pourrez voir le documentaire « 20 jours à Mariupol » de Mstislav Chernov. Le film raconte comment des journalistes ont passé 20 jours à Mariupol, assiégée par les troupes russes, et ont documenté l’exode de la vie normale de la ville: crimes de guerre et pillages.
Le film sera présenté, entre autres, par notre collègue Giulia de Florio de Memorial Italia. Les détails sont disponibles sur le site web de l’Université de Parme en cliquant sur le lien: https://www.unipr.it/notizie/8-maggio-20-days-mariupol-primo-appuntamento-di-stati-di-crisi-mondovisioni?fbclid=IwZXh0bgNhZW0CMTAAAR2cSVKaStZRwClYed5Qqwj9sKpo6BiNE4thv9lKwb0cmPHbaHNvK9EJArE_aem_Ae56AaOxn2UnnW-Rs3qiP1IABmoMrgLTtNS_Ea49QoaHqUUeGP-e4NTiXvlVeUS8y0hy9AVjPF5JpDclUOQtD55T
La projection aura lieu à l’atelier d’arts audiovisuels de l’Université de Parme. L’adresse est la suivante: Parme, Via Mafalda di Savoia, 17/a. L’entrée est gratuite!

8 mai, 18:30, Syktyvkar, Centre de la Révolte
« La vérité de mon père sur la guerre »
Le 8 mai, Syktyvkar accueillera une réunion avec notre collègue de Komi Memorial, l’écrivain et journaliste Igor Bobrakov.
Igor Bobrakov parlera de son père, qui a vécu la Seconde Guerre mondiale, a rencontré le maréchal Joukov et a survécu grâce à sa carte du Komsomol.
L’entrée est gratuite. Inscription à l’événement sur le lien: https://events.nethouse.ru/all/99269/

11 mai, 13:00, Pouchkino
Terreur d’État à Pouchkino
Pour les habitants de la région de Moscou et des environs: ce samedi, le Mémorial de la région de Moscou organise une marche dans le district de Pushkino.
Dix départements du Dmitlag du NKVD, créés pour la construction du canal Moscou-Volga, étaient situés dans le district de Pouchkino de la région de Moscou. La construction du canal a donné naissance aux réservoirs de Pestovskoye et d’Akulovskoye, à partir desquels l’eau, après avoir été purifiée, était acheminée vers le réseau d’approvisionnement en eau de Moscou par le biais d’un canal spécial.
Au cours de l’excursion, nous verrons les objets préservés de Dmitlag et nous apprendrons comment s’est déroulée la construction du canal de Moscou à Pushkino. Nous découvrirons comment les terres ont été conmfisquées, nous verrons la carrière, le barrage d’Akulovskaya, le canal et l’arche du déversoir.
À la fin de l’excursion, vous pourrez visiter la datcha que Maïakovski louait à Pouchkino dans les années 1920. Nous apprendrons comment le propriétaire de la datcha est mort, accusé d’agitation contre-révolutionnaire.

12 mai, 11:00, Berlin
« Prenzlauer Berg: opposition et clandestinité en RDA »
Dimanche à Berlin, venez assister à une visite de Prenzlauer Berg organisée par Zukunft Memorial.
Prenzlauer Berg est l’un des quartiers les plus prestigieux de Berlin. Aujourd’hui, on y trouve de belles maisons, des boutiques et des cafés branchés, et des gens habillés à la mode.
Mais à l’époque de la RDA, l’atmosphère était bien différente. L’ancien quartier ouvrier portait encore les traces de la guerre. Grâce à la politique socialiste de la RDA, les habitants étaient heureux d’emménager dans les nouveaux immeubles confortables et lambrissés des quartiers de Marzahn et Hellersdorf. Les maisons inhabitées de Prenzlauer Berg attirent les artistes et les jeunes avec leurs loyers bon marché. Derrière les façades des maisons grises se cache une vie trépidante: une scène artistique clandestine avec des musiciens, des artistes, des troupes de théâtre et des écrivains interdits par les autorités se met progressivement en place. C’est là que sont nés le mouvement d’opposition et la société civile, qui ont conduit à la révolution pacifique et à la chute de la dictature en RDA.
L’excursion permet de découvrir les personnalités les plus marquantes de l’époque et de visiter les lieux qui ont changé le cours de l’histoire.
L’excursion se déroulera en russe. Durée: 3 heures.
Point de rencontre: Kollwitzstraße 2, 10405 Berlin, près de l’entrée du Café Chagall et jusqu’à la Kollwitzplatz.

12 mai, 17:00-20:00, Paris
Une soirée de lettres aux prisonniers politiques

Pour ceux qui se trouvent à Paris, une soirée de lettres aux prisonniers politiques en Russie et en Biélorussie est organisée dimanche par Memorial France.
Il s’agit d’une réunion mensuelle au cours de laquelle les participants écrivent des lettres aux prisonniers politiques. Chaque lettre reçue est un moment important pour une personne qui vit dans des conditions difficiles, dans un vide d’information. La soirée abordera les nuances de la correspondance avec les prisonniers politiques et partagera tout le matériel pour les lettres.
Venez nombreux! Adresse: 23, rue Greneta, 75002 Paris.
Illustration: Lilya Matveeva.

14 mai, 11:30, Tribunal municipal d’Obninsk
Audience dans l’affaire Tatyana Kotlyar
Si vous êtes à Obninsk ou dans les environs, venez soutenir la défenseuse des droits de l’homme Tatyana Kotlyar au tribunal!
En mars, Tatyana Kotlyar a été condamnée à une amende en vertu d’un article criminel sur l’enregistrement fictif des étrangers, et maintenant le bureau du procureur veut lui imposer une vraie peine.
Il s’agit de la septième affaire pénale d’enregistrement illégal de migrants contre Kotlyar, présidente du mouvement « Pour les droits humains », basé à Kaluga, et ancien membre du réseau « Migration et réseau juridique », aujourd’hui  » Centre Memorial « . Selon le bureau du procureur, depuis 2009, Mme Kotlyar a enregistré plus de 10 000 étrangers dans ses deux appartements dans le cadre de ses activités de défense des droits.
L’adresse du tribunal est 20A Kurchatova Street, Obninsk.

« C’était juste ici »: excursions de mai
10 mai, 14:00, Moscou, Défenseurs
Le « Poltinnik » ou commissariat de police n° 50, situé dans la rue Pushkinskaya (sur l’actuelle Bolshaya Dmitrovka), était bien connu des dissidents moscovites, car de nombreux manifestants y ont été amenés. Au cours de l’excursion, nous visiterons le « n° 50 »: nous nous souviendrons des motifs pour lesquels les dissidents ont été détenus et de la manière dont leur défense a été assurée par la suite devant les tribunaux.
Nous découvrirons comment le destin des avocats politiques en URSS s’est dessiné, comment les affaires ont été montées de toutes pièces et comment cela n’a pas brisé le mouvement dissident.
Toutes les visites sont gratuites (inscription préalable obligatoire), mais vous pouvez nous soutenir sur donate.memo.ru.

11 mai, 13:00, Moscou
Yakimanka. Topographie de la terreur
« Je connais des gens qui ont vécu, survécu grâce à vos poèmes, grâce au sentiment de paix qu’ils transmettaient… » – écrit Varlam Shalamov à Boris Pasternak.
Pour Shalamov, Pasternak était l’incarnation du poète avec une majuscule, « un bouddha vivant », comme il l’a appelé à plusieurs reprises, tant en prose qu’en vers. Shalamov a écrit pour la première fois à Pasternak alors qu’il se trouvait encore dans l’ASSR de Yakoutie (République de Sakha), où il travaillait en tant qu’auxiliaire médical. Il lui a envoyé des cahiers contenant ses poèmes et a reçu une réponse favorable! Après son retour, Shalamov est venu voir Pasternak le premier jour et ils ont eu une longue conversation.
Au cours de l’excursion, nous visiterons la maison des écrivains, où Pasternak a vécu et où Shalamov est venu le voir. Nous verrons l’adresse principale d’Anna Akhmatova à Moscou, ainsi que les maisons où ont vécu les dissidents Alexander Ginzburg et Vadim Delaunay.
Photo: Alisa Milchin.

11 mai, 15:00, Moscou
Entre Prechistenka et Ostozhenka
Au cours de l’excursion, nous découvrirons l’histoire tragique de la famille Frinovsky. Mikhaïl Frinovsky, commissaire du peuple adjoint aux affaires intérieures, a signé une circulaire complétant l’ordre du NKVD « Sur l’opération de répression des femmes et des enfants des traîtres à la patrie », et a ainsi décidé du sort de sa femme et de son fils.
En avril 1939, Mikhaïl Frinovsky est arrêté sous l’accusation d' »organisation d’une conspiration trotskiste-fasciste au sein du NKVD » et, le 12 avril, conformément à la circulaire qu’il a publiée, sa femme et son fils sont arrêtés.
Au cours de la promenade, nous évoquerons la façon dont la machine de terreur construite par les bourreaux les a dévorés avec leurs familles. Nous passerons devant plusieurs maisons portant des panneaux du projet « Dernière adresse » et nous parlerons de leurs habitants.

12 mai, 16:00, Moscou
Ce que les plaques commémoratives ne disent pas
Le 30 novembre 1937, une directive du NKVD a été émise à l’encontre de la diaspora lettone en URSS. Des arrestations massives de personnalités culturelles lettones ont commencé. Le collectif du théâtre Prométhée, ainsi que la troupe du théâtre Skatuve sont persécutés.
La dernière représentation, au cours de laquelle seules des actrices ont joué, la quasi-totalité des acteurs ayant déjà été arrêtés, a eu lieu en novembre 1937. À la fin du mois de décembre, le théâtre a été officiellement fermé – il n’y avait plus d’acteurs dans le théâtre, mais les guichetiers non plus.
Au cours de l’excursion, nous nous rendrons à quelques dernières adresses de metteurs en scène, d’acteurs et de dramaturges. Nous évoquerons la vie théâtrale agitée de la capitale dans les années où deux metteurs en scène ont été abattus coup sur coup au Théâtre d’art de Moscou. Nous nous souviendrons des destins de Solomon Mikhoels et de Vsevolod Meyerhold.

 « C’était juste ici »: promenades dans Moscou
17 mai 18:30 – Yakimanka. Topographie de la terreur
18 mai 15:00 – Le général fou ou le chevalier des roux
19 mai 16:00 – Les plaques manquantes de Zamoskvorechye
19 mai 15:00 – Autour de la prison de Butyr

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don
par carte non russe:
https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information Memorial-Russie
1er mai 2024

1er mai. 21:30 Heure d’Europe centrale, en ligne
« Mémorial interdit »: projection du film en République tchèque
Le documentaire « Memorial interdit » sera projeté en avant-première à la télévision tchèque aujourd’hui. La documentariste Tereza Engelova a cherché à raconter l’histoire de l’organisation depuis sa création en 1987 jusqu’à la liquidation des deux entités juridiques du Mémorial à Moscou au tournant de 2021/2022.
À l’automne 2023, l’équipe de tournage a réussi à enregistrer des entretiens avec le personnel et les militants du Mémorial à Moscou, y compris le militant des droits de l’homme Oleg Orlov, qui a été condamné à deux ans et demi d’emprisonnement pour s’être élevé contre la guerre en Ukraine.
Le 1er mai à 21h30 CEST, le film pourra être vu en direct sur la chaîne, et après la première, le film sera disponible sur ce lien: https://www.ceskatelevize.cz/porady/15867606262-zakazany-memorial/
Partagez-le avec vos amis et connaissances!
Photo: Mémorial aux victimes du communisme, archives du Memorial tchèque: https://www.facebook.com/memorialCR

2 mai, 19:00 heure de Moscou, en ligne
« Comment la mémoire du Goulag est préservée dans la République des Komis ».
Demain, venez écouter une conférence sur la préservation de la mémoire du Goulag dans la République des Komis.
Igor Sazhin, du Mémorial de Komi, et Dmitry Makhov, de l’association créative ÖBVÖ, expliqueront comment les projets artistiques reflètent la mémoire collective de la terreur d’État en URSS.La conférence portera sur le travail de la fondation publique pour les victimes de la répression politique « Repentance ». Ils parleront également de la manière dont l’œuvre du sculpteur Ernst Neizvestny aurait dû apparaître à Vorkuta.Rejoignez-nous! Voici le lien vers la conférence en ligne: https://telemost.yandex.ru/j/36114748848052

5 mai, 20:00 heure de Moscou, en ligne
Séminaire d’archivage et d’investigation
Dimanche, Memorial et «Âmes mortes» vous invitent à nouveau à une lecture, une transcription et une analyse communes du dossier d’enquête de Lev Mishchenko.
Lev Mishchenko a rejoint la milice de volontaires au début de la guerre et s’est retrouvé dès octobre 1941 dans un camp de prisonniers de guerre allemand près de Katyn.
Lev Mishchenko a passé neuf mois dans le camp de concentration de Buchenwald, d’où il a été libéré, mais presque immédiatement arrêté par le contre-espionnage soviétique.
Lev Mishchenko a été condamné à 10 ans de prison pour « trahison envers la patrie » – pour les années passées en captivité en Allemagne – et a été envoyé à Pechorlag, où il a passé 8 ans à exercer divers emplois.
Lev Mishchenko a survécu et a écrit des mémoires sur ses expériences, intitulées « Tant que je me souviens »: https://vgulage.name/books/mishhenko-l-poka-ja-pomnju/
Qu’est-ce que cela nous apporte de voir cette histoire de deux points de vue différents? Qu’est-ce que cela nous apprend sur les propriétés de la mémoire et de l’oubli, sur le langage et la pragmatique de l’enquête?
Lors du prochain séminaire en ligne, les participants analyseront le témoignage de Mishchenko enregistré par les enquêteurs et le compareront à ses propres mémoires sur les mêmes événements. L’inscription se fait par le lien suivant: https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfuUYNsDfltFoJUzOdHP2gW5oDm-PhHx-n7c60ee6ngpS1Pow/viewform

Mai, en ligne
« Arche sans frontières: l’école de la démocratie ».
Et voici une annonce pour ceux qui veulent apprendre en ligne:
Memorial Allemagne et l’école en ligne « Arche sans frontières », créée à l’automne 2022 par un groupe d’universitaires et d’activistes civiques, lancent à la mi-mai une série de mini-cours gratuits d’une durée de deux mois (8 réunions, 16 heures académiques chacune).
Parmi les conférenciers figurent nos collègues:
Aleksandr Cherkasov, militant des droits de l’homme de Memorial CCDH, a préparé plusieurs cours pour différents âges sur les mémoires et les journaux intimes des dissidents. Venez lire et discuter ensemble de la trilogie d’Anatoly Marchenko et d’autres mémoires – et essayez de comprendre les dissidents.
L’historien Alexei Kamenskikh, du Mémorial de Perm, interviendra dans plusieurs cours pour différents groupes sur les politiques de la mémoire dans l’espace post-soviétique. Que sont les « régimes mnémoniques » et qui sont les « acteurs mnémoniques »? Comment les sociétés gèrent-elles leur passé traumatique?
Découvrez les programmes de cours et remplissez les demandes de participation sur le site web de l’Arche sans frontières: http://covchegwithoutborders.tilda.ws.

 « C’était ici »: excursions à Moscou en mai
1er mai, 14:00, Moscou
Shalamov et Kuntsevo
« Au cimetière de Starokuntsevskoe, à Moscou, se dresse aujourd’hui modestement, au-dessus de la ligature des barrières funéraires, un buste portant l’inscription: Varlam Shalamov », écrit l’auteur de la pierre tombale de Shalamov, sculpteur, poète et écrivain qui est également passé par les camps et les exils, Fedot Suchkov. Hélas, la pierre tombale a elle aussi connu un destin difficile. Le monument, initialement en bronze, a été démonté et volé par des vandales en 2000. En 2001, il a été remplacé par une copie en fonte, qui se trouve aujourd’hui encore sur la tombe de l’écrivain – que nous vous invitons à trouver.
Lors de l’excursion de mercredi, nous visiterons les lieux qui ont relié Shalamov à Moscou Kuntsevo, nous parlerons de sa vie et de son destin, et nous nous rendrons au cimetière où Shalamov est enterré – là, nous nous souviendrons et nous lirons ses poèmes, car Shalamov se considérait avant tout comme un poète.
Venez dès aujourd’hui! Toutes les visites sont gratuites (inscription préalable obligatoire: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2855630/, mais vous pouvez nous soutenir sur donate.memo.ru.
Vous pouvez lire l’histoire du monument sur la chaîne de visites guidées de Moscou « C’était juste ici »: https://t.me/righthererightthen/570

1er mai, 15:00, Moscou
Autour d’Ivanovskaya Gorka
Beaucoup de gens ont entendu dire que les plaques « Dernière adresse » disparaissaient souvent à Moscou ces derniers temps – mais des bénévoles et des activistes les reproduisent et fabriquent des plaques en carton pour remplacer les plaques en métal. Lors d’excursions sur les sites des plaques « Dernière adresse », vous pouvez accrocher une plaque en carton à la place de celle qui a été détruite.
Au moment de son arrestation, Isaac Babel vivait dans la maison n° 4 de la rue Bolshoy Nikolovorobinsky. La maison n’a pas survécu, mais on sait qu’il s’agissait d’un bâtiment à deux étages, construit pendant la NEP. Le mur principal de l’immeuble était divisé en deux moitiés, dans l’une desquelles vivait l’écrivain.
Babel est arrivé dans cette maison grâce à l’ingénieur autrichien Bruno Steiner. Représentant général de la société autrichienne « Ellin », qui commercialise en Russie du matériel électrique, il occupe la moitié de la maison. Lorsqu’on a commencé à «densifier» les appartements (pour y installer plusieurs familles), Steiner a eu peur qu’on lui retire son appartement de six pièces et a demandé à des connaissances de lui trouver un compagnon. Les connaissances trouvent Babel. Cette adresse est devenue sa dernière à Moscou.
Aujourd’hui, nous nous rendons à l’endroit où Babel a vécu à Moscou. Découvrez pourquoi la célèbre Maison des pilotes, où vivait avec son mari l’actrice Valentina Serova, s’est soudain retrouvée dans les égouts de Prague.  Quelle était la dernière adresse de Marina Tsvetaeva à Moscou, et où vivait « Alexander Herzovich, un musicien juif »?

3 mai, 17:30, Moscou
La Loubianka et son quartier
« Le point douloureux de cette tumeur cancéreuse géante était ici. J’ai pleuré ici, dans cette maison. Sur Kuznetsky Most, 24. C’est là que se trouvait la « salle de réception ». La salle de réception de l’OGPU, du NKVD, du NKGB, du KGB… Les noms ont changé, mais l’essence est restée la même. Et jusqu’au dernier jour, jusqu’à ce que la maison soit frappée par une femme en fonte, il y avait accroché le panneau « Salle de réception du KGB » et une annonce nette, or sur noir, pendant des décennies, des siècles: « Réception des citoyens 24 heures sur 24″… » (Lev Razgon, Prisonnier dans son pays d’origine)
Au 24 Kuznetsky Most, Kuznetsky Most, se trouvait un centre de réception du NKVD. La même adresse était occupée par POMPOLIT, l’organisation qui a succédé à la Croix-Rouge politique. Nous vous parlerons de ce quartier inhabituel vendredi lors d’une excursion dans la Loubianka.
Nous vous montrerons où se trouvait la célèbre prison intérieure de la Loubianka, ce que faisaient les employés de la « Maison d’exécution » au travail et comment trouver au centre de Moscou le garage-base automobile spécial de l’OGPU-NKVD-KGB, où, selon les estimations les plus approximatives, de 10 000 à 15 000 personnes ont été fusillées. S’inscrire sur le lien:  https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2860532/

4 mai, 14:00, Moscou
Qu’est-ce que la « Dangauerovka »?
Prenons un nouvel itinéraire le long d’Aviamatornaya. Découvrons ce qu’est la « Dangauerovka ». Quelle est la bonne façon de le dire: « Dangauerovka », « Dangauerovskaya Sloboda » ou « Nouvelles maisons »? D’où viennent les Américains? En l’honneur de quels enthousiastes l’autoroute est-elle nommée ici? Quel est le nom de cette rue: « Pond-Kluchiki »? Et pourquoi un garage, autrefois construit à la périphérie de Moscou, est-il soudain devenu un point d’attraction pour les connaisseurs de l’architecture du début de la période soviétique?
En effet, ce quartier peut soulever beaucoup de questions pour une personne qui y vient pour la première fois. Au cours de notre nouvelle excursion, nous tenterons de trouver des réponses à ces questions. Nous parlerons de la merveilleuse toponymie moscovite, de l’architecture et, bien sûr, du destin des personnes qui ont construit ces bâtiments et qui y ont vécu. Inscrivez-vous et venez samedi: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2862545/

4 mai, 16:00, Moscou
Une excursion le long de Gogolevsky bul’var
Qu’est-ce que la « méthode du travail » dans la psychologie soviétique? Comment Isaac Shpilrein, le fondateur de l’école russe de psychotechnique, pratiquait-il cette méthode? Au cours de notre promenade, nous répondrons à ces questions et découvrirons le destin d’Isaac Shpilrein, qui a souffert à deux reprises de la terreur d’État en URSS.
Sur notre route, nous verrons le Patriarcat de Jérusalem à Moscou et la maison du Patriarcat de Jérusalem où sont installés les panneaux de la « dernière adresse », la célèbre maison-commune de Moïse Ginzubrg. Nous visiterons la maison de Brusilova, où elle a vécu à Moscou et où le signe de la Dernière Adresse est maintenant installé. De nombreux détails de sa vie ont été révélés grâce au travail de recherche de Yuri Dmitriev.

5 mai, 13:00, Moscou
La Croix-Rouge politique
Avec l’arrivée au pouvoir des bolcheviks, les répressions de masse commencent, les mesures sévères sont expliquées par l’hostilité de classe et la protection des conquêtes révolutionnaires. Mais certains s’opposent à la propagande de la haine et veulent faciliter le sort des prisonniers politiques, quels que soient leur parti et leur appartenance de classe. Parmi eux, Ekaterina Peshkova, la première épouse de Maxime Gorki.
Peshkova a participé à des activités de défense des droits de l’homme pendant la période tsariste et les a reprises au début de l’année 1918, en enregistrant l’organisation « Croix-Rouge politique » à Moscou. Pendant 20 ans, elle a mené ses activités de défense des droits de l’homme dans le même bâtiment que le centre de réception du NKVD. Le travail était difficile et épuisant, mais il était possible de faire beaucoup.
Comment une telle organisation a-t-elle pu exister à une époque de terreur? Comment Ekaterina Peshkova a-t-elle aidé et quelles étaient ses relations avec les autorités? Nous parcourrons les lieux liés à son destin et à celui de ses pupilles et discuterons de ces questions.
Nous nous réjouissons de vous voir ce dimanche!

  »C’était juste ici »: excursions à Moscou au début du mois de mai:
10 mai, 14h00 – Défenseurs 11 mai, 13:00 – Terreur d’Etat à Pushkino 11 mai, 13:00 – Yakimanka. Topographie de la terreur 11 mai, 15:00 – Entre Prechistenka et Ostozhenka 12 mai, 16:00 – Ce que les plaques commémoratives ne disent pas.Merci de soutenir le Mémorial! Vous pouvez faire un don de l’une des manières suivantes: par carte russe, carte non-russe, via Paypal ou en crypto-monnaie.Vous pouvez nous contacter via Telegram bot ou par courriel à press@memo.ru.

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don
par carte non russe:
https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information Memorial-Russie
27 avril 2024

Merci de rester avec nous!
Une femme s’est adressée à nous à la recherche de son arrière-grand-père. Elle connaissait son nom, son prénom, qu’il vivait à Moscou et qu’il avait été arrêté en 1935 ou 1937. Son arrière-grand-père n’est pas revenu de prison.
Nous avons pu retrouver son dossier dans le GARF (Archives d’Etat de la Fédération de Russie). En lisant de plus près, nous avons trouvé une note adressée à la prison de Butyrskaya concernant son convoi vers Dallag (camp d’Extrême-Orient). Il est assez rare qu’un dossier d’enquête fasse référence à un éventuel lieu d’emprisonnement. Mais ici, tout s’est étonnamment enchaîné. L’homme a commencé à prendre chair et vie.
Nous avons envoyé une lettre au département de Khabarovsk du service pénitentiaire fédéral et il s’est avéré qu’il y avait un deuxième dossier d’enquête. Pendant son séjour au camp, il a fait l’objet d’une enquête collective sur une « organisation terroriste trotskiste ». Dans le camp, il aurait mené une agitation trotskiste antisoviétique constante. Il a été condamné à cinq ans de prison pour la première peine, mais il a été fusillé dans le cadre de la nouvelle affaire.
C’est ainsi que nous avons découvert le sort de cet homme. Il a été condamné, puis à nouveau condamné, puis fusillé. Nous avons appris où il a été abattu, le lieu approximatif de son enterrement.
Accessoirement, nous avons découvert une affaire collective. Le personnage principal n’était pas l’arrière-grand-père de notre histoire, mais un certain Brown. Nous l’avons trouvé dans notre base de données. Nous avons des informations sur sa première arrestation, mais pas sur son envoi à Khabarovsk, ni sur son procès suivant pour agitation trotskiste.
Ainsi, grâce à une recherche, nous avons l’histoire d’une autre personne sur laquelle personne ne s’est jamais interrogé, personne ne s’est jamais intéressé. Mais maintenant, nous connaissons aussi le sort de cet homme.
Les conseils sur la recherche des données des personnes ayant souffert de la terreur soviétique sont possibles grâce à votre soutien. Merci de nous aider à retrouver le destin de personnes qui ont disparu dans les méandres de l’histoire. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don en roubles sur le site donate.memo.ru, par virement ou crypto-monnaie via Memorial France: https://memorial-france.org/donate/

Histoires d’archives et recommandations de livres
Le 23 avril, à l’occasion de la Journée mondiale du livre, nous nous sommes penchés sur certains des livres que des collègues de divers Mémoriaux ont écrits, compilés et publiés récemment.
L’Encyclopédie de la dissidence, la compilation la plus complète et la plus détaillée de biographies de dissidents soviétiques, a récemment été publiée, totalisant plus d’un millier de pages! Elle a été créée en partenariat avec des chercheurs de différents pays et est éditée par notre collègue Alexander Daniel. L’ouvrage peut être acheté sur le site d’NLO: https://www.nlobooks.ru/books/entsiklopedii_spravochniki_slovari/26834/?sphrase_id=708352
Pour aborder cette époque sous un angle différent, vous pouvez lire le livre L’époque d’Andropov de l’historien Nikita Petrov. Il s’agit d’une biographie du plus célèbre président du KGB, basée sur de nombreux documents jusqu’alors inconnus. La demande du livre s’est avérée étonnamment élevée, si bien que les librairies de Moscou n’en ont plus d’exemplaires (des étagères vides, comme sous Andropov!). Mais si vous faites une recherche sur Internet, vous trouverez peut-être quelque chose.
L’an dernier, un livre a également été publié, Object de surveillance. KGB vs. Sakharov, compilé par nos collègues de Memorial. Ce livre retrace la vie d’Andreï Sakharov à travers les documents d’archives du KGB. Écoutes téléphoniques, surveillance, calomnies, isolement: c’est l’histoire d’une confrontation entre l’homme et le pouvoir, dans laquelle la machine répressive soviétique montre son échec total. Le livre peut être acheté sur le site de la maison d’édition Corpus: https://www.corpus.ru/products/obekt-nablyudeniya-kgb-protiv-saharova.htm
Récemment, nous avons également parlé du livre de témoignages Voix de la guerre. Mariupol, https://t.me/toposmemoru/3422, publié par le Groupe des droits humains de Kharkiv, sur le recueil des dernières paroles de prisonniers politiques Conservez mes paroles, https://t.me/toposmemoru/4965, publié par Memorial Italia, et sur d’autres livres écrits par nos collègues dans différentes langues.
Les livres que vous voyez sur la photo sont disponibles dans la bibliothèque numérique de Memorial. Vous pouvez également nous écrire via le robot Telegram et nous vous enverrons les livres en échange d’un don (si vous êtes en Russie): https://lib.memo.ru/rubric/1979

L’artactivisme et la mémoire des victimes de la déportation des Vainakhs
Dans la famille de Tamerlan, comme dans beaucoup d’autres, il n’était pas d’usage de parler de la déportation. Les parents de Tamerlan étaient trop jeunes pour se souvenir de quoi que ce soit, et il était dangereux de parler de la déportation en URSS.
Dans son récit, https://t.me/toposmemoru/6570, Tamerlan se souvient qu’il n’était pas d’usage de parler sa langue maternelle à l’école et qu’il a entendu de nombreux témoignages de victimes de la déportation pour la première fois pendant la perestroïka. Il nous fait part de ses craintes que les hommes politiques d’aujourd’hui ne justifient la déportation en la qualifiant de « trahison ».
Nous aimerions également partager un poème de notre abonné et militant! Il traite de l’impossibilité d’oublier la douleur de la déportation et de la nécessité d’en perpétuer le souvenir.
En mémoire des victimes de la déportation des Tchétchènes et des Ingouches
23 février 1944
Février est froid et rude,
Les gens se taisent, essuient furtivement leurs larmes en ce jour.
Priver les arbres de leurs racines, et les gens de leur terre natale,
c’est comme amputer une jambe.
Cette nuit-là, un ordre est venu de Moscou:
« Tous les Tchétchènes et les Ingouches doivent être rassemblés dans les deux jours.
Il faut les expulser de leur terre natale vers le désert et la taïga! »
Enfants, femmes et vieillards sont embarqués dans des wagons froids,
Sans explications et sous la menace d’une arme,
ils ont envoyé les trains vers la mort, la souffrance et l’extinction…
Il y avait trop de punisseurs tchékistes –
ces serviteurs du bourreau se cachaient à l’arrière,
tandis que le peuple lavait son sang dans la guerre…
Beaucoup de gens sont morts en chemin – de froid, de désir, de tourments.
Arrivés en terre étrangère, d’autres sont tombés malades à cause du dur labeur…
Depuis, la plaie du chagrin n’a cessé de saigner,
parce qu’il est impossible d’oublier.
Honorer la mémoire des innocents assassinés
et de ceux qui ont été injustement exilés,
conservez ces noms, ces histoires et ces photos.
Et ceux qui oublient reproduiront leur chemin,
car c’est là que la roue de l’histoire reprend son cours,
là où la mémoire est effacée et oubliée.

Témoignages des tortures du passé et lutte contre les tortures du présent
En collaboration avec le groupe «Ames mortes» et le Comité contre la Torture, nous publierons une série de témoignages sur la torture. Les dossiers d’enquête de l’époque stalinienne contiennent des demandes de réexamen (fin des années 1930) et de réhabilitation (milieu des années 1950), dans lesquelles des survivants de la torture racontent ce qui leur est arrivé.
Le Comité contre la torture enregistre chaque année des dizaines d’allégations de violences illégales commises par les forces de l’ordre dans la Russie d’aujourd’hui. Les forces de l’ordre utilisent la torture pour forcer les détenus à s’incriminer eux-mêmes et à accuser leurs proches, pour les intimider et les réduire au silence.
La société est-elle prête à fermer les yeux sur la torture, même à l’encontre de personnes qui semblent pouvoir être arrêtées? Comment la torture peut-elle être abordée à un niveau systématique? Comment l’acceptation de la torture est-elle devenue possible et comment pouvons-nous délimiter les erreurs systémiques qui conduisent à la torture à différentes époques?
***
Evgraf Shekunov, ingénieur en chef d’Aviakhim, arrêté le 23 juin 1938, raconte les tortures subies au cours de l’enquête menée par le sergent du NKVD Andrei Nabatnikov. Shekunov s’est dénoncé lors de l’enquête et a été condamné à 20 ans de camp.
« Pendant les interrogatoires à Lefortovo, j’ai été privé de sommeil avant l’interrogatoire et l’interrogatoire a été mené en continu pendant plusieurs jours, et lorsque les interrogateurs changeaient pendant les interrogatoires ou pendant le repos de l’interrogateur, j’étais rarement ramené dans la cellule, mais j’étais enfermé dans une armoire dans le couloir de la salle d’interrogatoire, dans laquelle je devais rester debout pendant plusieurs heures d’affilée, en écoutant les cris des interrogés et la musique des gramophones. Mes pieds enflaient et je ne pouvais pas enlever mes chaussures, et ma respiration devenait difficile. »
GARF, f. 10035, d. П-26286. Transcription du texte et travail avec les archives – « Ames mortes »; illustration – oltyx.
Soutenez ceux qui luttent contre l’arbitraire de l’État de droit et aidez les victimes de la torture en Russie: https://bf-pytkam.net/podderzhat/

Une nouvelle adresse pour les lettres à Oleg Orlov et une grande interview
La semaine dernière, nous avons écrit qu’Oleg Orlov avait été transféré d’urgence de Moscou. Le 22 avril, l’avocat a rendu visite à notre collègue au SIZO-2 de Syzran. Le convoi de Samara à Syzran a été difficile, mais le défenseur des droits de l’homme se sent bien.
La bibliothèque du centre de détention provisoire ne fonctionne temporairement pas, car le bibliothécaire est en congé pour un mois; il n’y a pas de télévision dans la cellule. C’est pourquoi il est particulièrement important d’écrire à Oleg Petrovich sur ce qui se passe dans le monde et dans votre vie! Malheureusement, Orlov n’a pas eu le temps de répondre à de nombreuses lettres et de les emporter avec lui, donc si vous n’avez pas reçu de réponse, c’est une raison pour écrire à nouveau.
Vous pouvez envoyer une lettre via FSIN-letter ou Zonatelecom (ou si vous n’avez pas de carte russe – via PrisonMail: https://prisonmail.online ou par courrier: 446010, Khlebtsevicha str. d. 1, région de Samara, Syzran, FKU SIZO-2 UFSIN de Russie pour la région de Samara; Oleg Petrovich Orlov, né en 1953.
Mediazona a publié une grande interview d’O. Orlov avec l’écrivain Philip Dzyadko: https://zona.media/article/2024/04/25/orlov/?utm_source=tg&utm_medium=smm, ils ont parlé de la pêche, de l’enfance d’Orlov et de sa famille, d’un changement radical d’attitude à l’égard du gouvernement soviétique, puis de la transition de la biologie à l’activisme en faveur des droits de l’homme: distribution de tracts, fondation du Mémorial, travail au Soviet suprême de la RSFSR, construction de barricades en 1991 et déplacements vers les points chauds. Et, bien sûr, comment, en 1995, Orlov s’est volontairement transformé en otage pour sauver des personnes lors de l’attaque terroriste de Budennovsk; un épisode moins connu, lorsqu’en 2007, il a été kidnappé à Nazran et menacé d’exécution. Et sur les livres qu’il a préparés en vue de son emprisonnement.

Photos et rapports détaillés des procès de citoyens ukrainiens en Russie
Nous continuons à suivre les procès de citoyens ukrainiens dans la région de Moscou et à Rostov-sur-le-Don. Souvent, nous ne connaissons que les verdicts et les articles de l’accusation, mais parfois nous parvenons à enregistrer le discours direct des « accusés »: c’est important à la fois comme preuve des crimes de la Russie et en tant que voix des prisonniers de guerre et des civils ukrainiens kidnappés qui doivent être entendus.
Ainsi, dans son dernier mot, Anton Zhukovsky, accusé dans l’affaire de préparation d’une « attaque terroriste » à Melitopol, a déclaré: « Nous ne sommes pas des terroristes, nous sommes simplement des citoyens qui aiment leur pays. Le patriotisme et l’amour de notre pays nous ont été inculqués dès l’enfance, je ne le regrette pas, je suis fier d’être ukrainien. Lorsque la guerre est arrivée chez nous, nous et nos familles, comme des millions d’autres, en avons souffert, et lorsqu’on nous a proposé d’aider notre pays de cette manière, nous avons accepté sans hésiter, mais nous ne nous sommes pas engagés pour tuer, en particulier des civils. Je suis vraiment désolé d’avoir dû faire cela, mais je suis sûr que ni moi, ni mes amis, ne serions sur le banc des accusés pour un crime aussi terrible si la guerre n’était pas venue à nous le 24 février 2022. S’il vous plaît, ne nous jugez pas de manière préjudiciable parce que nous sommes Ukrainiens, nous n’avons rien contre le peuple russe, nous ne faisons que nous défendre et défendre notre pays, nous espérons votre compréhension. »
Anton et Dmitry Sergeyev, qui était jugé dans la même affaire, ont été condamnés à 15 ans de régime strict, Yanina Akulova – à 9 ans de régime général de colonie. Leurs discours au tribunal et les discours de leurs avocats peuvent être lus ici: https://memorial.notion.site/9b07e6414f344d04bcf442a49931f741
Yuriy Mayhapara de Mariupol a été condamné à 11 ans de colonie à régime strict; Vladimir Krivtsun et Vitaliy Rastorguev de Berdyansk ont été condamnés respectivement à 11 et 12 ans de colonie à régime strict. Enfin, Vladimir Korsunov, 76 ans, atteint d’un cancer, a été condamné à 5 ans de colonie pénitentiaire.

Prisonniers politiques russes. Ossétie du Nord-Alanie
Nous allons donner plus d’informations sur les prisonniers politiques des différentes régions de Russie. Les prisonniers politiques qui ne viennent pas des grandes villes sont souvent moins visibles. Nos abonnés ont remarqué que les prisonniers politiques des républiques du Caucase du Nord, par exemple, font l’objet de moins de lettres, et nous ont demandé de parler davantage des prisonniers politiques des républiques nationales.
L’une des affaires politiques les plus médiatisées en Ossétie du Nord-Alanie est celle de l' »organisation de troubles massifs », qui a fait suite à un rassemblement contre les restrictions anti-Covid organisé à Vladikavkaz en avril 2020. Les manifestants ont exigé la démission du gouvernement, du parlement et du chef de la république. C’est dans le cadre de cette affaire que le chanteur d’opéra Vadim Cheldiev et l’expert financier Arsen Besolov ont été jugés. Cheldiev a été inculpé en vertu de quatre articles du code pénal et condamné à 10 ans de prison. Besolov a été condamné à 8,5 ans.
Les articles les plus populaires en vertu desquels des affaires sont montées dans le Caucase du Nord sont probablement ceux liés au « terrorisme ». Georgy Guev a été jugé sur la base d’un tel article. Il a été arrêté à Moscou en 2019 et condamné à six ans de colonie de régime général pour des dons qualifiés de « financement du terrorisme ». Le motif de l’affaire pénale était les dons envoyés aux Africains assoiffés. Les militants des droits de l’homme estiment que cette accusation est infondée et non étayée par des preuves.
Nous avons demandé aux artistes Niusya Krasovitskaya et Victoria Popova de peindre des portraits de ces prisonniers politiques. Le troisième portrait est celui de notre coordinateur SMM.

Nouvelles du projet « Soutien aux prisonniers politiques. Memorial ».
Chaque semaine, de nouveaux noms sur la liste des prisonniers politiques et leurs histoires apparaissent sur le site web de nos collègues. Nous ne donnons ici que de brefs résumés:
Le propriétaire et les employés de la boîte de nuit Pose d’Orenbourg – Vyacheslav Khasanov, Diana Kamilyanova et Alexander Klimov – ont été arrêtés dans le cadre de la première affaire criminelle de Russie pour participation à un « mouvement social LGBT international ». En mars, les forces de l’ordre, en collaboration avec la Communauté russe radicale de droite, ont fait une descente dans le club pour y détecter de la « propagande LGBT ».
Le Russe Robert Shonov, 63 ans, qui a travaillé pendant 25 ans au consulat des États-Unis à Vladivostok, a été arrêté dans une affaire de « coopération confidentielle » avec un État étranger.
L’étudiant Ibragim Orudzhev risque la prison à vie en vertu de l’article sur l’entraînement au terrorisme pour avoir filmé le bâtiment d’un centre de recrutement militaire. Dans une lettre du centre de détention provisoire, Ibragim a raconté qu’il avait été torturé.
Alexander Davydenko, témoin de Jéhovah du district de Krasnodar, a été envoyé dans un centre de détention provisoire dans le cadre d’une affaire d’extrémisme. Au cours de la perquisition, qui a duré 7 heures, des appareils électroniques, des dossiers personnels, de l’argent et des cartes bancaires ont été saisis dans sa famille.
Vitaly Manuylov, un témoin de Jéhovah de Barnaul, a été envoyé dans un centre de détention provisoire en vertu du même article. Selon des estimations minimales, 857 Témoins de Jéhovah au total ont fait l’objet de poursuites pénales jusqu’à présent; cette pratique est généralisée depuis 2017.
Des collègues ont lancé une collecte de 100 000 roubles pour payer une expertise psychologique et linguistique dans le cas d’Evgeny Molotov, avocat de Vologda et père de trois filles. Il est poursuivi pour avoir transféré 1 000 roubles à la Fondation anti-corruption (FBK) en 2021. Evgeny est aujourd’hui assigné à résidence.

L’histoire de la Russie à travers le football, comment les anciens prisonniers ukrainiens vivent en Russie, un examen de la résolution de l’APCE et d’autres documents de nos collègues
RFI a publié un article sur les soirées de lettres aux prisonniers politiques russes et biélorusses qui se tiennent régulièrement à Paris: https://www.rfi.fr/ru/франция/20240421-самая-легкая-форма-сопротивления-в-париже-прошел-вечер-писем-российским-и-белорусским-политзаключенным
Les collègues de Memorial France parlent de l’organisation de ces soirées, du fait que les russophones ne sont pas les seuls à y participer, et partagent des conseils sur ce qu’il ne faut (pas) écrire dans les lettres.
Memorial Pologne a publié une vidéo de la discussion « Protestations anti-guerre en Russie » qui s’est tenue à Varsovie. Les collègues Tamilla Imanova, Sergei Davidis et Denis Shedov y ont également participé.
Memorial a préparé un aperçu de la résolution de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE). Dans cette résolution, l’APCE attribue à l’État russe l’entière responsabilité du meurtre d’Alexei Navalny, ne reconnaît pas la légitimité de Poutine en tant que président de la Fédération de Russie et appelle à la cessation de tout contact avec lui, ainsi qu’à un régime de sanctions plus sévères contre la Russie en tant qu’État soutenant le terrorisme.
Dans le cadre du projet « 30 ans avant », Memorial et « Chertya », https://cherta.media/projects/chuzhie/cvsig-zaklyuchenie-posle-osvobozhdeniya/, ont parlé d’un groupe d’Ukrainiens particulièrement vulnérables dans la Russie d’aujourd’hui: les anciens prisonniers. Ils restent souvent sans papiers et se retrouvent complètement dépendants de l’État.
Des collègues de Komi Memorial lancent le projet KILOMETRE 260, qui raconte l’histoire du chemin de fer inachevé de Pinyug-Syktyvkar. Des documents d’archives et des dessins, des faits insolites de l’histoire des années 1930 – tout cela apparaîtra bientôt sur la chaîne Telegram: https://t.me/KILOMETER_260/4
« Kholod » a publié un podcast intitulé « La fine ligne blanche » sur le football soviétique avec notre collègue Sergey Bondarenko. En 12 épisodes, les auteurs ont essayé de raconter l’histoire moderne de la Russie en 12 matchs de football. Nous vous invitons à écouter ce podcast, non seulement pour les fans de football, mais aussi pour tous ceux qui veulent en savoir plus sur les événements de ces cent dernières années, et ce d’une manière inhabituelle!
Enfin, un peu plus sur le football et la mémoire fragmentaire: l’histoire des joueurs de football réprimés, les frères Starostin, et les monuments qui leur sont dédiés et qui gardent le silence sur le fait de la répression – dans la chaîne « C’était juste ici » (rubrique #fragments): https://t.me/righthererightthen/530?single

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don
par carte non russe:
https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information Memorial-Russie
20 avril 2024

Nous démarrons le week-end avec de nouvelles conférences
La semaine dernière, nous vous avons invité à écouter la conférence Arseny Roginsky, et dans quelques heures, nous commencerons celle à la mémoire de Veniamin Iofe, un autre fondateur de Memorial. Le premier jour, les chercheurs présenteront de nombreuses biographies uniques, mais aussi des biographies moins connues du XXe siècle. Parmi elles figurent une Itelmen, dissidente et activiste sociale Tian Zaochnaya, le général autrichien Alfred Jansa, le philologue et poète Vladimir Markov, le général de cavalerie Sergueï Sheidemann de la Tcheka moscovite, le « Finlandais rouge » Viktor Salo, l’ingénieur soviétique Ivan Zubkov, le personnage inconnu de « l’affaire Pulkovo » Vassili Volkov et la traductrice Zinaida Lopukhina, qui a été fusillée en 1938.
Parmi les participants à la conférence figurent nos collègues de Memorial: Alexander Daniel parlera du cas de Zinaida Lopukhina, et Olga Lebedeva discutera de la mémoire de la terreur soviétique au Japon à travers l’exemple de l’étudiant de l’IFLI Teruko Birich. Natalia Kolyagina parlera des mémoires d’Anatoly Marchenko, de Flora Litvinova et de Larisa Bogoraz. Le programme complet de la conférence en mémoire de Veniamin Iofe, qui auront lieu du 20 au 22 avril 2024 en ligne, est disponible sur le lien: https://iofe.center/node/233
Les interventions seront diffusées sur la chaîne YouTube de la Fondation Iofe pendant trois jours: samedi: https://www.youtube.com/watch?v=qGzTLpUTZfw, dimanche: https://www.youtube.com/watch?v=zczSqcJRjbo et lundi: https://www.youtube.com/watch?v=RQ2JkHB8CeU
Choisissez les biographies qui vous intéressent, connectez-vous, mettezun like et commentez!

Une botte en béton comme monument aux dissidents?
Le livre Et le vent reprend ses tours… de Vladimir Boukovski, l’un des combattants les plus acharnés contre le pouvoir soviétique, a récemment été réédité en Russie. Bukovsky a été arrêté à plusieurs reprises et a passé de nombreuses années dans des camps et des prisons. Lors de son dernier séjour, il s’est retrouvé dans la zone 35 de Perm, et c’est là que l’épisode suivant est arrivé à Bukovsky et à d’autres prisonniers politiques: «Un jour, nous travaillions avec Joseph Meshener, nous étions en train de débarrasser la chaufferie de quelques déchets et soudain, nous avons trouvé une vieille botte en toile, bien déglinguée – il n’y en avait pas beaucoup qui traînaient. C’est alors que j’ai eu une idée folle. Je suis allé voir les gars qui mélangeaient le béton et j’ai versé du béton liquide à l’intérieur de la botte. Puis, lorsque le mortier a durci, nous avons soigneusement découpé la botte avec un couteau. Le résultat était moulage exact en ciment. Nous avons ensuite trouvé une grosse pierre ronde, un morceau de fil de fer barbelé et nous avons commencé à construire un monument à la botte de béton. Tout le monde a participé activement à cette idée. Sur la pierre, on a fait quelque chose comme une carte du monde avec du mortier, on a placé le fil de fer avec une extrémité sous la botte et ont enroulé le reste autour de la tige. Toute cette construction s’était figée, et nous nous sommes rassemblés pour inaugurer solennellement le monument, faire des discours plaisamment pathétiques à tour de rôle, etc. Après tout, une botte en béton n’est pas seulement la botte d’un gardien, d’un garde, d’un soldat, mais aussi la botte d’un prisonnier. Nous avons invité à l’inauguration les Ukrainiens, les Lituaniens et tous ceux qui voulaient assister à la cérémonie.»
La photographie montre un monument aux bottes en béton, curieusement originaire de la région de Perm, dans la ville militaire de Zvezdny. Cependant, l’intention de l’auteur semble avoir été à l’opposé de celle de Bukovsky.
Pensez-vous qu’il aurait été intéressant de construire un monument aux dissidents soviétiques sur le modèle de Bukovsky à la Loubianka, sur la place Rouge ou près de la zone 35 de Perm? Ou peut-être qu’une autre image aurait correspondu à l’expérience héroïque des dissidents? Participez au sondage sur notre chaîne Telegram : https://t.me/toposmemoru/6556

Massacre de Katyn, captivité et déportations. Le sort des Polonais et des citoyens polonais en URSS
Au début des années 1990, Memorial a reçu un flot de lettres en provenance de Pologne, demandant de l’aide pour trouver des documents sur des parents qui avaient été victimes ou avaient souffert sous le régime soviétique. En réponse à ces lettres, les activistes de Memorial ont commencé à envoyer des demandes aux archives et aux agences gouvernementales, et ont renvoyé en Pologne les certificats d’archives qu’ils avaient reçus avec leurs explications.
C’est ainsi qu’est né le « Programme polonais » de Memorial, qui a permis d’en apprendre beaucoup sur les différentes répressions contre les Polonais et leur ampleur, et d’identifier les noms de nombreuses victimes. Il s’est avéré qu’entre 680’000 et 760’000 Polonais et citoyens polonais ont été arrêtés, exilés ou soumis à d’autres mesures en URSS entre 1936 et 1956. Parmi eux, au moins 170 000 ont été fusillés ou sont morts dans des camps ou des établissements spéciaux.
Dans sa présentation à la conférence « Violence impériale » organisée par Memorial France en décembre 2023, Alexander Guryanov, chercheur à Memorial France, a décrit les crimes les plus massifs du régime soviétique contre les Polonais et les citoyens polonais et la façon dont les autorités russes les considèrent aujourd’hui. Lisez une version courte de son histoire dans nos fichiers. Et voici une photo de Moscou qui nous a été envoyée par des activistes venus déposer des fleurs sur la pierre de Solovetsky: https://t.me/toposmemoru/6491
Alexander Guryanov a également commenté pour le journal Moscow Times (https://www.moscowtimes.ru/2024/04/15/istoriya-katinskoi-lzhi-ili-zachem-tass-pishet-o-sobitiyah-1940-h-godov-a127891) une nouvelle série de « mensonges de Katyn » de la part de l’État russe tentant de convaincre que l’exécution des prisonniers de guerre polonais faits par l’Armée rouge à l’automne 1939 avait été commise en réalité par les Allemands.

Nouveaux témoignages de torture et de falsification dans les procès de citoyens ukrainiens en Russie
Les procès de prisonniers de guerre et de civils ukrainiens enlevés se poursuivent dans la région de Moscou et à Rostov-sur-le-Don. Pour en savoir plus, cliquez sur les liens.
La cour d’appel militaire de Vlasikha a approuvé deux nouvelles condamnations de citoyens ukrainiens pour des articles « terroristes »: https://t.me/toposmemoru/6506
L’ancien fantassin marin de l’Armée ukrainienne Mykhaylo Chupil a été condamné à 11 ans dans une colonie à régime strict. Nous n’avons pas pu savoir à quelle peine Serhiy Samoilov a été condamné, mais l’article lui-même prévoit une peine de dix à quinze ans d’emprisonnement.
Le tribunal militaire du district sud de Rostov-sur-le-Don continue d’examiner l’affaire de l’attentat à la bombe d’octobre 2016 contre « Motorola » (Arsen Pavlov), son gardien Yevgeny Gadliya, ainsi que la tentative d’assassinat de l’ancien chef de la soi-disant République populaire du Donbass Alexander Zakharchenko en 2017: https://memorial.notion.site/4e844e994b8048bf95a821d64c86236f Les accusés sont Alexander Pogorelov, Vasyl Churilov, Alexander Timoshenko et Artem Yena, qui nient presque tous totalement leur culpabilité.
Cinq prisonniers de guerre ukrainiens – Yuriy Makarenko, Gleb Petruk, Dmytro Reyvakh, Volodymyr Puzanov et Ivan Bezlepkin – sont accusés de participer à une « organisation terroriste ». Pour en savoir plus sur l’interrogatoire d’Ivan et de Gleb au tribunal, cliquez sur le lien: https://memorial.notion.site/fc5728aaa5964af993d056f5b6242c6a
Dix-huit autres militaires ukrainiens sont jugés pour le même motif. Lors de l’audience, deux accusés, Sergei Nikityuk et Alexander Taranets, ont raconté comment ils ont été forcés de s’excuser devant les caméras pour leur service dans l’Armée ukrainienne: https://t.me/toposmemoru/6522
Andrei Garryus, Yuri Ivanov et Stanislav Surovtsev, détenus dans la soi-disant République populaire du Donbass, sont maintenus en détention depuis 2019. Les citations des discours des accusés et de leurs avocats sont dans les fichiers: https://t.me/toposmemoru/6534
Dmitry Kozhukhov, un résident de la soi-disant République populaire du Donbass, a déclaré au tribunal qu’il avait été torturé: https://t.me/toposmemoru/6545
Le tribunal a désigné un contrôleur pour vérifier l’utilisation de « méthodes d’enquête non autorisées ». La prochaine audience dans cette affaire aura lieu le 20 mai.Nous donnons les noms des accusés conformément au dossier de l’affaire au tribunal.

Oleg Orlov est transféré à Syzran – l’adresse exacte est encore inconnue
Dans la nuit du 11 au 12 avril, Oleg Orlov a été transféré à Samara. Ni lui, ni son avocat, ni sa femme n’en ont été informés, et le défenseur des droits de l’homme n’a même pas eu le temps de faire ses valises et de se préparer pour le transfert.
L’épouse d’Oleg, Tatyana Kasatkina, est restée à Moscou. Il lui serait difficile de parcourir des milliers de kilomètres pour venir le voir. Jeudi, le jour du début du transfert, le juge a accordé à Tatyana la permission de voir son mari. Cette rencontre devait avoir lieu cette semaine. La juge ne pouvait pas ignorer que le même jour, Orlov serait envoyé en transfert, et donc qu’aucune visite ne pourrait avoir lieu.
Katerina Tertukhina, l’avocate d’Orlov, a déposé une plainte contre le transfert illégal auprès du bureau du procureur de Moscou, en demandant de procéder à une inspection et de renvoyer Oleg Orlov à Moscou, afin de lui donner la possibilité de se préparer à l’appel et de participer personnellement à l’audience. Le défenseur des droits de l’homme a également rédigé une déclaration.
Plus d’informations sur les commentaires de l’avocat et de l’avocat sur le site du Centre pour les droits de l’homme: https://memorialcenter.org/news/olega-orlova-etapirovali
Les 15 et 16 avril, l’avocat a rendu visite à Oleg Orlov au SIZO-1 à Samara, et dès le 17 avril, le défenseur des droits de l’homme a été transféré au SIZO-2 à Syzran. Dès que l’avocat aura vu Orlov dans le nouveau centre de détention, nous vous informerons de la situation du défenseur des droits de l’homme et vous dirons comment lui écrire une lettre. Oleg Petrovich n’a pas réussi à emporter beaucoup de vos lettres, il ne pourra donc pas y répondre. Il vous prie de l’en excuser et de vous remercier pour votre soutien.

Le Bureau du Procureur a fait appel de la condamnation de notre collègue de Perm Alexander Chernyshov
Illustration: Alexander Chertov
Le 4 avril, le tribunal a condamné Alexander Chernyshov à une peine avec sursis dans l’affaire de « tentative de contrebande de biens culturels » (documents des archives du Mémorial de Perm, qui a été liquidé par les autorités russes), en tenant compte du fait qu’il avait respecté les termes de l’accord préalable au procès.
Dans un appel interjeté le 17 avril, le procureur conteste la décision du tribunal et demande que la peine soit transformée en une véritable peine de trois ans dans une colonie à régime général.

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don
par carte non russe:
https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information Memorial-Russie
9 avril 2024

En ligne
Nous lançons une enquête
Pourquoi ne lisez-vous (pas) Memorial? Nous lançons une enquête et vous invitons à y participer!
Sur nos pages, nous nous efforçons de rendre compte du travail de tous les Mémoriaux en Russie et dans le monde. Nous aimerions étudier les attitudes à l’égard de notre travail sur les médias sociaux et vous invitons à participer – pour l’améliorer.
Même si vous ne lisez pas nos pages, venez nous rejoindre pour la recherche, afin que nous puissions trouver comment devenir plus intéressants pour vous. Votre aide nous sera précieuse.
Avant que nous n’organisions un entretien en ligne avec vous, veuillez remplir le questionnaire en cliquant sur le lien (en russe): https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLScP-lWl1JMTD599j2SKzTdsWnJTjdAGgIKEm3b7ahsCRh61tA/viewform, ce qui ne vous prendra pas plus de trois minutes. L’entretien lui-même sera anonyme et ne durera pas plus de 45 minutes.

9 avril Wroclaw, New York et Lisbonne
Projections du film L’affaire Dmitriev
Si vous êtes à Lisbonne, Wroclaw ou New York, venez assister à la projection du film « L’affaire Dmitriev » de Jessica Gorter aujourd’hui! Le film raconte le travail de Yuri Dmitriev, un historien du Mémorial de Carélie. Il a effectué des recherches sur les lieux d’inhumation des victimes de la terreur d’État à Sandarmokh. Les autorités russes ont considéré cela comme un crime et Yuri Dmitriev est en détention depuis huit ans en vertu d’une décision de justice illégale.
9 avril à 17h00, Wrocław, Centrum Historii Zajezdnia.
9 avril à 18:15, New York, Columbia University
9 avril à 19h00, Lisbonne, Cinema mudo in Liberty

10 avril, 15:10, Moscou,
Cour Zamoskvoretsky, Salle 301
Examen de la plainte d’Oleg Orlov contre le statut d’agent étranger
Le mercredi 10 avril, la Cour examinera la plainte du défenseur des droits de l’homme Oleg Orlov du Centre des droits de l’homme Memorial (https://t.me/polniypc/7048) contre son inclusion dans le registre des « agents étrangers ». Oleg Orlov assistera à l’audience par liaison vidéo. Venez écouter – c’est l’occasion de voir et d’entendre Oleg Petrovich pour la première fois après le verdict.
Rappelons qu’Oleg Orlov a été déclaré agent étranger le 2 février, à la veille du nouveau procès pour « discrédit répété » de l’armée. Le 27 février, il a été condamné à deux ans et demi de prison, et le militant des droits de l’homme est actuellement en détention.
La séance se tiendra à 15h10 au tribunal de Zamoskvoretsky, salle 301. Adresse: Moscou, rue Tatarskaya, 1, station de métro « Paveletskaya ».
Ceux qui ne peuvent pas venir, mais qui veulent soutenir Orlov, peuvent lui écrire par courrier: 125130, Moscou, Vyborgskaya str., 20, FKU SIZO-5 (« Vodnik ») FSIN de Russie, Orlov Oleg Petrovich, né en 1953.
Ou en ligne: via FSIN-letter (si vous avez une carte russe) https://f-pismo.ru/new/main/create/letter/department ou PrisonMail (si vous n’avez pas de carte russe) https://prisonmail.online

12 avril, Forli, Université de Bologne et en ligne.
Librairie Mondadori
Discussion avec Linor Goralik et Daria Serenko
Le 12 avril à Forlì (près de Bologne) se tiendra un séminaire intitulé « Des mots à l’action: les voix de la dissidence dans la Russie post-soviétique » avec Linor Goralik et Daria Serenko. L’événement présentera des poèmes et des fragments de prose des deux écrivaines, et les participants discuteront de la littérature anti-guerre en langue russe.
Linor Goralik est écrivaine et traductrice de l’hébreu et de l’anglais. Après le début de l’invasion massive de l’Ukraine par la Russie, elle a lancé la publication en ligne anti-guerre ROAR. Daria Serenko est écrivain et activiste, cofondatrice du collectif anti-guerre FAS (Résistance féministe anti-guerre).: https://www.facebook.com/MemorialItalia
La réunion aura lieu à 15 heures à l’université de Bologne, campus de Forlì. La discussion avec les femmes écrivains sera animée par notre collègue Giulia de Florio, un lien vers la diffusion en ligne apparaîtra sur le Facebook de Memorial Italia. L’adresse est la suivante: Campus universitaire, via Filippo Corridoni 20, salle 1 TH.
Une deuxième réunion aura lieu à 17h30 à la librairie Mondadori (Corso della Repubblica 144) à Forlì. Le modérateur sera notre collègue Marco Puleri.

13 avril, 16:00-19:00, Rome
Rassemblement en faveur des prisonniers politiques russes
Le 13 avril, de 16h00 à 19h00, Rome accueillera un rassemblement de soutien aux prisonniers politiques russes. Russi contro la guerra a choisi un portrait du défenseur des droits de l’homme du Centre pour les droits de l’homme et prisonnier politique Oleg Orlov pour la couverture de l’événement: https://www.facebook.com/hrcmemorial
Vous pouvez en savoir plus sur la page Facebook : https://www.facebook.com/events/s/free-russian-political-prisone/1093490258530735/?rdid=x71BbNLLbIMdsBsq
Invitez vos amis à Rome!
Adresse: Largo Corrado Ricci, trottoir à côté du Tempio della pace.

12-13 avril, Berlin et en ligne
Quatrième conférence à la mémoire d’Arseny Roginsky
Nous vous rappelons que les 12 et 13 avril, Memorial accueillera les conférences à la mémoire d’Arseny Roginsky. Zukunft Memorial, https://zukunft-memorial.org, a invité des historiens, d’autres chercheurs en sciences sociales, des activistes et des défenseurs des droits de l’homme. Le thème de cette année est « L’histoire et les historiens à l’ère de la post-vérité: monopole, polyphonie, cacophonie ».
Les conférences auront lieu les 12 et 13 avril 2024 à Berlin, mais la diffusion en russe, en anglais et en allemand sera disponible partout. Vous pouvez vous inscrire et regarder le programme sur le site web: https://30marta.memo.ngo
Pour toute question concernant la conférence: roginsky-conference@memo.ngo

« C’était juste ici »: excursions à Moscou et à Pouchkino – nous continuons à marcher par temps chaud!
12 avril, 17:30, Moscou
Entre Pokrovka et Chistoprudye
Au cours de notre excursion, nous passerons devant des adresses de militaires et d’ingénieurs, de professeurs de musique et d’allemand, d’anciens prisonniers politiques et de vieux bolcheviks. L’une de nos étapes entre Pokrovka et Chistoprudye est la maison d’Epple.
La famille Epple vivait à Chistye Prudy, dans sa propre maison construite sur mesure – elle se trouve toujours à côté du théâtre Sovremennik. La famille comptait deux frères: Nikolai et Lev. Le premier a inventé des appareils pour améliorer la navigation aérienne, et le second a illustré des livres de Chukovsky, Leskov, Bazhov et Ershov. Les Epple sont une famille d’Allemands de Moscou et, au début de la guerre, ils ont été expulsés de Moscou pour des raisons ethniques. Les frères se sont retrouvés dans deux secteurs différents du camp Sevurallag. Lev a pu travailler à temps partiel en peignant des portraits, ce qui lui a permis de survivre, tandis que Nikolai est mort dans des circonstances peu claires en 1944.
Au cours de l’excursion, nous entendrons l’histoire de la famille en détail et nous apprendrons comment d’autres habitants du boulevard Chistoprudny ont survécu aux années 30. Toutes les visites sont gratuites (inscription préalable obligatoire : https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2838805/) mais vous pouvez nous soutenir sur donate.memo.ru ou memorial-france.org.

13 avril, 13:00, Moscou
Terreur d’État à Pushkino
« Cela s’est passé en 1937. Moi, un garçon de neuf ans, je me promenais près de la gare de Pouchkino, où j’aimais regarder passer les trains. Un jour, un « triangle » s’est envolé de derrière la grille d’un wagon de marchandises. J’ai ramassé l’enveloppe et je l’ai jetée dans la boîte aux lettres. À la maison, j’ai raconté cet incident à mes parents et j’ai reçu une raclée – il aurait pu y avoir des conséquences désagréables », se souvient un habitant de Pushkino, Bogoroditsky, en évoquant son enfance.
Souvent, les prisonniers escortés par les trains essayaient d’envoyer des lettres à leurs proches par tous les moyens possibles. L’une d’entre elles consistait à jeter un billet par la fenêtre du train en espérant qu’il serait ramassé et livré à la bonne adresse.
Dans les années 1930, de nombreux trains de prisonniers passaient par la gare de Pouchkino, dont Bogoroditsky se souvient, et c’est de là qu’ils étaient envoyés dans les camps. Dans les années 1930, la construction du canal de Moscou a commencé à Pouchkino même. Au cours de l’excursion, nous verrons les objets du Dmitlag du NKVD et découvrirons le sort des habitants de Pouchkino pendant les années de terreur. Inscrivez-vous sur le lien pour participer à l’excursion: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2838820/

13 avril, 14:00, Moscou
Yakimanka. Topographie de la terreur
« Le centre correctionnel Yakimansky devrait être fermé immédiatement, tant pour les mineurs que pour les adultes, car il est impropre à l’habitation » – rapporte la commission qui a examiné la situation des prisonniers dans le centre correctionnel Yakimansky pour mineurs.
À Yakimanka, de nombreuses adresses sont liées à la « lutte contre le sans-abrisme »: la maison d’arrêt, de travail et de correction de Yakimansky, le foyer pour enfants gonorrhéiques et l’une des subdivisions de l’association « L’ami des enfants ». Au cours de l’excursion, nous parlerons de la manière dont l’URSS a d’abord provoqué l’apparition d’un grand nombre d’enfants des rues, puis, lorsqu’ils sont devenus trop nombreux, a tenté de les « aider ».
En outre, en marchant le long de la Yakimanka, on peut rencontrer des adresses d’écrivains. Nous passerons devant l’adresse principale d’Anna Akhmatova à Moscou, la Maison des écrivains et les maisons où ont vécu les dissidents Alexander Ginzburg et Vadim Delone. Inscription sur le lien: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2838811/

13 avril, 14:00, Moscou
Adresses moscovites d’Anna Barkova
Anna Barkova est une poétesse née à Ivanovo-Voznesensk, où elle a étudié au gymnase. Anna a un destin étonnant. En 1917, elle quitte le gymnase et commence à travailler dans le journal « Rabochiy Kray » – c’est là qu’elle fait ses débuts littéraires. Au même moment, le commissaire du peuple à l’éducation, Lunacharsky, se rend à Ivanovo pour faire connaissance avec les membres de la rédaction du journal. Il remarque Barkova, qui se voit proposer de déménager à Moscou et devient étudiante à l’Institut de littérature.
En 1934, Anna est arrêtée en vertu de l’article 58, et jusqu’aux années 70, son nom disparaît de la presse. Anna a passé plus de vingt ans dans les camps. Lors d’une excursion à travers les adresses moscovites de la poétesse, nous retracerons l’histoire du retour de son nom dans la littérature. Inscrivez-vous sur le lien https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2830716/

14 avril, 13:00, Moscou
Les défenseurs
Photo: Lyudmila Pakhomova et Boris Kavashkin. ITAR-TASS.
Boris Zolotukhin a travaillé comme procureur pendant plusieurs années, mais il a un jour refusé de prononcer une accusation, estimant que les preuves étaient insuffisantes. Zolotukhin a alors reçu un ultimatum: se rétracter ou quitter le bureau du procureur. Il choisit la seconde solution, et c’est ainsi que commença sa carrière d’avocat.
Il n’était pas facile d’être un avocat politique en URSS. Malgré cela, il y avait des avocats courageux qui étaient prêts à défendre les droits de leurs clients jusqu’au bout. Les avocats et les avocates étaient privés de l’autorisation de participer à des affaires politiques, des poursuites pénales étaient engagées contre leurs proches et ils étaient contraints de quitter le pays.
Lors de l’excursion, nous parlerons du sort des avocats politiques en URSS, de la façon dont les affaires ont été montées de toutes pièces et de la façon dont cela n’a pas brisé le mouvement dissident. Inscrivez-vous sur le lien https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2843403/

14 avril, 14:30, Moscou
Autour de la prison de Butyrskaya
C’est à la prison Butyrskaya que Vladimir Maïakovski passe six mois à l’isolement dans la cellule n° 103. C’est là qu’il commence à écrire des poèmes, dont il n’est pas satisfait. Dans son autobiographie « Moi-même », Maïakovski écrit:
«C’était guindé et revêche. Quelque chose comme:
Les forêts étaient vêtues d’or, de pourpre,
Le soleil jouait sur les têtes des églises.
J’ai attendu: mais les jours se sont perdus dans les mois, Des centaines de jours languissants.»

J’ai écrit tout un cahier comme ça. Merci aux gardiens, ils l’ont confisqué à la sortie. Sinon, j’en aurais imprimé d’autres!
Maïakovski avait alors 16 ans, c’était sa troisième arrestation et il était en prison pour l’affaire de l’imprimerie clandestine, pour suspicion de lien avec un groupe d’expropriateurs anarchistes et pour complicité dans l’évasion de prisonnières politiques de la prison de Novinskaïa.
Nous parlerons de cela et d’autres faits de l’histoire de 250 ans du château-prison de Butyrka lors d’une promenade autour de Butyrka – la plus ancienne et la plus grande prison de Moscou. Inscrivez-vous sur le lienhttps://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2838818/

18-21 avril: excursions pour la semaine prochaine!
18 avril, 18:00 – Excursion au boulevard Gogolevsky19 avril, 17:00 – Répressions imparables
19 avril, 18:00 – Loubianka et ses environs
20 avril, 13:00 – Excursion au canal de Moscou21 avril, 13:00 – Taganka et environs
21 avril, 16:00 – Marche vers l’Académie Timiryazev

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don
par carte non russe:
https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information Memorial-Russie
6 avril 2024

Félicitez Oleg Orlov avec des lettres à l’occasion de son dernier anniversaire !
Le 4 avril, Oleg Orlov, notre collègue de Memorial, a fêté ses 71 ans. Le défenseur des droits de l’homme l’a rencontré au centre de détention provisoire et au tribunal, où pendant quinze jours, malgré son état (Orlov avait un gros rhume et son audition avait commencé à se détériorer), il a été emmené pour se familiariser avec le dossier avant l’appel. Le Centre pour les droits de l’homme et d’autres défenseurs russes des droits de l’homme (https://publicverdict.org/topics/found/13620.html) ont demandé aux présidents des tribunaux d’intervenir dans la situation de mauvais traitement d’Oleg Orlov.
Selon des collègues (https://memorialcenter.org/news/sudya-po-delu-orlova-ogranichila-vremya-oznakomleniya-s-materialami-dela) la juge dans l’affaire Orlov a limité le temps de familiarisation avec le dossier, déclarant dans sa décision qu’Orlov n’avait pas fourni de « certificats médicaux » et qu’il « faisait traîner la procédure ». Le 10 avril à 15h10, la Cour Zamoskvoretsky examinera le recours d’Orlov contre son statut d’agent étranger. Si vous êtes à Moscou, venez au tribunal pour voir et entendre Oleg Petrovich, au moins par liaison vidéo: https://t.me/polniypc/7048
Aussi, le militant des droits de l’homme se réjouit de chaque lettre. Nous vous rappelons que vous pouvez les envoyer par voie électronique, via FSIN-Letter ou PrisonMail, et par courrier: 125130, Moscou, Vyborgskaya St., 20, Federal Penitentiary Institution SIZO-5 (« Vodnik ») of the Federal Penitentiary Service of Russia, à Oleg Petrovich Orlov, né en 1953.
Nous vous invitons à regarder ses photos de différentes années, qui ont été collectées par Memorial: https://t.me/polniypc/7038
Et sur la page de Mémorial-Pologne, vous pouvez voir des photos de l’action de solidarité que les collègues ont organisée à Varsovie le jour de l’anniversaire d’Oleg Orlov: https://www.facebook.com/memorial.poland/posts/pfbid02sgPwpGyTquhwuRfmSb927Ggct6kdYc4U4psB74ejgxuu8RhVK3D9UpreA96ExdnFl

Alexander Chernyshov a été libéré dans la salle d’audience
Dessin d’Alexandre Tchertov dans la salle d’audience.
Le 4 avril également, notre collègue Alexander Chernyshov a été libéré par le tribunal avec une peine de 3 ans de prison avec sursis – après presque un an de détention préventive pour avoir fait passer en contrebande les archives de Perm Memorial, une organisation persécutée et liquidée par l’État. Citons ici ce que Sergei Trutnev, un avocat de Perm Memorial, a écrit à ce sujet: https://t.me/toposmemoru/6392
« […] Le procès s’est déroulé rapidement, en raison du fait que le principal accusé du procès, Chernyshev, plaide coupable, ce qui libère le tribunal de la nécessité d’évaluer les preuves dans l’affaire. […]
L’affaire pénale contre Tchernychev a été utilisée par les autorités pour exercer une pression massive et sans précédent sur le secteur public. Les perquisitions chez les activistes sont devenues monnaie courante. Nombre d’entre eux ont été incités à quitter le pays. Tous ceux qui ont été liés d’une manière ou d’une autre à la vie publique de Perm souhaitent un procès impartial et équitable dans cette affaire. Nous aimerions certainement une évaluation publique équilibrée des preuves. Et un verdict dans un procès spécial le même jour ne renforce la confiance ni dans le ministère public ni dans le tribunal. Un point positif dans cette affaire: Tchernychev a été libéré. Espérons que c’en est fini pour lui. »

Le site web du Memorial de Perm contient une déclaration de l’organisation sur le procès contre Alexander Chernyshov: « La culpabilité est admise mais pas prouvée ». (http://pmem.ru/index.php?id=9390)

Un recueil d’exposés aux conférences Roginsky 2021 sera bientôt publié
Le concept de « queer dissidents » a été introduit pour la première fois par le slaviste canadien Dan Healy dans ses études sur l’attirance sexuelle dans la Russie révolutionnaire. Il a noté que le silence sur le problème de la dissidence sexuelle dans l’histoire russe faisait l’objet de tabous dans les études historiques soviétiques et occidentales.
Aujourd’hui, la machine répressive russe criminalise à nouveau la sexualité, la qualifie d' »extrémiste » et de « terroriste » et interdit tout symbole ou référence LGBTQ+.
Ira Roldugina a présenté un article sur la subjectivité des dissidents queers et la criminalisation des personnes LGBT en URSS lors des deuxièmes conférences Roginsky en 2021. Nous publions des extraits de cet exposé dans des fichiers en collaboration avec le projet de défense des droits de l’homme « Sfera »: https://www.instagram.com/p/C5JYVV5ipQ8/?igsh=MWdrcTZ4bGxqdHlpdw%3D%3D&img_index=1
Les 12 et 13 avril, Berlin accueillera les IVes conférences en mémoire d’Arseny Roginsky, organisées par Zukunft Memorial. Les exposés peuvent être écoutés en ligne, le programme et l’inscription sont disponibles sur le site web: https://30marta.memo.ngo

L’histoire du monument au maréchal Konev à Prague
Photo: AP Photo/Petr David Josek
Cette année, les conférences Roginsky (https://30marta.memo.ngo) présenteront l’article « Se libérer de Konev le libérateur? La culture historique tchèque après 2014 » par Thomas Snegon, historien à l’université de Lund.
Selon la version soviétique, les troupes de Konev ont libéré la ville des nazis en 1945. En 1968, Konev a participé à l’entrée des troupes soviétiques en Tchécoslovaquie.
En 1980, un monument au maréchal a été érigé à Prague. Au cours des 15 dernières années, le monument est souvent devenu le lieu de déclarations militantes sur l’occupation soviétique et la politique étrangère russe, et en 2020, il a été démoli. Nous avons préparé un fichier sur la vie mouvementée du monument au maréchal Konev à Prague: https://t.me/toposmemoru/6378?single

En savoir plus sur la lutte contre les monuments soviétiques
Le monument au maréchal Konev n’est pas le seul de l’espace post-soviétique et non soviétique autour duquel les passions se déchaînent régulièrement et qui est devenu un objet de protestation contre les actions des autorités russes contemporaines.
Par exemple, le monument à l’armée soviétique à Sofia, érigé sous Staline, est également devenu à plusieurs reprises une plateforme pour les déclarations des activistes. Lorsque la Bulgarie a organisé une action de soutien aux Pussy Riot, les soldats portaient des cagoules multicolores sur la tête. Au plus fort de l’annexion de la Crimée, le 5 mars 2014, le monument a été peint de cette manière: les soldats étaient vêtus des couleurs des drapeaux ukrainien et polonais et, en bas, ils ont écrit « Crimée 2014 » et « Katyn 5.III.1940 ».
Et une fois, à l’occasion de l’anniversaire de l’entrée des troupes du Pacte de Varsovie à Prague, le monument a été aspergé de peinture rose vif et on y a écrit en tchèque: « Prague-68. Bulgarie, présentez vos excuses ». Le fait est que la Bulgarie était l’un des pays dont les troupes ont envahi la Tchécoslovaquie ce jour-là. C’est ainsi que les monuments continuent à vivre leur propre vie après des décennies – et apparemment, ils ne s’arrêteront jamais et changeront toujours en fonction des changements de la société.
Photo: AP TT / NTB Scanpix. D’autres photos dans notre post: https://t.me/toposmemoru/6404

Et à propos de la lutte pour se souvenir d’un passé inconfortable
Une fois de plus, nous écrivons à propos des actions commémoratives que nos collègues de Memorial Komi organisent chaque mois, le 30 du mois. Ils exposent à la chapelle commémorative de Syktyvkar, érigée à la mémoire des victimes de la terreur soviétique, des portraits de personnes réprimées d’une certaine profession. Cette fois, en plus des portraits, les activistes ont placé sur le monument une reproduction du tableau de Vereshchagin « L’apothéose de la guerre » avec l’inscription  » Eh, les gens, ne vous entretuez pas  » . Ces mots sont inscrits sur le mémorial de Sandormokh.
Avec nos collègues, nous continuons à parler des médecins réprimés. Presque toutes les personnes dont les portraits ont été exposés le 30 mars ont purgé leur peine à Ukhtpechlag (depuis 1938 Ukhtizhemlag). Nombre d’entre eux ont travaillé à l’hôpital du camp, dans la colonie de Vetlosyan. Vous pouvez lire  leurs histoires dans nos fichiers: https://t.me/toposmemoru/6365?single

« Le Goulag c’était juste ici » poursuit son travail de préservation des témoignages des victimes de la terreur soviétique.
Memorial publie le 25e film du projet « Le Goulag c’était juste ici  » – la première partie de l’histoire de Valentina Zhukova. Dans une interview, elle raconte le destin de sa mère, Nadezhda Kozlovskaya, née en Ukraine, son arrestation, son travail dans le camp et son expérience de la violence systématique de la part d’un officier du NKVD.
Valentina Zhukova raconte également sa vie. Elle a vécu dans un baraquement pour enfants à Siblag, mais elle a rapidement été enlevée à sa mère et placée dans l’orphelinat de Kolyvansky. Après la libération, en 1953, Nadezhda est venue chercher sa fille à Kolyvan, mais celle-ci ne lui a pas été donnée en raison de sa maladie, et sa fille a ensuite été emmenée par son père dans un autre orphelinat, où il l’a laissée.
Toute sa vie, Valentina Zhukova a travaillé comme ingénieur concepteur et ingénieur chef de projet. Pendant toutes ces années, elle a persévéré dans la recherche de sa mère. En 2015, le fils de Valentina a retrouvé Nadezhda Kozlovskaya à Mariupol. Et 64 ans plus tard, Valentina a rencontré sa mère.
Pour permettre à nos collègues de poursuivre leur travail, vous pouvez soutenir ce projet et d’autres projets de Memorial sur donate.memo.ru: https://donate.memo.ru

Nous poursuivons notre série d’histoires familiales sur la déportation des Vainakhs
Les parents de M. étaient originaires du même village tchétchène. Son père a été déporté à l’âge de 14 ans. Sa mère n’avait que 4 ans à l’époque, et sa famille s’est d’abord cachée dans les montagnes pendant la déportation, mais ils ont fini par être trouvés et déportés.
Les conditions de vie dans ce nouvel endroit ont d’abord été effroyables, mais la famille M. a finalement réussi à se construire une vie au Kazakhstan et à établir des relations avec la population locale.
Lisez l’histoire de la famille M. dans nos fichiers: https://t.me/toposmemoru/6319

Un test sur le livre de Nikita Petrov et une critique de Konstantin Sonin
Est-il vrai que sous Andropov, des officiers du KGB ont offert des cadeaux à la femme de Soljenitsyne et lui ont proposé d’écrire un livre? Est-il vrai que la fille de Staline, Svetlana Alliluyeva, a aidé Andropov à devenir président du KGB? Est-il vrai que lorsque les troupes soviétiques sont entrées en Hongrie, Andropov a déclaré qu’il s’agissait de cheminots? – Êtes-vous prêt à répondre correctement à ces questions? Avez-vous lu le livre « L’époque d’Andropov » de notre collègue, l’historien Nikita Petrov, et connaissez-vous la biographie du « puissant président du KGB qui a failli transformer le pays en Corée du Nord »?
Vous pouvez faire notre test (https://madte.st/TKmabNLh) et vérifier vos connaissances sur la biographie du défunt secrétaire général. Vous pouvez également lire la critique de Konstantin Sonin, publiée dans le magazine Gorky: https://gorky.media/reviews/politik-vtorogo-razryada/

Cinq nouvelles affaires pénales contre des citoyens ukrainiens et une nouvelle audience dans l’affaire Yaroslav Zhuk
Nous continuons à couvrir le procès de Yaroslav Zhuk, citoyen ukrainien et résident de Melitopol. Selon l’accusation, Yaroslav a planifié un « acte de terrorisme international » en faisant exploser deux engins explosifs à Melitopol le 17 juin 2022. L’accusé nie sa culpabilité et a affirmé devant le tribunal avoir été torturé par des agents du FSB qui lui ont arraché des aveux. Pour en savoir plus sur l’affaire et la dernière audience, cliquez ici: https://t.me/toposmemoru/6354
En mars, le tribunal militaire du district sud de Rostov-sur-le-Don a reçu cinq autres affaires pénales contre des citoyens ukrainiens. Nous donnons les noms et prénoms des accusés d’après les dossiers du tribunal.
Selon l’enquête, un résident de la région de Zaporizhzhya, Oleksiy Popadeikin, projetait de « faire exploser la voiture d’un homme d’affaires qui approvisionnait les soldats de l’armée russe dans la zone de l’ESS ».
Le Criméen Denis Narolsky (nos collègues l’ont reconnu comme prisonnier politique) a déjà été condamné à 9 ans dans une colonie à régime strict en vertu de l’article sur la désertion – il a quitté l’unité militaire russe où il était mobilisé et a tenté de se rendre en Ukraine. L’affaire de trahison d’État dont il fait l’objet va maintenant être examinée à huis clos.
Yuriy Boronenko, 52 ans, natif et résident de Makeyevka, est accusé de « justification du terrorisme » en vertu de la première partie de cet article – apparemment, le motif était une sorte de déclaration dans un lieu public.
Vladyslav Plakhotnyk, 18 ans, originaire de Lutsk, dans la région de Volyn, a servi dans Azov et a été accusé de participation à une organisation terroriste et d’entraînement au terrorisme. Il est le plus jeune des accusés connus dans les affaires « ukrainiennes ».
Valentina Zayarnaya, enseignante de 63 ans, et Denis Storozhuk, 35 ans, sont accusés en vertu des articles sur la « préparation d’un acte terroriste », la « participation à une communauté terroriste » et la possession illégale d’explosifs.

Persécution en vertu des articles sur les fake, le terrorisme, l’extrémisme et la trahison d’État: quatre nouveaux prisonniers politiques.
Au cours de la semaine écoulée, le projet « Soutien aux prisonniers politiques. Memorial » (https://t.me/pzk_memorial) a reconnu quatre personnes comme prisonniers politiques. Voici leurs brèves histoires (les liens fournissent également des adresses pour les lettres).
• Le graffeur de Crimée Bohdan Zizu, citoyen ukrainien et russe, a été condamné à 15 ans de régime strict pour son action contre la guerre avec l’Ukraine devant l’administration de la ville de Yevpatoria.
• Un autre résident de Crimée, Albert Kruglov, citoyen ukrainien et russe, a été condamné à 8 ans de régime strict pour avoir prétendument planifié de rejoindre le régiment ukrainien Azov.
Yevgeniya Mayboroda, 72 ans, de Shakhty, a été condamnée à 5,5 ans de colonie pénitentiaire au titre de l’article sur les « faux » concernant l’armée en raison de publications anti-guerre dans VK.
Igor Muravyev, témoin de Jéhovah de Sakhaline, a été envoyé dans un centre de détention provisoire pour extrémisme. La persécution des Témoins de Jéhovah, considérés comme une organisation extrémiste par les autorités russes, a commencé en URSS. Memorial considère les Témoins de Jéhovah en URSS comme des victimes de la répression politique, et tous les Témoins de Jéhovah emprisonnés dans la Russie actuelle comme des prisonniers politiques.
Et sur le site web des collègues, vous pouvez faire un don pour aider les personnes persécutées pour des raisons politiques: https://memopzk.org/donation/

Citoyens ukrainiens en captivité en Russie, les femmes dans la lutte pour les droits, le projet de printemps et bien d’autres choses encore – dans notre digest
Le groupe des droits de l’homme de Kharkiv (https://khpg.org/1608813537) a publié l’histoire de Roman Krivuli, mécanicien militaire d’un centre radio, qui a été fait prisonnier par les occupants russes. En 21 mois, il a été détenu dans huit centres de détention dans les zones occupées d’Ukraine et en Russie. À chaque fois, on lui annonçait qu’il allait être échangé, mais à la « réception » suivante, lui et les autres prisonniers étaient battus.

Le 1er avril, la conscription de printemps a commencé en Russie. Memorial a rassemblé des liens utiles et des instructions sur la manière de se protéger de la conscription et de demander un service civil alternatif. D’ailleurs, Rosstat a enregistré un nombre record de citoyens effectuant un SCA au second semestre 2023, et celui-ci reste un véritable outil qui peut permettre d’éviter le service militaire. Les collègues rappellent également que la durée du contrat n’a pas d’importance et qu’il n’y a pas de responsabilité en cas de refus de le signer (https://t.me/polniypc/7045)

Le média « Cherta » dans le projet spécial « Etrangers », créé dans le cadre du projet Memorial « Il y a 30  » (https://cherta.media/projects/chuzhie/lgbt-i-politicheskie-bezhency-v-rossii/?fbclid=IwAR1zalzAMQDldhKaPHyjSVWUSA_-n9_PiUr58BVhOhRZsQdIDV2JFQ7N4OM) présente les histoires de migrants politiques et LGBT qui ont fui l’Asie centrale et les pays africains vers la Russie et ont été confrontés à la xénophobie, à l’impossibilité d’être légalisés et à la peur constante de l’expulsion. Stefania Kulaeva, experte de Memorial, évoque dans son article les problèmes des migrants privés de liberté dans les centres d’expulsion.
Par ailleurs, nous vous rappelons que la défenseuse des droits de l’homme Tatyana Kotlyar, qui a aidé des réfugiés et des migrants à obtenir des documents, a besoin d’aide pour payer une amende de 450 000 roubles. La collecte est ouverte sur la carte Sberbank au numéro: 8 910 708 28 37 (Tatiana K).

La Bibliothèque Tourgueniev à Paris a accueilli Aglaia Asheshova, Judith Depaul et Dobrochna Calva dans le cadre de la série d’Alla Morozova « Les femmes dans la lutte pour les droits et les libertés des individus et de la société: histoire et modernité ». Les séminaires sont organisés par Memorial Vilnius avec le soutien de Memorial France.

La chaîne « C’était juste ici » raconte l’histoire de l’arrestation de Lev Landau (https://t.me/righthererightthen/473) Le futur prix Nobel de physique s’est fait casser deux côtes à la prison de Butyr en 1937, et ce n’est que grâce aux lettres de Niels Bohr adressées à Staline et à la caution de Pyotr Kapitsa que Landau a été libéré en 1939.

Radio Liberty a diffusé le film  » Plaques réprimées », qui raconte comment les autorités locales ont enlevé les plaques de la dernière adresse à la suite de plaintes anonymes, et comment des activistes les ont restaurées.

La famille Panayetidi continue de se battre contre les autorités de Krasnodar et demandera à la Cour suprême de l’indemniser pour la perte du logement dont ses parents grecs ont été expulsés en 1942 (https://www.kommersant.ru/doc/6617231) Les Panayetidi ont été représentés devant la Cour constitutionnelle par l’avocat de Memorial, Grigory Vaipan.

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don
par carte non russe:
https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information Memorial-Russie
30 mars 2024

Aujourd’hui, c’est l’anniversaire d’Arseny Roginsky
Le 30 mars 1946 est né l’historien et militant des droits de l’homme Arseny Roginsky, l’un des fondateurs de Memorial. Aujourd’hui, nous nous souvenons de son dernier texte, https://www.facebook.com/notes/374923387212100/?paipv=0&eav=Afb9e3nZraVtbztV0WOm-EzxevXxap6TcFd4R0v8EPnFUoJHr9lFxYg5TLm2K5e1b9s, intitulé « L’état de l’historien en URSS », qu’il a prononcé devant le tribunal le 4 décembre 1981, après quoi il a été condamné à quatre ans d’emprisonnement sur la base de fausses accusations de falsification de documents. Voici ce que Roginsky avait à dire sur sa profession:
« Je suis conscient que l’arrestation, le procès et l’emprisonnement auront les conséquences les plus graves pour mon destin d’historien. Il y aura probablement des difficultés encore plus grandes en matière de publications… Mais les difficultés en matière de publications, dont je n’ai déjà que trop, ne valent pas la peine d’être mentionnées en comparaison d’une autre: l’éventuelle interdiction future de travailler dans les bibliothèques et les archives. Cette mesure de contrainte n’est pas prévue dans le code pénal, mais je crains qu’elle ne soit l’ajout que la direction de ces « institutions scientifiques » ajoutera de sa propre initiative à la sentence du tribunal d’aujourd’hui… Bien sûr, il est impossible d’empêcher une personne de s’occuper de l’histoire (pas plus que de l’arracher à ses étudiants), mais il est tout de même difficile d’imaginer quelque chose de plus difficile et de plus douloureux pour moi que cette éventuelle interdiction. »
Nous vous rappelons que les 12 et 13 avril, Berlin accueillera la quatrième édition des conférences à la mémoire d’Arseny Roginsky, organisée par Zukunft Memorial (https://zukunft-memorial.org) Cette fois-ci, le thème est « L’histoire et les historiens à l’ère de la post-vérité: monopole, polyphonie, cacophonie? Vous pouvez consulter le programme des lectures et vous inscrire pour suivre la retransmission en ligne ici: https://30marta.memo.ngo

Et très bientôt, ce sera l’anniversaire d’Oleg Orlov!
Le 4 avril, un autre de nos collègues, le coprésident de Memorial Oleg Orlov, aura 71 ans. Les collègues nous rappellent qu’Orlov est un homme polyvalent: il n’est pas seulement un militant et un défenseur des droits de l’homme, mais aussi un biologiste, un kayakiste, un pêcheur et un artiste (c’est d’ailleurs lui qui a peint les tableaux de la couverture)! Vous pouvez donc écrire à Oleg Orlov sur de nombreux sujets dans votre lettre de félicitations, par exemple en lui parlant de votre peinture préférée.
La lettre peut être envoyée à la fois en ligne – via FSIN-Pismo, si vous avez une carte russe, ou PrisonMail, si vous n’en avez pas – et par courrier à l’adresse suivante: 20, Vyborgskaya Street, Moscou, 125130, Federal Penitentiary Institution SIZO-5 (« Vodnik »), FSIN de Russie, à l’attention d’Oleg Orlov, né en 1953.
Récemment, des collègues ont écrit, https://memorialcenter.org/news/blizkie-olega-orlova-opasayutsya-za-ego-sostoyanie, que chaque jour, à la demande de la juge Elena Astakhova, le défenseur des droits de l’homme est conduit du centre de détention provisoire au tribunal pour se familiariser avec le dossier, même avant le petit-déjeuner, et qu’il n’est ramené que le soir. Selon les avocats du Centre pour les droits de l’homme, la juge est pressée de renvoyer l’affaire en appel sur ordre « d’en haut ».
En raison de ces déplacements incessants, Orlov a attrapé froid, il est privé de nourriture chaude, de repos et de communication confidentielle avec son avocat. C’est aussi pour cette raison qu’Oleg Petrovich n’a pas le temps de répondre rapidement aux lettres, mais il adresse à tous ceux qui lui écrivent un immense merci pour leur soutien! 🖤

Discours de nos collègues au Mémorial de Genève
Le 25 mars, la 43e réunion de la 55e session du Conseil des droits de l’homme des Nations unies a débuté à Genève. Les mêmes jours, l’association internationale Memorial a fait campagne pour que les responsables de l’assassinat d’Alexei Navalny soient traduits en justice et pour soutenir les prisonniers politiques. Violetta Fitzner et Sergey Davidis, du Centre pour les droits de l’homme de Memorial, ainsi que la militante des droits de l’homme Evgenia Kara-Murza, épouse du prisonnier politique Vladimir Kara-Murza, se sont exprimés lors d’une conférence de presse au Conseil: https://memorialcenter.org/news/repressii-fundament-putinskogo-rezhima
Le 26 mars, un événement parallèle a été organisé au cours duquel Evgenia Kara-Murza, Violetta Fitzner et Sergei Davidis, collègues de Memorial, et Natalia Kolyagina, qui étudie l’histoire du mouvement dissident, entre autres, ont pris la parole: https://memorialcenter.org/news/politzaklyuchennye-segodnya-eto-liczo-novoj-antiputinskoj-rossii
Lisez les citations des discours en cliquant sur les liens!

À propos de la Journée de la liberté au Belarus et des courriels adressés aux prisonniers politiques bélarussiens
Chaque année, le 25 mars, les Bélarussiens du monde entier célèbrent la Journée de la Liberté (Dzen Voli ou Dzen Nezalezhnastsi). Cette date commémore l’héritage démocratique du premier État biélorusse indépendant, proclamé en 1918, après 150 ans d’appartenance à l’Empire russe.
Les raisons pour lesquelles la Journée de la Liberté est interdite au Belarus et si importante pour les militants bélarussiens et les diasporas à l’étranger sont à retrouver dans nos fichiers: https://t.me/toposmemoru/6270
Nous avons également préparé des instructions sur la manière d’écrire des courriels aux prisonniers politiques au Belarus. La liste des prisonniers politiques est mise à jour sur le site web du Centre des droits de l’homme « Viasna »; elle compte actuellement 1408 personnes. Les lettres sont l’un des rares moyens d’exprimer son soutien et sa solidarité à ces personnes, pour éviter qu’elles ne soient laissées seules face au système répressif: https://prisoners.spring96.org/ru#list
Voici la liste des services de bénévoles par lesquels vous pouvez envoyer une lettre: pismo.bel : https://prisoners.spring96.org/ru#list (toutes les colonies et prisons de Biélorussie y sont connectées)
dissidentby.com : https://dissidentby.com/letter
majsternia : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfhsgpGwDc9sskZ82LN_eKwwZBAX9U5kLARAFo2eR1UGw8Usg/viewform
politzek.me : https://politzek.me (ce service ne permet pas d’envoyer une lettre, mais il permet d’en savoir plus sur chaque prisonnier politique).
Plus de détails dans les instructions: https://t.me/toposmemoru/6256

Le 25 mars est également l’anniversaire de la déportation des habitants de Lettonie, de Lituanie et d’Estonie en Sibérie.
Le 25 mars 1949, l’opération « Priboy » – déportation des habitants de Lettonie, de Lituanie et d’Estonie vers la Sibérie – a commencé. Plus de 90 000 personnes sont embarquées en convois en quatre jours. Nombre d’entre elles sont mortes au cours de ces étapes en raison des conditions insoutenables, et un plus grand nombre encore sont mortes sur les sites d’installation. Cette déportation est la plus massive que les autorités soviétiques aient effectuée à l’encontre des habitants des États baltes.
Dans une interview accordée au projet Kogu Me Lugu, Karl Eiger raconte l’histoire de son évasion de Sibérie en 1947. Il n’avait que 13 ans à l’époque. Il s’est rendu en Estonie en train. Un jour, Karl est tombé du toit d’un wagon et a été heurté par un train. Il a été transporté à l’hôpital le plus proche où sa jambe a été amputée jusqu’au genou. Il a passé deux mois à l’hôpital. Personne ne savait quoi faire de lui, mais on a fini par trouver l’adresse du grand-père de Carl. Il est venu et a emmené le garçon – c’est ainsi que Karl a pu retourner en Estonie.
Nous publions ces entretiens dans le cadre de la coopération de l’Institut estonien de la mémoire historique avec le projet «Le goulag, c’était juste ici» de Memorial. L’aperçu est un extrait de l’interview sur Youtube, https://www.youtube.com/watch?v=JRkpG8G_UfQ, l’interview complète en russe est disponible sur le site web: https://kogumelugu.ee/ru/videos/karl-yyger-0

A propos de la déportation et du retour – pour la Journée de la renaissance du peuple balkar
Nous continuons à vous parler de dates mémorables: le 28 mars, la Kabardino-Balkarie célèbre le Jour de la renaissance du peuple balkar – lorsque des dizaines de milliers de Balkars ont pu retourner dans leur patrie après 13 ans d’exil. Ce jour-là, en 1957, l’autonomie nationale de l’ASSR Kabardino-Balkar a été restaurée.
Le 8 mars 1944, les autorités soviétiques ont commencé la déportation des Balkars de leur terre natale vers les républiques d’Asie centrale. En deux jours, les Balkars sont complètement expulsés de leurs terres historiques et privés de leur autonomie nationale. La vie des colons spéciaux dans leurs nouveaux lieux de vie a été extrêmement difficile: faim terrible, maladies, manque de logements et mauvaise attitude de la part de la population locale. L’espoir des Balkars de rentrer chez eux n’a pas diminué au cours de ces longues années d’exil.
Pour une histoire plus détaillée de la déportation des Balkars, voir le lien: https://memorial.notion.site/66f07ecf6de14924af73304187efb2d0

Et pour la Journée du théâtre, nous avons raconté comment cet environnement a souffert de la terreur soviétique
Nous avons préparé des fiches basées sur le matériel de l’excursion « Ce que les plaques ne disent pas » du projet « C’était juste ici ».
Les fiches contiennent plusieurs histoires d’adresses moscovites sur la façon dont la terreur d’État a brisé la vie des artistes de théâtre en URSS dans les années 1930: l’exécution de la compagnie théâtrale nationale lettone Skatuve, le premier directeur du Théâtre d’art de Moscou Mikhaïl Arkadyev (opérations « lettone » et « polonaise » du NKVD respectivement), Vsevolod Meyerhold et l’assassinat de Solomon Mikhoels.

Activisme commémoratif – à Tomsk, Saint-Pétersbourg et Moscou!
Nous continuons également à vous informer de la manière dont les villes russes entretiennent et restaurent les monuments érigés à la mémoire des victimes de la terreur soviétique. Le 26 mars, à Tomsk, le monument aux Polonais victimes des répressions staliniennes sur le territoire de Tomsk a été restauré.
L’inscription précédente avait été détruite par des vandales en novembre 2022, à l’occasion de la fête de l’indépendance polonaise. L’argent nécessaire à la restauration de la plaque a été collecté par les membres de deux associations polonaises de Tomsk: « Dom Polski » et « Autonomie culturelle nationale des Polonais de Tomsk ». Evgeny Didenko et Vasily Khanevich ont été les coordinateurs du projet de restauration de la plaque.
À Saint-Pétersbourg, notre correspondante a nettoyé la tablette Dernière adresse, dédiée à Samuil Nemoytin, qui avait été endommagée avec un marqueur. Plus d’informations sur lui sur le site web du projet: https://www.poslednyadres.ru/news/news461.htm
De plus, voici une petite instruction sur la manière de nettoyer un panneau commémoratif, vous pouvez l’utiliser aussi: https://t.me/poslednyadres/29
Et ici, vous pouvez lire l’histoire de Mikhail Arkadyev, le directeur du Théâtre d’art de Moscou (nous avons écrit sur lui ci-dessus), qui a presque fait la queue à Moscou pour nettoyer sa plaque: https://t.me/toposmemoru/6251

Et aussi sur la préservation de la mémoire – face à une répression croissante
Nous avons récemment appris que le 3 avril à 10h30, la première audience sur le fond de l’affaire contre notre collègue Alexander Chernyshov aura lieu au tribunal du district industriel de Perm. Et maintenant, nous voulons vous parler des expéditions du projet « Le long des rivières de la mémoire », auxquelles Alexander a beaucoup participé alors qu’il était encore bénévole du Mémorial de Perm, puis son employé.Le Mémorial de Perm et son département jeunesse ont commencé à organiser des expéditions « Le long des rivières de la mémoire » en 2000. À l’époque, il s’agissait d’une excursion touristique en rafting le long de deux rivières de l’Oural, d’un travail de recherche et de collecte de documents sur trois anciens camps du Goulag, ainsi que de l’installation de panneaux commémoratifs et d’un camp de travail bénévole d’une semaine au musée de Perm 36.En 2022, lorsque le ministère de la justice a liquidé le Mémorial de Perm et que nombre de ses anciens employés ont été contraints de quitter la Russie, Alexander Chernyshov a commencé à travailler pour une nouvelle organisation, le Centre pour la mémoire historique. Mais il n’a pas pu poursuivre son travail de recherche: Alexander a été arrêté pour une fausse affaire de « contrebande de biens culturels ».Pour en savoir plus sur le projet et le travail d’Alexander Chernyshov dans la longue traîne, lisez nos fiches: https://t.me/toposmemoru/6302

Les procès illégaux de civils ukrainiens enlevés et de prisonniers de guerre se poursuivent devant les tribunaux russes
Le tribunal militaire du district sud de Rostov-sur-le-Don a condamné la citoyenne ukrainienne Larisa Machilska, https://t.me/toposmemoru/6311, à sept ans de prison pour « préparation d’une attaque terroriste » dans la région de Zaporozhye. La retraitée est également accusée de « participation à une communauté terroriste » et de possession illégale d’explosifs dans le cadre d’un « groupe organisé ».
En septembre 2023, Larisa aurait reçu des explosifs des services de sécurité ukrainiens et les aurait stockés à son domicile. Selon la version de l’accusation, les forces de l’ordre ont été informées de la préparation d’un attentat terroriste, le lieu de l’explosion prévue a été bouclé, de sorte que l’attentat n’a pas eu lieu. Ensuite, l’engin explosif a été saisi dans la maison de Machilskaya, qui a avoué, selon l’accusation.

Actions et publications anti-guerre, dons du FBK (Fonds de lutte contre la corruption) et discussions sur la Bible: sept nouveaux prisonniers politiques
Au cours de la semaine écoulée, le projet « Soutien aux prisonniers politiques. Memorial », https://t.me/pzk_memorial, a reconnu sept personnes comme prisonniers politiques. Voici leurs brèves histoires (les liens fournissent également des adresses pour les lettres).
• Darya Kozyreva, https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnoj-daryu-kozyrevu/, 18 ans, de Saint-Pétersbourg, a été envoyée dans un centre de détention provisoire pour « discrédit » répété de l’armée en raison d’une action anti-guerre: Daria a collé une feuille avec son poème sur le monument à Taras Shevchenko.
• Gleb Kalinychev, Anton Kovrik, Ilya Startsev et Yevgeny Molotov, https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzekami-gleba-kalinycheva-antona-kovrika-ilyu-starczeva-i-evgeniya-molotova/, ont été arrêtés en vertu de l’article sur le financement de l’extrémisme en raison des dons du FBK.
• Ruben Pogosyan, https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-rubena-pogosyana/, originaire de Carélie, a été condamné à 6 ans de régime strict en vertu de l’article sur les « faux » concernant l’armée, en raison de publications dans les réseaux sociaux sur les crimes de guerre russes en Ukraine.
• Vladimir Fomin, https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-vladimira-fomina/, un témoin de Jéhovah de 44 ans originaire de Cherkessk et souffrant d’un handicap, a été envoyé dans un centre de détention provisoire dans une affaire d’extrémisme en raison de ses conversations sur la Bible avec une autre croyante également condamnée en vertu de cet article, Elena Menchikova https://memopzk.org/figurant/menchikova-elena-alekseevna/
Sur le site web de nos collègues, vous pouvez faire un don pour aider les personnes persécutées pour des raisons politiques: https://memopzk.org/donation/

Les lettres et déclarations, le livre de Nikita Petrov sur Andropov, ainsi que d’autres publications et nouvelles des collègues sont dans notre digest.
40 lauréats du prix Nobel et 300 scientifiques du monde entier ont signé une lettre sur l’illégitimité de Poutine, dont l’association Memorial International : https://trolleys-gillian-760273.appspot.com/2024/03/nikakoj-terpimosti-k-rezhimu-putina-br-prizyv-uchenyh-mira
La lettre appelle à une augmentation de l’aide à l’Ukraine, au soutien des droits de l’homme et de l’opposition démocratique en Russie, à la protection des prisonniers politiques et à la non-reconnaissance de Poutine en tant que président légitimement élu.
Memorial, parmi d’autres défenseurs russes des droits de l’homme, a signé une déclaration sur la nécessité d’une interdiction absolue de la torture dans la société russe. Citation: « La torture, qui est présentée avec fierté et ostentation à la société, est un moyen d’élargir encore le champ de la violence admissible dans la société et de normaliser le crime au sein même des forces de l’ordre »: https://publicverdict.org/topics/found/13614.html

Le Groupe des droits humains de Kharkiv raconte comment les troupes d’occupation russes ont détruit un monument archéologique unique à Mariupol datant du troisième millénaire avant J.-C. – le monticule de Ded : https://khpg.org/1608813523

Memorial Pologne a publié une traduction polonaise de la documentation sur la croix commémorative des victimes de la terreur politique et de la famine à Marioupol, https://memorial-polska.pl/longread/krzyz_w_mariupolu?fbclid=IwAR31_wjs5eZ5vDNrEwiRu2eJoCF50lkklls0D89_hnxw17JYpiHxiU2bVUs_aem_AR5wLk3qSateuo9CVIzOFLmQ4UddAMYeDzaao2ZL1agtgjDEteAa4bf2TnrwZPlTliQ
Nous avons publié les documents en russe ici: https://memorial.notion.site/9c061b73b77545e6a3fd1f99b5d669cc

Andrei Polyakov, un activiste de Tambov Memorial, a été poursuivi pour « réhabilitation du nazisme » pour avoir commenté, sous un post, l’inauguration d’une plaque commémorative à Tambov en l’honneur d’un participant à la guerre en Ukraine https://t.me/astrapress/52476

« En URSS, ils rééduquaient, créaient l’apparence de l’unanimité, mais en Russie, ils punissent immédiatement » – Novaya Gazeta a publié un entretien avec l’historien et notre collègue Nikita Petrov sur les similitudes et les différences entre les articles politiques du code pénal de la Fédération de Russie et ceux de l’époque soviétique (https://novayagazeta.ru/articles/2024/03/22/v-sssr-perevospityvali-sozdavali-vidimost-edinomysliia-a-v-rossii-srazu-nakazyvaiut)
« L’époque d’Andropov » est une biographie historique exceptionnelle, une réalisation historique de l’école historique russe »: le magazine Gorky a publié la critique de Konstantin Sonin sur le livre de Nikita Petrov : https://gorky.media/reviews/politik-vtorogo-razryada/

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don
par carte non russe:
https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information Memorial-Russie
26 mars 2024

26 mars, 15:30, Prague
« Une caravane et des chiens »
Le film  » Une caravane et des chiens  » sera projeté dès aujourd’hui dans le cadre du festival « Un seul monde » en République tchèque.
Le titre du film fait référence aux paroles prononcées par Dmitry Muratov lorsqu’il a reçu le prix Nobel de la paix. Le film lui-même montre comment le régime russe s’est progressivement durci ces dernières années, en commençant par la liquidation de Memorial, la destruction progressive des médias indépendants et l’invasion de l’Ukraine par les troupes russes.
Nela Laryšová de Mémorial Tchéquie, https://www.facebook.com/memorialCR, participera à une discussion avec le réalisateur du film, Askold Kurov, après la projection. Billets et détails sur le lien: https://www.jedensvet.cz/filmy/56076-o-karavane-a-psech#

27 mars, 13:00, Berlin
Parc de Treptow: qu’est-ce qui a remplacé le cimetière?
Le 27 mars, une visite du parc de Treptow, où se trouve le mémorial aux soldats soviétiques enterrés dans le parc, sera organisée. Elle sera conduite par Andrei Petropavlov de Memorial Deutschland: https://www.facebook.com/profile.php?id=100064689008477
Rendez-vous à la porte nord du monument.
Au milieu de ce monument pompeux datant de la fin de l’ère stalinienne, Andrei parlera de l’architecture soviétique des monuments commémoratifs dédiés aux morts de la Seconde Guerre mondiale et discutera avec les participants de la visite des particularités de la culture totalitaire du souvenir et du remplacement du chagrin par la célébration du triomphe.
Comment le monument de Treptow est-il perçu aujourd’hui? Comment la représentation de la Seconde Guerre mondiale a-t-elle évolué en Russie? Comment a-t-elle été utilisée par la propagande d’État russe pour justifier une nouvelle guerre? Participez à l’excursion pour répondre ensemble à ces questions. L’inscription se fait sur le lien, et les détails ici: https://t.me/reforumspaceberlin/820

27 mars, 18:30, Syktyvkar, Centre de la Révolte
Conférence « Naissance des théâtres ».
Photo: Archives de Memorial (https://museum.memo.ru/collection/26/)
Le 27 mars est la Journée mondiale du théâtre. Lors de cette conférence, le journaliste et écrivain Igor Bobrakov, de Memorial Komi (https://t.me/komi_memorial) expliquera comment le théâtre du camp de Vorkuta est devenu le théâtre moderne d’opéra et de ballet de la République de Komi.
Le Vorkutlag était l’un des plus grands camps de travail pénitentiaire de l’URSS, et il abritait de nombreux acteurs, artistes et musiciens. L’un de ces prisonniers était Boris Mordvinov, ancien directeur en chef du théâtre Bolchoï de Moscou et professeur au Conservatoire de Moscou, qui a donné naissance au théâtre du camp de Vorkuta. Venez en apprendre davantage – vous devez vous inscrire pour participer! Pour en savoir plus sur la conférence, cliquez sur le lien: https://t.me/komi_memorial/1195

12-13 avril, Berlin et en ligne
Quatrième lecture en mémoire d’Arseny Roginsky
Le 30 mars est l’anniversaire d’Arseny Roginsky (1946-2017), historien, militant des droits de l’homme, prisonnier politique de l’ère soviétique et l’un des fondateurs de Memorial.
Pour la quatrième fois, Memorial organise une rencontre en sa mémoire, en invitant des historiens, d’autres chercheurs en sciences sociales, des activistes et des défenseurs des droits de l’homme. Le thème de cette année est « L’histoire et les historiens à l’ère de la post-vérité: monopole, polyphonie, cacophonie? »
Les technologies de l’information ont modifié le travail des historiens et élargi l’éventail des personnes travaillant sur la mémoire historique. Chacun dispose de possibilités sans précédent pour vérifier les faits, atteindre un large public et accéder à de grandes quantités de données. Dans le même temps, cette nouvelle situation conduit à une « surproduction » de récits qui sapent la légitimité du savoir des experts et brouillent les frontières entre le « fait » et le « faux ». La post-vérité ouvre de nombreuses possibilités de manipuler l’histoire et de créer de nouveaux mythes.
La rencontre aura lieu les 12 et 13 avril 2024 à Berlin, mais la diffusion en russe, en anglais et en allemand sera disponible partout. Vous pouvez vous inscrire et regarder l’émission sur le site: https://30marta.memo.ngo
Pour toute question concernant la conférence: roginsky-conference@memo.ngo

3-9 avril. Etats-Unis
Projections de l’affaire Dmitriev en Amérique
Le film de Jessica Gorter sur l’historien carélien et membre de Memorial Yuri Dmitriev sera projeté dans des universités américaines. Pour connaître les présentateurs des débats et les billets, voir les liens:
3 avril à 17h30, Université de Harvard
4 avril à 18h00, Université de Tufts
6 avril à 14h00, Université de Boston
9 avril à 18h15, Université de Columbia

 27 mars, 17:30, Moscou
« C’était juste ici »: excursions à Moscou et dans la région de Moscou
Ce que les plaques commémoratives ne disent pas.
Photo: répliques en carton des plaques de la Dernière Adresse réalisées par des bénévoles.
L’une des plaques restaurées sur Tverskaya 6 porte le nom de Yakov Boyarsky. En 1938, il a été nommé directeur du Théâtre d’art de Moscou et, un an plus tard, il a été arrêté et fusillé le même jour que Vsevolod Meyerhold, qui vivait de l’autre côté de la rue, dans la ruelle Brusov.
Le 27 mars, Journée du théâtre, nous allons parler de la vie des théâtres moscovites des années 20 à 40. Nous visiterons quelques-unes des dernières adresses de metteurs en scène, d’acteurs et de dramaturges, et nous prêterons attention aux signes de commémoration, qu’il s’agisse de plaques en carton ou de solides plaques commémoratives.
Toutes les visites sont gratuites (inscription préalable obligatoire), mais vous pouvez nous soutenir sur donate.memo.ru ou memorial-france.org.

30 mars, 13:00, Moscou
Terreur d’État à Pushkino
Photo: Maison des ingénieurs et des techniciens Dmitlag à Pushkino.
Des extraits de la vie à Pushkino pendant les années de la Grande Terreur nous sont connus grâce à un livre de Grigory Kitaygorodsky. Il y raconte comment, dans les années 1930, Pushkino est devenu le siège d’«OLP» (stations de camp isolées) organisées pour le travail des prisonniers. Ces camps étaient établis à proximité des chantiers de construction – dans le cas de Pushkino, les chantiers du canal Moscou-Volga. En outre, Pushkino abrite un petit quartier du NKVD de l’URSS.
Au cours de l’excursion, nous apprendrons le sort des spécialistes et des constructeurs emprisonnés. À la fin de la visite, ceux qui le souhaitent pourront visiter la datcha de Maïakovski. Inscrivez-vous et participez à l’excursion.

30 mars, 15:00, Moscou
Du Mémorial au Centre Sakharov, ou de l’un à l’autre
Illustration: Katya Gushchina
L’année 1989 a commencé par la conférence de fondation de Memorial, au cours de laquelle Andreï Sakharov a été élu président d’honneur. S’ensuivent les premiers discours lors de rassemblements de milliers de personnes et du premier congrès des députés du peuple, la lutte pour la publication de L’Archipel du Goulag et l’élaboration d’un programme politique pour le développement futur de la Russie. À la veille de la mort de Sakharov, son dernier discours au deuxième congrès des députés du peuple. Et enfin, un adieu à Sakharov par des milliers de personnes.
Sakharov a consacré plus de 20 ans de sa vie à la défense des droits de l’homme. Au cours de la visite, nous parlerons de la dernière année de la vie de Sakharov et de sa participation à la création du mémorial. Inscrivez-vous pour vous joindre à nous: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2819857/

31 mars, 14:00, Moscou
Sokol: du cimetière-parc à la cité-jardin
Nous marcherons sur le territoire de l’ancien village de Vsekhsviatskoye, qui était autrefois l’un des lieux préférés des Moscovites pour leurs loisirs de banlieue. C’est ici qu’a été ouvert en 1915 le cimetière fraternel pour les soldats de la Première Guerre mondiale décédés dans les infirmeries de Moscou. Le 17 novembre, le cimetière a été utilisé pour enterrer les Junkers tués lors des batailles avec les bolcheviks, et le 18 novembre, les otages abattus lors de la Terreur rouge. En 1925, le cimetière fut officiellement fermé, mais les enterrements individuels se poursuivirent jusqu’à la liquidation de la nécropole et la création d’un parc à sa place à la fin des années 40. Pendant près d’un demi-siècle, seule une pierre tombale miraculeusement préservée a rappelé l’existence du cimetière.
La deuxième partie de l’excursion se déroulera dans le village de Sokol. Comprenons bien les questions: qu’est-ce qu’une cité-jardin? Pourquoi Sokol est-il appelé le village des artistes, et un peintre a-t-il vécu ici? Pourquoi la rue la plus courte de Moscou est-elle devenue une impasse? Et où certains habitants de la cité ont-ils déménagé en 1937? N’oubliez pas de vous inscrire: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2819858/

31 mars, 15:00, Moscou
Yakimanka. Topographie de la terreur
Instituts de tir, maison d’arrêt, camp, appartements de dissidents et de poètes – tout cela est caché à Yakimanka. En nous promenant, nous arriverons au bâtiment de l’Institut géologique, dont les employés ont été arrêtés en 1949 dans le cadre de l’affaire dite « de Krasnoïarsk » pour « dissimulation de précieux gisements d’uranium en Sibérie ».
Nous verrons les adresses où ont vécu les dissidents Alexander Ginzburg et Vadim Delone. Nous passerons devant la Maison des écrivains et l’adresse principale d’Anna Akhmatova à Moscou – l’appartement de l’écrivain Viktor Ardov et de sa femme. Inscription ici: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2819860/

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don
par carte non russe:
https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information Memorial-Russie
23 mars 2024

Chers amis de Moscou!
Nous avons annulé les excursions d’aujourd’hui du projet « C’était juste ici » (https://t.me/righthererightthen) nous avons provisoirement décidé de les reporter à dimanche, nous verrons ce qu’il en est. En attendant, nous vous proposons d’écouter un audioguide sur la topographie de la terreur à Yakimanka : https://izi.travel/ru/browse/249914a3-3089-4285-8ee2-34c13f134ddc
Prenez soin de vous et des autres!

« Crimes contre l’histoire » et exposé d’Anton de Butts aux conférences Rogin
L’historien Anton de Butts est l’auteur de la notion de « Crimes contre l’histoire ». Dans son livre éponyme, il le définit comme une série d’abus graves de la connaissance historique commis par des régimes autoritaires et totalitaires. Le terme englobe des formes extrêmes d’inconduite à l’encontre des chercheurs, des activistes et de toute personne s’occupant de la « mémoire historique ».
Le régime de Poutine a commis et continue de commettre des « crimes contre l’histoire » et de développer un récit mythique sur le passé soviétique: il glorifie les réalisations soviétiques, en particulier la victoire lors de la Seconde Guerre mondiale, et minimise et ignore les crimes de l’ère soviétique. Voici quelques thèses extraites du rapport de la FIDN sur les « crimes contre l’histoire » en Russie, préparé conjointement avec Memorial 2021: https://www.fidh.org/IMG/pdf/ru_june_21_crimes_against_history_compressed.pdf
La législation russe entrave le travail de la société civile et restreint la liberté d’expression, notamment en empêchant la critique des actions soviétiques pendant la Seconde Guerre mondiale. Le régime de Poutine exerce une censure en interdisant la publication de recherches sur des sujets « indésirables », tels que la collaboration avec l’Allemagne nazie, et impose une interdiction de facto de coopérer avec les chercheurs des États baltes, de Pologne ou d’Ukraine. Les autorités font de la propagande pour promouvoir le discours du régime en place en créant des institutions patriotiques, notamment la Société historique militaire russe et la Société historique russe, et en introduisant des manuels d’histoire unifiés. Les chercheurs se voient refuser l’accès aux archives. Les restrictions sur les commémorations et autres événements publics ont été renforcées.
Depuis le début de l’invasion massive de l’Ukraine par la Russie, la rhétorique de l’appel aux références historiques est devenue un élément central de tout discours de Poutine et, après son entretien avec Tucker Carlson, une plaisanterie mondiale.
Lors des conférences Rogin de cette année, qui auront lieu les 12 et 13 avril à Berlin, l’historien néerlandais Anton de Butts parlera des « Attaques par des acteurs étatiques et non étatiques contre des historiens: la dimension des droits de l’homme ». Consultez le programme des lectures et inscrivez-vous pour participer en ligne ou hors ligne en cliquant sur le lien: https://30marta.memo.ngo

Travailler avec la mémoire et plus encore: le manifeste « Pais durable: notre point de vue »
Les activistes de la Plateforme des initiatives contre la guerre (https://platforma.international/ru) ont formulé un manifeste sur les moyens de parvenir à une paix juste avec l’Ukraine, intitulé  » Paix durable: notre point de vue « . Nos collègues de Memorial ont également participé à l’élaboration de ce document.
Les auteurs du projet sont partis du principe qu’un cessez-le-feu, la restitution de tous les territoires occupés à l’Ukraine et le paiement de réparations ne suffiraient pas à garantir une paix durable pour l’Ukraine et d’autres pays, ni à réaliser les changements fondamentaux dont la Russie a besoin.
Seule la transformation complète de la Russie en une société démocratique et libre, le dépassement du lourd héritage des violations à grande échelle des droits de l’homme et le démantèlement total de l’idéologie du militarisme et de l’impérialisme peuvent garantir la paix à l’avenir. Tout en évoquant les mesures de justice transitionnelle et la mise en place d’institutions démocratiques, les auteurs parlent également des approches du traitement de la mémoire et du passé.
Quelques extraits du manifeste se trouvent dans les fichiers: https://t.me/toposmemoru/6235
Vous pouvez lire l’intégralité du manifeste en cliquant sur le lien, il est également disponible en ukrainien et en anglais: https://cryptpad.fr/file/#/2/file/lh+nDnGtQ2fBf1HINs8vbCCN/

Extrait du livre de Boris Belenkin: l’histoire d’un prisonnier du Goulag
Illustration de couverture par Lily Matveeva
Le 19 mars, la maison d’édition italienne Rizzoli a publié un livre de notre collègue Boris Belenkin, historien, intitulé « Non lasciare che ci uccidano » (« Ne vous laissez pas tuer »). Il s’agit des mémoires de décennies de travail à Memorial, ainsi que de ce qui a précédé tous ces événements – ce qu’était la vie « avant Memorial ».
Nous espérons que ce livre sera un jour publié en russe, mais pour l’instant nous n’en publions qu’un fragment: https://t.me/toposmemoru/6210, l’histoire étonnante de Heinrich Zweig, que l’auteur a rencontré à Varsovie. Zweig a servi dans l’armée polonaise, a été emprisonné pendant 25 ans en Union soviétique et, n’étant pas dentiste, a dû fabriquer des prothèses dentaires pour d’anciens membres des SS.

Sur la déportation du Kirghizstan vers l’Ukraine en vidéo
Dans les années 1930, plus de 700 familles kirghizes ont été déclarées « koulaks » et déplacées de force du Kirghizstan vers le village de Chalbasy, dans la région de Kherson. Leurs biens ont été confisqués au profit des nouvelles fermes collectives. Le long voyage dans des wagons surpeuplés, froids et sales a été fatal à beaucoup d’entre eux.
En 2021, l’équipe d’Esimde s’est rendue à Kherson, où des documents et des photographies de Kirghizes exilés ont été trouvés dans les archives. Sur la base de ces documents, le film documentaire « Chalbas Kyrgyz » (en avant-première) a été créé. Le film peut être visionné avec des sous-titres en russe et en anglais: https://www.youtube.com/watch?v=IwrTiNcixis
Avec « Esimde », nous souhaitons partager une petite vidéo sur ce crime de l’État soviétique: https://www.instagram.com/reel/C4shyO9IfED/?igsh=cjA0M3lwczh3dmhj
Précédemment, nous avons publié une référence historique et des cartes sur la déportation à partir de l’exemple d’une famille: https://t.me/toposmemoru/5593

Nous poursuivons la série sur la déportation des Vainakhs.
Le 23 février, date anniversaire de la déportation des Tchétchènes et des Ingouches, nous avons entamé une série de récits personnels de familles ayant survécu à la déportation. Ces récits ont été recueillis par nos collègues de Memorial, qui ont interrogé des témoins et leurs descendants pendant de nombreuses années.
La famille de Radimkhan a été déportée de Nazran au Kazakhstan. Son père a pu installer toute la famille dans un village et lui trouver du travail, afin qu’elle ne meure pas de faim – contrairement à la plupart des déportés ingouches – et qu’elle puisse aider d’autres familles. Le chef de famille n’a jamais refusé d’aider qui que ce soit.
Pour en savoir plus sur la vie de la famille Radimkhan pendant sa déportation et sur ce qui l’a attendue dans son pays d’origine après son retour du Kazakhstan, lisez nos fichiers. https://t.me/toposmemoru/6192
Vous pouvez également lire ici le récit historique de Mairbek Vachagayev sur la déportation des Tchétchènes et des Ingouches: https://memorial.notion.site/0bf7127b0a8c44b4945cf5009c7ac8bd

La défenseuse des droits de l’homme Tatyana Kotlyar a besoin d’aide pour payer une amende de 450 000 roubles.
Le 18 mars, le tribunal d’Obninsk a imposé une amende de 450 000 roubles à la défenseuse des droits de l’homme Tatyana Kotlyar. Depuis 2009, elle aidait les citoyens étrangers à obtenir des documents en les enregistrant dans ses deux appartements. Tatyana participe depuis de nombreuses années au programme « Migration et droit » du Centre des droits de l’homme de Memorial.
Auparavant, Tatyana Kotlyar avait déjà payé une amende de 350 000 euros dans une affaire pénale d' »enregistrement fictif d’étrangers ». Le tribunal en a tenu compte, de sorte qu’elle devra payer 350 000 roubles supplémentaires sur les 700 000 roubles d’amende imposés par le tribunal + payer les 100 000 roubles d’amende restants dans le cadre de la septième affaire pénale.
Dans les 30 jours suivant l’annonce du verdict, Tatyana pourra faire appel. Mais si elle n’obtient pas satisfaction, il lui restera très peu de temps pour payer l’amende. C’est pourquoi vous pouvez contribuer à la collecte de fonds dès maintenant. La collecte est ouverte sur la carte Sberbank au numéro: 8 910 708 28 37 (Tatyana K).
La photo montre Tatyana Kotlyar et Svetlana Gannushkina de CHR Memorial, qui sont venues soutenir Tatyana lors de la réunion.

Comment nos bénévoles ont écrit des lettres aux prisonniers politiques
La semaine dernière, les bénévoles de Memorial ont organisé une soirée de lettres aux prisonniers politiques et ont écrit 16 lettres à nos collègues Oleg Orlov, Bakhrom Khamroev, Alexander Chernyshov, Mikhail Krieger, Yuri Dmitriev et à d’autres prisonniers politiques.
Les lettres sont un soutien inestimable pour les prisonniers politiques et le seul moyen d’être informé de ce qui se passe en dehors de la prison. Comme l’a écrit Oleg Orlov depuis le centre de détention provisoire à nos collègues de Novossibirsk: « Les lettres, c’est de l’air derrière les murs! »
Écrivez aux prisonniers politiques! Vous pouvez lire la marche à suivre ici: https://t.me/pzk_memorial/3088
Et si vous souhaitez vous porter volontaire, vous pouvez remplir un formulaire de candidature ici: https://airtable.com/appuGJfac5IckFRna/shrzZcfcSi3KR5mYC

Trois nouveaux prisonniers politiques et la recherche d’avocats
La semaine dernière, le projet « Soutien aux prisonniers politiques. Memorial » (https://t.me/pzk_memorial) a reconnu trois personnes comme prisonniers politiques. Voici leurs brèves histoires (les liens fournissent également des adresses pour les lettres).
• L’Ukrainien Dmytro Lisovets, https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-dmitriya-lisovcza/, originaire de Mariupol, a été condamné à 16 ans de colonie à régime strict pour avoir servi dans l' »Armée des volontaires ukrainiens » et participé à des opérations de combat contre des unités de la soi-disant DNR en 2016-2017.
Vladislav Kravaliaz, https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-vladislava-kravalya/, d’Ukhta, militant écologiste et civil, a été condamné à 6 ans et 3 mois de colonie pour des articles sur le vandalisme (pour des inscriptions anti-guerre) et la fausse déclaration en connaissance de cause d’un attentat terroriste. Le 25 septembre 2022, Vladislav a appelé la police pour signaler un incendie criminel dans un bureau d’enrôlement militaire; peu de temps auparavant, il avait trouvé le nom de son fils aîné sur la liste des mobilisés de Komi.
• Mikhail Sharygin, https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-mihaila-sharygina/, ancien membre du parti Yabloko à Nizhny Novgorod, a été envoyé dans un centre de détention provisoire dans une affaire d’implication dans le quartier général de Navalny. Il risque jusqu’à 6 ans de prison en vertu de l’article sur la participation aux activités d’une organisation extrémiste.
Les collègues ont également écrit qu’ils aimeraient aider davantage de personnes poursuivies pour leurs opinions politiques et leur fournir des avocats! Si vous êtes avocat et que vous êtes prêt à travailler sur des affaires pénales avec le projet, veuillez écrire à help.political.prisoners@memohrc.org ou au bot Telegram @pzk_vasilisa_bot

Le Groupe des droits de l’homme de Kharkiv, Memorial, Memoriaux polonais et italien et autres publications avec des collègues – dans notre digest
Le Groupe des droits de l’homme de Kharkiv a publié une étude en ukrainien sur les dommages ou la destruction de monuments historiques et de bâtiments à vocation religieuse et artistique dans l’oblast de Kharkiv par les troupes russes au cours des deux années qui ont suivi le début de l’invasion à grande échelle. Le CPP documente les crimes internationaux commis par les occupants russes en Ukraine: https://khpg.org/1608813478
Nous aimerions également vous rappeler que le Groupe des droits de l’homme de Kharkiv a récemment mis en place une ligne téléphonique d’urgence pour aider les proches des prisonniers de guerre, des prisonniers civils et des personnes disparues dans les territoires occupés par la Russie: https://missing.khpg.org/?fbclid=IwAR2Ehc-oj8eXjSgHKfRIwF7E3RQxIkWPrDgU1A9AU3UFRTuv2nRRrsgKZg0
Selon Evgeny Zakharov, au fil des ans, ils ont réussi à retrouver plus de 30 % des personnes qui leur ont été signalées.
Dans une vidéo, https://t.me/polniypc/6931, Memorial rappelle les perquisitions du 21 mars 2023 à Moscou d’ex-employés de Memorial International et de leurs proches dans l’affaire de la « réhabilitation du nazisme » (l’enquête est toujours en cours) et du coprésident de Memorial, Oleg Orlov, dans l’affaire du « discrédit » répété de l’armée. Le 27 février 2024, Orlov a été condamné à 2 ans de « camp à régime général ».

Le 22 mars 2024, le site des collègues a été bloqué en Russie: https://memorialcenter.org. Mais il peut toujours être ouvert à l’aide d’un VPN. Dans d’autres pays, le site fonctionne sans restrictions.

CDHR Memorial a également préparé des fiches sur l’histoire des manifestations de femmes en URSS et en Russie: https://t.me/polniypc/6922?single

L’exposition virtuelle « Time Vortex » présente la Marche de la compassion maternelle de 1995. Leurs collègues ont un projet spécial intitulé « 10 ans sans Natalya Estemirova »: https://archive.memohrc.org/estemirova/, consacré au travail de la défenseuse des droits de l’homme. Vous pouvez également découvrir l’histoire de la résistance des femmes contre la guerre dans les années 1980 dans notre podcast  » Protestation solitaire »: https://singleprotest.mave.digital/ep-2

Enfin, Memorial Italie, https://www.facebook.com/MemorialItalia, a récemment publié le numéro de février du recueil des manifestations contre la guerre en Russie. Des graffitis, des tracts et des rubans verts continuent d’apparaître dans de nombreuses villes – et chaque semaine, de nouvelles affaires administratives et pénales sont signalées. Les refuzniks conscients, les commémorations spontanées à la mémoire des victimes de l’attaque russe sur Kharkiv le 9 février et d’autres formes de protestation contre la guerre font l’objet d’un article en italien: https://www.huffingtonpost.it/guest/memorial-italia/2024/03/19/news/bollettino_della_russia_che_resiste_la_protesta_delle_donne_dei_soldati_al_fronte-15417428/?fbclid=IwAR0MO-mYMDry3vixaoxWetYUXpm-Nh97j7VJbfO9CTCXtftB0SMxHIgopJ8

En polonais, un tel recueil est mis à jour sur le site web du Mémorial polonais. Les collègues traduisent également en polonais les fiches d’information du projet « Soutien aux prisonniers politiques. Memorial » et parlent des nouveaux prisonniers politiques en Russie: https://www.facebook.com/memorial.poland

Enfin, nous souhaitons partager une vidéo dans laquelle Jan Rachinsky appelle le président du Kirghizstan, Sadyr Zhaparov, à opposer son veto aux amendements à la législation sur les ONG concernant les « représentants étrangers » adoptés par le Parlement. Notre collègue a rappelé une loi tout aussi répressive sur les « agents étrangers » adoptée en Russie: https://kaktus.media/doc/497919_obshestvennye_deiateli_iz_rossii_prizvali_sadyra_japarova_nalojit_veto_na_zakon_ob_nko.html

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don
par carte non russe:
https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information Memorial-Russie
16 mars 2024

Mémoire des femmes du goulag, restauration des plaques, Mémorial de Komi

Oleg Orlov a été transféré au centre de détention provisoire 5 « Vodnik »!
Écrivez-lui une lettre

Illustration de Katya Gushchina
Le 11 mars dernier, Oleg Orlov a été transféré au centre de détention provisoire 5 « Vodnik ». Selon des collègues de Memorial, https://t.me/polniypc/6914, on lui a presque immédiatement proposé de signer un accord pour participer à l’ »opération militaire spéciale ». Le défenseur des droits de l’homme leur a demandé en riant s’ils n’étaient pas gênés par son âge – il fête ses 71 ans cette année. Il a répondu que rien ne l’embarrassait. Apparemment, les recruteurs n’étaient pas gênés par le fait qu’Orlov se trouvait dans un centre de détention provisoire en raison de son discours contre la guerre en Ukraine.
Oleg Petrovich rapporte qu’il se sent bien et qu’il s’installe dans sa nouvelle cellule. Elle est petite: 10 lits pour 11 personnes. Ses compagnons de cellule le traitent avec respect et l’appellent « père ».
Vous pouvez soutenir Oleg Orlov par des lettres! Vous pouvez envoyer votre lettre par courrier: 20 Vyborgskaya Street, Moscou, 125130, Établissement pénitentiaire fédéral SIZO-5 (« Vodnik »), Service pénitentiaire fédéral de Russie, à l’attention d’Oleg Orlov, né en 1953. Vous pouvez également l’envoyer en ligne: via le service de lettres FSIN ou, si vous n’êtes pas en Russie, via PrisonMail: https://prisonmail.online
À propos, le 27 février, Amnesty International a reconnu Orlov comme un prisonnier d’opinion: https://eurasia.amnesty.org/2024/02/27/osuzhdyonnyj-sopredsedatel-rossijskogo-pravozashhitnogo-czentra-memorial-oleg-orlov-uznik-sovesti/
Au cours des années précédentes, Alexandre Soljenitsyne, Andreï Sakharov, Alexeï Navalny, Ilya Yashin, Sasha Skochilenko et bien d’autres prisonniers politiques russes ont été reconnus comme prisonniers d’opinion.

Verdicts en deuxième instance et nouvelles affaires contre des citoyens ukrainiens devant les tribunaux russes
On a appris que la cour d’appel militaire de Vlasikha (région de Moscou) a approuvé plusieurs condamnations de citoyens ukrainiens emmenés de force en Russie. Auparavant, le tribunal militaire du district sud de Rostov-sur-le-Don avait examiné leurs affaires relatives à des articles « terroristes ».
Ils ont laissé inchangée la peine pour participation à « Aidar » de Natalia Prydatchenko et Mykola Martynyuk – respectivement 5 ans de colonie pénitentiaire et 5,6 ans de colonie de régime général. Et aussi (mais la durée d’emprisonnement fixée n’est pas connue): Roman Reznik, 50 ans, originaire de Donetsk, Oleksandr Panibratts, 37 ans, habitant du village de Streltsovka, soi-disant contrôlé par la LNR, et Kateryna Korshyk, ancienne militaire ukrainienne, infirmière du bataillon Aidar. Selon les médias ukrainiens, la sclérose en plaques a été diagnostiquée chez Kateryna en 2019 et elle lutte pour sa vie depuis lors.
Et au moins huit affaires pénales contre des citoyens ukrainiens ont été déposées auprès du tribunal militaire du district sud de Rostov-sur-le-Don depuis le début de l’année: https://t.me/toposmemoru/6183
Artem Postemsky, 25 ans, originaire de Marioupol, a été accusé de « justifier le terrorisme ». Les publications sur les réseaux sociaux sont souvent à l’origine de ces affaires. Artem Postemskyi a déjà été condamné, mais la durée de la peine n’est pas connue.
Le même article est imputé à Mykola Golubov, 36 ans, habitant de Berdyansk, mais le procès n’a pas encore commencé.
Vadim Tsurkan, un habitant de Melitopol, est inculpé en vertu de six articles du code pénal russe: selon les enquêteurs russes, il se préparait à faire exploser la voiture d’un agent de la force publique locale sur les instructions des services de renseignement ukrainiens.
Anton Zhukovsky, Dmitriy Sergeyev et Yanina Akulova, selon l’enquête, se préparaient à faire exploser un engin explosif improvisé sur un marché de Melitopol sur les instructions des services de renseignement ukrainiens. Les médias ukrainiens rapportent que Yanina a été torturée après sa détention.
Margarita Kharenko, une résidente de Melitopol, employée du service bénévole local, a été accusée d’avoir organisé les explosions à Melitopol avec l’haltérophile local Sergei Avramenko.
Plusieurs chaînes de télévision de propagande russe ont parlé de la détention en Crimée de Sergei Yerzhov, originaire de Pavlograd: les enquêteurs pensent qu’il a fait exploser une conduite de gaz à Yalta sur les instructions du Service de sécurité de l’Ukraine (SBU).
Selon les médias, l’Ukrainien Sergey Kuris a été arrêté à l’automne 2019, alors qu’il se rendait de Kharkiv à Donetsk pour voir sa famille – dans une note adressée à ses proches, il a fait état de tortures constantes. Aujourd’hui, il est accusé d' »espionnage et de promotion du terrorisme ».
Igor Mozgo, 37 ans, originaire du village de Butovo, dans la région de Luhansk, est inculpé au titre de l’article sur la « participation à une communauté terroriste » – il est probablement accusé d’avoir participé à Aidar.

« Les voix de la guerre » est un projet commun du Groupe des droits humains de Kharkiv et des Memoriaux européens.
Oksana Pavlova était professeur de russe et de littérature à Mariupol. Pendant les premiers jours de l’invasion, elle a trouvé la force de soutenir ses élèves en leur disant que sa mère (une enfant de la guerre) avait survécu à Louhansk dans les années 1940 et que cette guerre devrait forcément prendre fin.
Lors de l’entretien, Oksana se souvient des terribles premiers jours de l’occupation: les habitants de Marioupol se sont retrouvés sous les bombardements, sans communication, sans lumière et sans nourriture, et des animaux enragés couraient dans les rues. Oksana et son mari ont réussi à quitter la ville occupée pour la Transcarpathie. À cause de la guerre, la femme a développé des problèmes cardiaques.
Lire l’interview en français: https://memorial-france.org/voix-de-guerre-34-oksana-pavlova-les-enfants-je-ne-pourrai-pas-donner-de-cours-parce-que-la-guerre-a-commence/
Regardez la vidéo en ukrainien avec des sous-titres en russe, allemand et italien: https://www.youtube.com/watch?v=UgfHbt7D3Wg

« Le Goulag c’était juste ici » est la suite de l’histoire de Yuri Dzeva du Memorial de Pskov.
Memorial publie le vingt-quatrième film du projet « Le Gulag c’était juste ici »,la deuxième partie des mémoires de Yuri Dzeva, président du Mémorial de Pskov. Youri raconte comment le stigmate de « fils d’un ennemi du peuple » l’a empêché de devenir pilote, comment il a refusé d’adhérer au Parti après le 20e Congrès, comment il a participé à la « semaine de la conscience », et montre des lieux associés à la terreur soviétique et au système du goulag à Pskov.
Nous avons déjà publié la première partie des mémoires, dans laquelle Yuri raconte l’arrestation de son grand-père et de son père, son expulsion de Pskov avec sa mère et son frère, sa vie dans la région de Tver sous l’occupation, le retour de sa mère de la guerre et son arrestation. Elle peut être consultée en cliquant sur le lien suivant: https://www.youtube.com/watch?v=6hSFEJdlQc8

Déportation des Vainakhs: l’histoire de la famille de M. M.
Le 23 février, date anniversaire de la déportation des Tchétchènes et des Ingouches, nous avons entamé une série de récits personnels de familles ayant survécu à la déportation. Ces récits ont été recueillis par nos collègues de Memorial, qui ont interviewé des témoins et leurs descendants pendant de nombreuses années.
Dans la famille M., six enfants sont morts de faim pendant la déportation, et deux ans après l’expulsion, déjà au Kazakhstan, les autorités ont arrêté le grand-père de M. en vertu d’un article terroriste. Les fichiers racontent comment ils ont vécu au Kazakhstan, comment la famille est retournée à Grozny dans les années 1960 (ils n’ont pas été autorisés à rester dans le village où ils avaient vécu auparavant), et comment ils parlent de la déportation en Tchétchénie aujourd’hui: https://www.youtube.com/watch?v=6hSFEJdlQc8
Le récit historique de Mairbek Vachagayev sur la déportation des Tchétchènes et des Ingouches: https://memorial.notion.site/0bf7127b0a8c44b4945cf5009c7ac8bd

Les clés de la mémoire des femmes: le musée commémoratif
Du milieu des années 1930 à la fin des années 1940, le pourcentage de femmes parmi les prisonniers a varié de 5,9 à 24%. Elles étaient beaucoup moins susceptibles d’être condamnées à l’exécution et recevaient des peines plus courtes. On pourrait dire que le système a épargné les femmes, si ce n’était le mépris accentué dont elles font l’objet dans la nature même des charges « féminines ». Pour elles, la machine répressive soviétique a inventé un article criminel commode à fabriquer: les liens familiaux avec un « traître à la patrie ».
Sur la base de l’ordre du 15 août 1937, qui lance l’opération du NKVD, des camps spécialisés pour les femmes sont créés – succursales du camp de Karaganda au Kazakhstan (dont le fameux ALZHIR – le camp d’Akmola pour les femmes de traîtres à la patrie, ainsi nommé par les prisonnières elles-mêmes), le camp de Temnikovsky en Mordovie. Les femmes jugées coupables de leur propre « trahison » (le plus souvent une « mauvaise » nationalité ou l’appartenance à une organisation religieuse) y étaient également envoyées.
Dans la collection du musée commémoratif, les objets créés, conservés et transmis par les femmes occupent une place particulière. Ayant perdu leurs maris, leurs pères et leurs fils, les femmes étaient souvent les gardiennes non seulement de leurs propres expériences, mais aussi de la mémoire familiale en général, y compris (et surtout) de ceux qui sont morts. Pour beaucoup, cependant, le désir de préserver la mémoire de l’expérience des camps, de la souffrance et de l’injustice, était une forme de protestation cachée.
En collaboration avec le Consortium des ONG de femmes, nous vous racontons comment les prisonniers du Goulag ont compris l’expérience de la captivité et de la mémoire physique comme une lutte pour se préserver et préserver leurs liens avec les êtres chers coupés par l’arrestation. Ce document est basé sur l’article d’Irina Galkova, extrait du catalogue de l’exposition « Material. La mémoire des femmes au goulag ».
Photo: Musée du Memorial: https://museum.memo.ru

Restauration des plaques de la Dernière Adresse arrachées à Moscou et à Saint-Pétersbourg
Récemment, le projet « C’était juste ici » a créé un nouvel itinéraire qui suit les traces des plaques arrachées de la Dernière Adresse à Zamoskvorechye. L’une des excursionnistes a été inspirée par les copies en carton que les activistes accrochent à la place des plaques arrachées et a voulu les fabriquer elle-même. On lui a envoyé un dessin et elle a donné à nos collègues des copies de toutes les plaques manquantes qu’ils avaient croisées lors de leur excursion, et lors de leur prochaine promenade, les excursionnistes ont accroché ces copies!
À Saint-Pétersbourg, des personnes non indifférentes continuent également à restaurer les plaques commémoratives! Récemment, sur le quai de la Fontanka, un panneau de la Dernière Adresse dédié à Konstantin Samoilov est apparu (vous pouvez en savoir plus sur son histoire ici: https://t.me/toposmemoru/6189), mais il a été rapidement arraché. L’autre jour, des militants de Saint-Pétersbourg en ont installé une copie à la place, comme ils l’ont déjà fait à maintes reprises!
Si vous avez connaissance de cas de plaques d’adresse manquantes, vous pouvez vous aussi en faire des copies et les accrocher! Nous publierons très prochainement des instructions sur la meilleure façon de procéder. Il n’y a rien de plus précieux que la non-indifférence des gens – ensemble, nous pouvons nous débrouiller de tout.

Et maintenant, parlons de l’activisme commémoratif à Syktyvkar!
En février, nous avons écrit sur la façon dont nos collègues de Komi Memorial organisent des actions en mémoire des victimes de la terreur d’État soviétique depuis 2020. Chaque mois, le 30 du mois, les activistes exposent des portraits de personnes réprimées d’une certaine profession. À Syktyvkar, il y a une chapelle – un mémorial dédié à la mémoire des victimes de la répression politique. Les portraits y sont généralement déposés.
Mais pas cette fois-ci – le 29 février, les forces de l’ordre sont intervenues pour la première fois dans l’action, et les organisateurs n’ont pas réussi à laisser les portraits pendant longtemps, comme ils l’avaient toujours fait auparavant. Mais Igor Sazhin, de Komi Memorial, n’a pas manqué l’occasion de parler aux policiers pendant qu’ils appelaient leurs supérieurs et attendaient qu’ils prennent une décision au sujet de l’action: « Nous avons commencé à parler aux policiers. C’étaient des jeunes. Nous avons discuté de la nécessité de préserver la mémoire, de notre projet « Marcher à Ust-Sysolsk », nous avons raconté des faits intéressants de l’histoire de la ville. Nous sommes restés environ 10 minutes, puis j’ai récupéré les portraits et je suis rentré chez moi. »
Dans les fichiers, il est question des médecins dont les portraits n’ont pas pu rester le 29 février.

Rapport sur la collecte, cinq nouveaux prisonniers politiques et fiches sur la façon de contacter le projet
Au cours de la semaine écoulée, le projet « Soutien aux prisonniers politiques. Memorial », https://t.me/pzk_memorial, a reconnu cinq personnes comme prisonniers politiques. Voici leurs brèves histoires (les liens fournissent également des adresses pour les lettres).
Vladislav Vertinsky
https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-vladislava-vertinskogo/, originaire d’Ukhta, a été condamné à trois ans de prison pour avoir écrit « putler karut » (orthographe préservée) sur le monument local de la Flamme éternelle. Il a été condamné en vertu des articles relatifs à la « dégradation d’une structure commémorative dédiée aux défenseurs de la patrie » et à la « réhabilitation du nazisme ».
Dmitry Lyamin
https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-dmitriya-lyamina/, de Shuya, a été condamné à 8 ans de régime strict en vertu de l’article sur les actes terroristes, pour avoir tenté d’incendier un centre de recrutement militaire (qui n’a pas fait de blessés).
Nikolai Farafonov
https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-nikolaya-farafonova/, auteur de la chaîne Telegram d’opposition « Komyak cynique », https://t.me/s/cinic_komyak, a été envoyé dans un centre de détention provisoire dans une affaire de justification du terrorisme pour des messages anti-guerre.Deux Témoins de Jéhovah d’Omsk, Leonid Pyzhov et Sergei Rygaev, https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnymi-dvuh-svidetelej-iegovy-iz-omska/, ont été placés en détention provisoire pour avoir organisé les activités d’une organisation extrémiste. Sergey a été arrêté dans la rue par des agents de la force publique, qui l’ont frappé à plusieurs reprises et l’ont forcé à déverrouiller son téléphone. Lors de la perquisition, des appareils électroniques et trois exemplaires de la Bible ont été saisis dans la famille du croyantLes collègues ont préparé des fiches expliquant ce qui est nécessaire pour reconnaître une personne comme prisonnier politique, dans quels cas il est utile de s’adresser à elle et comment le faire le plus efficacement possible. Ils ont également partagé un rapport sur la collecte de fonds pour aider les femmes prisonnières politiques. Vous pouvez lire ici qui a déjà été aidé et qui le sera bientôt:https://memopzk.org/news/pomoshhi-budet-bolshe/

Le procès de Maksim Butkevich, l’élection d’Akhmat Kadyrov, l’autonomie non autonome, le Livre de la Mémoire de Moscou et le Musée de la Mémoire – dans notre digest.
Le 13 mars, la Cour suprême de Russie a confirmé la condamnation à 13 ans de prison du militant ukrainien des droits de l’homme Maxim Butkevich, précédemment reconnu comme prisonnier politique. Maxim Butkevich a participé à l’audience par liaison vidéo depuis le SIZO-1 à Luhansk. Il était accompagné de Svetlana Gannushkina du Memorial Centre for Human Rights et de six autres auditeurs. Détails sur la réunion et la persécution du défenseur des droits de l’homme sur le site du Centre pour les droits de l’homme : https://memorialcenter.org/news/sud-ostavil-v-sile-prigovor-ukrainskomu-pravozashhitniku-butkevichu (Photo: Mediazona)
Dans le cadre du projet spécial « 30 ANS AVANT » de CHR Memorial, les journalistes de Kavkaz.Realii ont recueilli des témoignages sur la façon dont Akhmat Kadyrov – le père de Ramzan Kadyrov, ancien mufti d’Ichkeria, qui a fait défection en Russie en 1999 – est devenu président de la République tchétchène en 2003. Des collègues ont préparé un bref résumé de l’article: https://t.me/polniypc/6903
« Autonomie non-autonome » est un article d’Olga Abramenko d’ADC Memorial sur la façon dont une stratégie d’État sur « l’unité de la nation » en supprime une autre, officiellement déclarée mais en fait ignorée, sur le « développement ethnoculturel des peuples de Russie »: https://adcmemorial.org/statyi/kolonki/neavtonomnaya-avtonomiya/
La chaîne Telegram « C’était juste ici » a publié une nouvelle histoire dans la rubrique #moscowmemorybook. « Ma conscience est totalement claire et c’est la principale chose qui me maintient moralement en vie. Mais s’il n’y a pas de raisons qui dépendent de moi, il y a, apparemment, des raisons générales, dont je suis victime.[…] Beaucoup d’anciens trotskistes, qui sont bien conscients de ma lutte active avec l’opposition, se contentent de rire et de badiner en disant que même des gens aussi « orthodoxes » que moi n’ont pas été épargnés par la main punitive du NKVD. Vous pouvez juger maintenant de la position insensée dans laquelle je me trouve parmi ces gens », écrivait Arkady Maimin depuis sa prison à sa sœur dans les années 1930: https://t.me/righthererightthen/468?single
Sur la page Facebook du musée commémoratif, on trouve également l’histoire de l’artiste Eros Glikman, condamné en 1933 dans une affaire impliquant une organisation de jeunesse terroriste présumée, ainsi qu’une linogravure de son œuvre. Libéré de prison en 1935 et incapable de retourner à Moscou, l’artiste a vécu un temps à Saransk, puis à Kashira, avant de disparaître sans laisser de traces – son sort reste inconnu même de ses proches: https://www.facebook.com/memorial.museum/posts/pfbid036pLsTNzTNQFcvXPMgQSQxHLxoA55rpmTi7LAb3j5UQQdKBUu5tCQb9NvqjRmzReal

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don
par carte non russe:
https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information Memorial-Russie
13 mars 2024

13 mars, 18:00, Pise: projection de «20 jours à Marioupol»
Le 13 mars, Pise accueillera une projection du documentaire « 20 jours à Marioupol »(https://www.facebook.com/20daysinmariupol, réalisé par Mstislav Chernov. Des journalistes ont passé 20 jours dans la ville assiégée de Marioupol, documentant l’issue de la vie normale: crimes de guerre et pillages. La projection sera soutenue par Memorial-Italie, https://www.facebook.com/MemorialItalia, et vous pouvez en savoir plus en cliquant sur le lien: https://www.arsenalecinema.com/contenitori/20-days-in-mariupol?fbclid=IwAR1ICg4flek89ufR_iM2ACb2UpF2hC1GFCPlqZkTNFpy2r8KBpeX35Nozv0

5 mars, 19:00, Weimar: soirée de lettres aux prisonniers politiques
Illustration: A. M.
Une soirée de lettres aux prisonniers politiques aura lieu à Weimar. Selon l’estimation minimale de Memorial, il y a actuellement 683 prisonniers politiques en Russie qui sont derrière les barreaux en raison de leur désaccord avec le gouvernement actuel ou la guerre en Ukraine.Personne ne devrait être laissé seul face au système. Par le biais de lettres, vous pouvez apporter votre soutien, partager des informations, vous défendre. La soirée vous indiquera les sujets sur lesquels vous pouvez écrire, vous aidera à vous y retrouver et vous donnera les outils dont vous avez besoin. Si vous êtes d’humeur pour une longue correspondance, les organisateurs vous demandent d’apporter un ordinateur ou une tablette si possible.
Pour participer, remplissez le formulaire en cliquant sur le lien: https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLScxXy4gNVSTtoboVfJx0rzyJ8l3F5CpnPX1Zh67z8eEYv_hqA/viewform

Les candidatures seront acceptées jusqu’au 17 mars, en ligne: école des droits humains Elena Bonner
L’équipe de l’école lance son huitième cycle, au cours duquel elle discutera des questions actuelles en matière de droits humains en Russie et dans le monde. L’école sera dirigée par des militants des humains, des experts de Memorial et d’OVD-Info, des avocats et des journalistes en exercice, ainsi que des représentants de mouvements militants.
L’école est ouverte aux participants âgés de 18 ans et plus. Les réunions se tiendront en ligne: le soir en semaine et l’après-midi le week-end. Vous pouvez remplir le questionnaire de participation en cliquant sur le lien.

« C’était juste ici »: excursions à Moscou et à Pushkino
 15 mars, 17:00, Moscou: plaques disparues à Zamoskvorechye
En 1935, les membres de l’Union des écrivains d’URSS ont reçu un immeuble qui leur était réservé, située dans la rue Lavrushinsky. Les écrivains n’y ont pas reçu d’appartements gratuits, et le coût du logement y était assez élevé. De plus, tous ceux qui le souhaitaient n’avaient pas le droit d’obtenir un appartement. L’un de ceux qui n’ont pas pu l’obtenir est Mikhaïl Boulgakov. Certains écrivains ont reçu des appartements, mais n’ont pas eu le temps d’emménager – en 1937, de nombreux candidats au logement dans la Maison des écrivains ont été victimes de la terreur d’État.
Nous parlerons des habitants de la maison de la rue Lavrushinsky au cours de l’excursion de ce vendredi. Nous verrons également comment fonctionne le projet Dernière adresse à Zamoskvorechye. Toutes les visites sont gratuites (une inscription préalable est nécessaire (https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2803897/), mais vous pouvez nous soutenir sur donate.memo.ru: https://donate.memo.ru

16 mars, 13:00, Moscou, excursion au canal de Moscou
La construction du canal Moscou-Volga a été, à bien des égards, la continuation de la construction du canal Mer Blanche-Baltique. Le personnel de direction, les baraquements, les prisonniers et les travailleurs déjà condamnés, désormais indépendants, ont été transportés depuis le chantier. Nombre d’entre eux n’ont pas terminé leur séjour sur le nouveau chantier – l’ouverture du canal a été suivie par l’arrestation du personnel d’encadrement et des prisonniers.
Dans les archives de Memorial se trouvent les mémoires de Tatyana Lytkina, une travailleuse non détenue. Elle raconte l’histoire d’une connaissance qui a vu Firin, le chef des deux chantiers, en sanglots, être emmené la nuit sous escorte. Au total, 218 personnes ont été arrêtées dans le cadre de l' »affaire Firin » – essentiellement des représentants de l’élite du camp et des créateurs. Parmi les victimes se trouvaient des chefs de chantier, des artistes, des écrivains, un réalisateur de films d’avant-garde, des architectes de l’atelier d’architecture Dmitrov et bien d’autres encore. Vous pouvez vous inscrire à l’excursion en cliquant sur le lien.

16 mars, 15:00, Moscou, terreur d’État à Pushkino
Lors d’une excursion dans la région de Moscou, nous verrons également des traces de la construction du canal Moscou-Volga. Cette construction a considérablement modifié le terrain: des terres ont été confisquées aux paysans, une carrière spéciale a été creusée et le barrage d’Akulovskaya a été créé. Au cours de l’excursion, nous verrons également un petit bâtiment du NKVD GULZhDS, conservé à Pushkino. Nous parlerons du mode de vie et de travail des géomètres et des constructeurs de chemins de fer.
À la fin de l’excursion, nous visiterons la datcha de Maïakovski. La datcha louée par Maïakovski dans les années 1920 appartenait à Vassili Vyacheslavov, qui possédait à l’époque plusieurs maisons, un quai pour bateaux et un atelier de fabrication de feux d’artifice sur Akulova Gora. Dans les années 1930, Vyacheslavov est reconnu comme koulak et ses maisons sont confisquées, puis il est arrêté et fusillé au polygone de Butovo. Le locataire suivant de la « datcha Mayakovsky » est arrêté dans le cadre de l' »affaire Shakhtinsky ». S’inscrire pour participer à l’excursion: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2803896/

16 mars, 14:00, Moscou: Taganka et son quartier
La prison de Taganka ne figure plus sur la carte de Moscou, mais de nombreux souvenirs s’y rattachent, ainsi qu’à la prison de Butyrskaya. La prison de Taganka est célèbre pour le fait qu’avant la fusillade du champ de tir de Butovo, la plupart des prisonniers y sont passés. De nombreuses personnes se souviennent également qu’à la prison de Taganskaya, les aveux étaient constamment extorqués par la torture.
Lors de l’excursion, nous parlerons de ses prisonniers et de l’évolution des conditions de détention à l’époque tsariste, dans les premières années du pouvoir soviétique et pendant la période de la Grande Terreur. Inscription sur le lien: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2803895/

16 mars, 15:00, Moscou: Yakimanka. Topographie de la terreur
Au cours d’une promenade le long de la Yakimanka, nous parlerons de la façon dont les enfants des rues survivaient dans les rues de l’URSS. Que faisaient les autorités pour les aider? Comment les scientifiques soviétiques ont-ils été réprimés sur la base d’accusations absurdes et comment les écrivains qui ont essayé de servir leurs supérieurs ont-ils tout obtenu, alors que les autres n’a rien obtenu?
Nous passerons devant la Maison des écrivains, l’adresse principale d’Anna Akhmatova à Moscou, ainsi que devant les maisons où vécurent les dissidents Alexander Ginzburg et Vadim Delaunay – inscription ici: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2803903/

 17 mars, 14:00, Moscou: la Loubianka et son quartier
Nous verrons des contrastes importants: le centre même de Moscou et une place d’exécution, un garage et un parc automobile spécial de l’OGPU-NKVD-KGB, où, selon les estimations les plus approximatives, de 10 000 à 15 000 personnes ont été fusillées ; le centre d’information et d’accueil du NKVD et la Croix-Rouge politique de Moscou, qui fournissait une assistance aux prisonniers politiques et à leurs familles, le tout dans un même bâtiment.Lors de la promenade de dimanche, nous vous dirons où se trouvait la célèbre prison intérieure de la Loubianka et ce que faisaient les employés de la « Maison d’exécution » au travail. Inscription sur le lien: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2803904/

17 mars, 15:00, Moscou: autour d’Ivanovskaya Gorka
«Si vous voulez observer quelque chose de la vie, venez dans notre cour, il y a de quoi rire…» (Isaac Babel)
Nous ne nous pencherons pas sur la cour d’Odessa, mais nous nous rendrons à l’endroit où Babel a vécu à Moscou, et où le panneau de la dernière adresse portant son nom est installé sur un immeuble moderne. Pourquoi près de la célèbre Maison des aviateurs, où vivait l’actrice Valentina Serova avec son mari, a-t-on soudain découvert la trappe d’un égout de Prague? Quelle était la dernière adresse de Marina Tsvetaeva à Moscou et où vivait « Alexandre Herzovitch, un musicien juif »? Nous parlerons de tout cela et de bien d’autres choses encore lors de l’excursion de dimanche, inscrivez-vous en cliquant sur le lien: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2803898/

17 mars, 15:30, Moscou: des répressions intenses
«Et dans la trente-troisième année Je me suis fait prendre, mais pas dans les ennuis, mais dans l’histoire. Comme il est ridicule de passer à travers non pas une porte, non pas une fenêtre, seulement une lucarne, et pourtant si soigneusement barrée que la crête des nuages la traverse comme une chaîne d’anneaux de fer.»
L’auteur de ce poème est Natalia Gorbanevskaya, une dissidente et l’une des participantes à la manifestation contre l’invasion soviétique de la Tchécoslovaquie. Comme des centaines d’autres dissidents en URSS, elle a été déclarée folle et envoyée pour un « traitement » forcé dans un hôpital psychiatrique spécial. Depuis les années 1960, la pratique du massacre des dissidents avec l’aide de la psychiatrie punitive s’est généralisée.
Au cours de l’excursion, nous expliquerons comment et par qui d’effroyables diagnostics ont été posés sur des personnes en bonne santé, et ce qui attendait les prisonniers politiques reconnus comme aliénés. N’oubliez pas de vous inscrire: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2803899/

21 mars-24 mars: excursions à Moscou!
21 mars 17:30 – Autour de la prison Butyrskaya
22 mars 17:00 – Cours entre Pokrovka et Chistoprud’ye
23 mars 14:00 – Yakimanka. Topographie de la terreur
23 mars 15:00 – Les plaques manquantes de Zamoskvorechye
24 mars 14:00 – Reportage sur Socrates
24 mars 14:00 – Une promenade dans l’Académie Timiryazev
24 mars 15:00 – Presnya, qui n’existe pas
Vous pouvez suivre les annonces des promenades dans le canal «C’était juste ici», et les liens vers les inscriptions apparaîtront plus tard.

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don
par carte non russe:
https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information Memorial-Russie
9 mars 2024

8 mars – Journée de solidarité des femmes dans la lutte pour l’égalité des genres et l’émancipation
Soft Power et Memorial ont rassemblé des portraits de femmes prisonnières politiques – vous pouvez les télécharger ici: https://drive.google.com/drive/folders/1xdbZ1qu8x_9ARY1h7R8mKZSPhcsFUD_n, et les utiliser comme cartes postales! Pour en savoir plus sur les affaires pénales, cliquez ici:  https://docs.google.com/document/d/16nUnMOqouXCOu75_HaSF_xO2UmJ5OLnA0PZz9P-XDCA/edit
La liste des prisonniers politiques compte moins de femmes que d’hommes, ce qui reflète la nature patriarcale de l’État sécuritaire russe. Le courage de ceux qui se sont battus pour les droits civils et ont été emprisonnés est admirable – et non moins admirable est le courage des femmes qui continuent à se battre contre la guerre, pour les droits civils pour tous et pour l’égalité des sexes à différents niveaux, malgré tous les risques et les menaces.
Et nos collègues de Memorial ont fait une sélection d’ONG qui aident les femmes, parmi lesquelles les organisations Nous avons besoin d’aide: https://nuzhnapomosh.ru/donate/
• Violence.net: https://nasiliu.net/podderzhat/
• le Consortium des ONG de femmes: https://wcons.net/pomoshh/
• E.V.A.: https://evanetwork.ru/ru/pomoch-assotsiatsii/
• Sœurs: https://donate.sisters-help.ru
• le groupe de crise SC SOS: https://sksos.org/help/
• Nochlezhka: https://homeless.ru/how_to_help/
Aujourd’hui, le secteur à but non lucratif traverse les moments les plus difficiles de l’histoire de la Russie moderne, et l’aide est très nécessaire. 

Il y a 80 ans, le 8 mars 1944, les autorités soviétiques commençaient la déportation du peuple Balkar
Pour certains, le 8 mars est une journée de lutte pour les droits des femmes. Mais il y a des gens qui se souviennent de ce jour différemment, comme un jour de commémoration de la déportation de femmes, d’hommes, d’enfants et de personnes âgées.
Le 8 mars 1944, les autorités soviétiques ont commencé la déportation des Balkars de leur terre natale vers les républiques d’Asie centrale. Tout un peuple, près de 40’000 Balkars, était accusé d’avoir collaboré avec les nazis pendant l’occupation d’une partie de la Kabardino-Balkarie. Des familles avec des enfants et des personnes âgées ont été chargées dans des wagons et envoyées loin de leur terre natale. Le retour et la renaissance du peuple balkar ont eu lieu le 28 mars 1957, soit 13 ans plus tard. Mais tout le monde n’est pas revenu.
Dans les fiches, https://t.me/toposmemoru/6107, lisez les témoignages des survivants de la déportation, et sur le lien – des documents détaillés: https://memorial.notion.site/66f07ecf6de14924af73304187efb2d0

Cette même année 1944, le 23 février, a commencé la déportation des Tchétchènes et des Ingouches.
Les témoins oculaires de la déportation des Balkars, avec lesquels nous nous sommes entretenus, ont rappelé que les jours fériés étaient souvent choisis pour les opérations de masse – les jours fériés, tout le monde était à la maison, ce qui signifiait qu’il était plus facile d’atteindre la plupart d’entre eux. Le 23 février, date anniversaire de la déportation des Tchétchènes et des Ingouches, nous avons entamé une série de reportages relatant les histoires personnelles de familles ayant survécu à la déportation: https://t.me/toposmemoru/5934
Comme les Balkars, les Tchétchènes et les Ingouches ont été accusés par les autorités soviétiques de « collaboration avec les nazis ».
Les fichiers racontent l’histoire de la famille de Timur: https://t.me/toposmemoru/6041?single
La famille de Timur est ingouche; ses parents sont nés au Kazakhstan pendant les années de déportation. Timur a appris l’histoire de son peuple bien plus tard, par ses grands-parents, lorsque sa famille est retournée dans le Caucase. Ces récits ont été recueillis par nos collègues du Mémorial, qui ont interrogé des témoins et leurs descendants pendant de nombreuses années. L’historien tchétchène Mairbek Vachagayev a préparé un récit historique décrivant les détails de la déportation des Tchétchènes et des Ingouches: https://memorial.notion.site/0bf7127b0a8c44b4945cf5009c7ac8bd

Nous continuons à parler des crimes du régime soviétique
Au cours du XXe siècle, les habitants du Kazakhstan ont subi à deux reprises des famines massives qui ont balayé l’actuel territoire du pays. La première famine a eu lieu en 1921-1922 et la seconde en 1930-1933. Dans la littérature kazakhe, ces périodes sont connues sous le nom d' »Asharshylyk » (famine) et resteront à jamais des pages terribles de l’histoire du Kazakhstan.
De nombreuses informations sur ce qui s’est passé à l’époque n’ont été connues que des décennies plus tard. Et certaines restent encore confidentielles. Aujourd’hui, les historiens du Kazakhstan et d’autres pays continuent d’étudier Asharshylyk et d’évaluer la politique du gouvernement soviétique, qui est en grande partie responsable de cette tragédie.
En collaboration avec l’équipe de Factcheck.kz https://factcheck.kz, nous avons préparé un document dans lequel nous évoquons les causes et les conséquences de la famine de masse dans la steppe:https://t.me/toposmemoru/6061

« Le goulag, c’est ici même » – un récit de Vladimir Kulikov de Memorial de Toula
Vladimir Kulikov est né à Toula en 1937. En 1941, sa famille a été évacuée vers l’Oural après le départ de l’usine d’armement où travaillait son père. Au front, son père a disparu et, après la guerre, son frère aîné est décédé. Vladimir a servi dans l’armée de l’air et, après sa démobilisation, il est entré en 1961 à la faculté d’urbanisme de Leningrad. Après avoir obtenu son diplôme, il a travaillé comme architecte en chef de Valdai et architecte de l’atelier de restauration scientifique d’Arkhangelsk.
Dans les années 1970, Vladimir est revenu à Tula et a commencé à protéger les quartiers historiques de la destruction. Il est l’auteur de nombreux projets architecturaux, de projets de restauration de monuments, de monuments et de panneaux commémoratifs. Depuis les années 1990, Vladimir s’emploie à préserver la mémoire de la terreur d’État à Toula et dans sa région.
Regardez le vingt-troisième film du projet “Le Goulag c’est ici même”: https://www.youtube.com/watch?v=sf7ygHGaMA4 et abonnez-vous à notre chaîne Youtube: https://www.youtube.com/watch?v=sf7ygHGaMA4
Nous vous sommes toujours reconnaissants de votre soutien sur donate.memo.ru, il nous aide à poursuivre notre travail!

Et nous continuons également à partager des histoires sur l’activisme commémoratif
Le 17 décembre 2023, sur l’avenue Izmailovsky à Saint-Pétersbourg, trois membres de la même famille fusillés en 1938 – Martha May, Woldemar Seidel et Ernest Seidel – ont reçu des plaques commémoratives.
Martha May et son mari Woldemar Seidel vivaient à Leningrad et élevaient leur fils Vladimir. Martha a été la première femme organiste à la Petrikirche, et Woldemar était mécanicien dans les ateliers expérimentaux de l’Institut d’optique. Le frère de Woldemar, Ernest, a épousé la sœur de Martha, Erna, et les familles vivaient côte à côte.
La persécution de la congrégation de la Petrikirche a commencé en 1935, et l’église elle-même a été fermée la veille de Noël 1937 – les gens sont venus pour le service de la veille de Noël et ont été accueillis par une église scellée. Martha est arrêtée le 21 février 1938 pour « activité contre-révolutionnaire ». Elle a été fusillée le 14 avril. Le mari et le beau-frère de Marta sont arrêtés le même jour, le 23 février 1938, pour espionnage et « activité contre-révolutionnaire ». Ils ont été fusillés le 28 juin. Au total, la moitié de la famille Maev-Zeidel a été soumise à la répression.
Il y a quelques jours, l’une des plaques – plus précisément la plaque dédiée à Ernest Zeidel – a disparu. Mais des militants inconnus de Saint-Pétersbourg en ont rapidement posé une nouvelle, en carton. La mémoire est plus forte que les tentatives de cacher le passé « désagréable ». Les noms des personnes qui ont été perquisitionnées une nuit et que leurs proches n’ont jamais revues reviendront encore et encore sur les façades des maisons.

Et malheureusement, nous continuons à raconter les procès de citoyens ukrainiens en Russie
À Rostov-sur-le-Don, des procès de prisonniers de guerre et de civils ukrainiens enlevés et emmenés en Russie ont lieu chaque semaine. Récemment, trois autres citoyens ukrainiens ont été condamnés à de longues peines de prison.
Serhiy Krivitsky, https://t.me/toposmemoru/6082?single, a été condamné à 11,5 ans de colonie à régime strict dans une affaire d' »espionnage ». Le procès s’est déroulé à huis clos, de sorte que nous ne savons même pas ce que Serhiy a dit, mais nous savons que, selon l’enquête, il a tenté d’acquérir des « produits militaires top secrets ».
Dmytro Yevgan, https://t.me/toposmemoru/6105, un marin chevronné du corps des marines de l’AFU, a été condamné à 20 ans d’emprisonnement dans une colonie à régime strict. Il est accusé de « prise de pouvoir par la force », de « tentative de meurtre motivée par la haine », d' »entraînement au terrorisme » et de « traitement cruel de civils ». Selon plusieurs médias russes, Dmytro Yevgan s’est rendu après avoir été encerclé.
Le militaire ukrainien Serhiy Skidan, https://t.me/toposmemoru/6088, a été condamné à 18 ans de colonie à régime strict. L’affaire contre Skidan a été portée devant le tribunal à la fin du mois d’avril 2023, et la procédure a duré 11 séances. Il était accusé de prise de pouvoir par la violence, de participation à une communauté terroriste et d’entraînement au terrorisme.

Soutenez Alexander Chernyshov par correspondance
Notre collègue Alexander Chernyshov, qui travaillait au Centre de la mémoire historique et au Mémorial de Perm, a récemment vu sa détention prolongée jusqu’au 9 avril. Alexander est en détention provisoire depuis mai 2023.
Il convient de rappeler qu’Alexander Chernyshov est accusé de « tentative de contrebande de biens culturels », tout comme Robert Latypov, ancien président du Mémorial de Perm. L’enquête affirme qu’ils ont tenté de faire passer en contrebande à l’étranger des documents provenant des archives du Mémorial de Perm. Les documents en question étaient liés au flux de documents de l’organisation (qui a été liquidée par décision du ministère de la justice et du tribunal en avril 2022). L’enquête estime maintenant que ces documents ont une « valeur culturelle » particulière.
L’acte d’accusation a été approuvé pour Alexander Chernyshov et le procès sur le fond de l’affaire devrait commencer bientôt. L’enquête a également approuvé l’inculpation de Robert Latypov. Il se trouve hors de Russie.
Soutenez Alexander Chernyshov en détention, écrivez-lui une lettre dans le centre de détention provisoire! Si vous n’avez pas la possibilité d’écrire une lettre vous-même, écrivez-nous dans le bot: https://t.me/memorialtalks_bot
Nous lui transmettrons! Vous pouvez envoyer une lettre papier à Alexander ou via les services en ligne FSIN-Pismo, Zonatelecom et Rosuznik: 24 Klimenko St., Perm, Perm, Région de Perm, Russie, 614000, Russie, 24 Klimenko St., SIZO-1, GUFSIN de Russie pour la région de Perm, Chernyshov Alexander Anatolievich, né en 1972.

Cinq nouveaux prisonniers politiques et deux collectes fermées
Au cours de la semaine écoulée, le projet « Soutien aux prisonniers politiques. Memorial » (https://t.me/pzk_memorial) a reconnu cinq personnes comme prisonniers politiques. Voici leurs brèves histoires (les liens fournissent également des adresses pour les lettres).
Oleg Orlov (https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-pravozashhitnika-olega-orlova/) notre collègue, défenseur des droits de l’homme et coprésident de Memorial, a été condamné à deux ans et six mois de colonie pénitentiaire pour avoir « discrédité » l’armée à plusieurs reprises – pour un article anti-guerre dans lequel il qualifiait le régime de Poutine de fasciste. Récemment, le président du comité Nobel a qualifié la condamnation d’Oleg Orlov de « politiquement motivée »: https://www.golosameriki.com/a/nobel-committee-calls-orlov/7507393.html
Eduard Charlot (https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-muzykanta-eduarda-sharlota/) un musicien de Samara, a été envoyé dans un centre de détention provisoire pour des articles concernant la profanation de symboles de la gloire militaire, l’insulte aux sentiments des croyants et la détérioration de documents en raison de ses déclarations contre les autorités russes et la guerre avec l’Ukraine. Il a également été soumis à un examen psychiatrique obligatoire.
Oleg Pankov (https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-olega-pankova/) homme politique d’opposition et militant de Komsomolsk-sur-Amour, a été envoyé dans un centre de détention provisoire pour avoir « discrédité » l’armée en raison de publications anti-guerre sur Internet.
Vyacheslav Reznichenko (https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-vyacheslava-reznichenko/) un baptiste de Primorye, a été condamné à deux ans et demi de colonie pénitentiaire pour avoir refusé d’entrer en guerre avec l’Ukraine.
Le témoin de Jéhovah Alexander Chagan (https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-svidetelya-iegovy-iz-tolyatti/) de Togliatti, a été condamné à 8 ans de prison en vertu d’un article sur l’organisation des activités d’une organisation extrémiste.
Les collègues remercient tous ceux qui ont aidé à clôturer la collecte de fonds pour aider les prisonniers persécutés pour leur position anti-guerre (les collègues ont déjà pu aider 12 des 19 personnes qui ont demandé à participer à la collecte de fonds, et grâce au fait qu’ils ont pu collecter plus de fonds, ils pourront en aider 28 de plus! – 14 prisonnières politiques. Pour aider le projet à répondre rapidement à toutes les demandes, vous pouvez laisser un don à partir d’une carte russe ou non russe (ou en crypto-monnaie) sur le site web: https://memopzk.org/news/sbor-dlya-zhenshhin-politzaklyuchyonnyh-uspeshno-zakryt/

Mémoriaux ouralien, polonais et tchèque, CDHR et ADC, interviews et podcasts avec des collègues – dans le Memorial Digest
• Le 6 mars, notre collègue Yuri Dmitriev a reçu le titre de Juste parmi les Nations à Milan, voir les photos de la cérémonie: https://t.me/toposmemoru/6099
Le 8 mars, ADC Memorial a résumé les résultats de la campagne #AllJobs4AllWomen (https://adcmemorial.org/novosti/glavnoe/kampaniya-alljobs4allwomen-uspehi-adcz-memorial-i-ego-partnerov-v-borbe-za-otmenu-ogranichenij-truda-zhenshhin-v-regione-vostochnoj-evropy-i-czentralnoj-azii/?fbclid=IwAR3SFQ9DnpQtwzj5KWAt-MOHWfi-ggE41QfkHO_tECZat0FSS6WKfMqL65g) lancée il y a six ans et visant à l’abolition complète de toutes les interdictions professionnelles imposées aux femmes en Europe de l’Est et en Asie centrale. Sur les 10 pays de la région qui avaient des listes de professions interdites, seul le Kirghizistan n’a pas encore modifié ses lois et pratiques.
• Memorial-droits humains a préparé des fiches sur la marche de compassion des mères « Au nom de la vie » (https://t.me/polniypc/6850) qui est partie de Moscou pour rejoindre Grozny le 8 mars 1995, au plus fort de la première guerre de Tchétchénie. Cette action anti-guerre était organisée par le « Comité des mères de soldats » et l’ordre bouddhiste « Nipponzan-mehoji », et Memorial s’y est également joint.
• Le CDHR a également publié un nouvel épisode du podcast “La guerre qui n’a pas eu lieu” (https://podcast.ru/e/61i3jbQ4FoS) sur la première guerre de Tchétchénie. Notre collègue Alexander Cherkasov y parle de l’attaque terroriste de 1996 à Kizlyar et de l’une des opérations les plus ratées des forces de sécurité russes.
• Le site web du Mémorial de l’Oural est à nouveau disponible (https://ekmemorial.org) son blocage a été contesté devant un tribunal! Le site parle des habitants de l’Oural qui ont été réprimés par les autorités soviétiques et des activités visant à immortaliser leur mémoire. On y trouve un index alphabétique des victimes de la répression à 12 kilomètres de Moskovskiy Tract et un calendrier de la terreur avec les noms des victimes pour chaque jour d’exécution en 1937-1938. •Memorial République tchèque (https://www.facebook.com/memorialCR) a diffusé un reportage sur le vernissage de l’exposition de Lili Matveeva « Mémorial contre la guerre », qui se tient jusqu’au 20 avril à Brno. L’une des photos du reportage figure sur la couverture: https://www.em.muni.cz/udalosti/17250-memorial-proti-valce-zachycuje-protivalecne-protesty-v-rusku?fbclid=IwAR1lFV_np4a4T_EvXamYcDnGyVSgusMFPE5rdrjhFnTXLU_UPL4A_rYnBZA
• « Malgré l’ampleur de la répression, la protestation ne peut plus rester longtemps sous l’asphalte » (https://www.polskieradio.pl/397/7836/Artykul/3344607), Anna Radziwon, de Memorial Pologne, a parlé dans une interview de l’évolution des opinions d’Alexei Navalny et de son héritage politique.
• Et notre collègue Alexandra Polivanova parle des perquisitions à Memorial, des affaires pénales et des procédures de liquidation dans cette interview: https://www.youtube.com/watch?v=nxbkcQm-mVY
• Natalia Morozova, du Centre des droits de l’homme de Memorial, a commenté la façon dont l’interdiction de la publicité des agents étrangers affecte les ONG et l’infrastructure caritative en Russie. Par ailleurs, vendredi dernier, le ministère russe de la justice a ajouté nos collègues à la liste des agents étrangers: https://www.forbes.ru/forbeslife/507544-nuzna-pomos-kak-zapret-reklamy-u-inoagentov-povliaet-na-blagotvoritel-nost

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don
par carte non russe:
https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information Memorial-Russie
2 mars 2024

Oleg Orlov a été condamné à deux ans et demi de prison

Le 26 février, la dernière audience dans l’affaire d’Oleg Orlov, co-président du Centre central des droits de l’homme Memorial, s’est tenue. Lors de l’audience, le procureur Vorobieva a demandé 2 ans et 11 mois d’emprisonnement dans une colonie à régime général pour le défenseur des droits de l’homme.
Comme lors de l’audience précédente, Orlov a refusé de participer à ce procès injuste et s’est réservé le droit d’avoir le dernier mot. Pendant toute la durée du procès, il a lu le livre « Le procès » de Franz Kafka. Vous pouvez lire la retransmission du débat (https://memorialcenter.org/news/delo-orlova-26-fevralya-vystuplenie-advokata-tertuhinoj-v-preniyah) dans lequel l’avocate d’Orlov, Katerina Tertukhina, s’est exprimée et le dernier mot du défenseur des droits de l’homme sur le site du Centre de la mémoire (https://memorialcenter.org/news/poslednee-slovo-orlova) – à propos, hier, le ministère de la Justice de la Fédération de Russie a ajouté nos collègues au registre des agents étrangers. Nous aimerions en citer un extrait:
« Je n’ai pas commis de crime. Je suis jugé pour un article de journal dans lequel j’ai qualifié le régime politique établi en Russie de totalitaire et de fasciste. Cet article a été écrit il y a plus d’un an. À l’époque, certaines de mes connaissances pensaient que j’exagérais.
Mais aujourd’hui, il est évident que je n’exagérais pas du tout. Dans notre pays, l’État contrôle à nouveau non seulement la vie publique, politique et économique, mais il revendique également un contrôle total sur la culture, la pensée scientifique et envahit la vie privée. Il devient omniprésent. »
Le lendemain, 27 février, le tribunal a déclaré Oleg Orlov coupable et l’a condamné à 2 ans et 6 mois de colonie à régime général. Le défenseur des droits de l’homme a été placé en détention dans la salle d’audience.Orlov se trouve maintenant au centre de détention provisoire 7 « Kapotnya ». Il y passera probablement les deux prochaines semaines en quarantaine. Oleg Petrovich peut être soutenu par des lettres, que nous recommandons d’envoyer en ligne via FSIN-letter (https://f-pismo.ru/new/main/create/letter/department/) : Moscou, SIZO-7 Kapotnya, Oleg Petrovich Orlov, né en 1953.Il est inutile d’envoyer une lettre papier par la poste pour l’instant: elle risque de ne pas vous parvenir dans quinze jours, et on ne sait pas si Oleg Orlov sera transféré dans un autre centre de détention provisoire après la quarantaine. Dès que nous le saurons, nous vous en informerons.
Dessin d’Inga Khristich.

Appels en faveur d’Oleg Orlov
Oleg Orlov a été emprisonné pour avoir dit la vérité à haute voix. Il a parlé de la guerre et des crimes commis par l’État russe. La voix d’Orlov est la voix de beaucoup d’entre nous, la voix des défenseurs des droits de l’homme, des activistes, des citoyens de Russie et du monde.
Notre collègue, ami et compagnon d’armes est maintenant derrière les barreaux – ce qui signifie que nous devons unir nos forces encore plus, nous avons encore plus de personnes et de choses pour lesquelles nous devons nous battre!
L’Association internationale Memorial a publié une déclaration de soutien à Oleg Orlov (https://memorial.notion.site/bae329f6e9de4103a3842fe3012ebac9), et nos collègues l’ont traduite en anglais, en italien et en français. Par ailleurs, 32 organisations de défense des droits de l’homme ont publié une déclaration commune de soutien à Oleg Orlov, que les organisations de Memorial ont également signée.
Le groupe britannique Pet Shop Boys a également soutenu le défenseur des droits de l’homme! Ils ont condamné la décision du tribunal et publié un article de la BBC sur l’arrestation de notre collègue. Le journaliste britannique, qui a suivi le procès pendant des mois, décrit le procès injuste et la position d’Orlov. Nous apprécions beaucoup le soutien des Pet Shop Boys qui, en 2021, ont également publié un article sur Memorial le jour de sa liquidation par la Cour suprême de Russie.
Dessin de Vicky Popova.

Adieu à Alexei Navalny et mémoriaux spontanés
Hier, un adieu a été organisé à Moscou pour Alexei Navalny, qui a été assassiné par les autorités russes. Des milliers de personnes se sont rassemblées à l’extérieur de l’église quelques heures avant les funérailles. Alors que le cercueil contenant le corps était transporté dans l’église, les personnes présentes ont commencé à crier « Navalny! », « Non à la guerre », « La Russie sera libre » et « Poutine est un meurtrier ». Les gens ont jeté des fleurs sur le corbillard et se sont ensuite rendus au cimetière de Borisovskoye.
Il y avait beaucoup de policiers en faction partout. Il y avait également de nombreux policiers aux monuments dédiés aux victimes de la répression politique dans différentes villes de Russie. Bien que la police ait longtemps refusé de laisser entrer les gens dans le cimetière et qu’elle ait bloqué les rues, de nombreuses personnes sont venues dire au revoir. De nombreux mémoriaux spontanés se sont formés autour du cimetière – les gens ont commencé à déposer des fleurs et à allumer des bougies.
Le nombre inconcevable de forces de l’ordre et d’équipements lancés pour perturber les funérailles d’Alexei Navalny et pour faire taire la rage et le chagrin des gens, pour prétendre qu’ils n’existent pas, ne fait que montrer une fois de plus à quel point Poutine et son régime ont peur de leurs propres citoyens et des associations civiles! Tous ceux que la propagande russe tente de convaincre qu’ils sont une minorité ont pu hier se regarder en face et sentir qu’ils (nous) sont nombreux.
La journée d’hier a également vu l’apparition d’un site web où tous ceux qui n’ont pas pu assister à l’adieu peuvent déposer en ligne une bougie à la mémoire d’Alexei.

Mémorial Boris Nemtsov
Le 27 février à Moscou, des citoyens et des activistes ont passé toute la journée à porter des fleurs à un mémorial spontané en l’honneur de Boris Nemtsov sur le pont Bolchoï Moskvoretsky, plus communément appelé le pont Nemtsov. Dans la nuit du 27 au 28 février 2015, Boris Nemtsov, homme politique et critique constant du régime de Poutine, a été abattu à cet endroit, juste devant le Kremlin.
Son assassinat a été un choc et une perte pour des milliers et des milliers de Russes: il était associé aux espoirs de transformation démocratique du pays dans les années 1990. Nemtsov n’est pas arrivé au pouvoir à partir des anciennes structures soviétiques, ce qui est rare: pendant la Perestroïka, il était déjà un jeune physicien prospère à Nijni Novgorod, et après la chute de l’URSS, il est devenu l’un des plus jeunes hommes politiques de Russie à l’époque: chef de la région de Nijni Novgorod à 32 ans, vice-premier ministre du gouvernement russe à 38 ans.
Cependant, malgré sa carrière fulgurante, contrairement à la plupart de ses collègues de haut rang des années 1990, il ne s’est pas accroché à son fauteuil, ne s’est pas tu, n’est pas parti, ne s’est pas lancé dans les affaires, mais a poursuivi sa carrière politique, n’hésitant pas à militer dans la rue, à participer à des rassemblements, à être détenu, arrêté à moto, etc.
Nombre de ses propos sur les autorités russes actuelles et la guerre avec l’Ukraine, qui semblaient parfois trop radicaux il y a 10 ou 15 ans, se sont révélés d’une justesse terrifiante. Démocratique, charmant, ouvert à la communication avec une grande variété de personnes, disant la vérité directement et avec esprit, il ne pouvait tout simplement pas s’empêcher de devenir un os dans la gorge du régime actuel, pour lequel il a été tué.
Aujourd’hui, Alexei Navalny a connu le même sort, sous une forme encore plus brutale et à un moment encore plus terrible de l’histoire de la Russie. Fait remarquable, même neuf ans plus tard, le mémorial spontané sur le pont Nemtsov existe sans interruption, malgré les ravages réguliers causés par les services municipaux, Serb et Nod – en alternance, le mémorial est gardé et entretenu par des vigiles bénévoles.
A 23h30 (heure de l’assassinat), une minute de silence à la mémoire de Boris Nemtsov a été observée au mémorial, comme chaque année.

Un rassemblement en guise de funérailles et des funérailles en guise de rassemblement
En 1921, alors que les bolcheviks réprimaient et arrêtaient déjà activement l’opposition, Piotr Kropotkine, un critique virulent de leur politique et l’un des deux pères de l’anarchisme, est décédé. Ses funérailles rassemblent des milliers de personnes et se transforment en une grande manifestation, qui se termine par un rassemblement dans le cimetière. Le comité anarchiste qui organisait les funérailles a même réussi à obtenir de la Tchéka qu’elle libère quelques prisonniers directement de la Loubianka pour les funérailles. Cela nous a rappelé qu’en 2015, pendant les jours de l’assassinat de Boris Nemtsov, son ami et associé Alexei Navalny se trouvait dans un centre de détention spécial. Navalny a demandé au tribunal de suspendre son arrestation et de le laisser sortir quelques heures pour dire au revoir à Nemtsov, mais le tribunal ne l’a pas autorisé. Le 1er mars 2024, tout le monde n’a pas pu dire au revoir à Alexei Navalny, assassiné dans la colonie pénitentiaire: certains de ses associés sont en prison, d’autres ne peuvent pas retourner en Russie sous le régime de Poutine, même sa famille n’a pas pu être pleinement présente – mais il y avait néanmoins beaucoup de gens qui voulaient y assister. Il est prévu d’en dire plus sur la manière dont le Comité anarchiste a réussi à faire en sorte que des anarchistes arrêtés assistent aux funérailles de Kropotkine il y a 100 ans (https://t.me/toposmemoru/5988).

Et une autre histoire d’adieu public – dans des conditions de non-liberté et d’obstruction de la part des autorités
Lorsque Varlam Chalamov est mort, il n’a pas été facile d’organiser ses funérailles publiques. Il avait vécu seul pendant de nombreuses années, et lorsqu’il s’est retrouvé dans une maison de retraite et que les lecteurs de ses Histoires de la Kolyma, alors non publiées, ont commencé à venir le voir, il a été transféré dans un internat psycho-neurologique fermé. Il n’y vécut même pas une semaine.
Le médecin Elena Zakharova, qui s’est occupée de lui dans ses derniers jours, a réussi à obtenir ses funérailles publiques, en passant par l’administration de l’hôpital, l’Union des écrivains et le KGB, qui l’ont surveillé. Le processus funéraire lui-même était sous contrôle officiel, comme l’a décrit Vladimir Kostrov, le « secrétaire à la poésie » de l’Union des écrivains. Malgré cela, les funérailles de Chalamov sont devenues un événement à la fois culturel et politique. Photos et souvenirs : https://t.me/toposmemoru/6030?single.

Les procès des prisonniers de guerre et des civils ukrainiens enlevés et emmenés en Russie se poursuivent.
Des citoyens ukrainiens sont jugés presque quotidiennement par le tribunal militaire du district sud de Rostov-sur-le-Don. Lors de ces procès, ils témoignent, qualifient ouvertement la guerre de guerre, parlent d’enlèvements et de tortures par les forces de sécurité russes, les juges regardent même des vidéos montrant ces tortures et falsifications. Dans l’espace de Russie 2024, ces procès sont un îlot soudain de liberté d’expression et de vérité sur les crimes de l’armée russe en Ukraine.Le 29 février, le procès contre cinq citoyens ukrainiens, Igor Gorlov, Andrey Golubev, Alexander Zhukov, Vladimir Zuev et Yuri Petrov, s’est poursuivi. Les enquêteurs russes les accusent d’avoir « créé une communauté terroriste » et « préparé un acte de terrorisme international » à Melitopol: ils ont fait exploser une voiture Tavriya alors que des soldats russes se rassemblaient pour distribuer de l’aide humanitaire.

Actions mensuelles en mémoire des victimes de la terreur soviétique à Syktyvkar
Depuis plusieurs années, Komi Memorial organise des actions mensuelles pour commémorer les victimes de la terreur d’État soviétique. Le 30 de chaque mois, les activistes exposent des portraits de personnes réprimées d’une certaine profession. À Syktyvkar se trouve une chapelle – un mémorial dédié à la mémoire des victimes de la répression politique. C’est là que les portraits sont exposés.Les actions du Mémorial Komi ont commencé en 2020, date à laquelle les activistes ont exposé chaque mois des portraits de prêtres réprimés. En 2021, des portraits d’artistes, d’écrivains, de peintres, de poètes, d’acteurs et de metteurs en scène réprimés. En 2022 – des portraits de scientifiques réprimés, et en 2023 – des portraits de militaires.
Le 30 janvier 2024, le Mémorial de Komi a organisé la première action de la nouvelle année à Syktyvkar. Cette action était dédiée aux médecins réprimés qui ont servi dans un camp ou en exil dans le Kraï de Komi. Lisez les biographies des cinq médecins dont les portraits ont été exposés lors de la première action de cette année : https://t.me/toposmemoru/5960!

Incendie criminel d’un centre de recrutement militaire, propos anti-guerre et refus délibéré du service militaire dans l’actualité du projet « Soutien aux prisonniers politiques. Memorial »
Au cours de la semaine écoulée, le projet « Soutien aux prisonniers politiques. Memorial » a reconnu cinq personnes comme prisonniers politiques.
Maria Mekhedova, pédiatre à Blagoveshchensk, a été assignée à résidence en raison de ses commentaires sur la mort de Vladlen Tatarsky. Elle risque jusqu’à 7 ans de prison en vertu de l’article sur l’apologie du terrorisme.
Boris Goncharenko et Bogdan Abdurakhmanov, résidents du Kraï de Krasnodar, risquent jusqu’à 20 ans de prison en vertu de l’article sur le terrorisme pour avoir tenté d’incendier le centre de recrutement militaire.
Mikhail Babintsev, photographe originaire de Bouriatie, a été condamné à 13 ans de colonie à régime strict en vertu de l’article sur le terrorisme pour l’incendie criminel d’un centre de recrutement militaire.
Andrey Mitrofanov, un retraité de Berezniki, a été envoyé dans un centre de détention provisoire pour des commentaires anti-guerre dans VK.Des collègues ont également rejoint l’initiative du projet « Go to the Forest » visant à déclarer le 29 février journée des déserteurs. Après le début de la mobilisation, la désertion est devenue pour beaucoup le seul moyen de sauver leur vie. Les collègues ont déjà reconnu six personnes qui ont refusé de participer à la guerre criminelle comme prisonniers politiques, et cette liste est délibérément incomplète: Dmitry Vasilets, Mikhail Zhilin, Andrei Kapatsyna, Dmitry Morozov, Denis Narolsky et Andrei Timin. Selon la coalition Call to Conscience, depuis mars 2023, des milliers d’affaires pénales ont été déposées pour abandon de poste, désertion et refus de participer à des opérations de combat. Pour en savoir plus sur les persécutions subies par les objecteurs de conscience, consultez l’aperçu.

Magazine Zuboskal, excursions à Novossibirsk, lectures des dernières paroles de prisonniers politiques, guerre en Afghanistan et histoire du dissident Kirill Podrabinek – dans notre digest
La chaîne Telegram « It’s Right Here » a publié un article sur le magazine samizdat de Saltykov « Zuboskal » – une chronique de la vie antisoviétique des jeunes de la banlieue de Moscou dans la première moitié des années 1930. Comme (presque tous) ses lecteurs, l’auteur du magazine a été arrêté, et les documents de l’enquête servent de commentaires sur le magazine, caché dans un dossier d’archives. D’ailleurs, les histoires des dossiers d’enquête archivés sont racontées par les collègues de la chaîne sous le hashtag #moscowbookofmemory! Quant aux lieux de mémoire de la terreur soviétique, ils sont racontés sous le hashtag #осколки.
• Et la forêt sibérienne intacte tomba sous la hache d’un Leningradien »: les collègues de Novossibirsk ont publié un article sur l’écrivain de Novossibirsk Yuri Magalif, connu avant tout comme un conteur. L’article présente l’autre facette de l’œuvre de Magalif. Et si vous êtes à Novossibirsk, inscrivez-vous pour connaître à l’avance les promenades de vos collègues dans les lieux liés à l’histoire de la terreur soviétique!
Memorial Italia poursuit son projet de lecture des derniers mots des prisonniers politiques de la collection « Save My Speech ». Dans cette vidéo, des collègues lisent en italien le dernier mot d’Ismail Isayev, qui a été kidnappé et torturé en Tchétchénie. Ismail et son frère Saleh Magamadov animaient une chaîne Telegram dans laquelle ils critiquaient les autorités tchétchènes.
• Dans le cadre du projet spécial du Centre pour les Droits humains de Memorial « 30 YEARS BEFORE« , les journalistes de 7×7 ont recueilli des citations de vétérans de la guerre d’Afghanistan et les ont comparées aux déclarations de ceux qui font la propagande de la guerre actuelle en Ukraine et la soutiennent. Pourquoi l’expérience afghane n’est-elle pas devenue un « vaccin » contre la guerre et dans quelle mesure ces conflits sont-ils similaires? C’est ce qui ressort de la conversation de « 7×7 » avec Alexander Cherkasov, du Centre du mémorial.
• Dans le cadre de ce projet spécial, un nouvel épisode du podcast « Hut on the Edge » a été publié! Le dissident Kirill Podrabinek y parle des points communs entre l’armée, la prison et la guerre, de la manière dont la publicité peut aider un prisonnier politique et des raisons pour lesquelles les autorités russes sont différentes des autorités soviétiques. Des extraits du podcast : https://t.me/polniypc/6383.

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don
par carte non russe:
https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information Memorial-Russie
28 février 2024

5 mars, 19:00, Prague, Cinéma Atlas
Film documentaire « La steppe et le gel intense »
La première du film documentaire « La steppe et le gel intense » réalisé par gulag.cz, https://www.facebook.com/gulag.cz, et Memorial-Tchéquie, https://www.facebook.com/memorialCR, aura lieu à Prague le 5 mars.
La terreur soviétique a laissé une marque indélébile sur l’histoire du Kazakhstan moderne – plus d’un million de Kazakhs sont morts de faim, des millions ont été déportés dans les steppes kazakhes depuis toute l’Union soviétique. Des centaines de Tchèques et de citoyens de Tchécoslovaquie en ont été victimes.
L’équipe de Gulag.cz s’est rendue au Kazakhstan en novembre 2021 pour explorer les vestiges des camps de travail encore debout au milieu de la pittoresque campagne kazakhe. L’expédition a donné lieu à un film documentaire. Il sera projeté en tchèque avec des sous-titres en anglais, et une discussion aura lieu après la projection. Les billets sont en vente dès maintenant: https://goout.net/cs/listky/step-a-mraz+diskuze/pbjw/?_ga=GA1.1.161929118.1705324017&_ga_EWLCF43DV5=GS1.1.1705651717.9.1.1705651718.0.0.0&ref=https%3A%2F%2Fwww.kinoatlaspraha.cz
Des informations détaillées sont disponibles en russe (https://gulag.cz/ru/проекты/expedicija-kazachstan) et en tchèque.

5 mars, 21:00, Riga, Cinéma Splendid Palace; 18:30, Milan
Projections du film « L’affaire Dmitriev »
Le 5 mars à 21h00 au Artdokfest, https://www.facebook.com/artdocfestriga, à Riga, le film de Jessica Gorter « L’affaire Dmitriev » sera projeté. Le film raconte la lutte d’un homme contre l’État qui tente d’effacer sa mémoire. Vous pouvez déjà acheter des billets sur le site d’Artdokfest: https://www.splendidpalace.lv/lv/splendid-garden-kino/artdocfest-dmitrijeva-lieta-1584
La première italienne aura lieu le même jour à Milan. La projection est organisée en collaboration avec Gariwo – Foresta dei Giusti: https://it.gariwo.net/giornata-dei-giusti/
Vous pouvez acheter des billets en cliquant sur le lien: https://www.spaziocinema.info/milano/eventi-e-rassegne/the-dmitriev-affair-di-jessica-gorter-ospiti-in-sala
Yuri Dmitriev se verra décerner le titre de Juste parmi les nations du monde et une plaque sera érigée en son honneur dans le jardin des Justes parmi les nations du monde à Milan.

7 mars, 16:00, Brno, Université Masaryk, auditorium 41
Atelier sur l’envoi de lettres aux prisonniers politiques en Russie
Le 7 mars à 16h00, Memorial-Tchéquie (https://www.facebook.com/memorialCR) et l’Institut d’études slaves de l’Université Masaryk organiseront un atelier sur l’écriture de lettres aux prisonniers politiques en Russie.
L’événement sera suivi d’une conférence de notre collègue Boris Belenkin à 18h00. Pour en savoir plus sur cet événement, cliquez ici: https://slavistika.phil.muni.cz/aktualne/kalendar-akci/psani-dopisu-politickym-veznum-v-rusku-1
Nous vous rappelons qu’à l’Université Masaryk, jusqu’au 20 avril, vous pouvez voir l’exposition de Lili Matveeva sur les poursuites judiciaires de Memorial en 2021. En savoir plus sur l’événement en tchèque: https://www.facebook.com/events/1113126806369349?ref=newsfeed

« C’était juste ici »: visites guidées à Moscou
2 mars, 15:00, Moscou
Une excursion le long du boulevard Gogol.
Photo du projet Dernière adresse.
À l’adresse du 29, boulevard Gogol se trouve la Représentation du patriarcat de Jérusalem à Moscou. Dans les années 1910, la maison abritait le Consulat général de Grèce, puis, dans l’appartement numéro 12, le Commissariat du peuple aux nationalités.
Dans les années 1930, au moins huit locataires de l’immeuble ont été arrêtés. L’une d’entre elles, Sofia Sergeevna Kim, de nationalité coréenne, a été fusillée le 5 février 1938 pour « espionnage et travail de renseignement » et « agitation contre-révolutionnaire ». Le projet Dernière adresse a réussi à faire apposer une plaque en sa mémoire.
Lors de l’excursion de samedi, nous verrons la maison du Patriarcat de Jérusalem, ainsi que les plaques commémoratives. Nous verrons la maison-commune de Moses Ginzburg et apprendrons le destin du fondateur de l’école russe de psychotechnique. Toutes les visites sont gratuites (une inscription préalable est nécessaire: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2784422/), mais vous pouvez nous soutenir sur donate.memo.ru. 

2 mars, 15:30, Moscou
A expulser sous les 24 heures!
Photo des archives de Mémorial: Soljenitsyne avec sa femme et son fils, 1972.
Le 8 octobre 1970, le comité Nobel décerne à Soljenitsyne le prix de littérature. Soljenitsyne pensait se rendre en Suède pour la cérémonie, mais il a ensuite hésité à prendre cette décision: la naissance de son enfant était prévue pour l’hiver, et il y avait un risque qu’il ne le voie jamais. Soljenitsyne propose alors qu’on lui remette publiquement un diplôme et une médaille à Moscou, dans son appartement de la rue Kozitsky. La cérémonie n’a cependant pas eu lieu; après la publication du premier volume de L’Archipel du Goulag, Soljenitsyne a été arrêté, déchu de sa citoyenneté et expulsé de l’URSS.
Au cours de l’excursion, nous verrons quelques endroits liés à la vie d’Alexandre Soljenitsyne, nous parlerons des pages de sa biographie, du destin de ses livres et des personnes qui ont aidé ces livres à voir le jour. Inscrivez-vous sur le lien: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2784424/

3 mars, 13:00, Moscou
Sokol: du cimetière à la cité-jardin
Après la prise du pouvoir par les bolcheviks, le cimetière de Bratskoïe a conservé pendant un certain temps le statut de lieu de sépulture d’honneur. Cependant, un certain nombre de sources indiquent que le cimetière de Bratskoïe a servi de lieu de sépulture aux victimes de la Terreur rouge, notamment aux otages fusillés dans le parc Petrovsky, situé à proximité.
Depuis 1920, le cimetière fonctionne comme un cimetière municipal ordinaire. En 1924, le cimetière de Bratskoïe a été fermé aux nouvelles sépultures et en 1932, il a été liquidé.
La deuxième partie de la visite se déroulera dans le quartier de Sokol. Nous essaierons d’expliquer les questions importantes: qu’est-ce qu’une cité-jardin? Pourquoi Sokol est-il appelé « cité d’artistes »? Un peintre a-t-il vécu ici? Pourquoi la rue la plus courte de Moscou est-elle devenue une impasse? Et où certains habitants de la cité ont-ils déménagé en 1937?
Samedi, nous répondrons à toutes ces questions lors de la promenade, inscrivez-vous et venez: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2784568/

3 mars, 15:00, Moscou
Commémoration du jour de la fusillade en Lettonie. Autour des étangs Chistye
Dans les années 1920, le théâtre letton « Skatuve » était situé en plein centre de Moscou, sur le boulevard Strastnoï. Il y avait de nombreux théâtres et clubs nationaux à Moscou dans ces années-là.
En novembre 1937, une directive du NKVD a été publiée contre la diaspora lettone en URSS. La dernière représentation du théâtre letton « Skatuve » a eu lieu en décembre 1937. Il n’y avait pas d’hommes sur scène – tous avaient déjà été arrêtés – et tous les rôles étaient joués par des actrices.
Au cours de l’excursion, nous évoquerons le sort du théâtre « Skatuve » et de son directeur Vilis Forstman, de l’artiste Aleksandrs-Rudolfs Drevins et d’autres victimes de l’opération du NKVD letton. Nous passerons en revue plusieurs adresses de Lettons de Moscou qui ont reçu des plaques commémoratives indiquant leur dernière adresse. Inscription sur le lien: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2784423/

3 mars, 15:00, Moscou
Presnya, qui n’existe pas
Un panneau indicateur de ce qui fut la prison pour femmes de Novinskaïa.
A l’adresse Maly Novinsky pereulok 2, au bout de l’actuelle rue Novy Arbat, se trouvait un bâtiment de la prison pour femmes Novinsky, qui a fonctionné de 1908 à 1947.
En 1909, 13 condamnées politiques et la gardienne qui les avait aidées se sont évadées de la prison. La mère et la sœur de Vladimir Maïakovski, et peut-être lui-même, ont participé à l’organisation de l’évasion. Le bâtiment de la prison n’a pas survécu, mais son existence est rappelée par une installation de panneaux mise en place par le projet « C’était juste ici » en coopération avec le musée biologique Timiryazev.
Nous parlerons de ce lieu et d’autres: l’usine de meubles Schmit, le « nid de frelons » de l’insurrection de décembre 1905 et le plus ancien observatoire de Moscou au cours de lpexcursion, inscrivez-vous sur le lien: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2784427/

5 mars-10 mars: excursions à Moscou
https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2797419/
5 mars, 16h00 – 05/03/53
https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2797419/
9 mars, 14:00 – Les adresses moscovites d’Anna Barkova
https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2797475/
9 mars, 15:00 – Pour votre liberté et la nôtre
https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2797489/
10 mars, 15:00 – A expulser sous les 24 heures!
https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2797628/
10 mars, 15:00 – Les dernières adresses autour de l’Arbat
https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2797482/
10 mars, 16:00 – 05/03/53
https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2797486/

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don
par carte non russe:
https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information Memorial-Russie
24 février 2024

Il y a deux ans a commencé l’invasion à grande échelle de l’Ukraine par les troupes russes. Deux ans plus tard, la guerre continue, et nous tous – où que nous soyons aujourd’hui – faisons également partie de cette guerre.
Dessin de Lily MatveevaMemorial est une communauté internationale d’organisations et d’associations, et nous comptons parmi nous des personnes originaires de nombreux pays européens, dont l’Ukraine. Néanmoins, aujourd’hui comme ces deux dernières années, nous parlons et écrivons sur cette guerre en russe – et nous sommes conscients de la complexité de notre situation. Et nous nous tournons, y compris vers nous-mêmes, avec des mots de soutien à l’Ukraine, à sa société et à son armée.
La guerre détruit le monde qui nous entoure de la manière la plus radicale, mais nous n’avons pas d’autre choix que de penser, de parler, d’agir, de chercher des moyens de résister à la guerre, de reconstruire le monde à neuf – de garantir la fin de la guerre aux conditions de l’Ukraine et une paix durable dans la région.
Nous essayons d’écrire et de parler non seulement de la guerre actuelle, mais aussi de l’oppression systémique de l’Ukraine, de la culture, de la langue et de l’identité ukrainiennes. Voici quelques-unes des séries que vous pouvez trouver sur notre chaîne.
Nous publions des témoignages hebdomadaires sur la guerre dans le projet Voix de la guerre. Vous pouvez les trouver en utilisant le hashtag #голосавойны
Nous faisons régulièrement des reportages sur les procès des prisonniers de guerre et des Ukrainiens civils enlevés et emmenés en Russie. Ils sont étiquetés avec le hashtag #судынадукраинцами.
Nous parlons des poètes ukrainiens de la renaissance des fusils sous le hashtag #расстрелянноевозрождение.
Et nous parlons de la culture de la mémoire en Ukraine avec le hashtag #пядянськийтерор.

« Voix de la guerre »: la collecte de témoignages se poursuit
« Voix de la guerre » est un projet dans lequel nos collègues du Groupe des droits humains de Kharkiv, en collaboration avec les filiales européennes de Memorial, documentent des témoignages de la guerre à travers les yeux d’Ukrainiens et de volontaires étrangers.
Depuis le début de la guerre, des millions d’Ukrainiens et d’Ukrainiennes ont dû faire face à la perte de parents et d’amis, à des catastrophes humanitaires, à des bombardements, à l’occupation, et beaucoup ont été témoins d’horribles crimes de guerre perpétrés par l’armée russe. Mais, comme c’est souvent le cas, avec le temps, les gens s’habituent à tout et, à bien des égards, nous avons perdu conscience de la terrible réalité à laquelle les Ukrainiens et les Ukrainiennes doivent faire face chaque jour. Le projet Voix de la guerre documente des preuves pour le présent et l’avenir, car chaque histoire doit être entendue et chaque crime doit être puni.
Depuis le début de la guerre, les participants au projet ont mené 286 entretiens totalisant plus de 150 heures, et au cours de l’année écoulée, ils ont produit 35 vidéos en 9 langues.

Sobornost Ukrainy: l’histoire de la lutte civile
Photo: « Chaîne de la vie » à Kiev, 1991, source: Radio Liberty.
Aujourd’hui, alors que l’Ukraine doit à nouveau lutter pour son droit à l’unité, à la liberté et à l’indépendance contre une guerre de conquête criminelle, nous souhaitons rappeler l’histoire de cette lutte.
Le 22 janvier 1919, un an exactement après la création de la République populaire d’Ukraine indépendante, l’Acte d’unification a été solennellement proclamé sur la place Sainte Sophie à Kiev – la République populaire ukrainienne et la République populaire d’Ukraine occidentale sont devenues un seul État indépendant. Mais la lutte pour la sobornost ne s’est pas arrêtée là: ce jour a été suivi par la terreur bolchevique, l’Holodomor et la russification forcée.
Mais d’un autre côté, la résistance civile et les protestations sont devenues de plus en plus visibles depuis les années 1970: les activités du groupe clandestin de Rosohatsk, l’auto-immolation du prisonnier politique Oleksa Hirnyk en 1978, la « vague ukrainienne » du 21 au 23 janvier 1990, à l’occasion de la journée de la sobornost. Pour en savoir plus, consultez l’article du Groupe des droits de l’homme de Kharkiv: https://khpg.org/1608813310 et la traduction en russe dans Notion: https://memorial.notion.site/0ed769bd578944bfa3a70307593621fc

En mémoire du dissident ukrainien Stepan Khmara
Le 21 février, Stepan Khmara, dissident ukrainien, est décédé. Il a été l’un des combattants les plus constants et les plus déterminés à lutter contre les autorités soviétiques pour l’indépendance de l’Ukraine. De 1980 à 1987, Stepan a purgé sa peine dans le camp de Perm-36 et n’a pas abandonné sa lutte: il a écrit et signé des appels, des protestations et des pétitions, a participé à des grèves de la faim de protestation et à des grèves.
En 1990 et 1994, Stepan Khmara est élu député au Soviet suprême de la RSS d’Ukraine et au Soviet suprême d’Ukraine. Dans l’Ukraine indépendante, il est resté un homme politique actif, a participé au Maïdan en 2004 et à la Révolution de la dignité en 2013-2014. Nous racontons sa vie, son séjour dans les camps, son travail sur le samizdat, son activité politique, son intransigeance et son radicalisme: https://memorial.notion.site/21-2024-1929a7f6967047198cbf01c36df5e4fc

Les procès de citoyens ukrainiens en Russie se poursuivent: nouvelles histoires de torture, mort d’un prisonnier dans un centre de détention provisoire
Depuis le début de la guerre, les prisonniers de guerre ukrainiens et les civils enlevés sont régulièrement emmenés en Russie, où ils sont détenus dans des prisons et jugés de manière sélective par des tribunaux russes. Le nombre exact de prisonniers de guerre et de personnes enlevées est inconnu. Nous suivons certains procès d’Ukrainiens, alors que les procès d’Ukrainiens ne devraient en principe pas avoir lieu dans la Fédération de Russie.
De longues peines de prison (Olga Maksimets, 48 ans, originaire de Mariupol, a été condamnée à 10 ans dans une colonie pénitentiaire pour « espionnage »; Igor Artemenko, Oleg Zubov et Sergei Butnar ont été condamnés respectivement à 11, 12 et 13 ans dans une colonie de haute sécurité, en vertu du même article), des aveux extorqués sous la torture (Yaroslav Zhuk, un habitant de Melitopol, qui, selon l’accusation, projetait de commettre un « acte de terrorisme international », et Igor Orlov, également inculpé en vertu de l’article sur le terrorisme, l’ont déclaré au tribunal) – nous avons déjà écrit à ce sujet. Récemment, on a appris le décès d’un prisonnier ukrainien dans le centre de détention provisoire de Rostov-sur-le-Don: https://t.me/toposmemoru/5791
Viktor Demchenko, citoyen ukrainien de 71 ans, était accusé d' »espionnage » et de « participation à une communauté terroriste ». L’information sur le classement de l’affaire en raison du décès de l’accusé est apparue dans le fichier du site web du tribunal. On sait très peu de choses sur Demchenko et sur l’accusation elle-même: il est né en 1952 dans la ville de Mospino et y a vécu. Depuis 2014, Mospino est contrôlée par la soi-disant DNR. On ne sait pas s’il a des parents proches et sur quel territoire.

Lundi, le tribunal rendra son verdict sur Oleg Orlov.
Illustration de Lily Matveeva
Le 26 février à 12h00 au tribunal Golovinsky de Moscou (rue Zoya et Alexander Kosmodemyanskikh, 31, b. 2, salle 518) débutera le débat des parties dans l’affaire d’Oleg Orlov. Le défenseur des droits de l’homme prononcera ensuite son dernier mot, puis il sera condamné.
L’audience précédente, le 21 février, a commencé par l’interrogatoire des témoins à charge, les membres du mouvement « Vétérans de Russie » Mironenko et Bokhonko. Mironenko, en particulier, a qualifié les activités de Memorial de « criminelles » et « nécessitant un examen par les autorités compétentes ».
Natalia Kryukova, qui a rédigé la première expertise, et Maria Zueva, qui a rédigé la nouvelle, ont été convoquées au tribunal. Maria n’a pas été en mesure de répondre clairement et en substance à la plupart des questions de la défense. L’avocate d’Orlov, Katerina Tertukhina, a insisté sur l’incompétence des experts: aucun d’entre eux n’avait la formation spécialisée requise pour rédiger une telle expertise. En outre, les méthodes utilisées n’étaient pas claires et le texte analysé a été déformé dans l’affaire. Mais le tribunal a, comme on pouvait s’y attendre, rejeté un grand nombre des requêtes de la défense.
Orlov lui-même a refusé de se défendre, suivant l’expérience des dissidents soviétiques qui refusaient de participer à des procès sciemment injustes. Memorial a préparé des documents contenant un bref historique de ces procès: https://memorialcenter.org/news/fars-okonchen

Des fleurs continuent d’être apportées à la pierre de Solovetsky à Moscou et à d’autres lieux de commémoration des victimes de la terreur soviétique dans les villes russes.
Chaque soir, la pierre Solovetsky à Moscou est débarrassée des fleurs de Navalny, mais chaque matin, elles sont ramenées. Aujourd’hui, à l’occasion de l’anniversaire de l’invasion totale de l’Ukraine, de nombreuses fleurs jaunes et bleues sont apportées.
Immédiatement après l’annonce du meurtre d’Alexeï Navalny dans une colonie pénitentiaire située au-dessus du cercle polaire arctique, les gens ont commencé à affluer avec des fleurs, des bougies et des notes sur les panneaux commémoratifs des victimes de la terreur soviétique dans plusieurs villes russes pour exprimer leur chagrin et leur rage. Tous les soirs, des inconnus ou plutôt des gens connus, en uniforme ou non, viennent balayer les monuments et jeter les fleurs. Le matin, cependant, les gens recommencent à venir et à apporter des fleurs et des notes qui, le soir venu, s’empilent à nouveau en une montagne bien visible.
Dans les villes libres des pays libres, les mêmes mémoriaux avec des fleurs et des bougies sont restés pendant plus d’une semaine près des ambassades russes, sur les monuments ou ailleurs.

Le travail des détenus sur les chantiers des camps de Salekhard, Labytnangi et Kharp
La colonie de Kharp, qui se trouve sur le chemin du chantier 501, est devenue mondialement célèbre après le meurtre d’Alexei Navalny dans la colonie Polar Wolf. Cette colonie est devenue l’héritière directe du système du goulag et des conditions de torture dans lesquelles les prisonniers ont été maintenus pendant des décennies, d’abord en URSS et maintenant en Russie.
En 1947, sur ordre de Staline, la construction d’une voie ferrée entre la gare de Chum et le cap Kamenny dans le golfe de l’Ob, où un port maritime était prévu, a commencé. Les objectifs initiaux de la construction n’ont pas été atteints, car ils se sont révélés irréalisables – et si le projet n’avait pas été réalisé à un rythme aussi rapide, on s’en serait rendu compte. Les expéditions de planificateurs ont eu du mal à suivre les constructeurs, et ont même parfois pris du retard. Le chemin de fer traverse le permafrost et les marécages de la région polaire, passe par les gares d’Ust-Vorkuta, d’Eletsky et de Kharp, et aboutit à Labytnangi.
Comme la plupart des projets industriels de Staline, la construction de la ligne 501 reposait sur le travail forcé des prisonniers du Goulag. Parallèlement, des postes de transit ont été construits dans la taïga. En conséquence, des milliers et des milliers de prisonniers sont morts à cause des conditions difficiles qui régnaient pendant la construction. Au cap Korchagi, il y avait un grand camp de femmes, dont les prisonnières reconstruisaient chaque automne le passage sur la glace et l’entretenaient tout au long de l’hiver. En outre, les prisonnières participaient à la pose du câble téléphonique Moscou-Salekhard et au déneigement des voies ferrées. Par la suite, la ville a organisé une « colonne de la maison de la mère et de l’enfant » – une maternité et une « pouponnière ».
Lire le texte complet sur le lien: https://memorial.notion.site/feb76bf4f94540e099ff950e6c605e3c

23 février – anniversaire du début de la déportation des Vainakhs
Le 23 février 1944, la déportation des Tchétchènes et des Ingouches a commencé. Les autorités soviétiques les accusent de « collaboration avec les nazis », alors qu’en réalité les nazis n’ont pas encore atteint les territoires habités par les Tchétchènes et les Ingouches.
Pendant 7 jours, les gens ont été entassés dans des wagons à bestiaux, où ils devaient voyager pendant 16 jours dans des conditions horribles. À Khaibakh, les personnes incapables de voyager – les trop faibles, les personnes âgées et celles qui restaient avec elles – ont été rassemblées dans une étable et brûlées vives. Selon certaines estimations, 600 à 700 personnes ont été piégées à l’intérieur. Ceux qui ont tenté de s’échapper ont été abattus à bout portant. De nombreux Tchétchènes et Ingouches n’ont pas survécu aux étapes, et beaucoup sont morts de faim et de maladie dans leur nouveau lieu de vie. De nombreuses familles séparées ne se sont jamais retrouvées. Les victimes de la déportation et leurs descendants se sont battus pendant des décennies pour obtenir le droit de retourner dans leur patrie, mais tous n’y sont pas parvenus.
Nous lançons une série de récits personnels de survivants de la déportation. Ces récits ont été recueillis par nos collègues de Memorial, qui ont interviewé des témoins et leurs descendants pendant de nombreuses années. Les cartes racontent l’histoire d’une famille qui a dû survivre dans un nouvel endroit dans des conditions terribles de faim, de froid et de maladie, où des familles entières sont mortes. L’historien tchétchène Mairbek Vachagayev a préparé un résumé historique décrivant les détails de la déportation des Tchétchènes et des Ingouches: https://memorial.notion.site/0bf7127b0a8c44b4945cf5009c7ac8bd
Nous aimerions également vous rappeler que Memorial propose un podcast consacré à la déportation des Vainakhs: https://memohrc.org/ru/audio/23-fevralya-den-pamyati-o-deportacii-vaynahov-novyy-vypusk-podkasta
Vous pouvez en lire un bref résumé sur ce lien: https://telegra.ph/Godovshchina-deportacii-vajnahov-02-23

Comment défendre son droit de ne pas faire la guerre?
Le 23 février, jour que les autorités russes utilisent pour promouvoir la violence et la guerre, nous avons publié le dernier extrait de la discussion « Comment et pourquoi documenter les crimes de guerre. Culpabilité, Justice et équité » qui s’est tenue à l’Institut Bauer en octobre 2023.
Dans cette vidéo, Sergei Krivenko, notre collègue de Memorial Vilnius, explique à quel point il est difficile de prouver son droit à ne pas combattre. Est-il possible de refuser la conscription pendant la mobilisation? Comment les autorités forcent-elles les soldats russes à combattre en Ukraine? Quelles sont les astuces utilisées par la Russie pour recruter davantage de combattants pour l’armée contractuelle?
Nous tenons également à vous rappeler que la coalition Call to Conscience continue d’aider les objecteurs de conscience au service militaire! Pour savoir comment faire appel d’un refus de service civil alternatif, se protéger des raids, résister au recrutement pour un contrat, et obtenir des détails sur le travail de la coalition depuis le début de l’année, cliquez ici: https://t.me/peaceplea/669

Nouvelles du projet « Soutien aux prisonniers politiques. Mémorial ».
Au cours des deux dernières semaines, le projet « Soutien aux prisonniers politiques. Memorial » a reconnu onze personnes comme prisonniers politiques: https://t.me/pzk_memorial
Arsen Ibraimov, citoyen ukrainien, a été condamné par un tribunal contrôlé par la Russie à Simferopol à 10 ans de régime strict pour avoir participé au bataillon tatare de Crimée portant le nom de Noman Chelebidzhikhan: https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-grazhdanina-ukrainy-arsena-ibraimova/
D’anciens militaires du bataillon Aidar, les Ukrainiens Volodymyr Udovyka, Volodymyr Linnyk, Viktoriya Tkachenko et Natalia Prydatchenko, ont été condamnés par un tribunal de Rostov-sur-le-Don à des peines allant jusqu’à 6 ans de régime strict en vertu de l’article sur la participation à une « communauté terroriste »: https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnymi-ukrainczev-vladimira-udoviku-vladimira-linnika-viktoriyu-tkachenko-i-natalyu-pridatchenko/
Mikhail Zharikov, de Nizhny Novgorod, a été condamné à 6 ans de colonie pénitentiaire pour ses messages sur la guerre en Ukraine, la tentative d’assassinat de Prilepin et la libération de Prague en 1945. https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-mihaila-zharikova/
Vladimir Vladimirov, de Kirov, a été condamné à deux ans de colonie pénitentiaire pour avoir « discrédité » l’armée à plusieurs reprises en mettant le feu à un centre de recrutement militaire mobile. https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-vladimira-vladimirova/
Vyacheslav Malakhov, auteur du blog « Dorevoljucionnyj Sovetchik », a été envoyé dans un centre de détention provisoire au titre de l’article sur le discrédit « répété » de l’armée en raison d’un message sur Telegram: https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-vyacheslava-malahova/
Les pasteurs de l’église New Generation, les chrétiens pentecôtistes Nikolai Ulitin, Svyatoslav Yugov et Nikolai Bogoslavsky sont poursuivis en vertu de l’article relatif à l’implication dans une organisation « indésirable »: https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnymi-hristian-pyatidesyatnikov-nikolaya-ulitina-svyatoslava-yugova-i-nikolaya-bogoslavskogo/
Les collègues ont également annoncé une collecte pour les prisonniers politiques persécutés pour leurs positions anti-guerre. Il est nécessaire de collecter 1,5 million de roubles pour ceux qui ont besoin d’une aide urgente pour le paiement du travail d’un avocat, d’une aide à la vie, d’un soutien financier à la famille, du paiement d’une expertise, de la collecte d’un transfert à la colonie. Vous pouvez soutenir la collecte en roubles, en devises et en crypto-monnaies: https://memopzk.org/news/sbor-dlya-politzaklyuchyonnyh-presleduemyh-za-antivoennuyu-pozicziyu/

Le 23 février, c’était l’anniversaire de Mikhail Krieger – écrivons-lui!
Illustration de Lily Matveeva
Mikhaïl Krieger, notre collègue du Mémorial de la région de Moscou (https://t.me/memosreg) est en détention provisoire depuis novembre 2022, accusé de « justifier le terrorisme » pour ses publications sur Facebook. Lors de son procès, Krieger a affirmé qu’il était persécuté pour ses positions anti-guerre et « ouvertement pro-ukrainiennes ».
Après les terribles événements de ces derniers jours, il est plus clair que jamais que les prisonniers politiques ont besoin de notre soutien. N’oublions pas d’écrire des lettres aux personnes qui ont souffert pour leurs positions et plus encore. Félicitez Michael Krieger pour son anniversaire!
Vous pouvez envoyer votre lettre par courrier ou via les services en ligne FSIN-Pismo https://f-pismo.ru/new/main/ et Rosuznik à: https://rosuznik.org, 18 Matrosskaya Tishina St., Moscow, Russia, 107996, 18, Federal Penitentiary Institution SIZO-1 of the Federal Penitentiary Service of Russia for Moscow, to Mikhail Aleksandrovich Krieger, 23.02.1960.

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don
par carte non russe:
https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information Memorial-Russie
20 février 2024

20 février, 16:00, Berlin
21 février 11h00, Moscou, tribunal de district de Golovinsky
La prochaine audience dans l’affaire d’Oleg Orlov et un rassemblement en sa faveur à Berlin
La prochaine audience dans l’affaire d’Oleg Orlov se tiendra demain au tribunal Golovinsky. Rappelons qu’il y a maintenant un réexamen de l’affaire Orlov. Le militant des droits de l’homme risque jusqu’à trois ans de prison.
Orlov a été reconnu comme agent étranger, à cet égard, lors de la dernière réunion, le 16 février, il a refusé d’appeler des témoins pour la défense, afin de ne pas les mettre en danger, et a interdit à son avocate Katerina Tertukhina de le faire. Orlov a également refusé de répondre aux questions du tribunal et de l’enquête, en se référant à l’expérience des dissidents, car il considère le procès injuste et absurde. Au lieu d’y participer, le défenseur des droits de l’homme a préféré lire « Le procès » de Kafka pendant la séance.
Lors de la prochaine audience, les témoins de l’accusation, qui ne s’étaient pas présentés à l’audience du 16 février, sont attendus.
Un jour avant le prochain procès à Moscou, MEMORIAL Deutschland invite à nouveau les gens à s’exprimer en faveur d’Oleg Orlov devant l’ambassade de Russie en Allemagne. Pour en savoir plus sur cette action, cliquez ici.
Dessin de Lily Matveeva.

23-24 février, Varsovie, Paris, Haïfa
« Voix de la guerre » à Varsovie, actions de soutien à l’Ukraine à Paris et Haïfa
Nous en avons déjà parlé dans le dernier bulletin d’information et nous aimerions vous rappeler que les 23 et 24 février, des actions et des événements se dérouleront dans différentes villes du monde, à l’occasion du deuxième anniversaire du début de la guerre à grande échelle menée par la Russie contre l’Ukraine.
Le 23 février, à partir de 18 heures, Memorial Poland présentera des témoignages issus du projet Voices of War à Varsovie. Pour en savoir plus sur cet événement, cliquez ici: https://www.facebook.com/events/917472296684487/
Le 24 février, Memorial France et Ensemble le 24 février encouragent les gens à participer à des actions dans les villes de France. À Paris, l’action débutera à 12h00 sur la place de la République: https://memorial-france.org/ensemble-pour-la-victoire-dune-ukraine-libre-et-democratique/
À Haïfa, le 24 février, Mémorial Israël, https://www.facebook.com/israelmemorial.soc, et le Point de rencontre, https://www.facebook.com/gatheringpointhaifa, organisent un rassemblement en soutien à l’Ukraine. Le rassemblement débutera à 16 heures. Pour plus d’informations, cliquez ici: https://www.facebook.com/events/1396008554637461?acontext=%7B

24 février, 13:00, Pouchkino
« Terreur d’Etat à Pushkino » – une promenade dans la région de Moscou
Nous continuons à vous parler de la vaste géographie du canal Moscou-Volga: dans la ville de Pushkino sont conservés plusieurs objets liés au Dmitlag du NKVD, créé pour la construction du canal.
Selon les souvenirs d’un habitant de Pushkino, A.A. Magar, qui travaillait dans les années 1930 à l’entretien de la ligne ferroviaire Moscou-Zagorsk, des dizaines de trains transportant des prisonniers arrivaient à la gare de Pushkino, d’où ils étaient envoyés dans les camps. Dans la gare, il y avait deux baraquements avec environ 150-180 prisonniers sans convoi. Il y avait également des entrepôts Dmitlag contenant des machines, de la nourriture, des vêtements de travail, des chaussures, des matériaux de construction, du fourrage et du foin.
Magar était l’un de ceux qui servaient les chemins de fer sous le règne de Staline. À Pushkino, un petit quartier du GULZhDS NKVD, des géomètres et des constructeurs de chemins de fer a été préservé. Au cours de l’excursion, des collègues du Mémorial de la région de Moscou raconteront le destin des spécialistes et des constructeurs de chemins de fer emprisonnés. Tous les détails et l’inscription ici: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2777335/

25 février, 17:00, Paris, Bibliothèque Tourgueniev
Une soirée de lettres aux prisonniers politiques en Russie et en Biélorussie.
Pour ceux qui se trouvent à Paris, une soirée de lettres aux prisonniers politiques en Russie et en Biélorussie est organisée dimanche par Memorial France.
Au moins 676 personnes sont actuellement emprisonnées en Russie pour des raisons politiques. La pratique de la correspondance reste le principal moyen de soutenir le moral des personnes qui luttent pour leurs convictions, ainsi qu’une expression légale de protestation contre les violations des droits de l’homme et la répression politique dont elles font l’objet.
Les prisonniers politiques ont besoin de soutien aujourd’hui plus que jamais. Lors de la soirée, des collègues parleront des nuances de la correspondance avec les prisonniers politiques et partageront tout le matériel nécessaire à l’envoi de lettres. Plus d’informations sur l’événement en français et en russe: https://www.facebook.com/MemorialFr/posts/pfbid036W6Gc1UsU4CtCjpjsNuG2hTs6kMMk5nnrRGFqvaJu28WBaXr9s9k3DcTU3S9oKXgl

27 février, 18:30, Augsbourg, Brechtbühne.
La pièce de théâtre documentaire « Memoria » sur la mémoire et le souvenir
Le 27 février, au Brechtfestival d’Augsbourg, la ville natale de Brecht, sera projetée la pièce de théâtre actualisée « Memoria ». La pièce a déjà été jouée au Centre Vsevolod Meyerhold à Moscou.
La défaite de Memorial international est devenue le point de départ de la nouvelle pièce.
Dans la pièce documentaire de Nana Grinstein, des interviews, des documents judiciaires et des textes datant de l’époque de l’exil de Bertolt Brecht se mêlent au cas de la célèbre actrice et interprète brechtienne Karola Neher, dont le destin tragique a été reconstitué par Memorial international.
La projection aura lieu en allemand et en russe, avec des sous-titres en allemand et en anglais. La projection sera suivie d’une discussion avec notre collègue Irina Scherbakova. Vous pouvez acheter des billets ici: https://brechtfestival.de/produktion/memoria-memoriya-2024/

28 février, 13:00, Brno, Université Masaryk
Vernissage de l’exposition de Lili Matveeva à Brno
Le 28 février, l’exposition de l’artiste Lili Matveeva sera inaugurée à Brno, en République tchèque. L’exposition porte sur la poursuite de Mémorial en 2021. L’événement est organisé par Memorial République tchèque, le département de langue et de littérature russes de l’Institut pédagogique de Brno et Gulag.cz: https://gulag.cz/ru

—240220Yakimanka.png

« C’est juste ici »: excursions à Moscou
22 février, 17:00, Moscou, Yakimanka. Topographie de la terreur

« Nous nous sommes rencontrés chez Lyudmila Ginzburg, la mère d’Alik Ginzburg, qui était dans le camp – dans la maison où nous sommes tous venus comme chez nous, où, d’ailleurs, j’avais rencontré Larisa, Tolya Marchenko et Pavel Litvinov un an et demi auparavant », se souvient Natalia Gorbanevskaya, participante à la manifestation du 25 août 1968 sur la Place Rouge. Dans l’appartement de Ginzburg sur Bolshaya Polyanka, elle a rencontré Larisa Bogoraz et Pavel Litvinov. C’est là qu’ils planifient l’action, alors que Ginzburg lui-même purge une peine à Dubravlag, en Mordovie.
Sur la nouvelle route de Yakimanka, nous parlerons de la répression des scientifiques soviétiques sur la base d’accusations absurdes, de la façon dont les écrivains qui tentaient de servir leurs supérieurs obtenaient tout et les autres rien, et de bien d’autres choses encore.
Participez à l’excursion jeudi! Toutes les visites sont gratuites (une inscription préalable est nécessaire) (https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2777357/) mais vous pouvez nous soutenir à l’adresse suivante: donate.memo.ru . Nous visiterons les maisons où ont vécu les dissidents Alexander Ginzburg et Vadim Delaunay, la Maison des écrivains et l’adresse principale d’Anna Akhmatova à Moscou.

24 février, 13:00, Moscou: Excursion vers le canal de Moscou
Le 14 juillet 1937, le canal Moscou-Volga, aujourd’hui appelé canal de Moscou, a été inauguré. Le canal reliait les rivières Volga et Moscou et était censé résoudre le problème de la pénurie d’eau dans la capitale. Le camp de Dmitrov du NKVD a été spécialement organisé pour la construction du canal. Le canal est connu pour ses structures techniques et architecturales – écluses, barrages, centrales hydroélectriques et, bien sûr, la gare fluviale du Nord, l’une des cartes de visite de Moscou à la fin des années 1930. Après la rénovation de la station fluviale, aucune mention n’a été faite de la participation de prisonniers à la construction. On a souvent l’impression que le goulag se trouve quelque part au loin, en Sibérie, et non dans la capitale. Pourtant, c’est ici même qu’il se trouve.
Au cours de cette excursion, nous vous proposons de découvrir les coulisses de cette construction à grande échelle et de retracer l’histoire de la construction du canal, depuis l’ouverture du camp de travail pénal de Dmitrov jusqu’aux arrestations et aux fusillades des responsables de la construction et des prisonniers qui ont travaillé sur ce chantier. Inscrivez-vous et venez: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2777333/

24 février, 14:00, Moscou
Expulsez-le sous 24 heures!
En décembre 1973, le premier volume de « L’Archipel du Goulag » d’Alexandre Soljenitsyne est publié en russe par une maison d’édition parisienne. Cette publication a été suivie d’un harcèlement de l’écrivain par les journaux: le journal Pravda a publié un article intitulé « La voie de la trahison » sur les « activités antisoviétiques » de Soljenitsyne, qui a été réimprimé le lendemain par d’autres grands journaux et journaux locaux du pays. Au harcèlement des journaux s’ajoute une attaque téléphonique anonyme de trois semaines contre son appartement moscovite. Soljenitsyne se souvient de cette époque: « Cette fois-ci, Alya était particulièrement convaincue: à part les critiques des journaux, il n’y aurait rien, rien à avaler. Je ne l’ai pas pensé, mais je me suis comporté de la sorte: je ne me suis pas enfermé dans notre appartement moscovite sans lumière du jour (nos rideaux étaient fermés 24 heures sur 24 pour éviter les regards et les photos), sans air ni espace, mais je me suis rendu paisiblement à Peredelkino, j’ai respiré tranquillement sous les pins et, à un rythme inhabituellement lent pour moi, j’ai terminé les articles pour le recueil « De sous les touffes » ».
Le 12 février 1974, Soljenitsyne est arrêté, le lendemain il est déchu de sa nationalité et expulsé d’URSS.Au cours de l’excursion, nous verrons quelques lieux liés à la vie d’Alexandre Soljenitsyne, nous parlerons des pages de sa biographie, du destin de ses livres et des personnes qui ont aidé ces livres à voir le jour. Rejoignez-nous:https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2777341/

24 février, 14:00, Moscou
Discours d’Anna Barkova à Moscou
« Croit-on sérieusement ici qu’une femme qui n’a aucune idée des organisations, de la clandestinité, qui ne sait pas manier un fusil, puisse avoir l’intention de « tuer Staline »? »
En 1934, la poétesse Anna Barkova est arrêtée au titre de l’article 58, et jusqu’aux années 1970, son nom disparaît de la presse. En décembre 1934, j’ai été prise dans un cyclone », écrit Anna Barkova à N.S. Khrouchtchev au cours de l’été 1956, « et parmi des milliers de personnes, j’ai été arrêtée après l’assassinat de S.M. Kirov ». Quelques années auparavant, Anna Barkova avait travaillé comme secrétaire personnelle du commissaire du peuple à l’éducation, Lounatcharski, qui l’avait invitée à venir à Moscou depuis le quartier d’Ivanovo-Voznesensk.
Au cours d’une excursion à travers les adresses moscovites de la poétesse, nous retracerons l’histoire du retour d’Anna Barkova à la littérature, nous parlerons de ses poèmes et de son étonnante biographie. N’oubliez pas de vous inscrire: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2777466/

25 février, 15:00, Moscou
Général fou ou chevalier des roux
Au centre de Moscou, il existe un endroit qui, pour beaucoup de ceux qui l’ont visité, était plus effrayant que les prisons et les camps. Il s’agit de l’Institut de psychiatrie V.P. Serbsky. C’est là que de nombreux prisonniers politiques ont été diagnostiqués comme souffrant de « schizophrénie molle, de délire de réformisme et de recherche de la vérité, et d’intoxication philosophique ». Ils ont ensuite été envoyés dans de terribles hôpitaux psychiatriques spéciaux.
Pyotr Grigorenko, Vladimir Bukovsky, Natalia Gorbanevskaya, Valeria Novodvorskaya, Leonid Plyushch – voici quelques noms de ceux qui sont passés par les « hôpitaux psychiatriques » de torture.
Nous parlerons de l’histoire de la psychiatrie punitive en URSS. Et de la vie et du destin de l’un des dissidents les plus singuliers – un général de combat, défenseur des droits de l’homme, l’un des fondateurs du groupe ukrainien d’Helsinki, Pyotr Grigorenko. Nous visiterons la maison où vivait le général rebelle, dont l’appartement était ouvert à tous ceux qui avaient besoin d’aide. Inscription sur le lien: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2777344/

25 février, 15:00, Moscou
Promenade autour de l’Académie Timiryazevskaya
Académie Timiryazev ou Académie Lénine des sciences agricoles de toute l’Union, à l’activité de laquelle le nom du généticien Nikolaï Vavilov est étroitement lié. Jusqu’à son arrestation, Vavilov a dirigé l’académie.
Mais la génétique n’est pas destinée à se développer dans la réalité soviétique: la sphère scientifique devient une nouvelle plateforme de répression politique cruelle, dont Vavilov est victime. L’arrestation de Vavilov a marqué la victoire complète de la « Lysenkovshchina », la campagne visant à anihiler la génétique classique en URSS: après l’arrestation de Vavilov, Trofim Lysenko est devenu le directeur de l’Institut de génétique.
Au cours de l’excursion, nous évoquerons le destin des étudiants et des professeurs de l’académie. Nous verrons également comment le gouvernement soviétique a ralenti le développement de la science biologique, ce qu’est « Lysenkovskaya » et pourquoi le célèbre scientifique Nikolaï Vavilov est mort en prison. Inscrivez-vous sur le lien: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2777349/

2 mars et 3 mars: excursions à Moscou
2 mars, 15:00 – Promenade le long de du boulevard Gogol https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2784422/
2 mars, 15:30 – Expulsez-le sous les 24 heures! https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2784424/
3 mars, 13:00 – Sokol: d’un cimetière-parc à un jardin urbain https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2784568/
3 mars, 15:00 – Commémoration du jour de la fusillade en Lettonie. Autour des étangs clairs (Chistye prudy) https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2784423/
3 mars, 15:00 – Presnya, qui n’existe pas https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2784427/

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don
par carte non russe:
https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information Memorial-Russie
18 février 2024

Personne n’a l’intention d’abandonner
Les avocats, l’équipe et la famille ont confirmé la nouvelle du décès d’Alexei Navalny dans la colonie polaire n° 3 de Kharp, dans le district autonome de Yamalo-Nenets.
Pendant plus d’une décennie et demie, Alexeï Navalny a été le principal opposant politique russe, l’ennemi le plus fidèle du régime de Poutine, un espoir pour de nombreuses personnes dans le pays et dans le monde, un symbole de courage et de lutte pour un avenir différent pour la Russie – dans cette lutte, Alexeï Navalny et son équipe ont réussi à unir des millions de personnes.
Le 17 janvier 2021, Alexei Navalny a pris une décision historique et s’est envolé pour Moscou depuis l’Allemagne, où il avait été soigné après une tentative d’assassinat par les services de sécurité russes. Navalny a défié le régime criminel et ses propres assassins en défendant les libertés politiques des citoyens russes – et a été arrêté. Pendant trois ans, Alexei Navalny a été détenu dans des conditions de torture.
La deuxième tentative d’assassinat a réussi.
Nous savons et nous nous souvenons qu’en temps de guerre, le gouvernement russe tue des gens tous les jours. Alexei Navalny a donné sa vie pour une Russie libre et démocratique, sûre pour ses voisins et pour ses propres citoyens. Nous n’avons pas le choix – nous n’abandonnerons pas, nous continuerons le combat.
Illustration de Lily Matveeva

Déclaration de l’ Association Memorial International
« La mort d’Alexeï Navalny est une tragédie non seulement pour sa famille, ses amis et ses collaborateurs, mais aussi pour tous ceux qui veulent que la Russie devienne un État démocratique qui ne représente pas une menace pour le monde extérieur, qui veulent la fin de la guerre et le retrait des troupes russes d’Ukraine.
Sa mort est un nouveau crime du régime de Poutine pour lequel les responsables doivent être punis. La meilleure chose que nous puissions faire maintenant est de nous souvenir de la réponse d’Alexei Navalny à la question de savoir quel message il laisserait aux personnes partageant ses idées s’il était tué: « N’abandonnez pas! » ».
La déclaration complète peut être lue en français:https://memorial-france.org/alexei-navalny/?fbclid=IwAR1iuveau4JPMhN3SQnVbMKFWxXSgSn-KQ9Ig0036JOF7hsxQVBNrnXdY4Q#0_5___3127_0

Déclaration du Conseil de Memorial
«Les autorités russes – depuis les fonctionnaires du FSIN (Service fédéral de l’exécution des peines) qui ont créé des conditions de détention de tortionnaires, jusqu’aux procureurs et aux juges qui ont fabriqué des affaires pénales sans fin, en passant par les dirigeants du pays dirigés par Vladimir Poutine – sont responsables du meurtre d’Alexei Navalny.
Nous ne connaissons pas les véritables circonstances de la mort de Navalny. Quelles qu’elles soient, il ne s’agit pas d’un accident. Il s’agit d’un meurtre politique. Alexei ne peut plus se défendre et nous défendre tous. C’est à nous de jouer à partir de maintenant. Nous – la société civile russe – chercherons à obtenir une enquête efficace et à faire connaître les circonstances de la mort de Navalny. La famille d’Alexei a le droit de connaître la vérité. La société russe a le droit de connaître la vérité. Les assassins doivent répondre de leurs actes.
Navalny n’avait pas peur, et nous ne devons pas avoir peur non plus.
Nous pleurons avec la famille et les proches d’Alexei Navalny, nous exprimons nos condoléances à tous ses associés, à tous ceux qui l’ont soutenu.
Nous exigeons la libération immédiate de centaines de prisonniers politiques dont la vie est en danger de mort parce qu’elle dépend entièrement de l’arbitraire du régime. Les répressions politiques et les assassinats n’ont pas sauvé les régimes au pouvoir en Russie dans le passé, et ils ne les sauveront pas aujourd’hui.»

Déclaration du projet « Soutien aux prisonniers politiques. Mémorial »
Alexei Navalny figure sur la liste des prisonniers politiques de Memorial depuis 2021. Nos collègues du projet « Soutien aux prisonniers politiques. Memorial » déclarent:
«Il n’y a aucune raison de croire la version officielle de la mort d’Alexei, mais indépendamment des circonstances spécifiques, il s’agit exactement d’un meurtre planifié. Alexei ne devait pas se trouver dans un SHIZO, ni dans la colonie de Kharp, ni, en général, en captivité; il ne devait pas être empoisonné en 2020. Tant Vladimir Poutine personnellement que ses complices, les organisateurs et les auteurs ci-dessous, sont coupables de ces crimes.
Nous sommes convaincus qu’ils doivent et vont répondre de cet assassinat. Nous exigeons des autorités russes qu’elles remettent immédiatement le corps d’Alexei Navalny à sa famille et qu’elles mènent une enquête indépendante sur sa mort».
Lire la déclaration dans son intégralité sur le site web: https://memopzk.org/news/ubit-aleksej-navalnyj/

OVD-Info a lancé un générateur de requêtes au Comité d’enquête de la Fédération de Russie
Nos amis et partenaires, le projet de défense des droits de l’homme OVD-Info, ont également publié une déclaration sur le meurtre d’Alexei Navalny. Ils ont également lancé un générateur de requêtes au comité d’enquête pour demander que le corps d’Alexei Navalny soit remis à sa famille.
Les autorités de l’État tentent de dissimuler la cause réelle de sa mort, en parlant d’un caillot de sang, puis d’un « syndrome de mort subite », et en affirmant maintenant qu’elles doivent procéder à un examen par un expert. Il est évident qu’au lieu d’un véritable examen, elles veulent cacher les traces de leurs crimes.
Remplissez un appel sur le portail, c’est sûr et cela ne prend que deux minutes: https://www.dyatel.io/?utm_source=tg&utm_medium=social&utm_campaign=navalny&utm_term=17_02_2024&utm_content=telo

Monuments à la mémoire d’Alexei Navalny en Russie
Dans le collage – photos de Moscou, Saint-Pétersbourg, Toula, Perm et Rostov-sur-le-Don, plus de photos – dans nos réseaux sociaux: https://taplink.cc/topos.memo.ru
Après l’annonce de la mort d’Alexeï Navalny, les Russes ont commencé à apporter des fleurs aux monuments commémoratifs des victimes de la terreur soviétique. À Moscou, des fleurs ont été apportées au monument « Aux Moscovites morts au goulag », au mémorial sur le pont Nemtsov et à d’autres monuments, mais la plupart des gens ont apporté et continuent d’apporter des fleurs à la pierre de Solovetsky sur la Loubianka.
Vendredi soir, la police a cessé d’autoriser les personnes munies de billets écrits et de bougies ou sans fleurs à se rendre à la pierre, et la file d’attente s’est allongée sur plusieurs dizaines de mètres. Ceux qui sont venus sans fleurs ont reçu des fleurs de la part des sympathisants. A la sortie du métro, il y avait une feuille avec une grande lettre N, de nombreuses personnes dans le passage portaient des œillets. À un moment donné, des policiers munis de mégaphones ont demandé à tout le monde de se disperser, car il n’y avait « pas d’événement » sur la place. La plupart des gens sont restés et la police a commencé à laisser passer les personnes portant des fleurs à la pierre « pour qu’elles quittent la zone plus rapidement ».
Presque tous les monuments spontanés à la mémoire d’Alexei Navalny en Russie se trouvent à côté de monuments dédiés aux victimes de la répression politique. Il est donc d’autant plus important de se rappeler comment et d’où ils proviennent.
La plupart de ces monuments ont été érigés pendant la brève période de l’histoire de la Russie où le débat sur les violations des droits de l’homme était public. Lorsque, au moins au niveau des déclarations, on parlait de la reconnaissance par l’État de ses méfaits, d’une tentative de revivre et de repenser ce qui s’était passé.
En revenant à ces monuments aujourd’hui, nous réaffirmons leur sens originel, nous répétons qu’ils ne sont pas seulement des « monuments aux victimes de la répression politique », mais des monuments à un crime organisé et exécuté par l’État, des monuments d’avertissement. Des symboles d’un accord entre l’État et la société qui reconnaissait les crimes du passé et promettait de ne pas les répéter à l’avenir.
Des accords qui n’ont jamais été véritablement respectés et dont il ne reste plus rien aujourd’hui, en février 2024. En temps de guerre, en réponse à l’annonce de la mort d’Alexei Navalny, nous revisitons ces monuments comme une promesse non tenue.

Comment l’État cache les causes de décès des prisonniers
Une heure à peine après que les sources officielles russes ont annoncé le décès d’Alexei Navalny, une version a commencé à se répandre selon laquelle la cause du décès était une « rupture de caillot sanguin ».
Les médecins qui avaient soigné Alexei auparavant déclarent qu’il est impossible d’établir ce diagnostic aussi rapidement – sans autopsie et analyse médicale détaillée (cependant, les militants des droits de l’homme font remarquer que de nombreux décès dans les prisons et les colonies russes sont imputés à un « caillot de sang » difficile à tester).
Dans les années 1930 et 1940, l’URSS a également souvent dissimulé les véritables causes de la mort de prisonniers décédés à la suite de tortures ou même abattus secrètement (les proches étaient informés qu’ils étaient condamnés à « 10 ans sans droit à la correspondance » et qu’ils ne devaient pas s’attendre à des nouvelles). Le plus souvent, dans ces cas, la raison officielle était une « maladie cardiaque ».
Des preuves documentaires de ce mensonge se trouvent dans les archives du Goulag. Par exemple, dans la directive du chef du Goulag au département sanitaire interne du 23 mai 1941, il est explicitement indiqué de remplacer la cause réelle du décès par une « paralysie du cœur » ou « épuisement de l’activité cardiaque ». Les certificats mentionnant la cause réelle du décès étaient envoyés aux archives du NKVD, tandis que les informations relatives à la « cause colatérale » étaient destinées aux proches.
Les archives du Mémorial contiennent des exemples frappants de ces certificats. Les certificats de décès des années 1930 et 1950 délivrés aux proches des prisonniers qui ne sont pas revenus du Goulag mentionnent des causes de décès telles que « pneumonie », « gangrène », « maladie cardio-vasculaire grave », voire « inconnue ». Et dans les certificats de réhabilitation de ces mêmes personnes, délivrés par le bureau du procureur de l’URSS (qui avait accès aux archives internes) à la fin des années 1980, la cause du décès était indiquée comme « exécution par peloton d’exécution ».
La pratique de la double documentation et de la dissimulation délibérée des véritables causes de décès aux proches s’est développée pendant des décennies et était impossible sans l’implication de diverses agences gouvernementales couvrant le crime.
Vous trouverez d’autres exemples de dissimulation de décès de prisonniers dans le billet de nos collègues de la chaîne « C’est juste ici »: https://t.me/righthererightthen/398

—-
Merci de soutenir Memorial!
Vous pouvez faire un don par carte non russe:
https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information Memorial-Russie
14 février 2024

15 février, 16:00, Berlin
16 février, 11h00, Moscou
Nouvelle audience dans l’affaire Oleg Orlov à Moscou et rassemblement de soutien à Berlin
Oleg Orlov, défenseur des droits de l’homme et co-président du Centre des droits de l’homme Memorial, risque à nouveau une peine de trois ans de prison.Oleg Orlov a fait l’objet d’un deuxième acte d’accusation pour « discrédit répété » de l’armée. Cette fois-ci, il y a des circonstances aggravantes – des motifs « d’inimitié et de haine envers les militaires ». Une nouvelle audience se tiendra à Moscou ce vendredi. Venez soutenir Oleg Orlov au tribunal de Golovinsky (rue Zoya et Aleksandr Kosmodemyanskikh, 31, b. 2, salle 520).La veille du procès à Moscou, MEMORIAL Deutschland:https://www.memorial.de, l’Association Memorial:https://www.facebook.com/memorial.soc/?locale=ru_RU et la Société de défense des personnes vulnérables (GfbV):https://www.gfbv.de vous invitent à prendre la parole pour soutenir Oleg Orlov à l’ambassade de Russie en Allemagne. Pour en savoir plus sur l’action, cliquez ici!:https://www.facebook.com/events/1127791641554284/?ref=newsfeed

18 février 18:00 heure de Moscou, en ligne
Transcription du cas d’enquête n°20
« J’ai été élevé par l’école soviétique du travail. J’ai suivi trois ans et demi de formation industrielle. J’ai été diplômé de l’un des meilleurs VTUZ soviétiques. Après avoir obtenu mon diplôme, j’ai accédé à ce qu’un jeune spécialiste des ponts pouvait rêver de mieux: concevoir les ponts de Moskvoretsky.
Moi-même, ainsi que des dizaines de mes amis, remplis de fierté, avons travaillé sans relâche, sans ressentir de fatigue, sur le projet du pont suspendu de Crimée. […]
Ici, au Trust, j’ai rencontré une fille, elle travaillait dans le groupe du pont Krestovsky, en mai 1937 je l’ai épousée. La vie nous promettait de belles perspectives, nous étions heureux. En avant le travail en commun, la vie joyeuse. Au travail, on nous promet de nous donner une chambre, mais soudain tout s’effondre.
La déclaration de deux calomniateurs fait de moi un contre-révolutionnaire. Je suis arrêté et condamné à 10 ans de prison pour activité contre-révolutionnaire systématique ».
Nous vous invitons à un séminaire en ligne pour analyser et discuter le cas d’enquête de l’ingénieur concepteur Emanuel Litvinsky. En 1937, y avait-il une raison valable de rédiger une dénonciation? Une plainte auprès du Procureur suprême pouvait-elle aider le condamné? Et comment les autorités du Goulag pouvaient-elles retrouver un prisonnier qui s’était égaré sur la scène? Toutes ces questions seront abordées lors de notre séminaire.
Inscrivez-vous et rejoignez-nous: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2780465/

23 février 18:00, Varsovie,
WITRYNA Domu Wschodniego.
Les « Voix de la guerre » seront entendues à Varsovie
Vendredi prochain, à la veille du 24 février, Memorial Pologne (https://memorial-polska.pl) et Witryna Domu Wschodniego (https://witrynadw.pl) présenteront des témoignages recueillis au cours des deux années de la phase chaude de la guerre en Ukraine. « Voix de la guerre » est un projet commun du Groupe des droits humains de Kharkiv (KHRG, https://khpg.org/ru/) et des filiales européennes de Memorial. Les participants au projet ont recueilli des entretiens avec des Ukrainiens dont les histoires personnelles doivent être racontées et entendues. Le projet vise à documenter les crimes de guerre à travers les récits des civils.Eugène Zakharov et Denis Volokha, militants des droits de l’homme du KHRG, Vladimir Gromov, scénariste, conférencier à l’Institut de cinématographie Karpenko-Kary de Kiev et éditeur du livre « Maison détruite », participeront à la réunion. Plus d’informations sur l’événement ici:https://www.facebook.com/events/917472296684487/

24 février 14:00, Paris,  Place de la République
« Ensemble pour la victoire d’une Ukraine libre et démocratique!
Memorial France (https://memorial-france.org) a soutenu l’initiative d’Ensemble le 24 février d’organiser des actions de soutien à l’Ukraine et à la démocratie dans toute la France.
Les participants réclament l’aide nécessaire à la victoire de l’Ukraine, le retrait de l’armée russe du territoire ukrainien, le retour des frontières internationalement reconnues, le retour au pays des Ukrainiens déportés, des enfants et des prisonniers de guerre, et le jugement des criminels de guerre.
Plus d’informations sur l’événement en français:https://memorial-france.org/ensemble-pour-la-victoire-dune-ukraine-libre-et-democratique/

24 février 16:00, Haïfa, Rue Andrei Sakharov (Carrefour MATAM).
Rassemblement en soutien à l’Ukraine
A Haïfa, le 24 février, Memorial-Israel (https://www.facebook.com/israelmemorial.soc) et Point de rencontre (https://www.facebook.com/gatheringpointhaifa)organisent également un rassemblement contre la guerre criminelle et agressive menée par la Russie en Ukraine.
Les participants appellent le gouvernement israélien à cesser de légitimer le régime russe et attirent l’attention sur ses liens avec le Hamas et le régime dictatorial iranien.
Plus d’informations ici: https://www.facebook.com/events/1396008554637461?acontext=%7B%22event_action_history%22%3A[]%7D

« C’est juste ici »: excursions à Moscou – deux nouveaux itinéraires
16 février, 16:30, Moscou
A expulser dans les 24 heures!
Le 13 février 1974 – il y a exactement 50 ans – les autorités soviétiques ont déchu Alexandre Soljenitsyne de sa citoyenneté et l’ont expulsé du pays. Quelques mois plus tôt, Brejnev avait pris la parole lors d’une réunion du Politburo où il avait notamment qualifié « L’Archipel du Goulag » de « libelle antisoviétique » et son auteur d' »élément hooligan » qui devait être emprisonné pour avoir dénigré le système soviétique. En décembre 1973, « L’Archipel du Goulag » est publié à Paris, ce qui donne lieu à un harcèlement de l’écrivain dans les journaux et à des pressions de la part des autorités. Soljenitsyne est arrêté le 12 février 1974 et expulsé d’URSS le lendemain. Ce vendredi, nous vous invitons à vous promener dans certains lieux liés à la vie de Soljenitsyne, à parler du destin de ses livres et de ceux grâce à qui ces livres ont vu le jour.Toutes les visites sont gratuites (une inscription préalable est nécessaire), mais vous pouvez nous soutenir à l’adresse suivante: https://donate.memo.ru

16 février, 17:00, Moscou
Dans les réseaux des ruelles de l’Arbat
Dans quelle maison le jeune Pasternak est-il venu écouter Scriabine et comment cela s’est-il terminé? Où Boulgakov a écrit « Cœur de chien » et « Œufs fatidiques », et où l’OGPU a fait une perquisitionchez l’écrivain? Comment le cocher a-t-il marié Esenin et I. Duncan?
Pour trouver les réponses à ces questions et à bien d’autres, venez à l’excursiojn de vendredi. Et n’oubliez pas de vous inscrire ici: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2771801/

17 février, 13:00, Moscou
Yakimanka. Topographie de la terreur
Au cours d’une nouvelle promenade le long de la Yakimanka, nous parlerons de la façon dont les enfants des rues de l’URSS survivaient dans les rues et de ce que les autorités faisaient pour les aider, de la façon dont les scientifiques soviétiques étaient réprimés sur la base d’accusations absurdes, de la façon dont les écrivains qui essayaient de servir leurs supérieurs obtenaient tout et les autres rien, et de bien d’autres choses encore.Samedi, vous pourrez visiter la Maison des écrivains, l’adresse principale d’Anna Akhmatova à Moscou, et les maisons où ont vécu les dissidents Alexander Ginzburg et Vadim Delaunay. Inscription obligatoire:https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2777350/

17 février, 13:00, Moscou
Excursion au canal de Moscou
« J’ai travaillé dans un institut de projection. Nous avons conçu la construction du canal Moscou-Volga. J’ai 21 ans. Au départ, il s’agissait d’un institut de projection civile, mais à la fin de l’année 1930, on nous a annoncé que notre institut était pris en charge par le NKVD »Galina Levinson, participante au Memorial de Moscou en 1988-1992, se souvient. Levinson était employée d’un institut de design et, en 1931-1934, elle a participé à la construction du canal Moscou-Volga.
Les travaux de construction ont mobilisé des milliers de personnes, dont des femmes, auxquelles Gorki s’est adressé dans son « salut », intitulé « Aux ouvrières de la construction du canal Moscou-Volga » dans le journal Pravda. Au cours de l’excursion, vous pourrez découvrir les coulisses de cette construction à grande échelle et retracer l’histoire de la construction du canal, depuis l’ouverture du camp de travail pénal de Dmitrovskiy jusqu’aux arrestations et aux fusillades des responsables de la construction et des prisonniers. Il n’y a pas eu d’excursion le long de cet itinéraire depuis l’automne! Inscrivez-vous ici et venez marcher:https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2769486/

Sur la photo de la construction du réservoir Istrinsky, qui fait partie du canal Moscou-Volga, 1934.

17 février, 14:00, Moscou
Excursion autour de l’Académie Timiryazev
L’académicien Alexey Doyarenko était le professeur de Nikolai Vavilov. Il a lui aussi travaillé à l’Académie Timiryazev et a lui aussi été victime des purges idéologiques dans le domaine scientifique. En 1930, il est arrêté dans l’affaire du « Parti du travail paysan » et condamné à cinq ans de prison. Après sa libération, Doyarenko a poursuivi ses travaux scientifiques en exil.
Lors de l’excursion autour de l’Académie ce samedi, nous parlerons du destin de ses étudiants et de ses professeurs au XXe siècle. Samedi, lors de la promenade, nous répondrons à toutes les questions, inscrivez-vous et venez: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2769513/

17 février, 14:00, Moscou
Discours d’Anna Barkova à Moscou
« Je crois beaucoup en ton avenir, Anyuta, mais je t’en prie, ne fais pas le rêve fiévreux de devenir d’un seul coup le soleil de la littérature russe, et ne pousse pas de soupirs ridicules à propos d’une nouvelle forme. En vous promenant la nuit autour du Kremlin, pensez plutôt à un nouveau sujet »Ces mots s’adressent à Anna Barkova, une poétesse qui a quitté sa ville natale d’Ivanovo-Voznesensk pour s’installer à Moscou à l’invitation du commissaire à l’éducation Lounatcharski. Lounacharsky a reconnu le talent de Barkova et l’a admise à l’Institut Litin. Barkova est venue étudier, mais a finalement rejoint le secrétariat du Commissariat du peuple de la RSFSR et a vécu au palais Poteshny du Kremlin, dans l’appartement du commissaire, pendant environ deux ans. Comment se fait-il qu’Anna ait ensuite passé plus de vingt ans dans les camps? Lors d’une excursion à travers les adresses moscovites de la poétesse, nous en parlerons, nous discuterons de sa biographie et de sa créativité. Venez nombreux:https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2769531/

18 février, 14:00, Moscou
Défenseurs
Jusqu’au milieu des années 1960, l’avocate Sofya Kallistratova s’occupait des affaires pénales et n’intervenait pas dans les procès politiques. En 1967, une manifestation est organisée pour défendre Alexander Ginzburg, qui a rassemblé des documents sur le procès des écrivains Sinyavsky et Daniel. Viktor Haustov est arrêté pour avoir participé à la manifestation. Il est défendu au tribunal par Sofia Kallistratova. Elle a demandé au tribunal d’acquitter Haustov, en prouvant qu’il n’y avait pas de corpus delicti dans ses actions.
En Union soviétique, les acquittements étaient très rares. Gagner un procès politique est presque impossible. Dans un tel cas, la profession d’avocat semblait perdre son sens, et pourtant, pour les avocats politiques, la défense de l’accusé n’était pas une formalité, ils étaient prêts à prouver l’innocence de leurs clients. Après le procès, Sofia Kallistratova a participé à d’autres procès de dissidents soviétiques.
Nous parlerons d’elle et d’autres avocats qui ont traité des affaires de dissidents soviétiques lors de la marche de dimanche. Inscrivez-vous ici: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2771803/

18 février, 14:30, Moscou
Presnya, qui n’a pas existé
« Pendant qu’ils allaient me dénoncer au directeur de service, j’ai attendu dans l’entrée, dans lequel le chauffeur qui m’emmenait à la prison est également entré. Lorsqu’il s’est approché de moi, il m’a tendu tranquillement un paquet de bonnes cigarettes et m’a chuchoté: « Oh, je suis désolé pour toi, jeune fille; je t’aurais ramenée à la maison plutôt qu’en prison. Qu’ils aillent au diable, ces bolcheviks… ».… se souvient la princesse Kurakina, sœur du baron Wrangel. La princesse est arrêtée à Kiev et emmenée en otage à Moscou. Elle s’attendait à être emmenée, comme d’autres prisonniers politiques, à la tristement célèbre Butyrka, mais la princesse fut emprisonnée dans la prison pour femmes de Novinskaya, dans le district de Presnensky. La prison de Novinskaya, comme beaucoup d’autres lieux associés à la terreur, n’existe pas sur la carte actuelle de Moscou.
Au cours de l’excursion, nous parlerons des destins étonnants liés à Presnya au fil des ans. Nous visiterons l’un des plus anciens observatoires de Moscou et nous nous remémorerons les pages de l’astronomie réprimée. Nous verrons la maison où Sergey Korolev a été arrêté en 1938, les lieux des barricades de 1991 et 1993. Inscription sur le lien:https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2771799/

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don par carte non russe:
https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information Memorial-Russie
9 février 2024

La première audience dans l’affaire d’Oleg Orlov après l’appel du verdict aura lieu le 16 février à 11h00 !
L’affaire d’Oleg Orlov reprend devant le tribunal de Golovino. Hier, il a reçu un nouvel acte d’accusation dans l’affaire du « discrédit répété » de l’armée: des motifs de haine et d’inimitié ont été ajoutés à l’affaire: https://memorialcenter.org/news/delo-utyazhelili-motivom-nenavisti-i-vrazhdy
L’acte d’accusation a été approuvé en moins de 24 heures et l’on s’est obstiné à vouloir le remettre le jour même en disant que « tout devait être fait rapidement ». Le lendemain, un procureur adjoint s’est rendu au cabinet de Katerina Tertukhina, l’avocate de M. Orlov, accompagné d’agents de la force publique armés de mitraillettes. M. Orlov risque jusqu’à trois ans de prison.
Depuis le début de l’été, nous nous rendons au tribunal d’Oleg Orlov. Peu après que l’affaire s’est terminée par une amende, il s’est avéré que les autorités n’étaient pas prêtes à laisser le défenseur des droits de l’homme tranquille. Soutenons à nouveau Oleg Orlov!
L’audience se tiendra au tribunal de Golovino le 16 février à 11h00 dans la salle 520. L’affaire sera examinée par la juge Elena Astakhova.
Vendredi dernier, Oleg Orlov et trois autres de nos collègues de Memorial – Nikita Sokolov, Sergei Stepanov et Mikhail Chimarov – ont été ajoutés à la liste des « agents étrangers » par le ministère russe de la justice. Outre la traditionnelle citation d’Henry Reznik à cette occasion (« La loi, c’est de la merde! »), nous aimerions également citer une déclaration du Conseil de Mémorial: https://memorialcenter.org/news/article-15
« L’inclusion d’Oleg Orlov dans le registre est exactement ce dont les autorités avaient besoin pour faire taire sa voix lors du prochain procès. Lors du premier procès, Oleg Orlov et sa défense n’ont rien laissé au hasard face à cette accusation absurde. En réponse, il a été à nouveau inculpé, et maintenant il a été qualifié d' »agent étranger », et chaque citation, chaque nouvelle qui parviendra à ses concitoyens sera accompagnée de la mise en garde suivante: « Oleg Orlov est un « agent étranger » ».
Le registre des « agents étrangers » devrait être aboli, de même que toute législation relative aux « agents étrangers ».

Interview de Mikhail Chimarov (Memorial-Novgorod) sur le fait d’être déclaré « agent étranger »
Nous souhaitons également partager un entretien avec Mikhail Chimarov, militant et président de Memorial- Novgorod: https://t.me/novmemorial dans lequel il parle à la rédaction de Sever.Realii des projets de Novgorod Memorial, de son militantisme à Veliky Novgorod et de son procès pour propagande LGBT: https://www.severreal.org/a/ya-budu-prodolzhat-za-chto-mihail-chimarov-iz-memoriala-stal-inoagentom/32804185.html
Il y a un an, la police est venue assister à une projection à huis clos de courts métrages russes sur les personnes LGBT, « Slovo », organisée par Mikhail (voir la photo). Le tribunal de première instance, qui a condamné Mikhail à une amende de 50 000 roubles, s’est référé à l’avis d’un expert, qui soupçonnait des actes de propagande dans les actions du héros, qui, « se déplaçant de droite à gauche, a fait un mouvement de recul par rapport à un personnage secondaire ». Cependant, trois experts, dont l’un du ministère de la justice, ont déjà permis à Mikhail de contester cette décision devant la cour d’appel.

Le prisonnier politique et défenseur des droits de l’homme Bakhrom Khamroev a été battu en prison.
Des collègues Memorial ont rapporté que le personnel de la prison « Vladimirskiy Tsentral » a battu le défenseur des droits de l’homme Bakhrom Khamroev. Nous vous rappelons que ce membre de l’ancien Memorial a été condamné à 13 ans et 9 mois de prison pour des articles « terroristes ».
Le 23 janvier, Bakhrom a tenté de présenter aux représentants de l’administration ses plaintes concernant l’absence de soins médicaux et les traitements dégradants (auparavant, un Coran lui avait été confisqué). En réponse, il a été battu jusqu’à perdre connaissance, avec des coups sur les jambes, les reins, le dos et la tête. Des traces de coups subsistaient encore deux semaines plus tard, lorsque Bahrom a enfin été autorisé à voir son avocat.
Suite à une plainte de son avocat et à la déclaration de Bahrom sur le délit, le Coran et les médicaments saisis lui ont été rendus, et il est apparu que le directeur adjoint de la prison avait repris les fonctions du directeur de la prison. Le défenseur des droits de l’homme a indiqué que d’autres prisonniers musulmans avaient publiquement exprimé leur solidarité avec lui. Nombre d’entre eux avaient également été victimes de violences au cours de la même période.
Vous pouvez soutenir Bakhrom en envoyant une lettre papier ou électronique à l’adresse suivante: 600020, région de Vladimir, Vladimir, rue Bolshaya Nizhegorodskaya, 67, FKU T-2 du Service pénitentiaire fédéral de Russie pour la région de Vladimir, Khamroev Bakhrom Mardonovich, né en 1963.

L’histoire dans les archives et dans l’actualité
Hier matin, nous avons trouvé dans les archives le cas de Mikhail Fedorovich Busov, électricien à l’usine Proletarskaya pobeda, qui a été condamné à mort il y a exactement 86 ans – le 8 février 1938.
« En décembre 1937 [selon des témoins], Busov a déclaré: « C’est ce qu’on appelle des élections secrètes, et les bulletins de vote présentent un candidat à l’avance, et ils essaient d’insérer votre candidature et s’ils le découvrent, ils vous mettront en prison, ce n’est pas une élection mais une comédie, ils vous forcent à voter ».
Tous les personnages sont réels, les coïncidences ne sont pas fortuites.
donate.memo.ru: soutenez le travail de Memorial pour découvrir des nouvelles actuelles à partir des archives!

« Les Ukrainiens sont les personnes les plus fortes que j’ai rencontrées dans ma vie. Leur force me donne de la force »: un entretien avec le projet Voix de la guerre.
Projet conjoint du Groupe des droits humains de Kharkiv et des filiales européennes de Memorial, «Voix de la guerre» présente l’histoire de Derrel Patrick Lovelass. Patrick, un volontaire américain qui s’est rendu à Boutcha en avril 2022 pour aider à identifier et à transporter les corps des morts, parle de l’aspect de la ville après l’occupation. Il raconte des histoires d’habitants dont les membres de la famille ont été tués par l’armée russe et fait part de son horreur face aux cadavres qui n’ont pas pu être identifiés et à la ville dévastée et piégée.
Aujourd’hui, Patrick et sa femme Sarah se sont installés en Ukraine. Ils ont acheté un appartement à Boutcha, ont l’intention d’y rester et de soutenir le pays par tous les moyens possibles.
Vous pouvez regarder un court fragment de l’interview avec des sous-titres en russe sur notre instagram. Lire le texte de l’interview en russe, anglais, ukrainien, polonais, allemand et italien: https://khpg.org/en/1608812651
Regardez l’interview en anglais sous-titrée en russe, ukrainien, italien, polonais et allemand: https://www.youtube.com/watch?v=JvCBnAV4Dls

Le Goulag, c’est ici. Récit de Yuri Dzeva (Memorial Pskov)
Memorial publie le vingt-deuxième film, https://www.youtube.com/watch?v=6hSFEJdlQc8, du projet «Le goulag c’est ici» https://www.youtube.com/playlist?list=PLij4j4U2dbqz2U8r-75i-s6r65U6JSpoy
– un récit de Yuri Dzeva, président du Memorial de Pskov. Dzieva évoque l’arrestation de son grand-père et de son père, son expulsion de Pskov avec sa mère et son frère, la vie dans la région de Tver sous l’occupation, le retour de sa mère de la guerre et son arrestation.
Le père de Dzieva a été arrêté en 1938. Par la suite, sa mère a dû être séparée de ses enfants pendant dix ans pour leur éviter d’être arrêtés. Yuri et son frère ont été envoyés chez leurs grands-parents où ils ont survécu à la guerre et à l’occupation nazie. Pendant des années, Dzieva a prié pour que sa mère revienne à la maison. Elle – la femme d’un ennemi du peuple – a d’abord été envoyée à la guerre, qu’elle a traversée jusqu’au bout, puis arrêtée et emprisonnée pendant trois ans – ce que Yuri Andreevich ne peut toujours pas se rappeler sans pleurer. Mais après sa libération, la rencontre tant attendue a enfin eu lieu.

Prisonniers politiques à Perm hier et aujourd’hui: l’histoire du dissident Ivan Sharapov
Depuis mai 2023, notre collègue Alexander Chernyshov se trouve au centre de détention provisoire n° 1 de Perm. Sa mesure préventive a été prolongée jusqu’au 10 mars, et nous attendons maintenant la prochaine audience du tribunal.
Il y a 60 ans, le dissident de Perm Ivan Sharapov, condamné pour agitation antisoviétique, a entamé une grève de la faim dans la même prison; ses documents ont été conservés dans les archives numériques de Memorial. En collaboration avec le média Perm 36.6, nous avons décidé de raconter l’histoire de ce scientifique et prisonnier politique.
Découvrez les expéditions géologiques de Sharapov, les notes critiques adressées à Mikoyan, sa grève de la faim en prison et ses travaux scientifiques après sa libération dans les fiches: https://www.instagram.com/p/C3CX-9VituT/?igsh=YjU0ZGprM2RqcTR1&img_index=1

« Dubravlag », « Prikvel », « Automne à Prague  » et autres documents de Memorial de janvier
En janvier, nous avons parlé de l’anniversaire de Youri Dmitriev, de la journée commémorative de Varlam Shalamov et de l’auto-immolation de Jan Palach en signe de protestation contre l’invasion soviétique de la Tchécoslovaquie. Aujourd’hui, nous souhaitons vous rappeler ces faits dans nos textes et, en même temps, la conférence de fondation de Memorial en janvier 1989 et la façon dont, en janvier 1980, le Groupe Helsinki de Moscou a exigé le retrait des troupes d’Afghanistan.
« L’automne pragois de Boris Shmelev »: https://memorial.notion.site/96cb0de3a57a4f4891f5ce84f47630e0, est le journal de bord d’un parachutiste qui a participé à l’invasion soviétique de la Tchécoslovaquie en août 1968. En les écrivant bien des années plus tard, Boris Shmelev s’est rendu compte que les instructions et les promesses qui lui avaient été faites à l’époque étaient fondées sur des mensonges. Les soldats soviétiques entrent dans Prague, mais sans enthousiasme ni gratitude de la part de la population qu’ils sont venus « protéger »…
 » Le Dubravlag de Yuri Dmitriev’s  » est un reportage de notre collègue Irina Galkova sur la visite qu’elle a rendue à l’historien Yuri Dmitriev dans la colonie qui fut l’un des camps soviétiques les plus célèbres. Il y est question des efforts déployés pour préserver la mémoire de ce lieu noyé dans l’oubli général, et de la façon dont Dmitriev travaille à un livre sur Dubravlag pour « le surmonter, le vaincre de l’intérieur ».
« Shalamov et Kuntsevo: sur les lieux de l’excursion »: https://memorial.notion.site/425ee16ec1e14051bcaa99cf40fc7095
– nous cheminerons ensemble avec le projet « C’est juste ici » https://t.me/righthererightthen, le long de l’itinéraire de l’excursion dédiée à Varlam Shalamov et à sa vie à Kuntsevo. A la fin, les excursionnistes atteignent la tombe de Shalamov dans le cimetière de Kuntsevo (et n’oubliez pas de la déneiger!).
Mémorial: les débuts: https://prequel.memo.ru
– La conférence de fondation de Memorial s’est tenue les 28 et 29 janvier 1989: https://prequel.memo.ru. Comment l’histoire du Mémorial a commencé, et pourquoi le Mémorial est devenu un Mémorial et non un Monument – sur le site du Projet Prequel
– Le Document n° 119 « Sur l’Afghanistan » du Groupe Helsinki de Moscou:
Le 21 janvier 1980, les membres du GHM ont rédigé un texte exigeant la paix et le retrait immédiat des troupes d’Afghanistan. Le lendemain, Sakharov, qui soutenait la déclaration, a été exilé de Moscou à Gorki. Pour en savoir plus sur la manière dont le document a été rédigé, ainsi que sur le texte lui-même, cliquez sur le lien: https://t.me/toposmemoru/1304
Sur la photo: illustration d’Inga Khristich du journal de Boris Shmelev.

Nouveaux prisonniers politiques, persécution et groupes de soutien
Cette semaine, le projet « Soutien aux prisonniers politiques. Memorial » a reconnu trois personnes comme prisonniers politiques: https://t.me/pzk_memorial
Le défenseur ukrainien des droits de l’homme Maksym Butkevich, https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-ukraincza-maksima-butkevicha/, qui s’est porté volontaire pour les forces armées ukrainiennes et a ensuite été capturé par la Russie, a été condamné à 13 ans de régime strict dans le cadre d’une affaire de crimes de guerre montée de toutes pièces. Nous avons précédemment écrit sur la procédure d’appel dans le cas de Maksym, qui a confirmé la sentence illégale, sur les déclarations de Memorial en soutien au défenseur des droits de l’homme, https://memorialcenter.org/news/o-proczesse-nad-ukrainskim-pravozashhitnikom-maksimom-butkevichem, et aussi sur le fait qu’il a reçu le Prix national des droits de l’homme de l’Ukraine : https://khpg.org/1608813164
Gaziz Davletbaev, un chargeur de Magnitogorsk, risque jusqu’à 7 ans de prison dans une affaire de justification du terrorisme. Il est persécuté en raison de ses publications anti-guerre dans VK: https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-gaziza-davletbaeva/
Dmitry Vitushkin, un historien local de Saint-Pétersbourg, a été envoyé dans un centre de détention provisoire en vertu d’articles sur la réhabilitation du nazisme et la diffusion d’informations exprimant un manque de respect pour les jours de gloire militaire en raison de commentaires sur la guerre soviéto-finlandaise: https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-dmitriya-vitushkina/
Des collègues ont également signalé que des perquisitions et des détentions de Témoins de Jéhovah avaient lieu dans la région autonome juive: https://memopzk.org/news/v-evrejskoj-avtonomnoj-oblasti-prohodyat-obyski-i-zaderzhaniya-svidetelej-iegovy/
La persécution des Témoins de Jéhovah, que les autorités russes considèrent comme une organisation extrémiste, a commencé en URSS. Memorial considère les Témoins de Jéhovah de l’URSS comme des victimes de la répression politique et tous les Témoins de Jéhovah emprisonnés dans la Russie d’aujourd’hui comme des prisonniers politiques.
Les collègues ont également partagé des conseils sur la manière d’organiser un groupe de soutien pour un prisonnier politique! Pourquoi c’est nécessaire et où commencer, comment impliquer les gens et communiquer avec les médias et les blogueurs, comment interagir avec les avocats, collecter de l’argent et organiser des programmes – à lire dans le canal Telegram: https://t.me/pzk_memorial/3535?single

Comment ne pas aller à la guerre ou ne pas y retourner
Depuis mars 2023, les objecteurs de conscience sont confrontés à des centaines d’affaires pénales par mois. En juin, nos collègues ont écrit sur le prisonnier politique Dmitriy Vasilets, qui a refusé de retourner à la guerre pour des raisons de conscience et a reçu deux ans et deux mois dans une colonie pénitentiaire: https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-dmitriya-vasilcza/
La coalition « Appel à la conscience » a mis à jour le matériel destiné aux mobilisés et aux contractuels qui ne sont pas encore allés au front ou qui ne veulent pas y retourner. Bien que le décret de mobilisation ait limité les motifs de renvoi du service, chacun a toujours le droit d’effectuer un service civil alternatif: https://instructions.peaceplea.org/voennym/ne-popast-na-voinu/
Les avocats et les militants des droits de l’homme invitent tous ceux qui sont prêts à se battre pour le droit de ne pas se battre à contacter la ligne d’assistance @agsnowarbot et à garantir une aide à la défense devant les tribunaux: https://t.me/agsnowarbot

Une sélection d’articles, d’interviews, de podcasts et d’autres documents intéressants avec nos collègues
Dans le cadre du projet de Memorial « Il y a 30 ans », des journalistes de Kavkaz.Realii ont préparé un article: https://www.kavkazr.com/a/zhivye-trupy-kak-nasilie-federalov-vozvraschalosj-iz-chechni-i-chego-zhdatj-ot-voevavshih-v-ukraine/32794543.html sur la façon dont le psychisme de ceux qui ont combattu en Tchétchénie a changé, et avec elle, la vie quotidienne russe après leur retour. Des extraits de cet article peuvent être lus sur le canal Telegram de Memorial: https://t.me/polniypc/6353
ADC Memorial a publié la chronique de Stephania Kulaeva « Epouses dans la guerre », sur les protestations des épouses des personnes mobilisées.
Le média Perm 36.6 s’est entretenu avec Robert Latypov (qui, lui aussi a été inscrit sur la liste des « agents étrangers ») de Memorial- Perm au sujet de l’affaire pénale pour « contrebande » de biens culturels dans laquelle Alexander Chernyshov a été arrêté et dans laquelle Robert lui-même est également accusé: https://www.youtube.com/watch?v=sjecj8ZHDqQ
Un collègue de Memorial, l’historien Sergei Bondarenko, raconte dans son podcast « La fine ligne blanche », https://pc.st/e/27OX8Vxc4Pw, comment, en 1973, l’équipe nationale de l’URSS a refusé de jouer un match de qualification pour la Coupe du monde contre le Chili dans un stade où le dictateur Augusto Pinochet avait installé un camp de filtration. La couverture du podcast a été illustrée par notre collègue, l’artiste Lilya Matveeva!
Ivan Juha, de Memorial Krasnodar, parle de la déportation des Grecs en URSS dans un documentaire de Temps présent: https://www.youtube.com/watch?v=oWWxHWR1YP4
« La figure même d’Andropov est follement ennuyeuse » – une interview de notre collègue Nikita Petrov par Yevgenia Albats dans The New Times à propos de sa monographie L’époque d’Andropov: https://newtimes.ru/articles/detail/246190
Par ailleurs, Nikita Petrov a reçu au nom de Memorial le prix Annetje Fels-Kupferschmidt du Comité néerlandais d’Auschwitz. Annetje a fondé le comité avec d’autres survivants des camps nazis et de l’occupation et en a été la présidente pendant de nombreuses années. Le prix, nommé en son honneur, est décerné à une personne ou à une organisation qui a contribué à la réalisation des objectifs du comité – et de son objectif principal: « Pour qu’il n’y ait plus jamais d’autre Auschwitz ». Parmi les précédents lauréats figurent l’historien Timothy Snyder, l’architecte Daniel Libeskind, la philosophe Simone Weil et d’autres encore.
Vous pouvez lire ici une conférence de Nikita Petrov et un laudatio de la slaviste néerlandaise Nancy Adler: https://www.auschwitz.nl/media/pdf_bestanden/2024_NMA-lezing_Nikita-Petrov.pdf

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don par carte non russe:
https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information Memorial-Russie
31 janvier 2024

 31 janvier, 18:30, Berlin, Espace Reforum
Rencontre avec Yevgenia Kara-Murza et soirée de lettres aux prisonniers politiques
Aujourd’hui, à Berlin, il y aura une rencontre avec Yevgenia Kara-Murza, militante des droits de l’homme et épouse de Vladimir Kara-Murza, un prisonnier politique condamné à 25 ans de prison. Vous pourrez y écrire des lettres aux prisonniers politiques, tout le nécessaire vous sera fourni et on vous expliquera les nuances de la correspondance.
La soirée est organisée conjointement par Demokrati-JA, FAR Berlin, Memorial, Prisoner.Online et Reforum Space Berlin.

1er février, 17:00 (heure de Paris), en ligne et Bibliothèque Tourgueniev, Paris
« Gardiens de la mémoire historique » avec Nikita Sokolov
Demain, une autre réunion de la série organisée par Memorial Vilnius aura lieu à Paris, et comme toujours, vous pouvez y participer en ligne: https://www.youtube.com/watch?v=XyEr28fhU1Q
Cette fois-ci, l’historien Nikita Sokolov, qui est régulièrement l’hôte de la réunion avec Konstantin Morozov, sera l’invité. Il parlera de l’histoire dans la vie personnelle et publique, de la politique historique et de la mémoire.

3 février, 16:00, Syktyvkar, Centre de la Révolte
Réunion du club généalogique (Komi Memorial)
Comment donner un sens à votre arbre généalogique? Que faire si vous êtes dans une impasse et que vous ne trouvez pas les informations manquantes sur vos ancêtres? L’historien Igor Sazhin et le chercheur Vyacheslav Slyusarev ont les réponses!
Si vous êtes à Syktyvkar, inscrivez-vous sur le lien: https://events.nethouse.ru/all/90806/ et venez à la prochaine réunion du club historique et généalogique au Centre de la Révolte pour obtenir l’aide d’experts ou pour partager votre expérience et vos conseils en matière de recherche!

4 février, 18:00, heure de Moscou, en ligne
Séminaire archivistique « Enquêteur Pavlovsky. Interrogatoires choisis ».
Memorial et Ames mortes vous invitent à un séminaire sur l’analyse et la discussion d’enquêtes policières.
Comme vous pouvez le deviner, être enquêteur politique dans la seconde moitié des années 1930 était une profession créative. En 1932, Staline qualifiait les écrivains d' »ingénieurs de l’âme humaine », mais dans le jargon du parti et des tchékistes, les enquêteurs eux-mêmes étaient appelés « écrivains ». Quel genre de vie leur art imite-t-il?
Lors du séminaire, nous lirons plusieurs interrogatoires d’un enquêteur, Semyon Grigorievich Pavlovsky, tirés de différentes affaires qu’il a traitées entre 1934 et 1937. Qu’y avait-il dans l’affaire – et quelle était la véritable histoire? Inscrivez-vous et découvrez-le: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2763417/

5-6 février, Rome, en ligne/
Conférence « L’ère Gorbatchev. Processus évolutifs et acteurs principaux ».
Des collègues de Memorial Italia participeront à une conférence pour discuter des résultats du gouvernement de Mikhaïl Gorbatchev et des processus qui ont conduit à l’effondrement de l’URSS. La conférence comprendra des exposés dans les sections suivantes: institutions, idéologie et société ; mouvements centrifuges ; échos et changements dans l' »empire extérieur » ; perestroïka – une rétrospective.
Elle sera retransmise en direct sur le site web, voir les détails ici: https://associazioneslavisti.com/contenuti/gli-anni-di-gorbav-dinamiche-e-protagonisti/17468

.

.

6 fév., 16:00, heure de Moscou, en ligne
Une discussion sur les archives avec Elena Zhemkova
Notre collègue Elena Zhemkova interviendra lors de la conférence du Conseil international des archives en Espagne et parlera des archives de Memorial. Comment et pourquoi les preuves de la terreur d’État en URSS ont-elles été collectées? Qu’en est-il aujourd’hui des archives de Memorial? Pour obtenir les réponses à ces questions et à d’autres, inscrivez-vous et connectez-vous: https://us02web.zoom.us/webinar/register/WN_9BbQpJ0NQnSCoeow-KSXRw#/registration
Un enregistrement de la conférence sera également disponible sur la chaîne: https://www.youtube.com/@sahr_reimagining_justice/featured

.

.

.

.

6 février, 17:00, Ekaterinbourg
Une nouvelle soirée de lettres aux prisonniers politiques
Nos collègues d’Ekaterinbourg vous invitent à notre soirée mensuelle de lettres aux prisonniers politiques, veuillez contacter notre bot Telegram pour plus de détails: https://t.me/memorialtalks_bot
Nous vous rappelons que vous pouvez toujours soutenir les prisonniers politiques en envoyant des lettres et des cartes postales depuis la Russie (ou lors de soirées organisées dans différentes villes) ou par voie électronique, où que vous soyez! Les adresses et les noms sont disponibles sur le site web du projet « Soutien aux prisonniers politiques. Memorial »: https://memopzk.org, ainsi que sur les bots Telegram SVOBOT: https://t.me/svobot_bot et « Ecrivez à un prisonnier politique »:   https://t.me/politzekam_bot

Jusqu’au 7 février, en ligne
« L’homme dans l’histoire: l’expérience (post)soviétique »: programme éducatif de Mémorial pour les 16-19 ans
Les collègues prolongent jusqu’au 7 février la date limite d’envoi des contributions au concours éducatif! Les cours se dérouleront du 25 février au 19 mai en ligne, en russe. Comment fonctionne le programme, comment s’inscrire et comment il se terminera – lisez nos fiches et remplissez le formulaire d’inscription en cliquant sur le lien: https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdumxYzxT-2KGtmozXtIKMofeed9QJ1C5Zs8Pxeun3-yADRpw/viewform
Le concours d’histoire scolaire est l’un de nos projets préférés et c’est un plaisir de le relancer. Les participants au concours de l’année dernière se sont retrouvés à Prague, où ils ont travaillé avec les conservateurs de Memorial pour créer un théâtre d’ombres documentaire: voyez ce qu’ils ont réussi à faire: https://www.youtube.com/watch?v=kUaIcvkozZY

« C’est juste ici »: excursions à Moscou

3 février, 14:00, Moscou: Presnya, qui n’existe pas
Dans les années 1930, l’observatoire de Krasnopresnenskaya est devenu le centre de l’astronomie soviétique – et c’est l' »affaire Pulkovo » de 1936-1937 qui en est à l’origine. Plus de 100 scientifiques de l’observatoire de Pulkovo ont été arrêtés sous l’accusation classique de « participation à l’organisation terroriste fasciste Trotskyste-Zinoviev » (bien entendu, non sans l' »initiative des services de renseignement allemands »).
Tout a commencé par l’intensification des contacts des astronomes avec des collègues étrangers dans le cadre des préparatifs de l’éclipse solaire du 19 juin 1936. Peu de temps après, les journaux ont condamné le personnel de l’observatoire de Pulkovo pour s’être « incliné devant les étrangers ». Les protocoles du NKVD contenaient déjà les accusations suivantes: sabotage des observations d’éclipses solaires, projets de fabrication d’une arme à rayons à partir de la lentille d’un grand télescope en vue d’une tentative d’assassinat de Staline et de pose d’une bombe dans un pendule de Foucault en vue d’assassiner Kirov.
L’astronomie réprimée et d’autres sujets seront abordés lors de l’excursion de ce vendredi. Toutes nos visites sont gratuites (inscription préalable obligatoire): https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2752213/ mais vous pouvez nous soutenir sur https://donate.memo.ru

3 février, 15:00, Moscou: commémoration du jour de l’exécution par  fusillade en Lettonie.
Le 3 février 1938, 229 Lettons ont été assassinés au polygone de Butovo à Moscou, y compris la troupe presque complète du théâtre national letton « Skatuve ».
Ce vendredi, nous nous rendrons à plusieurs adresses de Lettons de Moscou, où ont été apposés des panneaux indiquant leur dernière adresse. L’un de ces panneaux – sur le bâtiment Lukoil – est apparu grâce aux efforts d’Ilya Yashin et d’Aleksei Gorinov. Nous parlerons du sort du théâtre « Skatuve » et de son directeur Vilis Forstman, de l’artiste Aleksandrs-Rudolfs Drevins et d’autres victimes des opérations du NKVD letton.
Inscription sur le lien: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2752208/

3 février, 16:00, Moscou: la Loubianka et son quartier
Où le diplomate suédois Raoul Wallenberg, qui a sauvé des dizaines de milliers de Juifs pendant l’Holocauste, est-il probablement mort? Qui a dirigé pendant 30 ans le peloton d’exécution du NKVD et a personnellement abattu entre 10 et 15 000 personnes? Pourquoi l’URSS a-t-elle rompu ses relations diplomatiques avec la Suisse en 1923?
Samedi, lors de la marche, nous répondrons à toutes ces questions. Inscrivez-vous et venez: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2762383/

4 février, 14:00, Moscou: répression à bas bruit
« Il existe trois types de punitions utilisées dans cet hôpital. Le premier type concerne les punitions par des moyens médicaux. On connaît, je crois, partout un remède appelé sulfosine. Il est utilisé lorsqu’un patient, c’est-à-dire un prisonnier, a commis une petite faute. Par exemple, il a répondu grossièrement au médecin à une question ou a dit que le médecin était « un bourreau en blouse blanche ». La sulfosine est une punition douloureuse. Elle fait monter la température à quarante degrés Celsius. La personne se sent fiévreuse, elle ne peut pas se lever, elle ne peut pas bouger. Cela dure un jour ou deux. Si un tel « traitement » est répété, cet état peut durer une semaine ou dix jours.
En guise de deuxième punition, on utilise un médicament appelé aminazine. Il provoque chez le patient une sensation de stupeur et de somnolence, et lui permet de dormir pendant plusieurs jours d’affilée. Si un tel médicament est utilisé comme système, le patient peut dormir pendant toute la durée de son utilisation.
La troisième mesure de punition était ce que nous appelions l’ukrutka. Il s’agissait de l’utilisation d’une toile à voile mouillée, avec laquelle le patient était enveloppé des talons jusqu’à la tête. Il était enveloppé si étroitement qu’il avait du mal à respirer. Lorsque cette toile commençait à sécher, elle se redressait, se rétrécissait et la personne se sentait encore plus mal. Extrait du récit de Vladimir Boukovsky sur son « traitement » à l’hôpital psychiatrique spécial de Leningrad en 1963.
Nous parlerons de la psychiatrie punitive, de la répression implacable et de la lutte des dissidents pour leur libération des prisons psychiatriques lors de la marche de ce dimanche. Inscription sur le lien: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2752215/

4 février, 15:00, Moscou: autour d’Ivanovskaya Gorka
Dans les années 1930, Osip Mandelstam rendait souvent visite à son frère Alexandre dans la rue Starosadsky. C’est une période fructueuse après cinq années de silence pour le poète: en 1925-1930, il travaille sur la prose et fait des traductions. Dans l’appartement de Starosadsky, Mandelstam écrit des poèmes sur Alexandre Herzovitch (un voisin violoniste) et sur « l’âge du chien-loup ». Mais le dernier vers de ce poème apparaît déjà en 1935, lors de son exil à Voronej.
Nous parlerons de l’imbrication d’Ivanovskaya Gorka avec la topographie de la terreur soviétique lors de la promenade du dimanche, inscrivez-vous en cliquant sur le lien: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2752210/

5 février-11 février: excursions à Moscou et à Pouchkino
9 février, 14:00 – La dénonciation de Socrate: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2762385/
9 février, 17:00 – Ce que les plaques commémoratives ne disent pas: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2760007/
10 février, 13:00 – La terreur d’État à Pushkino: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2760003/
10 février, 14:00 – Taganka et ses environs: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2760005/
10 février, 15:00 – Autour de la prison de Butyry: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2762380/
11 février, 15:00 – Les arrière-cours entre Pokrovka et Chistoprudyei : https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2760008/

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don par carte non russe:
https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information Memorial-Russie
20 janvier 2024

Journal de Boris Shmelev « L’automne de Prague », 1968
Le 16 janvier 1969, dans une tentative désespérée de remonter le moral d’une Tchécoslovaquie démoralisée face à l’occupation soviétique, Jan Palach, étudiant à l’université Charles, s’immole par le feu sur la place Venceslas à Prague. Trois jours plus tard, le 19 janvier, il meurt dans un hôpital pour grands brûlés. Le rêve de Palach de reprendre les manifestations a échoué, mais son acte a renforcé la détermination de beaucoup d’autres à lutter pour la liberté au cours des vingt années suivantes, et il est lui-même devenu un symbole du rejet sans concession du totalitarisme.
Le Printemps de Prague de 1968 a été un événement clé dans l’histoire de l’Europe de l’Est après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il a montré la lassitude des peuples à l’égard de la dictature et, dans le même temps, leur aspiration à une société démocratique libre. L’occupation soviétique de la Tchécoslovaquie qui a suivi, tout en maintenant l’ancien ordre des choses, n’a fait que confirmer la crise profonde du bloc communiste, qui s’appuyait davantage sur la force militaire et la répression que sur le soutien de l’opinion publique et l’acceptation idéologique.
Nous avons préparé des extraits des mémoires du journal de Boris Shmelev, l’un des parachutistes soviétiques qui ont participé à l’occupation de Prague au cours de l’été 1968: https://memorial.notion.site/96cb0de3a57a4f4891f5ce84f47630e0
Ce texte illustre clairement le conflit moral auquel est confronté un jeune soldat qui se rend compte que les paroles des instructeurs politiques et les textes des journaux moscovites sont en contradiction flagrante avec la réalité environnante. Shmelev décrit en détail la situation des troupes soviétiques qui se préparent à être envoyées « en exercice » et le traitement politique qui les précède. Il décrit Prague de façon imagée et s’étonne que les Tchèques, qu’il est venu sauver des contre-révolutionnaires, souhaitent seulement que les troupes soviétiques partent le plus vite possible. Il voit des soldats renverser une voiture civile et des mitrailleuses disperser des rassemblements pacifiques. Enfin, traversant le champ d’action avec une mitrailleuse, il se sent comme un envahisseur allemand dans les films sur la Grande Guerre Patriotique, mais continue à suivre les ordres.
Les illustrations d’Inga Khristich reprenant des citations du journal peuvent également être consultées séparément, par exemple sur notre chaîne Telegram: https://t.me/toposmemoru/5620?single

Déportation du Kirghizstan vers l’Ukraine dans les années 1930: l’histoire de la famille d’Ymanbek Toktobai uulu
Avec « Esimde », nous continuons à raconter la déportation de dizaines de milliers de personnes d’Asie centrale vers l’Ukraine dans les années 1930. Nous avons déjà fourni un compte rendu historique de la manière dont les autorités soviétiques ont procédé à la collectivisation forcée et à la mise en place des koulaks au Kirghizstan, et nous souhaitons à présent partager l’histoire de la famille d’Ymanbek Toktobai uulu. Ymanbek, avec ses 15 enfants et ses proches, a été dékoulakisé et condamné à la déportation en Ukraine en 1930. En 1941, seul un fils d’Imanbek, Kadyr, est retourné au Kirghizstan: https://www.instagram.com/p/C1KKYoziyeF/?igsh=NjZkM3YwYWx3bmhu&img_index=1
« Esimde » est une plateforme de recherche visant à étudier et à comprendre les processus, les événements et les « taches blanches » laissées dans la mémoire du peuple et de l’histoire du Kirghizstan: https://ru.esimde.org

« Dissidents soviétiques. Le point de vue de la France ».
En décembre, une table ronde sur « Les dissidents soviétiques et l’Occident » s’est tenue à Paris. Dans la première partie de la discussion, les participants – Anna Stroganova, Cécile Vessier, Nicolas Miletich, et Anna Sidorevich – ont réfléchi aux personnes qui ont soutenu les dissidents soviétiques en France: https://www.youtube.com/watch?v=HT2A5vjIaE0&list=PLij4j4U2dbqxR0IkC100GmWWULqLUsdJC&index=4
L’exemple des acteurs français nous permet de soulever des questions importantes sur le type d’aide apportée à ceux qui sont restés en URSS et qui l’ont quittée, sur les destinataires de cette aide, sur la manière dont les contacts ont été établis et maintenus, et sur la manière dont tout cela a finalement affecté les groupes dissidents à l’intérieur de l’URSS.

Groupe des droits de l’homme de Kharkiv: documentation sur les crimes de guerre
Dans un extrait de la discussion « Comment et pourquoi documenter les crimes de guerre » qui s’est tenue à l’Institut Fritz Bauer en octobre 2023, le chef du Groupe des droits humains de Kharkiv (GDHK), Evgeny Zakharov, explique comment il a interrogé des Ukrainiens dans le cadre du projet  » Voix de la guerre « :
https://www.youtube.com/watch?v=GCmNb4UQErU
Pour savoir comment les organisations ukrainiennes de défense des droits de l’homme travaillent ensemble pour faire face aux conséquences de la guerre, comment les crimes de guerre sont documentés à travers les récits des civils, et certains des aspects juridiques d’un futur tribunal pour Poutine, lisez l’extrait: https://www.youtube.com/watch?v=EEezzkJJEfM
Le GDHK continue également à fournir une assistance humanitaire, juridique et psychologique aux victimes de la guerre. En décembre 2022, Memorial a fait don de la moitié de son prix Nobel au GDHK, dont la totalité est destinée à la population civile.
Le GDHK a récemment publié un nouvel article en ukrainien intitulé  » Chronique des crimes commis par la Fédération de Russie dans la région de Kharkiv  » sur le village de Prudyanka proche de la frontière russe: https://khpg.org/1608813269
Les troupes russes n’y ont pas laissé un seul bâtiment intact et ont même criblé de balles un monument à la mémoire des victimes de la Seconde Guerre mondiale.

Citoyens ukrainiens devant les tribunaux russes: des procès qui ne devraient pas avoir lieu
Le tribunal régional de Rostov a condamné Oleksandr Protsyuk, 46 ans, originaire de l’oblast de Kherson, à 11 ans de colonie à régime strict dans une affaire d' »espionnage ». On ne sait pas exactement de quoi les enquêteurs russes accusent l’Ukrainien, car le procès s’est déroulé à huis clos. Selon le dossier figurant sur le site web du tribunal régional de Rostov, l’affaire n’a été examinée qu’au cours de deux sessions.
Depuis juin 2023, la cour régionale de Rostov a été saisie de 12 affaires d’espionnage, dont l’une compte trois accusés. Sept verdicts ont été prononcés et cinq autres affaires sont également examinées à huis clos. En décembre dernier, Alexander Tsunagatulin, un habitant de la région de Kherson âgé de 24 ans, a été condamné à 11 ans de prison.

La Cour européenne des droits de l’homme a commué l’affaire Yury Dmitriyev en vertu de trois articles de la Convention sur la protection des droits de l’homme.
La Cour a vu dans le cas de Dmitriev des signes de violation de trois articles de la Convention de sauvegarde des droits de l’homme:
5ème: en raison de l’arrestation de Dmitriev en 2016 avant le procès sans aucune justification raisonnable;
6ème: parce que le droit à un procès équitable a été violé lors de la procédure d’appel en 2020;
18e: les poursuites pénales ont un motif politique et l’affaire montre des signes de fabrication.
Les autorités russes ont jusqu’au 31 janvier 2024 pour répondre aux questions de la CEDH. Il est probable que la CEDH rende un arrêt cette année. Vous pouvez en savoir plus dans Notion: https://memorial.notion.site/29fdd07f5dec4c79b6408091815695ce et brièvement dans nos fiches: https://t.me/toposmemoru/5582
Rappelons que depuis 1988, Yuri Dmitriev s’est engagé dans la recherche de l’histoire des répressions staliniennes en Carélie, la recherche et la réinhumation des restes des victimes de fusillades, l’aménagement de lieux de mémoire. Il a dirigé le Mémorial de Carélie et a été l’un de ceux qui ont trouvé des sépultures dans le secteur de Sandarmokh et qui ont initié la création d’un complexe commémoratif à cet endroit.

Perquisition au domicile d’un collègue du Mémorial de Volgograd
Le 18 janvier au matin, les forces de l’ordre ont perquisitionné le domicile de notre collègue du Mémorial de Volgograd (https://t.me/memovlg) et journaliste Vyacheslav Yashchenko de la publication Kavkazsky Uzel. La perquisition a été effectuée dans le cadre de l’affaire Yevgeny Kochegin, militant de Volgograd et ancien coordinateur du quartier général de Navalny, qui est accusé d’avoir publié un article sur les « faux » concernant l’armée. La décision de perquisition indique que Yashchenko « pourrait savoir où se trouve Kochegin », de sorte que son ordinateur portable et ses supports de données ont finalement été saisis.
Comme l’a indiqué Vyacheslav sur le site Web de Kavkazsky Uzel (https://www.kavkaz-uzel.eu/articles/396351) : « Quatre agents du département principal des affaires intérieures se sont présentés. Ils ont confisqué un ordinateur portable, un processeur informatique, un téléphone, des clés USB et des CD ROM. Ils se sont comportés correctement. Avant qu’ils n’entrent, l’un des agents a déclaré qu’il s’agissait d’une visite purement formelle, qu’ils allaient simplement tout examiner. Mais ils ont réveillé toute l’entrée en cherchant des témoins. Ils ont fouillé tout l’appartement, ma femme était surexcitée, elle était dans un état semi-conscient à cause du stress. Vers 8 heures du matin, la fouille était terminée. L’un était un policier en colère, l’autre un policier gentil. Comme c’est généralement le cas dans ce genre de situation, j’ai invoqué l’article 51 de la Cour constitutionnelle de la Fédération de Russie ».

Quatre nouveaux prisonniers politiques
Cette semaine, les collègues du projet « Soutien aux prisonniers politiques. Memorial »  (https://t.me/pzk_memorial) ont reconnu quatre nouveaux prisonniers politiques.
Appaz Kurtamet (https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-grazhdanina-ukrainy-appaza-kurtameta/) un Tatar de Crimée de 19 ans de la région de Kherson, citoyen ukrainien, a été condamné par un tribunal de Simferopol à 7 ans de régime strict pour avoir prêté 500 hryvnias à un ami qui se bat pour l’Ukraine.
Pavel Brilkov, un témoin de Jéhovah de 65 ans originaire de Prokopyevsk (https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-svidetelya-iegovy-iz-prokopevska/) a été condamné à deux ans et dix mois de travaux forcés en vertu d’un article sur l’extrémisme.
Alexei Sidorov, un ouvrier du bâtiment de Chelyabinsk (https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-alekseya-sidorova/) a été envoyé dans un centre de détention provisoire sous l’inculpation d' »appels au terrorisme » pour avoir appelé les Ukrainiens à attaquer le Kremlin.
Valeria Zotova, 20 ans, de Yaroslavl (https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnoj-valeriyu-zotovu/) a été condamnée à 6 ans dans une colonie pénitentiaire sur la base d’un article « terroriste », accusée d’avoir tenté de mettre le feu à l’administration du district.

ADC (Anti-discrimination Center), CCDH (Centre de défense des droits humains), CDHK (Groupe des droits humains de Kharkiv), Memorial Italia et La dernière adresse – dans notre bulletin
• ADC Memorial a résumé la situation de la population du Pamir au Tadjikistan: alors que la répression s’intensifie, les organisations juridiques internationales, ainsi que les représentants des États-Unis et de l’Union européenne, critiquent de plus en plus les autorités tadjikes: https://adcmemorial.org/novosti/reakcziya-mezhdunarodnyh-organov-na-situacziyu-v-gbao-tadzhikistan-v-2023-godu/
• « Des centaines, voire des milliers de personnes pourraient être condamnées à de véritables peines »: les avocats de ZHRC Memorial ont commenté le texte intégral de l’arrêt de la Cour suprême dans l’affaire de la reconnaissance du « mouvement LGBT international » en tant qu’extrémiste: https://t.me/polniypc/6260
Le jugement est basé, entre autres, sur des références à la Bible, et parmi les signes de participation à des « cellules du mouvement » se trouve l’utilisation de «féminitifs».
• Dans le cadre du projet « Il y 30 ans », https://aboutrussia.org, le CCDH Memorial a publié des fiches sur le bombardement de véhicules civils sur les routes par les troupes fédérales russes pendant la première guerre de Tchétchénie: https://t.me/polniypc/6248
• Un livre de notre collègue de Memorial Italia, « L’identité ukrainienne », qui raconte le mouvement national du 19e siècle à nos jours, a été publié: https://www.laterza.it/scheda-libro/?isbn=9788858153055
• Le CDHK a publié un article en ukrainien sur l’opération Blok, l’action la plus répressive du KGB contre les dissidents ukrainiens: https://khpg.org/ru/search
• Les éditions Sota ont publié un nouvel épisode du podcast « Encore une voix » avec Mikhail Sheinker, notre collègue du projet Dernière adresse: https://www.youtube.com/watch?v=sb_VhA7P028
Il explique comment les gens se battent pour préserver la mémoire de la terreur d’État en restaurant les panneaux commémoratifs qui ont été arrachés ou dégradés par des vandales.
• Les éditions Bumaga se sont entretenues avec l’auteur des copies en carton des panneaux à Saint-Pétersbourg et avec d’autres partisans du projet, ainsi qu’avec ses opposants.

Nous poursuivons le thème du ‘memoriaktivisme’ – à propos de la restauration des panneaux de la Dernière Adresse
Malheureusement, il est vrai qu’à Saint-Pétersbourg, les plaques de la Dernière Adresse continuent d’être régulièrement arrachées et dégradées. Mais ce n’est pas moins régulièrement que l’on apprend que des militants locaux accrochent des copies de ces plaques!
Cette fois-ci, on a volé une plaque dédiée à Viktor Grigorevich Magaziner, un ingénieur fusillé en 1938. La plaque originale a été enlevée en août par la société de gestion, après quoi les activistes ont installé une copie en carton. Aujourd’hui, elle a également disparu, mais les personnes concernées en ont immédiatement posé une nouvelle. Et ils promettent de continuer à le faire! Les vandales, semble-t-il, apprendront bientôt par cœur les noms des personnes exécutées, car ils doivent démolir plusieurs fois les plaques portant les mêmes noms. Dans quelques mois, ils se souviendront comme personne des adresses et des dates!

Action à la mémoire d’Anastasia Baburova et de Stanislav Markelov
Le 19 janvier 2009, l’avocat Stanislav Markelov et la journaliste Anastasia Baburova ont été assassinés dans le centre de Moscou.
Chaque année, le 19 janvier, des actions commémoratives sont organisées en Russie et dans le monde entier. Autrefois, des marches antifascistes étaient organisées à Moscou ce jour-là, auxquelles participaient des centaines de personnes inspirées par les activités de l’avocat et de la journaliste. Aujourd’hui, bien sûr, c’est impossible. Mais des militants moscovites sont tout de même venus déposer des fleurs sur le lieu du crime. Selon eux, ils ont réussi à rester sur place pendant un court laps de temps, après quoi les policiers leur ont demandé de ne pas « gêner le passage des citoyens ».

17 janvier – Journée commémorative de Varlam Shalamov
Le 17 janvier 1982, Varlam Shalamov est décédé. Nous proposons d’évoquer la vie et de l’œuvre du poète, écrivain et prisonnier politique.
• Le site web du projet de Memorial « C’est juste ici », qui explore la topographie de la terreur soviétique à Moscou, comporte une section entière consacrée aux trois étapes moscovites de la biographie de Shalamov. Vous pouvez y lire comment il a commencé à publier ses premiers textes dans les années 1930, comment il a rassemblé ses dix-neuf années d’expérience dans les camps pour créer la plupart des ‘Récits de la Kolyma’, et comment il s’est battu pour obtenir la reconnaissance qu’il n’a reçue qu’à titre posthume.
Et si vous préférez écouter les informations, nous vous proposons de faire une excursion (même mentalement), accompagné par l’audioguide du même nom de nos collègues – « Varlam Shalamov’s Moscow »: https://izi.travel/ru/feb9-moskva-varlama-shalamova/ru
Et nous aimerions partager avec vous une histoire qui ne figurait pas dans la collection d’œuvres de l’écrivain, mais qui a été retrouvée par notre collègue Dmitry Nicha, un shalamologue – « Maria Veniaminovna, qui aimait la poésie »: https://memorial.notion.site/cdd0c5fe2f76471c93e2efeb44893cd9

À la mémoire de Lev Rubinstein (1947-2024)
Lev Rubinstein est décédé. C’était un poète, un classique du conceptualisme moscovite, un citoyen libre, un observateur attentif et un descripteur perspicace de plusieurs époques en Russie. Pour beaucoup, Rubinstein n’était pas seulement le créateur d’une méthode et d’un langage de description, mais il était lui-même une méthode et un langage de perception poétique, tristement perspicace et auto-ironique de la vie quotidienne. Nous avons parlé – et nous parlerons encore longtemps – dans la langue de Rubinstein.
Rubinstein était un ami cher et proche, un camarade junior et senior pour de nombreux membres de Memorial. Il semble qu’il n’y ait pas un seul album photo de la restitution des noms à la pierre Solovetsky de la Loubianka sans Rubinstein debout dans une longue file d’attente, une feuille à la main, ou lisant, avec son intonation dentelée caractéristique, les noms des victimes exécutées. Il était également présent lors des premières réunions qui ont marqué la naissance du projet Dernière adresse. Nous avons souvent invité Rubinstein à prendre la parole dans la salle de Memorial de Karetny Ryad, et il ne venait pas moins souvent aux réunions avec les autres.
Lev Rubinstein a été l’un des derniers à prendre la parole dans la salle Karetny: le 25 novembre 2021, jour de la première session de la Cour suprême sur la liquidation de Memorial international, c’est Rubinstein qui est venu nous voir le soir et a lu ses textes aux collègues de Memorial, aux avocats et juristes, aux archivistes et aux bénévoles qui n’avaient pas dormi depuis plusieurs jours – presque tous ceux qui étaient à Moscou et travaillaient au Memorial les jours de la liquidation se trouvaient dans la salle.
La dernière fois que Lev Semyonovich a pris la parole à Karetnyi, c’était le 28 février 2022, quatre jours après l’invasion à grande échelle de l’Ukraine par les troupes russes, après le bombardement de Kiev, après le passage du navire de guerre russe au large de l’île des Serpents, le jour de la liquidation définitive du Mémorial international – lorsque la deuxième instance a confirmé la décision de la première instance. Ce jour-là, nous avons organisé un festival intitulé « Memorial contre la guerre »: https://www.youtube.com/watch?v=96Nu0LdzZbs&t=14959s
Nous ne trouvions pas les mots, Rubinstein non plus n’avait pas de mots pour cette nouvelle et terrible Russie, mais il est venu pour être avec nous et avec d’autres, et il a lu.
Lev Rubinstein a été traduit dans de nombreuses langues, il est connu dans de nombreux pays du monde, mais il est resté à Moscou ces deux dernières années, malgré tout. Il est resté non seulement pour lui-même, mais aussi pour de nombreuses personnes qui ont essayé de chercher des mots et, à travers eux, de retrouver leur subjectivité perdue, et derrière elle – peut-être – des modèles de résistance…
Rubinstein n’a été ni arrêté, ni torturé, ni empoisonné, ni traqué en Russie pendant la guerre en Ukraine. Mais sa mort tragique en janvier 2024, à la veille du deuxième anniversaire d’une catastrophe de grande ampleur, semble symbolique. La Russie d’aujourd’hui n’a pas de place pour les citoyens libres et les poètes indépendants. Le poète qui a survécu plus d’une fois à lui-même n’a pas survécu à la Russie de Poutine. Et notre désespoir et notre espoir tendus, l’impuissance et la peur des derniers jours, le coma et le mutisme de Lev Rubinstein – c’est nous aujourd’hui, notre orphelinat linguistique.
Nous t’aimons, Lev Semyonovich, nous t’aimerons toujours et nous nous appuierons sur toi, nous pleurons et pleurons avec tout le Mémorial.
Et maintenant, imaginons que toute conversation, même si elle est dans une impasse, continue à vivre sa propre vie.
Photo: Daria Krotova 25.11.2021.

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don par carte non russe:
https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information Memorial-Russie
17 janvier 2024

19 janvier, 19:00 heure de Moscou, en ligne
Entretien avec Konstantin Morozov
Notre collègue, l’historien Konstantin Morozov, responsable du programme « Histoire de la lutte des forces antiautoritaires pour la liberté dans l’Empire russe et l’URSS », est l’invité de la prochaine réunion de la série « Gardiens de la mémoire historique » organisée par le Mémorial de Vilnius. Comme il est habituellement l’un des animateurs de la série, cette fois-ci, afin qu’il n’ait pas à s’interviewer lui-même, la réunion sera animée par Irina Flige et Nikita Sokolov.
La réunion se concentrera sur les problèmes de la mémoire historique, la relation entre la science historique et la politique, et le rôle des chercheurs en histoire dans la résistance aux efforts des autorités pour imposer leur propre version et interprétation de l’histoire russe à la société.
La réunion sera soutenue par Memorial France et la Bibliothèque Turgenev à Paris, où vous pouvez suivre la retransmission. Participez et envoyez vos questions sur le forum de discussion: https://www.youtube.com/watch?v=Xw_przt_I2A

20 janvier, 13:00-16:00, Moscou, 4 Ruzejny pereulok, p. 1, str. 1
Conférence « Les trois défaites de Staline en Grèce » – avec diffusion en ligne
Samedi, dans la grande salle de Gaidarovka, se tiendra une conférence de l’historien et expert de l' »opération grecque » du NKVD Ivan Juha – l’auteur des reportages vidéo de Kolyma. Lors de la conférence, le chercheur parlera des vagues de terreur de Staline contre les Grecs et de leur lien avec les échecs géopolitiques de Staline dans les Balkans.
Depuis 2004, Ivan Juha dirige le projet « Martyrologue grec ». Selon les calculs de l’historien, entre 1937 et 1949, environ 80 à 85 000 Grecs d’URSS ont été victimes de la répression.
Pour assister à la conférence ou participer à la diffusion en ligne, inscrivez-vous sur le lien: https://omogenis–org.timepad.ru/event/2741609/
Les livres d’Ivan Juhi seront disponibles à l’achat lors de la conférence.
Photo: Société grecque de Moscou.

21 janvier, 14:00-16:00, Strasbourg
Rassemblement en soutien à Alexei Navalny et aux autres prisonniers politiques
Les autorités russes persécutent plus d’un millier de personnes pour des motifs politiques, les prisonniers politiques sont isolés et torturés. L’arrestation de l’opposant Alexei Navalny le 17 janvier 2021 a marqué un tournant dans le durcissement de la répression.
En solidarité avec Alexei et les autres prisonniers politiques, des manifestations seront organisées dans plusieurs villes du monde le 21 janvier. Le projet « Soutien aux prisonniers politiques. Mémorial » prendra part à la manifestation de Strasbourg.
Détails sur le lien: https://www.facebook.com/events/1784564571987416?ref=newsfeed

23 janvier, 18:30, Syktyvkar, Centre de la Révolte
Conférence du Mémorial Komi sur les Arméniens de la région de Komi
Mardi prochain, Syktyvkar accueillera une conférence de l’historien Igor Sazhin sur les répressions contre les Arméniens et leur déportation. Notre collègue parlera de la façon dont la dékoulakisation a affecté les Arméniens en URSS et comment certains d’entre eux se sont retrouvés dans des «établissements spéciaux» dans la région de Komi, ainsi que de l’arrivée la plus importante de prisonniers arméniens à Komi pendant la Grande Terreur.
Cette conférence fait partie d’une série consacrée aux peuples réprimés dans la République de Komi, qui s’est ouverte le 10 décembre, Journée des droits de l’homme, avec une conférence sur les Polonais. En collaboration avec le Centre de la Révolte, nous avons préparé des fiches sur la déportation des peuples dans la région de Komi: https://t.me/toposmemoru/5283
Inscription sur le lien: https://events.nethouse.ru/all/89849/

Excursions à Moscou: veuillez vérifier votre e-mail après l’inscription!
En cas de gel anormal, nous devons les annuler
.

20 janvier, 14:00, Moscou, Shalamov et Kuntsevo
Le 17 janvier 1982, Varlam Shalamov – poète, écrivain, prisonnier politique, dont près d’un quart de la vie s’est déroulé dans les camps – est décédé. Le jour de sa commémoration, nous visiterons les lieux de la première et de la « dernière » adresse de Varlam Tikhonovich à Moscou. Ces deux adresses se trouvent à Kuntsevo.
Nous parlerons de sa vie et de son destin, nous lirons et écouterons des poèmes, car Shalamov se considérait avant tout comme un poète. Vous pourrez apporter des fleurs et des bougies sur la tombe de Varlam Tikhonovich au cimetière de Kuntsevo.
Toutes les excursions sont gratuites (inscription préalable obligatoire), mais vous pouvez nous soutenir sur donate.memo.ru ou memorial-france.org: https://memorial-france.org/donate/

20 janvier, 14:00, Moscou
Dénonciation de Socrate
« Le poison antisoviétique d’outre-mer.
Cuisiné dans la cuisine de notre ennemi déclaré.
Selon une nouvelle recette, en guise d’assaisonnement
Pasternak a été offerts aux cuisiniers.
Notre peuple tout entier a craché sur ce plat:
Rien qu’à l’odeur, nous savons déjà d’où il vient! ».
Ce poème de Sergei Mikhalkov intitulé « Le plat Nobel » a été publié par la « Komsomolskaya Pravda » en 1958. La photo montre le dessin de Mark Abramov qui les accompagne. Il n’est pas difficile de deviner à qui ils sont dédiés.
Nous vous proposons de parler des relations des poètes et écrivains soviétiques avec les autorités et leurs complices samedi lors de l’excursion. Inscription sur le lien: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2735459/

21 janvier, 13:00, Moscou
Excursion autour de l’Académie Timiryazev
L’Académie Timiryazev est une petite ville située à l’intérieur de Moscou. Sur son territoire se trouvent plusieurs musées, un manoir du milieu du XVIIIe siècle, un complexe architectural de style constructiviste, une station météorologique, des champs et des jardins où les étudiants mènent des expériences.
Lors d’une excursion sur le territoire de l’académie ce dimanche, nous évoquerons le sort de ses étudiants et de ses professeurs au XXe siècle. Nous parlerons également de la manière dont le gouvernement soviétique a ralenti le développement de la science biologique, de ce qu’est le « lysenkoïsme » et des raisons pour lesquelles le célèbre scientifique Nikolaï Vavilov est mort en prison.
Inscription sur le lien: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2735483/

21 janvier, 14:00, Moscou
Les défenseurs
« Dans quel but la garantie des marches et des manifestations de rue a-t-elle été introduite dans la constitution soviétique? Pour quelle raison un tel article a-t-il été introduit? Pour les manifestations d’octobre et du 1er mai? Mais pour les manifestations organisées par l’État, il n’y avait pas besoin d’un tel article – il est déjà clair que personne ne dispersera ces manifestations. Nous n’avons pas besoin de liberté « pour » s’il n’y a pas de liberté « contre ». Nous savons que la manifestation de protestation est une arme puissante entre les mains des travailleurs, c’est leur droit inaliénable dans toutes les démocraties. »
« Notes d’une avocate », par Dina Kaminskaya – militante des droits de l’homme et avocate qui a défendu des prisonniers politiques lors de procès dans les années 1960 et 1970: Yuri Galanskov, Anatoly Marchenko, Larisa Bogoraz, Pavel Litvinov.
Le dimanche, lors de la visite, nous parlerons de Dina Kaminskaya et d’autres défenseurs du mouvement dissident. Inscrivez-vous sur le lien: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2735445/

22-28 janvier: nos événements:
22 janvier, 15:00 – Les adresses moscovites d’Anna Barkova à Moscou: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2735690/
27 janvier, 14:00 – La Loubianka et ses environs: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2743501/
27 janvier, 15:00 – Entre Prechistenka et Ostozhenka: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2743495/
27 janvier, 15:00 – Les adresses moscovites d’Anna Barkova à Moscou: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2743498/
28 janvier, 15:00 – Excursion sur le boulevard Gogol: https://eto-pryamo-zdes.timepad.ru/event/2743497/

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don par carte non russe:
https://memorial-france.org/donate/

Bulletin d’information Memorial-Russie
6 janvier 2024

Le « retour des noms » en images
L’année dernière, le « Retour des noms » a été soutenu par des artistes et des peintres, hommes et femmes, qui ont illustré des épisodes individuels de nos dossiers. L’artiste Katya Gushchina, qui en a eu l’idée, a recueilli les commentaires de chacun sur les souvenirs les plus marquants de la journée, les particularités et les défis auxquels ils ont été confrontés pendant le travail.Nous remercions tous ceux qui ont peint ce jour-là.
L’équipe du Mémorial souhaite à nos lecteurs et lectrices une bonne année! En guise de carte de vœux, nous vous invitons à visionner les dessins du reportage « Le retour des noms »: https://october29.ru/broadcast2023_illustrated/

Memorial relance le concours scolaire et annonce les inscriptions de printemps au programme éducatif « L’homme dans l’histoire: l’expérience (post)soviétique » pour les 16-19 ans.
L’école, organisée par Memorial-Zukunft, propose des cours avec des historiens, la mise en réseau avec des jeunes du monde entier, l’acquisition de compétences en matière de recherche historique et de critique des sources, et, à la fin, la création de leur propre projet de recherche.
Le programme se déroulera en ligne les dimanches du 25 février au 19 mai, en russe. À la fin du programme, un concours sera organisé pour récompenser les recherches historiques des participants, dont les lauréats pourront participer à l’université d’été du Mémorial en Arménie en août 2024.
Le recrutement se fait sur une base compétitive. Pour postuler, vous devez remplir un formulaire de candidature et répondre aux questions. Pour ce faire, suivez ce lien: https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdumxYzxT-2KGtmozXtIKMofeed9QJ1C5Zs8Pxeun3-yADRpw/viewform
Pour en savoir plus sur la mise au concours cliquez dans Notion: https://memorial.notion.site/2024-9530e2a50923406c95dbe5674dd42f62

Le Goulag c’est ici. Vyacheslav Paikachev (Mémorial de Mourmansk)
Memorial publie le vingtième film du projet Le Goulag c’est ici.: https://www.youtube.com/watch?v=uFS2XEjYd1c
Vyacheslav Paikachev y montre des lieux de Mourmansk liés à l’histoire de sa famille et au travail du Mémorial de Mourmansk.
Le film raconte comment Vyacheslav Iosifovich, issu d’une famille où tous les hommes pêchaient et où son oncle a été arrêté pour espionnage (et est mort dans un camp en 1951), a gravi les échelons depuis le poste d’assistant capitaine jusqu’à l’activisme et la défense des droits de l’homme. Vyacheslav Paykachev est à la tête du Mémorial de Mourmansk depuis 1995.

Bilan du travail de Memorial pour l’année 2023
En 2023, les juristes de CDHR Memorial ont travaillé dans des domaines très variés: poursuites pour « fakes » sur l’armée et diffamation; en vertu de l’article sur la « réhabilitation du nazisme »; affaires pénales « extrémistes » pour critique des autorités et déclarations anti-guerre; législation sur les « agents étrangers »; lutte contre la traite des êtres humains et les formes modernes d’esclavage; torture, enlèvement et emprisonnement illégal; pression sur les ONG; et accès aux archives sur la répression soviétique.
Les collègues ont contribué à l’obtention de 253 décisions judiciaires positives dans des affaires concernant des réfugiés, des travailleurs migrants et des apatrides. En collaboration avec l’association “Appel à la conscience” (https://t.me/peaceplea) ils ont lancé un générateur de procès – le lien « Je n’irai pas » (https://t.me/ne_poedu_bot) – et mené 555 consultations sur la conscription, la mobilisation et le refus de contrat. Pour en savoir plus, ainsi que sur les victoires devant les tribunaux de la CEDH, les rapports et les appels auprès d’organismes internationaux et d’autres succès de collègues, rendez-vous sur le site web: https://memorialcenter.org/news/nashi-itogi-goda
Le 1er janvier également, le Conseil de Memorial a publié une déclaration, que l’on peut trouver sur son site web: https://t.me/polniypc/6225
Voici un extrait de cette déclaration: « Les coups portés par les deux parties belligérantes et les nouvelles victimes de ces coups n’annulent ni ne diminuent la responsabilité de la Russie dans l’agression militaire. La guerre a apporté l’horreur, la souffrance et la mort aux habitants non seulement de l’Ukraine mais aussi de la Russie.
Il est encore plus évident que les affirmations de la propagande des dirigeants russes selon lesquelles la guerre aurait été déclenchée et serait menée pour assurer la sécurité du pays sont sans fondement. En fait, la sécurité de la Russie et de ses citoyens a été considérablement réduite depuis le 24 février 2022. La responsabilité en incombe entièrement au gouvernement russe, qui a délibérément lancé une guerre d’agression ».

Appel à la conscience: lutter pour le droit de ne pas aller à la guerre en 2023
Pour en savoir plus sur la résistance des objecteurs de conscience à l’État, consultez le condensé de l’Appel à la conscience: https://instructions.peaceplea.org/2023/
En 2023, les objecteurs de conscience au sein de l’armée ont continué à subir des violences, des poursuites pénales et des persécutions, y compris en dehors de la Russie.
Des modifications de la loi ont facilité la mobilisation et la conscription, mais la loi sur le service civil alternatif est restée inchangée et les tribunaux ont confirmé le droit au service civil pendant la mobilisation. Les rafles se sont multipliées, les migrants et les nouveaux citoyens étant les plus touchés: en décembre, par exemple, deux personnes ont été arbitrairement privées de leur citoyenneté pour ne pas s’être fait enregistrer.
Malgré la pression croissante de l’État sur les initiatives en matière de droits de l’homme, la coalition poursuit son travail. 4 500 personnes ont reçu des conseils sur la ligne d’assistance @agsnowarbot; plus de 50 personnes ont reçu une assistance dans les tribunaux; et 915 000 roubles ont été collectés sur la plateforme Zaodno pour la défense de certains réfractaires. La collecte est toujours ouverte pour payer un avocat à Maksim: https://zaodno.org/r?id=rec0wXcDu5CQ5dSpX, il s’est vu refuser le service civil à quatre reprises et on a ouvert un dossier pénal contre lui pour refus de conscription.

Deux nouveaux prisonniers politiques
Les résultats de l’année ont également été présentés par les collègues du projet « Soutien aux prisonniers politiques. Memorial »: https://t.me/pzk_memorial
Ils ont pu aider 136 personnes: 61 personnes ont reçu une assistance juridique dans le cadre de poursuites pénales, 38 prisonniers politiques ont reçu une assistance juridique dans le cadre de violations de leurs droits en détention, et 29 prisonniers ou familles ont reçu une aide humanitaire.
Dans 43 cas, l’assistance a été fournie grâce à vos dons: près de 5 millions de roubles ont été collectés pour des prisonniers politiques individuels. En 2023, 208 personnes se sont vu reconnaître ce statut lors d’examens par les collègues.
La semaine dernière, deux autres personnes ont été reconnues comme prisonniers politiques. Andrei Kapatsyna (https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-andreya-kapaczynu/), un contrôleur aérien de Magadan, a été condamné à 2 ans et 10 mois dans une colonie pénitentiaire pour avoir refusé de participer à la guerre contre l’Ukraine en raison de ses croyances religieuses.
Daniil Vodolagin (https://memopzk.org/news/my-schitaem-politzaklyuchyonnym-studenta-iz-volgograda-daniila-vodolagina/), un étudiant de Volgograd, a été arrêté pour avoir diffusé des « fausses » informations sur l’armée russe en vue de leur publication sur les médias sociaux. Il risque jusqu’à 10 ans de prison.
Vous trouverez les adresses d’Andrei et de Daniil en cliquant sur les liens ci-dessus. Aujourd’hui plus que jamais, il est important de faire preuve de solidarité avec les prisonniers politiques: écrire des lettres, les soutenir financièrement, diffuser des informations sur les persécutions et saisir les tribunaux, tout cela est encore en notre pouvoir.

Amendements sur le contrôle judiciaire de la durée de détention dans un centre d’expulsion
Depuis plus de 10 ans, Memorial, en collaboration avec d’autres avocats et défenseurs des droits de l’homme, se bat pour les droits des migrants emprisonnés dans un centre de détention pour étrangers: https://adcmemorial.org/novosti/glavnoe/resheniya-espch-i-ks-stali-zakonom-pobeda-v-10-letnej-borbe-za-prava-migrantov-uznikov-czvsig/
L’arrêt de la CEDH sur le cas de Roman Kim en 2014 a conduit à un arrêt de la Cour constitutionnelle en 2017, qui a finalement été légalisé officiellement le 25 décembre 2023.
Une norme est apparue dans la loi fédérale pour limiter la détention dans un centre de détention pour étrangers à 90 jours maximum et pour prévoir un contrôle judiciaire sur la prolongation de cette période si la nécessité d’une telle prolongation est déclarée dans une demande dans le délai prévu (au moins 15 jours avant l’expiration de la période) par les autorités du ministère de l’intérieur. Pour leur part, les détenus de la DCFNG peuvent demander leur expulsion à leurs propres frais – et le tribunal est tenu d’examiner la demande des prisonniers dans un délai de 5 jours.
Sur VOTTAC TV (https://www.youtube.com/watch?v=T3xUk7_e5IQ&t=2355s), Stefania Kulaeva, défenseur des droits de l’homme de Memorial, a commenté les détentions massives de travailleurs migrants qui ont lieu régulièrement à Saint-Pétersbourg le soir du Nouvel An. Il faut espérer qu’en vertu des amendements adoptés, les détenus ne resteront pas indéfiniment dans le centre d’expulsion, comme c’était le cas auparavant.

Chronique des événements de 1968 en photos, témoignages audio, vidéo et textes
«Je me souviens très bien de ce moment: le silence sur la plage, les « Voix », les pleurs de ma femme, tout cela était terriblement dramatique. Ce n’était pas la première ni la dernière fois de ma vie que je ressentais un tel désespoir et une telle incompréhension quant à la manière de vivre dans ce pays.»
L’entrée des chars soviétiques en Tchécoslovaquie, la guerre du Viêt Nam, les manifestations étudiantes en France – tous ces événements et bien d’autres encore se sont produits en 1968, déclarée Année des droits de l’homme par les Nations unies.
Le projet de mémorial « 1968 » – est une collection de témoignages qui brossent un tableau de cette année charnière. Le site contient des souvenirs, des journaux intimes, des photographies et même des disques écoutés à l’époque.
Nous vous invitons à vous remémorer les événements de 1968, à l’heure où le discours sur les droits de l’homme semble plus pertinent que jamais. Rendez-vous sur le site du projet et plongez dans l’histoire de cette époque: https://1968.memo.ru

Bulletin d’information Memorial-Russie
30 décembre 2023 (traduit par nos soins)

Colons suisses en Ukraine
Dessin de Lily Matveeva
Un panneau à la mémoire des colons suisses sur la rive du réservoir de Kakhovka
Dans la région de Kherson, près du réservoir de Kakhovka, un monument intéressant a été érigé en 2012. Il est dédié aux colons suisses qui se sont installés sur les terres de l’Ukraine moderne à la fin du XIXe siècle et qui, au XXe siècle, ont généralement connu une fin tragique.
Au début de la Première Guerre mondiale, les vignobles de la région de Kakhovka, construits par les colons européens, occupaient environ trois mille hectares et étaient appelés « une oasis fleurie ». Après la révolution, l' »oasis » a pris fin, la plupart des colons ont émigré et le sort de ceux qui sont restés a été « classique » pour les réalités soviétiques du XXe siècle. Pendant la dékoulakisation, certains viticulteurs ont été déportés de force en Sibérie, dans les années 1930, beaucoup d’entre eux ont été arrêtés, certains ont été fusillés, et les Allemands et les Suisses qui ont survécu aux répressions ont été déportés dans les régions orientales de l’URSS en 1941.
Aujourd’hui, le territoire où se trouve le monument est sous occupation russe. On ne dispose pas d’informations précises sur ce qu’il advient du monument et des sépultures des colons suisses dans le cimetière local. Comme vous le savez, les occupants russes ont déjà démoli plus d’une fois des monuments à la mémoire des victimes de l’Holodomor et des victimes de la terreur soviétique en Ukraine: https://t.me/toposmemoru/5140
Pour en savoir plus, lisez notre nouveau longread: https://memorial.notion.site/988a88700f8f4f91b1e319440ecd6bf0

—-
Merci de soutenir Memorial! Vous pouvez faire un don par carte non russe: https://memorial-france.org/donate/